{ Désolée, ils ne savent vraiment pas se tenir… }

{ Désolée, ils ne savent vraiment pas se tenir… }

 

Cookies pomme-noisette sans sucre ajouté

♥ Sans lait ♥ Sans Œufs ♥ Sans Sucre ♥ Végétalien ♥ IG Bas ♥

 

J’espère que pour vous la rentrée s’est bien passée. La mienne se fait un peu en décalé car après un été particulièrement studieux, j’ai eu besoin de quelques jours de congé… mais cela n’a pas été de tout repos car pendant mes « vacances » les enfants sont tombés super malades (avec évidemment le mélodrame covid or not covid, et pas moyen de les faire tester du coup nous restés un peu cloitrés pour ne pas semer notre crève à tous vents même si à priori c’était plutôt un gros rhume). Puis hier, tout le monde est rentré tranquillement à l’école… juste pour que mon petit amour de Lulu tombe en récréation sur une énorme pierre et se fracture le nez ! Passage d’une partie de la nuit aux urgences, gros chagrin (pour elle bien sûr, et aussi pour moi car j’ai le cœur brisé de voir sa petite frimousse si esquintée) et après… Il faudra voir un chirurgien maxillo-facial dans quelques jours mais il y a quand même bon espoir que l’opération puisse être évitée.

Alors j’espère que tout va s’arranger pour le mieux et en attendant, je dorlote et console mon petit amour (si brave !) qui a même encore le courage de plaisanter : tout à l’heure, elle est venue me tirer la manche pour me dire « En fait, maman, je me suis cassée la figure dans les deux sens du terme ! ». Elle ne peut même pas rire, la pauvre, ça lui fait trop mal (l’hématome lui gonfle même la bouche et les yeux), mais il y avait un petit air si mutin dans ses prunelles. Brave petit coeur !

Bref, j’ai le moral un peu dans les chaussettes en attendant le bon rétablissement de ma Poupougnette chérie mais j’espère qu’une fois passé ces grosses émotions tout redeviendra plus paisible à la maison après ce mois de septembre un peu particulier…

D’ailleurs, mis à part ces galères, si vous saviez comme en général j’aime le mois de septembre ! A cheval entre l’été et l’automne, il emprunte à l’un la douceur des beaux jours et à l’autre la poésie des lumières : Tout est si beau, septembre est pour la nature une sorte de renouveau, un peu comme le printemps mais avec quelque chose d’encore plus éblouissant, plus majestueux.

Pour illustrer cette recette de cookies aux pommes j’ai photographié ce week-end mes pommiers au petit matin et ce qui est bien c’est que dans la brume dorée… on ne voit plus toutes les taches de tavelure, d’oïdium et de moniliose de ce verger un peu trop « bio » 😉 Vous me direz probablement qu’on n’est jamais trop bio alors bon, disons, de mon verger un peu trop « punk » car il aurait besoin de quelques soins que je me promets de lui apporter cet automne tant je sens de reproches quand je cueille mes fruits (Ah bravo Marie, tu nous donnes rien à bouffer, rien à boire, ça fait au moins quatre ans que tu nous laisses pousser les cheveux n’importe comment, on doit se de*erder tout seuls avec tout un tas de maladies et de petites bêtes, des courges sans gêne viennent nous chatouiller les trous de nez chaque été et toi pendant ce temps tu ne penses qu’à ton potager et à tes fleurs ! Mais c’est pas avec tes nepetas et tes poireaux que tu vas faire des bonnes tartes, hein, heureusement qu’on est là !).

Bon, après la séquence pathétique du pommier qui parle (mais si mais si je vais bien, promis ! Agreuuuu !) il va bien falloir aussi que j’en arrive un jour à vous dire un mot sur mes cookies. Vous l’avez compris, ils sont à la pomme. Et à la noisette aussi, des gros morceaux dorés au four qui croquent sous la dent… Et puis, ils ne contiennent quasiment pas de sucre hormis un peu de sucre vanillé (0,8g par cookie !!!) et c’est ça une gageure 😉

Côté santé, c’est très très bien : entre la farine d’épeautre complète, l’absence de sucre, le plein de magnésium, de fibres et tout et tout, c’est le genre de recette d’utilité publique qu’on devrait pouvoir acheter en pharmacie et se faire rembourser.

Côté saveur, c’est une tuerie intergalactique !

Côté texture, c’est… hum, disons, mitigé 😉 : Très gourmand (vraiment !) car super sablé, mais du coup, pas « sortables » du tout car ce sont des cookies « Mission Impossible » (Attention, dès que vous tenterez de le toucher, ce cookie s’autodétruira…).

Le côté sablé est en effet un peu poussé à l’extrême, faute à l’absence de sucre (lequel, en caramélisant à la cuisson, assure toujours une certaine cohésion dans les pâtes à biscuits). On pourrait tenter de mettre un œuf comme liant dans la pâte, je vais d’ailleurs essayer (je rajouterai un édit sur cet article dès que je l’aurai fait*) mais j’ai un doute : depuis le temps que je « pâtisse » je sais que les cookies les plus croustillants ne contiennent pas d’œufs, et très peu de liquides aqueux. Bref, ces cookies sont un peu comme le cousin boute-en-train de la famille, si sympathique dans les repas décontractés, mais pas sortable DU TOUT en société !

Tout ça pour dire que ces cookies, dévorez-les dans votre cuisine parce que si vous tentez de les emporter au boulot, alors n’oubliez pas la petite cuillère pour les manger à même le sac, la pelle et la balayette pour passer sur le bureau (et sous le bureau) sans oublier la brosse à vêtements pour vous épousseter la devanture. Sinon tout le monde saura que vous venez de manger des cookies… et comme un cochon de surcroît ! Bref, un rustre sachant aussi mal vous tenir que mes cookies 😉

 

*Edit du 23/09 : ça y est, c’est fait ! J’ai un tout petit peu modifié la recette, c’est toujours aussi bon mais un chouïa moins friable 😉

Ingrédients pour environ 25 biscuits

Préparation 20min

Cuisson : 30min

  • 125g de rondelles de pommes séchées (pas des chips de pomme croustillantes, mais des rondelles déshydratées un peu molles comme celles qu’on trouve en magasin bio)
  • 125g de farine T110 de grand épeautre
  • ½ sachet de poudre à lever
  • 3 sachets de sucre vanillé
  • 100g d’huile de coco
  • 125g de noisettes décortiquées
  • 3 c. à soupe de jus de pomme
  • 1 grosse pincée de fleur de sel.

Préchauffer le four à 150°C.

Mettre tous les ingrédients dans le bol d’un robot sauf les noisettes, puis mixer jusqu’à obtention d’une pâte assez homogène (s’il reste des tout petits bouts de lamelles de pomme, c’est normal). Ajouter les noisettes et mixer avec quelques brèves impulsions, sans trop insister car il doit rester de gros morceaux.

Prélever 20g de pâte, la façonner en boule, puis l’écraser sur une plaque de cuisson chemisée de papier. Renouveler l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

Enfourner pour 20min à 150°C, puis 10min à 100°C (en surveillant bien que ça ne brunissent pas trop car cela dépend des fours), puis laisser entièrement refroidir avant de ranger les gâteaux dans une boite bien hermétique.

Encore quelques photos de mon verger, ici des pommes “Braeburn” mais pas encore tout à fait mûres (je les cueille mi-octobre).

Une caisse de “Royal Gala”, “Braeburn” et “Belle de Boskoop” ramassées dans l’herbe. Ces premières pommes qui tombent en septembre se conservent beaucoup moins bien que la deuxième vague cueillie directement sur l’arbre un peu plus tard, alors nous les mangeons vite en tartes, compotes et pommes au four (juste ouvertes en deux avec une lichette de beurre et de cannelle…).

Et quelques autres photos un peu en vrac de ce bel été indien qui a ravit nos yeux de lumières merveilleuses. Ici, le lever du soleil 2km au dessus de chez nous. Nous étions parties très tôt avec les filles faire une randonnée, si tôt que nous avons pu voir le soleil se lever sur les montagnes en tenant un mug de café chaud dans nos mains. Un beau moment de sérénité… qui aide à mieux vivre les incontournables petits et gros tracas du quotidien.

Tôt le matin aussi, quand j’accompagne Roseline à la traite pour remplacer son chevrier de frangin 😉 Et oui, quand il est sur les marchés, nous on s’occupe des biquettes 😉 A la sortie de l’étable, la vue est drôlement jolie !

Trois chevreuils surpris dans un champ moissonné…

L’Abbaye de Saint-Antoine, un joyau médiéval en pays de Chambaran. J’ai posté cette photo, ainsi qu’une petite histoire de l’abbaye, sur Instagram juste avant les journées du patrimoine. C’est un endroit que je trouve particulièrement émouvant…

Toujours la même abbaye : Sur Insta, j’avais dû recadrer de force cette photo alors je suis vraiment contente de pouvoir la remettre ici sans la “mutiler” ;)

Une bassine de “Reinettes” du jardin, issues d’un très vieux pommier planté par un propriétaire du siècle passé… Quelqu’un saurait si ce sont des reinettes blanches, des reinettes grises, des reinettes vertes?…

Ce petit veau croisé dans un champ lors d’une sortie à vélo…

Pssst… et enfin, si vous aimez les cookies tout doux pour la ligne et bons pour la santé, je me permets de vous rappeler l’existence de ce livre, que j’utilise moi-même souvent au quotidien pour les goûters de la famille…

Désolée pour l’auto-promotion, mais c’est vraiment un bon livre 😉