{ Pressé, fauché, mal équipé… mais gourmand ! }

 

{ Pressé, fauché, mal équipé… mais gourmand ! }

Recettes saines pour étudiants, jeunes actifs, solos…

 

Couverture du livreJ’aime bien relever les défis impossibles 😉

Car « impossible n’est pas gaulois », (déjà !), et puis de toute façon il faut parfois se casser un peu la tête pour faire avancer le schmilblik… Genre, trouver comment cuisiner le poisson de façon délicieuse, facile, mais avec des espèces pas trop onéreuses, non menacées et non polluées… ça c’était l’an dernier. Ou encore réaliser un livre entier de recettes vraiment appétissantes ET équilibrées pour les personnes qui n’ont pas de sous, pas le temps, pas de matériel, pas d’expérience, pas forcément beaucoup de notions en matière d’équilibre alimentaire… mais qui aimeraient bien se régaler quand même. Facile ! Et bien, heu. Non en fait.

Mais on peut parfois trouver quelque intérêt au fait d’être têtue comme une bourrique. Depuis le temps que je m’entends dire sur tous les tons (allant de l’excédé au mélodramatique en passant par l’amusé, le furibond et le pathétique) « Ah toi quand t’as une idée en tête… !», autant que ça serve à quelque chose.

Or, il fallait absolument un livre de cuisine saine pour les étudiants. Un livre qui soit gourmand et co-hé-rent !  Pas avec des recettes improbables que personne ne bouloterait dans la vraie vie, dont la préparation dure trois plombes, avec des ingrédients hors de prix (genre du saumon fumé ou du blanc de poulet vendu en découpes, ça coûte un bras ça les gars, et pourtant on en trouve dans tous les livres de cuisine dite « pour étudiants » !), et sans non plus tomber dans le cliché « cuisine étudiante = junk food ». Ah, parce que vous ne saviez pas ? C’est pourtant bien connu : Les licornes vivent près des arc-en-ciels et les étudiants ne doivent se nourrir que de sandwichs americanos qui dégoulinent de mayo.

Pour les licornes, je ne peux rien faire. Mais pour les étudiants…

– J’ai acheté une plaque de camping (si si, promis, et même deux : une jolie tout blanche un peu vintage qu’on voit sur les photos et une moche à induction!).

– Je me suis imposée de ne cuisiner pour ce livre qu’avec une poêle, une casserole et un faitout (même pas de mixeur !)

-J’ai scruté de (encore plus) près les étiquettes de prix. J’ai comparé, noté…

-J’ai chronométré mes recettes.

-J’ai cuisiné des portions solo (après des années à faire à bouffer pour un régiment, c’était plutôt reposant !)

-J’ai pensé à ceux qui n’auraient peut-être même pas de voiture pour le gros “ravitaillement” de courses.

-Je me suis mise (non en fait j’étais déjà…) dans la peau d’une personne hyper pressée, affamée, qui ne disposerait que de quelques minutes et de trois ingrédients du placard pour mettre quelque chose d’équilibré dans son assiette avant de craquer sur une grosse imbécilité (ça c’est moi à midi quand je suis toute seule).

Puis ces recettes, j’ai proposé à trois de mes grands enfants (17, 18 et 21ans) de les refaire, histoire de les voir se « dépatouiller » tout seuls, comme dans la vraie vie d’étudiants. Cela m’a permis de rajouter plein de petits conseils en plus…  que ma pauvre éditrice ne savait plus où fourguer (pour moi, il faudrait inventer des livres avec certaines pages qui se déplieraient en accordéon, ou qui se dérouleraient jusqu’à nos orteils, comme un parchemin).

Et puis je vais vous livrer un petit secret : Fabienne, Brigitte, Julie (les trois éditrices épatantes avec lesquelles j’ai travaillé sur ce livre) et moi même, on n’arrête pas de les refaire ces recettes, et pourtant, dans le genre « débordé » difficile d’imaginer pire. Comme quoi, on reste tous un peu « étudiants » dans l’âme dès qu’il s’agit de boulotter un petit truc vite-fait et bien sympa… 😉 

On découvre un petit extrait? Allez, c’est parti !

 

L’intro…

C’est un concentré de petites astuces et conseils “anti pétage de plombs” sur tout un tas de questions : Où faire ses courses, comment s’organiser, que mettre en réserve dans ses placards ou son frigo, comment cuisiner avec très peu de matériel et /ou un très petit budget, comment gagner du temps, qu’est-ce qu’un repas équilibré…

…bref, une sorte de petit coaching de “tata Marie” pour cuisiner en trombe des petits plats encore plus appétissants qu’au resto du coin. (Et même qu’avec toutes ces bonnes odeurs, les voisins risquent de se radiner, comme ça, l’air de rien, juste pour “prendre de vos nouvelles” sur le coup des 12H30, faites gaffe…)

 

 

Dans le premier chapitre, “Roi de l’impro”…

Vous apprenez à cuisiner des recettes vraiment très rapides…

Par exemple ces blinis express de tomate (10 min de préparation, quelques minutes de cuisson) … Et oui, je sais, les tomates en boîte c’est moins bien que les légumes frais, mais quel étudiant peut se permettre d’aller faire son marché peinard tous les matins, en sifflotant avec son petit cabas sous le bras, avant d’aller en cours?

 

Ici, c’est chili sans viande mais parfaitement bien équilibré pour le déjeuner, riche en protéines végétales et réalisé avec juste quelques ingrédients du placard. Réconfortant !

 

Vous voulez des “vrais” légumes frais? Pas de souci. Je liste dans le bouquin ceux qui sont les plus abordables, les plus rapides à cuisiner, les plus faciles à conserver, comme par exemple une simple de tête de brocoli dont la moitié permettra de préparer cette succulente omelette italienne…

 

… et l’autre moitié une bonne salade de riz tiède au thon, car j’ai pris soin dans cet ouvrage que rien ne  s’ennuie trop longtemps dans le frigo (car vous connaissez l’adage? Le tupperware c’est cette petite boîte qui permet de conserver soigneusement ce que vous ne jetterez que dans une semaine…). Bref, s’il faut ouvrir  une boîte de tomates pelées pour les blinis, hop, je vous donne la recette pour utiliser aussi le jus (un risotto rosso express que vous trouverez p30).

D’autres exemples anti-tuperwares-oubliés ? Les blocs de tofu se vendent généralement par deux ; Or, il en faut un pour le chili… et l’autre servira à faire de succulents steaks végétariens au parmesan (recette page 39). De même, si la réalisation d’une recette nécessite un steak surgelé (lesquels se vendent au minimum par quatre, et peuvent se conserver quelques jours dans le bac à glaçon du frigo) je vous donne des idées de recettes et d’utilisations pour les trois autres steaks de la boîte.

Ainsi, pas de gaspillage !

 

 

Dans le 2ème chapitre, on devient le roi de l’organisation !

… Avec des recettes à multiples “rebondissements” de type batchcooking ! Je m’explique.

C’est un concept que j’applique depuis toujours, et que j’ai déjà expliqué dans d’autres ouvrages : cuire en une fois, le plus simplement possible, une bonne quantité de quelque chose qui servira de base à d’autres recettes variées pour gagner du temps en semaine. Par exemple un plat de lentilles (très peu onéreux et très nutritif), qui se décline ensuite en trois plats express équilibrés. Ci-dessus, une assiette de moudardara libanaise, un mets délicieux que j’affectionne tout particulièrement !

 

Autre exemple avec un petit rôti de porc cuit à la casserole, et consommé en trois ou quatre fois (c’est tellement plus naturel que le jambon !). Après avoir savouré la première tranche toute chaude et la deuxième par exemple en sandwich à emporter, vous pourrez encore vous régaler d’une escalope panée (en version particulièrement saine, voir p69) ou de ces nouilles sautées chinoises… D’ailleurs les pâtes asiatiques, ça c’est un bon plan ! Elles ne sont peut-être pas aussi nutritives que des pâtes complètes, mais c’est tellement pratique pour dépanner quand on n’a que très peu de temps… il suffit de verser de l’eau chaude dessus, et trois minutes après, hop, c’est prêt ! Quant aux légumes frais de cette recette, ils sont particulièrement abordables, se conservent bien et cuisent vite, comme tous ceux proposés dans ce livre.

 

Autre exemple glané dans ce chapitre “Roi de l’organisation” : Même quand on est seul, mieux vaut cuire -par exemple le dimanche soir- un poulet entier (même sans four c’est possible, je vous explique ça dans le livre) car c’est beaucoup moins cher que d’acheter des découpes. Et avec ce seul poulet comme base vous réaliserez plusieurs repas formidables : La première cuisse de poulet sera savourée telle quelle, la deuxième cuisse sera apprêtée en pilaf aux épinards (c’est le montage photo ci-dessus), le premier blanc en one-pot-pasta, le deuxième blanc en poêlée forestière aux champignons et haricots blancs, le bouillon de cuisson servira de base à un potage écossais aux flocons d’avoine… et même les petits morceaux récupérés sur la carcasse seront valorisés en salade Caesar ! Evidemment, toutes ces recettes sont dans le bouquin, c’est pas juste pour vous faire saliver 😉

A noter que beaucoup des recettes de ce livre sont végétariennes car les légumineuses, les oeufs et certains fromages sont des protéines particulièrement économiques. Cependant, j’ai listé quatre protéines animales “abordables” pour un petit budget : le poulet entier, le rôti de porc, le steak surgelé et le poisson “carré” surgelé. Dit comme ça, c’est pas franchement folichon mais promis, ces trucs de cantine on va les relooker du tonnerre ! Pour en revenir à ce pilaf, il est d’une grande simplicité car tout cuit dans la même poêle, et vous (re)découvrirez peut-être en outre à quel point c’est facile à vivre, des épinards frais : une petite rincette dans la passoire, hop dans la poêle, et 3min après c’est déjà cuit…  sans rien devoir éplucher !

 

 

Le 3ème chapitre est pour les “veinards” qui ont un four…

(Avec parfois des variantes pour ceux qui n’en ont pas !)

Au départ, je m’étais dit “pas de four”… Mais comme vous êtes tout de même nombreux à vivre par exemple en collocation (avec souvent une “vraie” cuisine) je propose quelques recettes rigolotes. Non pas d’énièmes versions de quiches, de gratins ou de tartes dont vous trouverez les recettes un peu partout, mais plutôt des recettes un peu “magiques” tant elles sont simples et bluffantes !

Par exemple, une flamme aux légumes, à partir d’une pâte souple et délicieuse qui se prépare en 3 minutes avec juste un mug et une cuillère, qui s’étale à la main, qui cuit en 10min

Ou ces lasagnes végétariennes à la ratatouille, préparées à partir d’ingrédients du placard…

 

Ou encore des pitas-pizzas : la pâte n’est autre que des petits pains pitas complets longue conservation qu’on trouve très facilement en magasin bio. C’est épatant !

 

Le 4ème et dernier chapitre est pour les petites envies de sucré…

 

Bref, des gourmandises bonnes pour le moral comme ce granola croustillant…

 

Ces cookies au chocolat cuits à la poêle…

 

Ou ce gâteau au chocolat cuit à la casserole, dans un simple mug…

 

Pressé, fauché, mal équipé… mais gourmand !

Recettes saines pour étudiants, jeunes actifs, solos…

 

Paru aux éditions Terre Vivante

Pour découvrir le sommaire la 4ème de couverture, c’est ici (clic)

 

⇒ L’acheter directement sur le site de l’éditeur

⇒ Ou chez mon libraire-partenaire Decitre