IG bas, forme et minceur

image_pdfimage_print

L’indice (ou index) glycémique

Cuites al dente, les pâtes ont un IG encore plus bas (ici, des pâtes sans gluten à base de lentilles corail)
Cuites al dente, les pâtes ont un IG encore plus bas (ici, des pâtes sans gluten à base de lentilles corail)

Les recettes que je publie sur Saines Gourmandises sont quasiment toutes à indice glycémique bas car cette façon de cuisiner (que j’ai adopté il y a déjà 8 ans) me convient si bien que je me dois de la partager…

En plus de mon activité à temps plein de blogueuse et d’auteure culinaire, je suis maman de six enfants d’âge rapproché avec tout ce que cela comprend de travail, d’attention, de dévouement et de disponibilité, ce qui peut vous donner une petite idée de la difficulté à garder la « pêche » au quotidien !

Même en mangeant bio et équilibré, je surveille aussi un peu ma ligne comme beaucoup d’entre vous sans toutefois en faire une obsession. Or le « régime » à indice glycémique bas -qui est d’ailleurs bien plus une hygiène de vie sur le long terme qu’un régime à part entière- m’a beaucoup apporté : une vitalité nouvelle, l’envie de refaire du sport, plusieurs kilos en moins… Et tout cela sans me brimer sur les bons petits plats, les douceurs, le chocolat, bref, sans frustrations, sans m’affamer. C’est cette expérience que je veux partager avec vous, et aussi l’un des buts principaux de ce blog, qui se veut bio et gourmand avant tout, mais aussi adapté aux nouvelles données en matière d’alimentation puisque de plus en plus de médecins sérieux tirent la sonnette d’alarme sur les ravages du sucre blanc, des céréales raffinées et autres glucides à IG très élevé sur le surpoids et la santé en général.

Si vous ne connaissez pas la notion d’indice glycémique et que vous avez quelques minutes devant vous, lisez ces explications que j’espère pas trop soporifiques… Votre silhouette vous dira merci 😉

Et si vous avez déjà une taille de sylphide, rien ne vous empêche de piocher quand même dans mes recettes si elles vous font de l’œil… cela n’a jamais fait de mal à personne de manger sain et équilibré !

{Nota} : Je profite aussi de cette introduction pour bien préciser que je ne suis ni médecin, ni même diététicienne. Mon seul but est de partager avec vous ce que j’ai pu lire et apprendre sur ces questions qui me passionnent, ainsi que mon expérience « pratique » d’une alimentation saine et à IG bas. Pour cette raison, je ne peux hélas pas conseiller au cas par cas les personnes souhaitant perdre du poids. Je n’ai pas la « légitimité » pour cela, et même si certains de vos messages lancés un peu comme des SOS me touchent beaucoup, je ne peux qu’encourager vivement les personnes qui ont beaucoup de poids à perdre à consulter un bon médecin. 

Pour répondre aussi à de nombreuses questions à ce sujet, je ne pratique pour ma part aucun des régimes « apparentés IG », tel que la méthode Montignac, Dukan ou Slim Data.

 

Qu’est ce que l’indice glycémique ?

La pomme (IG 30 à 35) idéale pour caler les petites faims en gardant une jolie silhouette...
La pomme (IG 30 à 35) idéale pour caler les petites faims en gardant une jolie silhouette…

L’indice glycémique est une valeur permettant de décrire, comparer et classer les aliments en fonction de leur influence sur l’élévation de la glycémie sanguine (c’est à dire le sucre qu’ils apportent dans le sang) pendant les heures suivant l’ingestion.

Certains aliments ont un indice glycémique élevé, d’autres un indice glycémique moyen, d’autres enfin un indice glycémique bas.

Il peut se révéler important, et nous allons voir pourquoi, de connaître l’indice glycémique (IG) des aliments si l’on est sportif, diabétique, ou si l’on souhaite tout simplement rester en forme et/ou perdre du poids.

Bon, jusque là j’espère que tout le monde m’a suivi…

 

IG bas, IG haut… Quel impact sur l’organisme ?

Les aliments à IG élevé provoquent un pic de glycémie brutal et important dans le sang, mais de courte durée.

 Cet effet peut parfois être recherché pour donner un « coup de fouet » pendant un effort intense par certains sportifs, mais dans la vie courante, il vaut mieux limiter ces apports de sucres trop brutaux qui provoquent une réponse néfaste de l’organisme.

En effet, devant cette brusque élévation de la glycémie sanguine, le pancréas va sécréter de l’insuline chargée de stocker ce glucose excédentaire dans les cellules adipeuses. En bref, ces pics de glycémie nous font grossir.

En outre, une fois ce pic de glycémie passé (et stocké là où il ne faut pas !), apparaît une hypoglycémie réactionnelle. On se sent « vidé », fatigué, parfois même à la limite du malaise, et prêt à se ruer sur n’importe quel paquet de biscuits ou barre chocolatée (si si on vous a vu…) car le cerveau, en manque soudain de glucose va nous pousser à re-consommer très vite, mais pas des tomates ou de la salade, non ça serait trop beau, plutôt des aliments riches en sucres rapides dont votre cerveau « affamé » a besoin en urgence….
D’où les fréquentes fringales compulsives pour les friandises ultra-sucrées, véritable fléau pour la ligne et la santé en général. De surcroît, cette alternance de pics brutaux suivis d’hypoglycémie réactionnelle crée un cercle vicieux qui fatigue le pancréas et favorise le syndrome métabolique, à l’origine de nombreuses maladies et problèmes de surpoids.
A l’inverse, les aliments à IG bas ne provoquent qu’une élévation douce, longue et progressive du glucose sanguin. L’organisme est donc alimenté longtemps en glucose, mais comme celui-ci ne dépasse pas le « taux critique » de glucose dans le sang au-delà duquel le pancréas déclenche la réponse insulinique, ce sucre n’est pas stocké sous forme de graisses.

Avec une alimentation à IG bas, on se sent rassasié et en forme plusieurs heures après les repas, sans fringales ni coups de pompe, le cerveau ne nous pousse plus vers la consommation de sucres rapides, et du coup les organismes en excès de poids fondent à vue d’œil sans s’affamer par des régimes déprimants et dangereux…

Ce mode d’alimentation, très équilibré et proche de ce que pratiquaient intuitivement nos ancêtres avant l’ère de la pomme de terre, du sucre et des céréales raffinées, ne provoque pas de carences, et ne présente absolument aucun effet secondaire. Cela permet même de réapprendre à bien manger en privilégiant les aliments sains et complets, tout en limitant beaucoup de risques de santé associés au nouveau mode de vie des pays « riches », tel que le diabète, l’obésité, les risques cardio-vasculaires et certains cancers (parlez-en à votre médecin, il vous confirmera certainement ces propos car de plus en plus d’études scientifiques officielles reconnaissent les méfaits des ingrédients raffinés à IG élevé sur l’organisme).

Ce mode d’alimentation convient même aux enfants, favorisant la concentration scolaire (pas de fameux « coupe de pompe des 11 heures » si redoutés par les professeurs), la pratique d’exercice physique, et prévient les problèmes d’obésité.

Pendant la grossesse, et éventuellement sous la surveillance d’un diététicien, une alimentation équilibrée et rassasiante à indice glycémique bas limite les risques de diabète gestationnel et le surpoids.

Le sirop d'agave, le sucre de bouleau, le miel d'acacia et le sucre de coco, 4 alternatives possibles pour remplacer le sucre dans un dessert
Le sirop d’agave, le sucre de bouleau, le miel d’acacia et le sucre de coco, 4 alternatives possibles pour remplacer le sucre dans un dessert

 

Comment se définit l’indice glycémique d’un aliment ?

Du riz basmati complet, pour un IG plus raisonnable
Du riz, oui, mais si possible  basmati et complet, pour un IG plus raisonnable…

Là, ça se corse un peu, alors si vous avez déjà un peu mal à la tête, mieux vaut prendre un petit cachet avant de continuer…

Par convention, on a attribué en Europe un IG de 100 au glucose pur, l’aliment de référence auquel seront comparés les autres aliments testés. (Aux USA, l’indice 100 est plutôt attribué au pain blanc qui sert alors de référence.)

Ensuite on fait consommer à un panel de personnes 50g du glucose contenu dans l’aliment testé (et non pas 50g de l’aliment comme beaucoup se l’imaginent), puis on pratique plusieurs tests de glycémie à intervalles réguliers dans les deux heures suivant l’ingestion. Ensuite, on compare la moyenne des courbes de glycémie ainsi obtenues avec la « courbe témoin » du glucose pour définir l’indice glycémique (IG) de l’aliment testé.

Un aliment ayant par exemple un IG de 75 (riz blanc, pomme de terre…) signifie donc qu’il présente 75 % de l’effet hyperglycémiant du glucose pur.

A peu de choses près, les aliments ayant un IG supérieur à 60 sont considérés comme des aliments à IG élevé, ceux autour de 50 comme des aliments à IG moyen, et ceux enfin dont l’IG est inférieur à 40 comme des aliments à IG bas. Selon les auteurs, les valeurs peuvent légèrement varier pour un même aliment, mais le tout est d’avoir déjà un ordre d’idée.

En pratique, ces mesures ont un peu révolutionné cette classification un peu empirique « sucres lents/sucres rapides » en combattant beaucoup d’idées reçues ! Ainsi, la pomme de terre ou le riz blanc, longtemps considérés comme des « sucres lents » ont en fait un indice glycémique très élevé : Ils provoquent donc un pic de glycémie élevé mais court, et ne « tiennent pas au corps », car sont trop vite stockés par l’insuline sous forme de graisse, laissant l’organisme en manque de glucose disponible assez rapidement après le repas.

A l’inverse, le chocolat noir et de nombreux fruits considérés à tort comme des sucres rapides présentent un IG bas…

De là à dire qu’il vaut mieux manger du chocolat que du riz bouilli, il n’y a qu’un pas… que les gourmands auront vite franchi. Mais attention toutefois de ne pas faire n’importe quoi, car la « clé » pour être en bonne santé et perdre du poids durablement, consiste à associer IG bas ET menus équilibrés.

Indice glycémique bas et gourmandise ne sont pas incompatibles, loin s’en faut. Exemple avec le chocolat noir, tout à fait raisonnable à condition de ne pas engloutir la tablette. Mais pour la suite, tout dépend des autres ingrédients entrant en jeu dans la recette ! Et si ce gâteau au chocolat vous tente terriblement, pas de panique, vous êtes sur le bon blog 😉
Indice glycémique bas et gourmandise ne sont pas incompatibles, loin s’en faut. Exemple avec le chocolat noir, tout à fait raisonnable à condition de ne pas engloutir la tablette. Mais pour la suite, tout dépend des autres ingrédients entrant en jeu dans la recette ! Et si ce gâteau au chocolat vous tente terriblement, pas de panique, vous êtes sur le bon blog 😉

 

Mangez équilibré !

Pour être en bonne santé, consommez chaque jour des végétaux et de bonnes graisses !
Pour être en bonne santé, consommez chaque jour des végétaux et de bonnes graisses !

En effet, le seul indice glycémique bas d’un aliment ne suffit pas à en faire un atout santé !

Pour reprendre l’exemple du chocolat, ne remplacez pas les céréales de votre repas de midi par une tablette de chocolat noir ! Ni votre tartine du petit déjeuner par 200g de saucisson sous prétexte que « ça a un IG bas »… Le beurre, la charcuterie par exemple ont un IG proche de 0, et ne doivent néanmoins n’être consommés qu’avec parcimonie, comme tous les aliments riches en graisses saturées. Tout est question de mesure, d’équilibre et de bon sens…

En règle générale, pour mincir et être en bonne santé, il faut limiter les graisses saturées présentes dans les viandes grasses, les produits laitiers, les huiles de fritures, etc. (sans non plus les bannir totalement) et privilégier les graisses issues des huiles de première pression à froid (olive, colza…), les avocats, les noix, etc. Il faut en outre toujours composer nos menus en tenant compte d’un bon équilibre alimentaire. Pour une personne non végétarienne, un déjeuner de midi équilibré comprendra donc par exemple :

– des légumes crus ou cuits à volonté pour leurs nombreux atouts santé (vitamines, fibres, antioxydants…)

– une portion d’environ 200g de glucides à IG bas (pesés cuits) pour le « carburant » mais aussi pour les fibres, et les minéraux (par exemple, 200g de pâtes complètes al dente, de haricots blancs, de riz basmati complet, de petit épeautre…)

– une portion raisonnable (100 à 150g maximum) de protéines de bonne qualité (œufs, poisson, viandes peu grasses, tofu, …) nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme, mais aussi pour l’effet « coupe-faim » car un repas contenant des protéines est plus rassasiant.

– un peu de « bonnes graisses » : huiles végétales de première pression à froid, avocat, amandes…) pour le bon fonctionnement cérébral, hépatique, et beaucoup d’autres fonctions de notre organisme qu’il serait bien long de décrire ici, car mon explication est déjà assez longue comme ça … mais ne craquez pas, j’ai bientôt fini!

{ Nota } Vous trouverez plus d’infos sur les menus équilibrés d’une journée (petit-déjeuner, déjeuner, goûter et repas du soir) dans mon ouvrage « La cuisine de la minceur durable » co-écrit avec la célèbre diététicienne Brigitte Fichaux.
Selon certains médecins (dont les docteurs Nicolas le Berre, Guy Avril, et tant d’autres…), le fameux « incontournable » produit laitier ne serait quant à lui pas si nécessaire que cela, du moins pas à chaque repas si le reste de l’alimentation apporte du calcium (céréales complètes, amandes, fruits de mer, algues, etc.), et surtout si notre organisme n’est pas en acidose chronique, ce qui le pousserait à puiser dans ses stocks de calcium – jusque dans les os !- pour la neutraliser. Or, cette acidose est favorisée par une consommation excessive de produits animaux (dont les produits laitiers, c’est vraiment un cercle vicieux !), ainsi que l’alcool, le tabac, le stress et la sédentarité.

Les produits laitiers doivent donc rester, pour ceux qui les tolèrent bien, des aliments « plaisir », à consommer peut-être moins souvent et de la meilleure qualité possible. Beaucoup de médecins naturopathes recommandent en outre de privilégier les laitages de chèvre ou de brebis, biologiques, et si possible au lait cru. Dans tous les cas, on bannira le lait UHT qui se comporte selon l’avis de certains médecins comme un véritable « poison » pour notre organisme (sa stérilisation ayant détruit les enzymes et ferments aidant à sa digestion).

 

 

Un plat très gourmand et parfaitement équilibré, associant céréale complète à IG bas, protéines et légumes…
Un plat très gourmand et parfaitement équilibré, associant céréale complète à IG bas, protéines et légumes…

 

Les modérateurs naturels de glycémie

En suivant sur le long terme ces quelques règles de bon équilibre alimentaire évoquées plus haut, vous retrouverez forme et vitalité, et je gage aussi que vous perdrez vite du poids.

Voici en « bonus » quelques petits trucs qui aideront encore à abaisser la glycémie d’un repas, pour un effet minceur encore plus efficace. Vous pouvez utiliser ces petites « aides » au quotidien si vous avez vraiment du poids à perdre, ou seulement occasionnellement, quand vous aurez envie de craquer sur une pizza ou une tartiflette… 😉

Le vinaigre de cidre et le citron :

Comme tous les aliments acides, ils abaissent la glycémie de tout le bol alimentaire. Ainsi, une salade de pâtes contenant du vinaigre ou du citron présentera un IG moins élevé que la même portion de pâtes au beurre. (En outre, il est bon de savoir que l’IG des pâtes « al dente » refroidies est encore plus bas que lorsqu’elles sont consommées chaudes. Vive les salades de pâtes!).

Avec un repas contenant des glucides, un bon truc consiste à boire une cuillerée de vinaigre de cidre ou de jus de citron dans un grand verre d’eau (fraîche et pétillante c’est encore meilleur), ce qui minimisera l’impact du repas sur l’élévation de la glycémie sanguine.

Cet effet hypoglycémiant s’applique aussi pour les câpres, les cornichons, les autres vinaigres, les produits lacto-fermentés, et certains fruits acides comme la tomate.

En bref, la présence de cornichons à votre table peut vous aider à mincir. Chouette, vous allez pouvoir inviter votre beau frère !

Les tomates, comme tous les autres ingrédients acides, abaissent l'IG d'une assiette de pâtes ou de riz par exemple
Les tomates, comme tous les autres ingrédients acides, abaissent l’IG d’une assiette de pâtes ou de riz par exemple

 

Les fibres solubles en général, et le son d’avoine en particulier:

Toutes les fibres aident à maîtriser l’indice glycémique d’un bol alimentaire, mais les fibres solubles forment dans l’estomac une sorte de gel qui capture une partie des sucres et des graisses, tout en ralentissant la digestion, donc le passage des sucres dans le sang.

Les pommes, les amandes, la cannelle, et le son d’avoine contiennent beaucoup de fibres solubles.
Consommés régulièrement, ils aident à mincir et possèdent en outre un effet coupe-faim non négligeable.

Vous pouvez prendre avant chaque repas une cuillerée de son d’avoine dans un peu d’eau. Cela aide très efficacement à perdre du poids et abaisse en outre le cholestérol sanguin. Vous trouverez sur ce blog de nombreuses recettes pour « apprivoiser » le son d’avoine, qui peut être cuisiné en gâteaux, pains, crêpes, etc. Attention toutefois à ne pas en abuser, car en capturant les graisses du bol alimentaire, le son d’avoine capture aussi une partie des vitamines et minéraux : il peut donc se révéler légèrement déminéralisant à long terme si on en consomme beaucoup.

L’agar-agar, la pectine contenue dans certains fruits, agit de même, ainsi que certaines plantes mucilagineuses bien connues des pharmaciens pour leurs effets « coupe-faim » et « capture des graisses et glucides ». Vous pouvez leur demander conseil sur ces petits « coups de pouce », mais rien ne vous oblige à en consommer si votre alimentation est équilibrée sur le long terme.

La cannelle abaisse l'IG d'un dessert...
La cannelle abaisse quant à elle l’IG d’un dessert… Vive les bons spéculoos fait-maison !

La cuisson « al dente »:

L’indice glycémique des pâtes peut varier du simple au double selon le degré de cuisson. Aussi, il est préférable de cuire ses pâtes le moins longtemps possible, et de bannir les pâtes ou les céréales précuites ayant un IG plus élevé.

Enfin, il est bon de savoir que les pâtes de gabarit important (macaronis, papillons, tortis…) ont en outre un IG plus bas que les pâtes fines (cheveux d’anges, nouilles). Il fallait le savoir !

La transformation des céréales :

Plus la céréale est raffinée, plus son IG est élevé. Il faudra donc par exemple préférer le pain complet au pain blanc. Cependant, la « transformation » de la céréale est encore plus importante, car plus le grain est broyé finement, plus son IG est élevé.

Ainsi, mieux vaut privilégier le grain entier (blé, quinoa, petit épeautre…), à la semoule, et la semoule à la farine. La céréale soufflée ou extrudée (pop corn, céréales soufflées…) étant vraiment le « comble de l’horreur » en matière d’indice glycémique.

La consommation d’une portion raisonnable de protéines et de matières grasses en même temps que les glucides:

Cela aurait aussi une influence hypoglycémiante sur le bol alimentaire. Pour revenir à l’exemple des pâtes, des spaghettis bolognaises contenant un peu de bœuf maigre, de tomate et d’huile d’olive feront moins grossir que des spaghettis natures, tout en constituant un plat plus équilibré (et plus savoureux!) .

Autre exemple pratique : le riz possède un IG plutôt élevé (avec des différences sensibles selon les variétés), mais cuisiné en sushi, l’IG est abaissé par la présence de poisson et de citron. (Bon à savoir : le riz basmati possède un IG plus bas que celui des autres riz)
Voilà donc, dans les grandes lignes, ce qu’il faut savoir sur l’indice glycémique. Je vous donne à la fin de cette note plusieurs liens sérieux pour approfondir un peu le sujet, ainsi que pour trouver des tables d’indice glycémique et de charge glycémique pour chaque aliment. Passons maintenant à la différence entre IG et CG…

 

IG, CG, comment s’y retrouver ?

Le melon, un indice glycémique plutôt élevé (67), mais une charge glycémique faible (5)… On peut donc se faire plaisir en été !
Le melon, un indice glycémique plutôt élevé (67), mais une charge glycémique faible (5)… On peut donc se faire plaisir en été !

Bon, si vous n’avez pas pris de cachet anti-migraineux plus haut, c’est le moment…

L’indice glycémique (IG) décrit l’influence de 50g du glucose contenu dans l’aliment sur la glycémie sanguine.

La charge glycémique (CG) donne une indication sur l’influence d’une portion de ce même aliment sur la glycémie sanguine.

Cette dernière est donc plus représentative en pratique de l’influence de la consommation d’un aliment sur la glycémie, car certains aliments ont un IG élevé, mais contiennent peu de glucose.
Si cela ne vous semble pas très clair (rassurez-vous j’ai fait la même tête que vous au début), voici deux exemples pratiques pour comprendre :

• Le potiron possède un IG élevé : 75 (Je vous rappelle que l’IG est calculé pour 50 g de glucides issus de l’aliment testé, et non pas 50g d’aliment.)

Cependant, comme il n’y a que très peu de glucides et beaucoup d’eau dans le potiron, la charge glycémique (CG) du potiron reste faible : 4

Du coup la consommation d’une portion de potiron n’influe que peu sur l’élévation de la glycémie sanguine.

• Le riz possède aussi un IG élevé : 70 à 90

Mais contrairement au potiron, il possède aussi un fort pourcentage de glucides. Sa charge glycémique est donc élevée : de 23 à 27 selon les riz.

L’IG définit donc la façon dont se comportent 50g de glucides d’un aliment particulier sur à l’élévation de la glycémie sanguine,

alors que…

La CG définit l’impact d’une portion de ce même aliment sur la glycémie sanguine.

Vous allez me dire qu’il y de quoi devenir complètement maboul, mais avec quelques règles générales, et des tables d’IG et de CG, on s’y retrouve vite.

Voici une petite liste non exhaustive, pour vous donner une idée des glucides à privilégier ou à éviter si vous souhaitez mincir.

Glucides à éviter autant que possible :

Riz blanc, riz précuit, pomme de terre, pâtes alimentaires trop cuites, pain blanc, sucre, miel (sauf celui d’acacia), biscottes, biscuits secs, sodas, corn-flakes et autres céréales industrielles (excepté les « vrais » flocons et mueslis), maïzena, bière (IG 110 !), fruits au sirop, etc.

Glucides à consommer régulièrement en portions rassasiantes mais raisonnables :

Pâtes « al dente », quinoa, semoule, céréales en grains (petit épeautre, blé tendre, kasha, orge mondé), riz basmati, haricots blancs, flageolets, carottes crues, lentilles, pois chiches, pain complet de préférence au levain naturel, pain de seigle, sirop d’agave, miel d’acacia, sucre de coco, sucre de bouleau, fruits frais, pomme de terre nouvelles cuites à la vapeur, fruits séchés (abricots, pruneaux, cranberries), chocolat, etc.
Certains produits ayant un IG assez élevé ne doivent pas forcément être « bannis », surtout pour les enfants, les sportifs, les personnes très actives, car ils apportent de nombreux nutriments. C’est le cas par exemple du miel, du sucre complet ou des dattes

Bon à savoir : Les aliments ayant un IG élevé mais une CG raisonnable ne sont pas très nombreux… Pour info, il s’agit surtout des légumes de la famille des courges (melon, potiron, potimarron…) et des légumes-racines (carottes, panais, topinambour, navet…) mais c’est aussi le cas de la bière (IG 110, CG 6… à consommer toutefois avec modération sous peine de voir pousser les fameux « abdos-Kronenbourg » ;))

Quelques liens utiles:

Voici pour finir quelques liens vers des sites traitant de ce sujet (Il y en a plein d’autres, assurez-vous juste qu’ils soient sérieux, et cautionnés par une autorité médicale, au risque de lire beaucoup de bêtises…)

Tables de l’index glycémique des principaux aliments

Le site de LaNutrition.fr

Rechercher un indice glycémique

L’index glycémique – Wikipédia

Les aliments et leur effet sur la glycémie (fichier PDF)

 

Enfin, mes ouvrages parus sur ce sujet :

60 desserts à IG bas (épuisé, d’occasion seulement)

Recettes IG bas (épuisé, d’occasion seulement)

La cuisine de la minceur durable

Mes desserts à IG bas (à paraître tout prochainement)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

76 grains de sel sur “IG bas, forme et minceur

  1. Coucou Marie ton nouveau blog est comme une fleur qui s’ouvre au soleil …!!!! bravo, j’attends avec impatience ton nouveau livre  »les desserts à IG bas » je suis une gourmande comme pas possibllllllle !!!!!!!et j’adore faire plaisir à mon entourage. Merci de tout coeur pour tout ce travail effectué , ça c’est du BONHEUR !!!!
    Cathy

    1. mariechioca

      Je pense que tu ne seras pas déçue Cathy 😉
      Mais il ne sort qu’en avril, encore un peu de patience…
      TRès belle semaine à toi,
      Marie

  2. C’est fait ! J’ai enfin pris le temps de lire cet article et je n’ai même pas eu besoin de cachet. Même si cela est très complexe, grâce à toi, j’ai saisi l’essentiel.
    Le plus dur reste à faire : appliquer tout cela au quotidien !
    Merci encore pour toutes ces infos si utiles.

    1. mariechioca

      Mais de rien, c’est avec plaisir que je partage tout ça 😉
      Tu verras, au quotidien c’est assez facile à appliquer, on s’y fait très vite…
      Bon courage 🙂
      Marie

  3. Bonjour 🙂 j ai bien pris le temps de tout lire et j ai trouvé plein d Infos très intéressantes . Étant intolérante au gluten ,je me tourne depuis quelques temps vers le sarrasin et autres céréales à IG bas ( millet, souchet …)
    Je consomme des flocons de riz ,pois chiches et sarrasin ainsi que des flakes de sarrasin le matin qd je n ai pas de pain ,est ce correct ? Bien sûr pas tout à la fois ……
    Merci beaucoup 🙂

    1. mariechioca

      Je pense que c’ets très bien Sylvie, même si je t’avoue ne pas très bien m’y connaître en alternatives « IG bas sans gluten ». Il faudra qu’un de ces jours je me penche très sérieusement sur la question 😉
      Bon courage, et prends bien soin de toi !
      Marie

  4. Bonjour Marie,

    Je pense que mon email a été noyé parmi vos spams :).
    Je connais votre goût pour les produits aux saveurs originales et votre talent pour élaborer des recettes créatives et, de surcroît, bonne pour l’organisme !
    J’aimerais donc sincèrement vous faire découvrir et déguster nos super-aliments et produits d’épicerie fine, de la Sève de Kitul au Camu Camu, en passant par l’Urucum ou l’incontournable Warana, le Guarana des Indiens Sateré Mawé …
    Quand seriez-vous disponible ? Je serai ravie de vous recevoir à notre Show Room (73 rue de Charenton, Paris 12e).

    Je vous remercie par avance et espère vous rencontrer très vite,

    Pauline BILLET
    Chargée de Communication & Relations Presse
    Communication and Press Relations Manager

    Soutenez le Projet Warana et participez au préfinancement de la prochaine récolte des Indiens Sateré Mawé !
    Prêt rémunéré à 2% : https://bluebees.fr/fr/project/219-warana

    GUAYAPI
    55, rue traversière
    75012 PARIS
    FRANCE
    Tél / Phone: + 33 (0) 1 43 46 52 43
    http://www.guayapi.com

  5. Wahou ! Super article (lu en entier à presque 23h et sans décrocher !)
    Ma maman a décidé d’arrêter le sucre blanc suite à de très nombreux articles qui lui montraient bien que c’était pas super super pour notre santé, mais apparemment il n’y a pas QUE le sucre blanc et je vais donc pourvoir lui faire un petit résumé de ton article (si j’y arrive) pour me la crâner 😉
    J’ai hâte de découvrir toutes tes recettes et pouvoir les mettre en action dans ma cuisine et dans l’assiette de toute la famille. (Même si je t’avoue que la présentation pour naviguer entre tes recettes me donne du fil à retordre…. )
    Je t’embrasse et te remercie pour ton super blog.

    1. Marie Chioca

      Merci beaucoup Charlotte, je suis super touchée par ton petit mot 🙂
      Ne t’inquiète pas, la navigation entre les recettes du blog devrait beaucoup s’améliorer sous peu… Un pro y travaille, il lui faut juste un peu de temps.
      Je t’embrasse, et bonne semaine à toi,
      Marie

  6. Bravo pour cet article ! Je l’ai lu jusqu’au bout et je n’ai pas tout compris. Mais je pense qu’en le re-re-relisant, ça devrait « le faire ».
    J’ai moi-même de gros troubles gastriques, une intolérance au lactose et au gluten et l’un de mes enfants a hérité du problème… J’ai déjà le livre de S. Cabot ainsi que 16 de tes livres et je vais me replonger dans tout ça. Merci pour l’attention que tu mets dans tes posts, tes articles, tes photos, tes recettes…

    1. Marie Chioca

      Oouahou, 16 livres, tu m’épateras toujours Stéphanie…
      Un grand merci du fond du coeur pour une telle confiance et fidélité !

      Marie

  7. Bonjour Marie,

    Vous pouvez actualiser « Mes desserts à IG bas » paru ! D’ailleurs je cours l’acheter ce soir !
    Je voulais aussi vous demander si vous aviez fait un article ou répondu à une question à propos des quantités à manger.
    En effet, il y a le concept de l’IG bas , que je suis depuis un moment mais voilà, je suis une immense gourmande de salé comme de sucré et …le pain particulièrement est mon pêché mignon.
    Avez-vous des conseils à donner à propos des quantités à mettre dans son assiette ? (1/2 gâteau au chocolat par ex).
    Et je profite, car je n’ai jamais pris le temps de vous écrire, que votre blogs, vos livres …sont absolument géniaux et vos photos superbes.
    Merci pour tout.

    1. Marie Chioca

      Bonjour Sadacal,
      C’est une très bonne question, mais ce serait un peu long d’y répondre ici en détail. Sachez que cela a été traité avec beaucoup de précision dans l’ouvrage « La cuisine de la minceur durable », mais comme je comprends très bien que tout le monde ne puisse pas acheter tous mes bouquins ;), voici déjà quelques jalons puisés sans ce que préconise Brigitte Fichaux, diététicienne « bio » depuis 30 ans et donc, jouissant d’une très grande expérience :
      Pour le pain, une bonne portion serait d’en manger au maximum de 80 à 100g au petit déjeuner (pain bio complet, de blé ou d’épeautre)
      A midi, on peut consommer au maximum 200g de glucides pesés cuits (pâtes, riz, haricots blancs, lentilles…). PLus, c’est vraiment une trop grosse portion, on risque de prendre du poids et d’alourdir la digestion (ne pas consommer de pain ni de dessert à midi, c’est beaucoup mieux)
      Au goûter, on peut s’autoriser une petite collation sucrée (2 fruits, ou une part de gâteau maison à IG bas, etc.)
      Et le soir, mieux vaut éviter les glucides, ou alors les consommer en très petite quantité : un seul fruit par exemple, ou 50g de riz cuit dans une salade.

      Voilà, c’est très très résumé, mais bon, si ça peut déjà vous donner une idée…
      Bonne journée à vous,
      Marie

  8. Bonjour,

    Merci pour votre article.
    J’ai découvert le sucre de coco il y a deux ans, et je me suis dite, youpie!, c’est du sucre qui est plus naturel (à part du miel et du sirop d’érable) que du sucre blanc et il a un IG bas. Mais là, hélas, j’ai lu des articles en Francais et en Anglais qui disent que ce n’est pas sûr du tout, car aux Philippines, ils ont fait un test avec que 10 personnes, et ils ont dit que le IG est de 35. Le problème est que c’est le seul test, et qu’on ne peut pas être sûr. Et c’est un index. Donc, même si ‘on’ dit sur les emballages que son IG est de 35, beaucoup de gens le croient, (comme moi avant), sans se poser des questions.
    Je vous donne quelques liens: (j’espère que vous comprenez l’Anglais) https://authoritynutrition.com/coconut-sugar/, http://www.huffingtonpost.com/jj-virgin/coconut-sugar-healthier-s_b_5669084.html , https://www.bulletproofexec.com/5-not-so-sweet-facts-about-coconut-sugar/ , https://www.tropicaltraditions.com/coconut_palm_sugar.htm et le dernier: http://foodwatch.com.au/blog/carbs-sugars-and-fibres/item/coconut-sugar.html J’aimerais savoir si le sucre de coco a vraiment un IG de 35, parce que selon ce que lis, c’est peu probable. Et apparemment, il n’est pas cru et la production pas écolo (http://crudivegan.com/mefiez-vous-du-sucre-de-coco. Merci à vous! Cordialement, Meriel

    1. Marie Chioca

      Bonjour Meriel,
      Il y a beaucoup de controverses sur le sucre de coco, de bouleau, le sirop d’agave, etc. Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’essaye bien évidement de me tenir au courant de très près, et je trouve que les articles « à charge » manquent beaucoup de nuance (et là, c’est un euphémisme!).
      Ce serait trop long de tout expliquer ici, mais, en gros, le sucre de canne étant par lui-même très mauvais pour la santé (sauf le sucre très complet de type muscovado ou rapadura, que l’on peut utiliser de temps pour les gens qui n’ont AUCUN souci de poids, de métabolisme ou de diabète) il est quand même préférable de recourir aux quelques alternatives naturelles qui ont réellement un IG plus bas que le sucre (du moins, quand ils ne sont pas frelatés, mais ça, c’est un autre souci…) : sucre de coco, sucre de bouleau, sirop d’agave, stévia (pour ceux qui aiment, moi je déteste), miel d’acacia.
      … et tout cela en se rappelant bien, comme je le dis très souvent, que de toute façon, pour être en bonne santé il faut manger très peu sucré !

      Bonne journée Meriel,
      Marie

  9. Merci Marie, grâce à toi tout est enfin clair (et je n’ai pas eu besoin de cachet !!). Je suis nouvelle sur ton site que j’ai trouvé au hasard de mes recherches sur le net. J’ai une bonne quinzaine de kilos à perdre et je ne cache pas avoir essayé tout un tas de régime. … je mentirais en disant que j’ai tout repris…j’ai perdue depuis 4 ans 18 kg….au prix de beaucoup de privations, de culpabilisation et de découragement. Alors je me suis dis il faut changer tout cela d’où ma recherche. Le sucre je l’ai suprimé il y a deux mois, je continue de manger des fruits, max 2 par jour. Grâce à ton site et à ses menus, je vais me convertir (je ne sais pas si c’est le meilleur terme) et enfin manger bon, savoureux et équilibré! !! Encore merci.

    1. Marie Chioca

      C’est moi qui te remercie pour ton gentil message Nicole, je suis très touchée 🙂
      Je te souhaite de vraiment très bien réussir ! Prend bien soin de toi…

      Marie

  10. Bonjour Marie,

    Merci beaucoup pour votre réponse. Est-ce que vous avez des articles à partager sur le sucre de coco, par exemple, car le sujet m’intéresse beaucoup?

    Merci beaucoup et bonne journée,

    Meriel

    1. Marie Chioca

      L’un des plus intéressants était sur le blog de Mely (le chaudron pastel). Je n’ai plus le lien sous la main, mais tu devrais le retrouver assez facilement je pense…
      Bonne après-midi Meriel !
      Marie

  11. Salut! Votre site est dans mes « favoris » depuis quelques mois et je viens tout juste de prendre le temps de bien le lire (en vacances). J’aimerais bien me procurer vos livres. Savez-vous s’ils sont aussi en vente au Québec? Merci.

    1. Marie Chioca

      Bonjour Marie, et vraiment désolée pour mon temps de réponse, je rentre juste de 15 jours de congés.
      En tout cas, il me semble bien que certains de mes livres se vendent au Québec, car j’ai des lecteurs qui m’écrivent de ces belles contrées 🙂 Mais je ne sais pas où, ni comment les trouver (les livres, pas les lecteurs)…
      Bonne chasse ! 😉
      Des bises de France,
      Marie

  12. Bonjour Marie, Une petite question sur les graines mucilagineuses. Je vois sur beaucoup de blog/livres de recettes que les graines de lin et de chia sont par exemple utilisées pour leur propriétés de liant, mais je n’ai jamais vu mentionner l’utilisation des graines de cresson. Pourtant, ces graines sont vraiment très mucilagineuses et je me demandais donc si on pouvait les utiliser dans des recettes à la place ou avec les graines de chia ou de lin, notamment après broyage. Merci pour ce site que je découvre, et pour ta réponse,
    Joannel

    1. Marie Chioca

      Hélas, tu vas me trouver (à juste titre sur ce coup là) très ignare, mais je ne sais pas DU TOUT comment utiliser les graines de cresson… Désolée Johannel 😉
      En revanche, tu as piqué ma curiosité, et je vais peut-être me pencher sur la question !
      Bonne après-midi à toi !
      Marie

  13. Bonjour Marie, Une petite question sur les graines mucilagineuses. Je vois sur beaucoup de blog/livres de recettes que les graines de lin et de chia sont par exemple utilisées pour leur propriétés de liant, mais je n’ai jamais vu mentionner l’utilisation des graines de cresson. Pourtant, ces graines sont vraiment très mucilagineuses et je me demandais donc si on pouvait les utiliser dans des recettes à la place ou avec les graines de chia ou de lin, notamment après broyage. Merci pour ce site que je découvre, et pour ta réponse,
    Joannel

  14. Bonjour,

    J’ai déjà quelques uns de vos livres qui sont une bonne base pour commencer à changer dans le positif.
    J’ai une question vous parlez de menu équilibrés, vous avez des semaines type pour m’aider dans la programmation de mes menus?

    1. Marie Chioca

      Non, hélas, je n’ai pas cela sur le blog ou en document word téléchargeable, je pourrais le faire mais ça relève plus du travail d’une diététicienne, or je ne le suis pas 😉 Il y a un livre qui pourrait toutefois vous aider, il s’appelle « la cuisine de la minceur durable » et je l’ai justement co-écrit avec une très bonne diététicienne Brigitte Fichaux… Là, vous y trouveriez toutes les informations pour des menus équilibrés.
      Bon week-end Paméla !
      Marie

  15. Bonjour Marie
    Je viens de découvrir ton blog, un délice..
    Je m’intéresse à la nutrition depuis quelque temps, aurais-tu des ouvrages – plutôt accessibles – à me conseiller?
    Merci encore
    Bien à toi
    Myriam

    1. Marie Chioca

      Bonjour Myriam,
      Tout dépend, que recherches-tu exactement ? A perdre un peu de poids, à détoxifier ton organisme, à lutter contre un problème de santé en particulier? J’aurais besoin d’en savoir un peu plus avant de te conseiller un ouvrage en particulier…
      A très bientôt, et merci pour ton gentil message !
      Marie

  16. MERCI

    Depuis ce matin, je suis sur votre site (via PINTEREST) et quels délices ???? (au pluriel tellement je me lèche les babines).
    Enfin du revisité et avec des farines telles que le petit épeautre ! Merci. Quel travail !

    Je fais partager votre site à ma fille car, pour ma part, j’ai envie de tout.

    Bon courage et encore merci de nous faire partager tes recherches, tes tentatives et ton succès !

  17. Bonjour,
    je viens de m’inscrire sur ton blog, les recettes sont super. Je viens d’acheter  »la cuisine de la mainceur durable » et mes « recettes detox super gourmandes ». A bientôt, Josie.

  18. Bonjour Marie,
    Dans les sucres possibles a utiliser tu ne parles pas de l’influence du muscovado ou rapadura.
    Peux-tu nous dire si c’est conseillé ou pas dans le cadre de l’alimentation à IG bas?
    Quand reviens tu sur les ondes d’RCFM?
    Bises de Corse

    1. Marie Chioca

      Hélas, les sucres de canne très complets comme le muscovado ou le rapadura gardent un IG assez élevé. Ce sont néanmoins des sucres bons pour la santé des enfants par exemple, car ils sont très reminéralisants.
      Bises du Dauphiné ma chère Domi 🙂
      Marie

  19. Bonsoir et bravo pour votre site
    très bien rédigé,
    et vos très belles photos !
    J’ai revu hier ma naturopathe, car, à l’inverse de beaucoup, j’aimerais bien reprendre deux ou trois kilos, elle m’a dit de manger deux fois par jour des féculents, produisant le moins de colles comme les lentilles corail, ou vertes.
    A midi je consomme des patates douces, ou potimarron, panais…
    Amitié,
    Cathy

  20. Bonjour
    Je suis à la recherche d’un nutrtioniste coach sur paris ou ile d efrance appliquant la methide ig bas et afin de m’aider dans ma perte de poids
    auriez vous des ?
    Metci d’avance

    1. Marie Chioca

      En toute franchise, je ne connais pas de nutritionniste coach Delphe, il y a bien la diététicienne Brigitte Fichaux (elle est formidable) mais je crois qu’elle est débordée et de toute façon elle ne reçoit qu’à son cabinet.
      Bon courage !
      Marie

    1. Marie Chioca

      Bonjour Alessandra,
      En surveillant par exemple Priceminister ou le Bon Coin : il s’en vend de temps en temps un exemplaire. Bonne chasse 😉
      Marie

  21. Bonjour,

    Belle découverte en ce début d’année que votre blog, pour l’instant je n’ai fait que le survoler mais il semble correspondre à ce que je recherchais depuis assez longtemps.
    Il y a juste une question que je voulais vous poser : soja or not soja, en effet souvent on prône les bienfaits du soja mais aussi les dangers à en consommer (cancer du sein), qu’elle est votre avis la dessus ?
    J’espère que votre blog m’accompagnera dans mes bonnes et saines résolutions 2017.
    Très bel Année 2017 !
    Marj’

    1. Marie Chioca

      Merci beaucoup chère Marjane, et tous mes voeux à vous aussi.
      Concernant le soja, je me comporte avec lui comme avec beaucoup d’autres aliments : j’en consomme quand ça me fait plaisir, de temps en temps, sans excès (lait de soja-vanille parfois dans un dessert, tofu fumé ou lactofermenté dans un plat cuisiné maison, etc..). C’est l’intérêt de manger de tout : il y a beaucoup moins de risques de « trop forcer la dose » sur un ingrédient en particulier. Du coup je n’exclue rien de mon alimentation, sauf les produits industriels.
      Bonne continuation à prendre bien soin de vous, et peut-être à très bientôt sur le blog 😉
      Marie

  22. Bjr,
    Merci pour ces explications des plus claires. J ai commence il y a une semaine. Je furete partout pour.comprendre et surtout pouvoir cuisiner. Je pense que je vais revivre et commencer à.perdre le poids que mes patologies me font prendre
    Vous êtes dans mes favoris.
    Bonne continuation…
    Fred

  23. Oups mon commentaire est parti trop tôt, oui merci Marie pour vos explications et votre blog que je trouve génial, je fais actuellement un régime basé sur les IG bas, mais je me mélange un peu les pinceaux, je vais regarder vos recette de plus près et j’espère trouver votre livre très bientôt
    Amicalement
    Patou

  24. Bonjour!

    Alors mon message n’est pas directement lié à l’article, c’est plutot une demande de contact .
    Histoire de ne pas passer à la poubelle avec les démarcheurs zélés!!

    J’aime beaucoup l’atmosphère de votre ste. On se sent à la maison, et même à la cuisine, en train de vous regarder faire dans une ambiance tout à fait sympatique.

    Je m’interesse depuis tres peu de temps à une alimentation plus saine. J’usqu’ici, à la maison, les repas knackis purée mousseline ça allait de soi. bah voui, j’avoue….
    Et avec 6 (tout bentot 7!) petits criquets à la maison, le panier de linge, les devoirs, tout ça tout ça…changer d’habitudes revient à faire un 90° avec un paquebot long courrier: ça prend du temps!

    C’est mon medecin qui m’y encourage, parceque la forme n’est pas toujurs au rendez vous.
    alors nous avons commencé: plus du tout de biscuits du commerce, fruits et légumes…

    Alors voilà ma question: pouvez vous me conseiller un livre, ou plus, me permettant de « démarrer » vraiment dans cette voie?
    En sachant qu’il y a pour moi deux grosses contraintes: le temps (pas besoin de vous faire un dessin) et le porte monnaie (70 euros hebdo de courses pour 9 ……..et sans les pommes de terre, comment faire? )
    mais je suis prete à relever le défi, parceque les quelques experimentations « à IG bas » faites sont vraiment bluffantes et puis je vais bientot avoir 4j de « vacances à la m(at)er » pour y reflechir!!

    voilou!

    merci d’avance!
    Claire

    1. Marie Chioca

      Ma bien chère Claire, je suis vraiment touchée par ce message… Déjà, vous avez toute mon admiration pour cette belle famille !!!
      Il serait hélas un peu long d’écrire ici toutes mes « astuces » pour manger bio, sain, à IG bas ET bien gourmand pour toute la famille, en fait il faudrait un livre entier pour cela… et tant pis, l’info est lâchée, mais ce livre je suis en train de l’écrire (!), il sortira en septembre et il me tient beaucoup à coeur… Juste quelques mois de patience Claire, et en attendant, n’hésitez pas à « piocher » dans les recettes associant céréales et légumineuses (en dhal, en galettes, en mitonnée, en soupe, etc.) c’est LE truc qui permet de caler les grandes tablées sans y laisser un bras…
      Bon courage, et prenez grand soin de vous !
      Marie

  25. Merci pour ce bel article bien documenté , je me renseigne car depuis ma sleeve beaucoup d’aliment ne passe plus et provoque des désagréments . JE vais vite acheter votre livre pour bien comprendre L’IG

  26. Bonjour. Suite à un article paru dans « Femme Actuelle » et ayant grande envie de perdre quelques kilos j’ai commencé à suivre les principes d’IG bas. Bien m’en a pris, car rapidement (3-4 mois) ma balance m’a annoncé moins 8 kg. Cette affaire, cette façon de se nourrir me passionne, de plus elle est si simple… Bien sûr par de rare moment je retrouve une envie de « quelque chose de fort » je me fais plaisir (il existe des Pâtisseries qui fabriquent et vendent donc des délices à base de sucre de coco, waouh…). Alors à vous qui œuvrez pour le bien de notre santé et de notre ligne. Cordialement. Jacques J.

    1. Marie Chioca

      Merci très sincèrement pour ce témoignage Jacques, il me touche beaucoup.
      Continuez à prendre bien soin de vous !
      Très bonne journée à vous,
      Marie

  27. Ayant 3 kg à perdre, je tente l’alimentation IG BAS dont vous parlez assez souvent, j’aime votre blog, je fais des recettes de temps en temps qui me plaisent souvent, donc je viens de commander vos 2 livres (Cuisine de la minceur durable et Cuisine Détox) ….. allez j’y crois !!! lol
    Je vous dirai lorsque je recevrai ces livres et après les avoir utilisé ce que je ressens … Merci à vous pour tous ces beaux partages

    1. Marie Chioca

      Je n’ai pas de souci Michèle, vous aurez forcément des bénéfices santé et minceur, car quel que soit notre âge ou notre passif, une alimentation saine et à IG bas et la SEULE façon de se faire du bien dans le long terme…
      Prenez bien soin de vous 🙂
      Marie

  28. Merci Marie pour votre rapidité de réponse !!!
    Effectivement j’ai 70 ans, mais suis très active, et en même temps gourmet et gourmande !!!!!!! Je n’ai jamais eu de vrai problème de poids, mais avec les années il est plus difficile de les perdre ….
    J’adore cuisiner ….et je vais essayer de cuisiner différemment …il n’y a pas d’âge pour celà !! lol !! Et puis j’avoue que c’est un défi que je me lance …et que je voudrais faire partager à ma famille !! Donc j’attends avec impatience ces 2 livres !!
    Bonne journée à vous (ensoleillée dans le Gard)

  29. Bonjour Marie, merci pour ce blog, ces recettes, ces conseils, je m’y mets progressivement après avoir acheté la minceur durable, votre démarche nutritionnelle additionnée de la mise en avant d’un nouveau mode d’alimentation me correspondent parfaitement, enfin c’est exactement ce que je cherchais pour modifier mes habitudes en tout cas. Je voulais aussi vous dire que j’ai réussi à me procurer votre ouvrage « 60 recettes IG bas » chez l’éditeur, il n’est donc pas épuisé 😉 Merci encore !

    1. Marie Chioca

      Merci pour cette info, c’est super, je ne savais pas que mon ancien éditeur avait gardé des exemplaires !
      Bon week-end Dorothée…
      Marie

  30. Bonjour, je suis en train de changer mon alimentation de façon à manger plus « sainement » mais je me trouve un peu bloquée du fait de mon rythme de travail. Je travaille en 12h de jour ou de nuit, comment dois-je répartir mes repas? j’ai acheté « la cuisine de la minceur durable » mais je n’ai pas réussi à voir comment répartir tout ça, d’où ce petit message d’aide 🙂
    Merci beaucoup pour l’aide que je pourrais recevoir

    1. Marie Chioca

      Pauvre Jany, je voudrais tellement t’aider, mais le souci c’est que ne connaissant pas trop la question, j’ai peur de te dire des bêtises… Seule une bonne diététicienne pourrait probablement t’aider sur ce point.
      Bon courage à toi !
      Marie

  31. Déja un grand merci pour cet article. Tu as pris le temps d’écrire d’expliquer et franchement je comprends mieux ce mode d’alimentation! J’ai envie de me tourner vers celui afin d’équilibrer mes repas. Et je ne vois riens de contraignant là dedans!
    Bisous

    1. Marie Chioca

      C’est cela qui me plaît aussi : en fait, à part les cochonneries industrielles trop raffinées, on peut vraiment manger de tout, avec sagesse et raison, mais sans exclusion.
      Bonne continuation Christelle 🙂
      Marie

  32. Bonjour,

    Merci pour votre blog. J’ai suivi une conférence de Brigitte Fichaux et acheté votre livre »cuisine de la minceur durable ». J’ai un peu de mal à mettre cela en pratique . En effet, j’adore le sucré et mangé salé le matin n’est pas dans mes habitudes.!
    Ai je bien compris : on ne mange pas de dessert midi et soir? Donc les fruits sont aussi interdits matin, midi et soir?

    1. Marie Chioca

      Et oui, c’est mieux ainsi, mais on peut (et doit !) en manger au goûter. Après, Brigitte Fichaux indique qu’on peut remplacer le repas du soir par un fruit ou deux fruits si on n’a pas très faim, c’est très « détox » et tout à fait acceptable du point de vue de la chrononutrition.
      Bon courage !
      Marie

      1. Merci!
        J’essaie de suivre ce mode d’alimentation depuis lundi mais je dois avouer que j’ai faim le soir même après manger.
        Hier matin(vers 6h30) j’ai pris un café, un kiwi, 5 tartines de pain levain avec purée d’oaléagineux et un peu de fromage. Mais j’avais très faim à 12h00

        1. Marie Chioca

          Ce n’est pas vraiment mon métier, mais je me dis que de 6H30 à midi, c’est normal que tu aies faim !
          Par contre, je ne sais pas ce que ça vaudra pour toi, mais à titre personnel j’ai remarqué que le café me donne faim, alors que le thé non. Il a d’ailleurs été prouvé que la caféine augmente la production d’insuline… Peut-être tes tartines sont-elles trop vite métabolisées à cause de ça? Essaye au moins une fois avec une autre boisson, moins de pain (100G, c’est bien) et plus de fromage (50g) sans oublier un corps gras (un peu d’huile d’olive ou d’avocat avec le fromage de chèvre, moi je fais comme ça et c’est au top !). Tu me diras si tu « tiens » mieux.
          Bon courage Chanig !
          Marie

  33. C’est vrai que je trouve que le café me cale moins que mon bol de chocolat au lait (de vache). J’ai essayé aussi le lait végétal à la place du lait de vache. Maintenant, je prends du café .Je vais essayer le thé mais je n’aime pas ça.Par contre je prends du fromage de vache car je n’aime pas le chère (ni brebis).
    Que penses tu du miam o fruit? ou de la crème budweig ? Il y a peu de féculents de dans je crois donc ça ne doit pas trop tenir au corps.

    1. Marie Chioca

      Voilà, c’est ça, franchement moi je trouve que ça ne tient pas très bien au corps, mais rien ne t’empêche d’essayer, ça te conviendra peut-être car certaines personnes en sont très contentes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *