{ Un peu de sagesse… }

{ Un peu de sagesse… }

 

Tourte fine aux légumes d’automne, thym et parmesan

♥ Végétarien ♥ IG bas ♥ 

 

J’ai vu que vous aviez plutôt apprécié mon petit gâteau du dernier post ;), et ça m’a fait rudement plaisir ! Si vous saviez… J’ai plein d’autres idées de nouveaux gâteaux un peu déments sur les bords (au moins trois, là tout de suite, juste pour commencer), mais mieux vaut quand-même intercaler quelques recettes de légumes histoire que mon blog reste un peu « sortable » n’est-ce pas ?

Alors voici déjà une recette de tourte que j’aime beaucoup, et que je fais assez souvent en variant juste les légumes en fonction de la saison et de ce que j’ai sous la main. D’ailleurs, lors de ma dernière randonnée -et juste avant de chopper une bronchite historique dont j’essaye encore de me remettre- le rythme de marche avait été un peu plus soutenu que prévu à cause de trois pensées : La première, c’est qu’il allait pleuvoir (et effectivement, il a plut… copieusement… d’où la bronchite). La deuxième, c’est qu’une de mes filles avait cru apercevoir un loup (mais c’était peut-être juste un gros berger allemand tout gris qui s’était perdu dans la forêt, c’est en tout cas ce que j’ai tenté d’expliquer pour rassurer mes trois chaperons rouges effarouchés). La troisième, c’est qu’une tourte de la meilleure espèce nous attendait au four. Je l’avais cuisinée tôt le matin avec des blettes du jardin, des oignons, du parmesan, et j’avoue que nous y avons beaucoup (trop) pensé pendant la balade. Je n’irai pas jusqu’à dire que la vision de cette tourte fumante et croustillante se superposait à celle des forêts, des étangs et des montagnes, mais on n’en était pas loin. Il m’a même semblé entendre quelques regrets du style « Arf, dommage qu’on ne l’ait pas emmenée dans le sac à dos », ou « On aurait pu y goûter au petit-déjeuner quand même » mais bon. Rien de bien grave (et de toute façon, la vision du berger-allemand-de-la-forêt a apporté entre temps une excellente diversion).

La tarte sans les feuilles en pâte…

Et puis ce matin, j’ai eu envie de la mettre sur le blog pour vous, cette fameuse tourte de légumes qui revient si souvent au menu des Chioca ! C’était un de ces petits matins tout pluvieux (mais si calmes et poétiques) où l’on commence à éplucher ses légumes dès 7H30, en sifflotant, gage d’une journée de travail qui va bien se passer.

Erreur !

C’était sans compter sur le Bon Coin (qui n’y est pour rien). Car nous avons tâté de près ce que peut être un type très très relou (c’est bien ce nouveau mot, ça évite d’en dire un autre en trois lettres). Moi je ne me doutais de rien jusqu’à ce que ma grande fille ne vienne me voir, désespérée, tenant son portable à la main. Et sur ledit portable, il y avait une loooongue conversation par SMS avec un fada qui avait acheté deux jolies robes de cortège (que ma fille avait mis sur le Bon Coin donc), les avait reçues, les avait soit disant payées – sauf que nous n’avions rien reçu – et nous demandait, que dis-je, nous ordonnait de façon très péremptoire d’aller séance tenante (« aujourd’hui avant midi ! » précisait-il) dans le premier bureau de tabac de proximité (chez nous la « proximité » c’est quand-même 25 bornes) pour acheter deux tickets de je ne sais trop quoi à 150€ pièce afin de, je cite presque mot à mot  “Recharger le compte Paypal pour le passer en version premium car sans cela impossible que Paypal ne verse les sous“. (Compte Paypal dont nous n’avions nul besoin mais que nous avions créé tout exprès juste pour lui être agréables car monsieur était aux abois, il lui fallait ces robes tout de suite mais habitant à l’étranger il ne pouvait nous payer par chèque vous comprenez, le pauvre homme. Je pense d’ailleurs que vu son énervement il devait se marier ce week-end, et  s’est dit tout à coup « Crotte, j’ai oublié de penser aux tenues des demoiselles d’honneur ! », et heureusement qu’on s’est dépêchées sinon ses petites filles auraient peut-être dû y aller déguisées en ananas).

Donc pour résumer (parce que la chute est incroyable) : ma fille a envoyé deux robes de cortège à un monsieur trèèèèèès pressé. On n’a pas reçu le règlement. Mais c’est quand-même nous qui devons payer préalablement 300 balles rien que pour avoir le « droit » de recevoir les 70 balles qu’il nous doit. Et quand je lui ai expliqué à quel point cela ne me semblait guère envisageable (avec le plus de politesse possible, car la moutarde m’était entre temps montée au nez et c’était de la moutarde forte !)… il nous a menacé de porter plainte !

Si si… Je sais que ça semble prodigieux mais ça c’est VRAIMENT passé comme ça ^^

Ce gaga avait reçu le colis, nous n’avions pas reçu le règlement, il exigeait qu’on débourse en plus 300€ avant midi mais à part ça c’est lui qui allait porter plainte. Zut alors, ce paltoquet m’a littéralement ôté les mots de la bouche  😉

J’avoue qu’en lisant ça, toute la tension accumulée au cours de cet échange est redescendue… Aaah, d’accord, nous avions juste affaire à un pauvre barjot ! Quand la colère cède la place à la pitié, ça va déjà mieux je trouve… J’espère juste qu’il est bien allé porté plainte contre nous pour « Non-obtempération d’effectuer 25 bornes séance tenante dans le but d’aller se faire entuber de 300€ », ou qu’il est rentré dans le commissariat en pleurnichant “Je viens porter plainte parce qu’une demoiselle m’a envoyé un colis, et que moi je ne l’ai pas payée”. Au moins ça a dû bien fait rire les gendarmes. 

N’empêche, les petites robes sont déjà parties. Gratos. Ma pauvre grande fille a été beaucoup trop naïve, je sais, cela lui servira de leçon, mais quel dommage. J’aimerais tant que mes enfants reçoivent des leçons plus édifiantes ! Leçons d’honnêteté, de grandeur d’âme, de bonté, de politesse, de bienveillance… Mais non, dans notre magnifique société civilisée, ce sont les goujats qui donnent à la jeunesse des « leçons »… de défiance.

Tout cela nous a mené bien loin de cette pauvre tourte de légumes, qui a donc été photographiée entre deux SMS en mode « Grlmbrlmr non mais quel moule à gaufre ce type* ». Ça ne s’est donc pas fait dans les meilleures conditions mais bon… à midi elle était sur la table, et toute cette histoire a été vite oubliée.

* Version censurée

J’espère au moins que les deux petites filles qui porteront ces si jolies robes « gratuites » seront heureuses car elles n’y sont pour rien, les pauvres… Et j’espère aussi que ce mufle glissera ce jour-là sur une banane pourrie et atterrira directement à plat ventre dans une crotte de chien, ou qu’un goéland géant viendra vomir sur son costard, voilà, bien fait ! que ce monsieur sera touché de repentir à l’idée d’avoir estampé aussi honteusement une jeune fille de 16 ans qui lui avait fait confiance… juste sur parole.

( Je vais aussi vous dire un truc : même si ça sert à rien, ça fait quand-même du bien de pouvoir venir râler sur mon blog quand j’en ai gros sur la patate ;))

 

 

 

{ Edit du soir, 23H15 : Renseignements pris, il semblerait que ce soit une grosse arnaque, dont plusieurs personnes ce sont déjà plaintes, et qui n’a absolument rien à voir avec Paypal, société n’ayant plus à démontrer son sérieux et son honnêteté. Nous nous rendrons donc demain à la gendarmerie car en plus ma fille s’est peut-être fait pirater des informations importantes ! Ce type là n’était donc pas un barjot… mais un fumier. Hugues propose de lui envoyer un colissimo rempli de crottes de chèvres, mais bon, comme ce n’est probablement pas sa véritable adresse… }

 

La tarte AVEC les feuilles en pâte (faites comme vous voulez !)

Ingrédients pour 6 personnes

Préparation : 25 min

Cuisson : environ 10 min + 35min

 

Pour la pâte à l’ail et au thym :

  • 300g de farine complète de grand épeautre
  • 7cl d’huile d’olive
  • 15cl de vin blanc
  • 1 c. à café bombée de thym
  • 1 c. à café bombée d’ail en semoule
  • 1 c. à café rase de sel fin

Pour le fond de tarte à la compotée d’oignons :

  • 500g d’oignons
  • 4 c. à soupe d’huile d’olive
  • 1 c. à café de thym
  • Un peu de sel et de poivre 5 baies

Pour la garniture :

  • Une grosse patate douce
  • Un céleri rave
  • Un radis long rose
  • Un radis long vert
  • 2 ou 3 oignons rouges pas trop gros
  • 1 ou 2 carottes

Autres :

  • 150g de parmesan râpé, sel, poivre, huile d’olive.

 

La tarte crue… Jolie n’est-ce pas? Oui, mais en cuisant, elles va “faner” un peu, faut pas rêver 😉

1/ Préparer la compotée d’oignons : Les émincer, puis les faire revenir dans une cocotte avec l’huile d’olive, le sel, le poivre et le thym, en mélangeant de temps en temps jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

2/ Parallèlement, préparer la pâte : Mélanger la farine et le sel, ajouter l’huile, mélanger, puis le vin blanc d’un coup et pétrir juste ce qu’il faut pour bien amalgamer. Etaler sur un plan fariné, en garnir un grand moule à tarte (environ 32 à 34cm). Ne pas oublier de préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante.

3/ Trancher les légumes : Et recouper en deux les tranches les plus larges (céleri rave et éventuellement patate douce) pour faire des demi-cercles.

4/ Garnir la tarte : étaler la compotée d’oignons sur la pâte, saupoudrer 100g de parmesan par dessus. Disposer ensuite les tranches de légumes (comme pour faire une tarte aux pommes) mais en alternant : Demi-tranche de patate douce, demi-tranche de céleri, tranche de radis rose, demi-tranche de patate douce, demi-tranche de céleri, tranche de radis vert, etc. pour les deux premiers cercles. Puis réaliser un cercle avec uniquement des tranches de radis roses et verts. Puis un cercle avec des tranches d’oignon rouge. Puis enfin, garnir le centre de tranches de carottes.

Ajouter un filet d’huile partout, saler, poivrer, parsemer avec le parmesan restant.

Si l’on souhaite (facultatif, mais c’est une bonne astuce anti-gaspi) on peut étaler les chutes de pâte et y découper de jolies formes pour en recouvrir la tarte. Enfourner pour 35min, assez bas dans le four (pour que le dessous soit bien cuit) et savourer tiède ou à température ambiante.

Nota :

– Ici j’ai utilisé surtout des légumes racine, qui cuisent parfaitement bien au four sans pré-cuisson. Mais si vous garnissez votre tourte de blettes, d’épinards, de courgettes, etc. (bref, des légumes plus aqueux) mieux vaut les faire préalablement cuire avec les oignons sinon ils rendraient trop d’eau et détremperaient la pâte.

– Avec les « chutes » de légumes (car tout n’est pas rentré sur la tarte) et bien ce soir j’ai juste fait une bonne soupe !

– Si vous cherchez du thym qui soit bien parfumé (c’est important) il peut être intéressant de recourir à des infusettes de tisane de thym (le contenu d’une infusette = 1 c. à café). Aujourd’hui j’ai fais comme ça, et c’était parfait )

 

Tourte fine aux légumes d'automne

Ça c’est juste le fond de tarte… Des oignons caramélisés à l’huile d’olive et recouverts de parmesan. On pourrait d’ailleurs stopper là et enfourner comme ça (sur le coup, ça m’a tenté ;)) Mais IL FAUT manger plus de légumes les gars ! Ne croyez pas que vous allez échapper aux navets si facilement !

Tourte fine aux légumes d'automne 2

En prenant cette photo, je disais quelques gros mots. Pardon.

Tourte fine aux légumes d'automne 3

Pour terminer sur une note plus poétique (j’ai râlé ce soir, si si, désolée), je vais tenter de me faire pardonner en postant quelques jolies photos d’automne 😉 Là c’est au dessus de chez moi, sur un chemin de crête longeant l’orée de la forêt de Chambaran… Et juste derrière la colline, il y a la chèvrerie de Hugues !

Tourte fine aux légumes d'automne 4

Chemin faisant… Quelle jolie lumière d’automne !

Tourte fine aux légumes d'automne5

Ma douce et jolie Brunhilde… qui devient terrible quand “ça sent le loup” (grognements sourds et pelage hérissé dès qu’on tombe sur une trace, brrr, s’en est presque flippant !). Mais il y en a très peu par chez nous… pour le moment.

Tourte fine aux légumes d'automne11

Des coteaux, des forêts, des pâtures, des montagnes au loin…

… C’est chez moi, dans le Dauphiné, et j’aime tellement ces paysages !

Tourte fine aux légumes d'automne 6

Le soir tombe vite, depuis qu’on a changé d’heure… Le “berger allemand tout gris” (sic) a été aperçu sur ce chemin, juste un peu plus loin dans un bosquet (mais pas le jour où j’ai pris cette photo).

Tourte fine aux légumes d'automne 7

Au loin, le Vercors à la lumière du soir, et quelques paisibles vaches.

Tourte fine aux légumes d'automne 8

Vue plus large de ce très joli chemin qui me ramène soit à la maison (à gauche), soit à la chèvrerie (à droite), au choix… Et c’est un bien joli choix 🙂

Tourte fine aux légumes d'automne 8

Au loin, dans la vallée, le village voisin et sa belle église de campagne…

Tourte fine aux légumes d'automne10

La nuit tombe sur les coteaux. C’est toujours l’heure à laquelle je rentre de mes marches en forêt, en me disant “flûte, dommage, je n’ai pas l’appareil photo”. Et bien cette fois-ci, je l’avais 😉