{ C’est tellement mieux que d’ouvrir une brique ! }

{ C’est tellement mieux que d’ouvrir une brique ! }

 

La petite soupe asiatique « chrono » et trop bonne 

(Modulable en fonction des appétits)

♥ IG bas ♥ Sans Lait ♥

 

En publiant mon affreux cake tout vert de la dernière fois, je ne m’attendais certainement pas à un tel engouement ! Oui oui, encore des légumes et des recettes faciles, rapides, toutes légères pour le soir Marie ! C’est donc bien volontiers que je m’exécute, et même d’autant plus volontiers qu’étant actuellement en cure Cabot, je ne me vois pas trop vous poster des recettes genre dégoulinantes de chocolat que vous me bouloteriez sous le nez (sadiques !). Ce sera donc une Marie trèèès sage qui écrira sur ce blog pour les 2 ou 3 prochains articles. Et si, ça peut m’arriver des fois. Il me faut aussi vous dire qu’ayant attaqué lundi des travaux dans mon salon (je vous mettrai des photos quand ça sera fini, promis), et étant donné que cette pièce me faisait aussi office de bureau et de studio photo (et de frigidaire, c’est pour ça qu’on va rajouter un radiateur), je risque d’être un peu en galère pour shooter les prochaines recettes. Ce matin, par exemple, des terres-cuites étaient en train de sécher devant LA fameuse porte-fenêtre (seul endroit de ma maison où la lumière soit au top le matin) et pour photographier cette soupe, j’ai dû aller me geler dehors alors que j’avais mal au crâne, que mon chien louchait sur les crevettes (même qu’un filet de bave coulait de sa babine et je tremblais que ça ne tombe dans l’assiette…), que des flocons de neige se collaient sur l’objectif, que les brins de ciboulette s’envolaient à chaque coup de vent, que mon écharpe trempait dans la soupe (pendant que je surveillais imbécilement le filet de bave du chien) bref, que du plaisir hein… Mais bientôt, j’aurais un joli salon/bureau/studio photo, et ça c’est chouette ! Comme pour la cuisine l’an dernier, je tente petit à petit de redonner à ma maison un peu de son charme rustique, sachant que les précédents propriétaires se sont légèrement acharnés dessus : plaques de placo pour « cacher » les poutres en bois ou les jolis murs en pisé, lambris en PVC, carrelage design pour remplacer les planchers anciens, bref, rien n’aura été épargné, ou presque, mais bon, chacun ses goûts on va dire. Là, on est en train de poser des tomettes en terre cuite de récup sur le carrelage blanc brillant, sans savoir ce qu’il y avait dessous, ça va faire une drôle de lasagne mais bon, on était trop fatigués à l’idée de tout défoncer au marteau-piqueur…

Bref, pour en revenir à ma recette, c’est un plat que je fais souvent le soir quand je suis un peu limite côté timing (presque comme tous les soirs, en fait) car avec un robot pour émincer finement les légumes (et éventuellement une bouilloire pour chauffer l’eau plus vite), cette super bonne soupe se cuisine en un clin d’œil ! Elle peut même être modulée très facilement en fonction de l’appétit de chacun puisque les pâtes ne sont proposées qu’à part : Moi par exemple, je n’en mets pas dans mon assiette mais en revanche j’essaye toujours de choper deux ou trois crevettes dans la marmite, mine de rien.

Ce genre de petit plat, tout chaud, bien parfumé et HYPER léger c’est vraiment bien pour le soir quand on surveille un peu sa ligne : Car parfois, on n’a pas vraiment faim, mais juste “envie de manger”, et/ou de partager un moment de détente à table avec sa famille, pour se réconforter d’une longue journée. Or, sans les pâtes, cette bonne soupe est vraiment “light”…

Toujours sur le plan nutritionnel, sachez qu’outre le côté bien pratique de la cuisson chrono des légumes émincés finement, ils conservent ainsi presque toutes leurs qualités mais sans le côté « refroidissant » et parfois un peu plus difficile à digérer des crudités. Pour l’hiver, c’est le top ! Les crevettes sont facultatives (voir plus bas pour les alternatives végé ou pas) mais 25g de protéines animales par personnes, c’est hyper raisonnable pour un repas du soir… et ça donne un super bon goût à la soupe !

Surtout, ne zappez pas le petit « secret » consistant à faire légèrement rissoler l’ail, le gingembre et les oignons hachés avant d’ajouter les autres ingrédients. Perso, je n’utilise jamais de bouillons tout prêts, car il ne faut vraiment pas grand chose pour en réaliser de délicieux à la maison : une feuille de laurier, un clou de girofle, quelques légumes et un peu de sel étant vraiment la base, sauf dans cette soupe aux parfums un peu plus asiatiques où là c’est le trio ail/gingembre/coco qui fait le job (en plus des bons légumes ! ).

Je profite pour préciser qu’en vous recommandant d’émincer les légumes au robot, je n’essaye pas de vous faire de la pub pour telle ou telle marque. Je m’en fiche, prenez le robot que vous avez, et si vous n’en avez pas, il ne vous faudra que quelques minutes de plus pour émincer les légumes avec un couteau et une planche (ce que je fais parfois par « flemme » de devoir ensuite rincer les éléments du robot)… Pendant des années, j’ai eu un robot multifonctions Magimix, pas top canon côté design mais super robuste. Juste pour l’anecdote, un jour un de mes enfants a réussi à mettre une cuillère à café en inox (si si) dans le robot en train de hacher de la viande. Et là je suis sûre que vous voudriez bien savoir ce qu’il s’est passé hein ? Moi aussi.

Parce que quand je suis revenue dans la cuisine, attirée par des bruitages de film de guerre à 120 décibels, j’ai vu mon robot Magimix danser la gigue sur le plan de travail en faisant des bonds de kangourous. Je l’ai rattrapé in extremis dans sa tentative de saut en parachute et il n’a même pas été cassé… Bref, c’était du solide. Mais comme au bout de 15 ans d’usage intensif dans une famille de barbares il commençait quand même à partir en quenelle, mes enfants m’ont offert pour mes 40 ans un joli robot du même type mais d’une autre marque (Kitchenaid) et celui-ci a un look vintage de folie ! Bref, on peut se passer de robot multifonction pour cuisiner, car tout peut être découpé ou haché au couteau. Mais si l’on manque généralement de temps pour cuisiner, et que l’on veut malgré tout manger sainement, c’est un « gadget » intelligent je pense, car cela permet de préparer des bons légumes crus ou cuits en un clin d’oeil. Et là je suis sûre que quelqu’un va me dire « Et une mandoline, c’est bien aussi une mandoline ! ». Oui, quand on veut parfumer sa soupe avec de la pulpe de doigts (j’ai en horreuuuuur les mandolines, cet instrument au petit nom si poétique, si féminin, cachant des instincts meurtriers sous sa lame de rasoir !!!).

En tout cas, j’ai plein d’autres recettes de « soupes chrono au robot » dans mes petits papiers alors je vous les donnerai à l’occasion. Je ne vais pas garder ça égoïstement pour moi, pendant que tant d’entre vous se résignent à ouvrir tristement une brique de soupe tous les soirs faute de temps…

 

Ingrédients pour 4 personnes

Préparation : 5 à 10 min

Cuisson : 12min

  • 1 oignon
  • 1 poireau
  • 1 grosse carotte (ou 2 petites)
  • 1 petit chou chinois (350g)
  • 2 ou 3 branches de céleri bien tendres (édit du 28/02, car je les avais oubliées)
  • Quelques champignons frais (facultatif)
  • 15 à 25g de gingembre frais (selon les goûts)
  • 2 gousses d’ail
  • 4 c. à soupe d’huile au choix (coco ou olive)
  • Environ 100g de crevettes décortiquées (voir plus bas pour les variantes car je sais que ça coûte un bras, les bonnes crevettes)
  • Environ 200g de nouilles asiatiques aux œufs (en magasin bio)
  • 20cl de crème de coco liquide
  • Optionnel : 1 petit piment séché (ou un peu de purée de piment), quelques brins de ciboulette.
  • Un morceau d’écharpe pour infuser
  • Sel, poivre 5 baies.

Hacher l’ail, le piment et le gingembre puis faire blondir le tout avec l’huile dans une cocote en fonte jusqu’à obtention de notes légèrement caramélisées. Pendant ce temps, émincer assez finement tous les autres légumes puis les mettre dans la cocotte avec les crevettes. Saler généreusement, mélanger et faire revenir le tout quelques minutes, juste le temps de porter à ébullition 2l d’eau à la bouilloire.

Verser 1,5l d’eau dans la cocotte, ajouter le piment, le poivre 5 baies, poser un couvercle et cuire 7 à 10min de plus, juste le temps que les légumes deviennent tendres. Pendant ce temps, verser le restant d’eau bouillante sur les nouilles, poser un couvercle et laisser gonfler quelques minutes (vérifier le temps indiqué sur le paquet).

Servir à part la soupe et les nouilles, chacun pouvant ainsi moduler la quantité qu’il rajoute dans son assiette en fonction de son appétit…

Plein d’options !

– Les nouilles asiatiques sont très pratiques pour dépanner les soirs de crise grâce à leur cuisson très rapide (on les fait juste gonfler quelques instants dans de l’eau bouillante), mais elles peuvent être remplacées par des nouilles soba pur sarrasin (IG bas et sans gluten) ou des tagliatelles de riz (sans gluten) qui devront cuire à part avant d’être ajoutées à la soupe.

– Vous pouvez cuisiner cette soupe de façon totalement végétalienne (c’est déjà bien bon), ou ajouter un tout petit peu de protéines qui parfumeront beaucoup le bouillon tout en restant très digestes pour un repas du soir : ici, j’ai utilisé des crevettes, mais l’on peut aussi prendre 100g de filet de cabillaud ou de blanc de poulet préalablement découpés en petits cubes, ou 100g de bœuf ou de porc en fines lamelles (le cabillaud sera ajouté dans la soupe, comme les crevettes, tandis que le poulet, le porc ou le bœuf gagneront à rissoler dès le début de la recette, avec les oignons, l’ail et le gingembre.)

– Dans l’absolu, la crème de coco est optionnelle (on peut se contenter du bouillon clair), mais il serait bien dommage de s’en priver car c’est délicieux. Elle peut être ajoutée directement dans la marmite, ou présentée à table, chacun l’utilisant en fonction de ses goûts…

La soupe sans crevettes, ni nouilles ni crème de coco. Sans blaguer, c’est déjà pas mal :)

Même si AVEC, c’est tellement mieux :)

Je termine en postant quelques photos de cet hiver. La plupart ont déjà été publiées sur Instagram, et je ne peux pas à chaque fois tout mettre en “doublon” car il y a le contenu du blog, le contenu d’Instagram, et j’essaye de faire quelque chose d’un peu différent sinon ça n’aurait pas beaucoup d’intérêt 😉 Mais ces photos là, quelqu’un que j’aime bien m’a littéralement supplié de les poster ici…

Voici donc ma campagne après la pluie (faute de neige…)

 

Deux petits ânes rencontrés dans la brume…

 

L’abbaye Saint-Antoine, 1000 ans d’Histoire dans un bel écrin de campagne.

 

Chingachgook (et non John Cannar finalement), le caneton “coureur indien” né la semaine dernière (je ne peux pas tout vous re-raconter, sinon on va dire que je radote ;))

 

La ramure de cet arbre majestueux se détachant sur les montagnes… à noter que depuis cette photo, j’ai traversé trois collines et vallées à pied (et c’était loin, car ce cliché a été pris au téléobjectif ;)) pour toucher ce bel arbre. Rien à dire, de près, il est aussi beau, mais je ne sais toujours pas de quelle essence il est 🙂