{ Fromages maison, 1 : La méthode dite « lactique » }

6 septembre 2019

 

{ Fromages maison,1 : La méthode dite « lactique » }

 Picodons (ou saint-marcellins) au lait cru

(Recette en pas à pas spéciale “débutants” ;)) 

 

Cette année, je n’ai plus que deux enfants qui rentrent à l’école, et me souvenant de rentrées passées complètement épiques, j’ai comme une grosse nostalgie. Que l’être humain est bizarre tout de même ! Quand je repense à toutes les énormes galères de « quand-y-z’étaient-p’tits », je donnerais très cher pour rempiler histoire de revivre tout ça… Tenez, les courses de rentrée justement, avec un chariot monstrueux qui menaçait de s’effondrer sur ses roulettes, les « descentes » exténuantes pour écumer tous les Emmaüs de Grenoble à la recherche de fringues adéquat… Pour six iroquois, je vous promets que c’était du sport :  genre, tenter de déchiffrer la taille à moitié effacée d’un pull pendant qu’un de mes garçons sortait en slip de la cabine d’essayage à cloche pied, la demi-jambe coincée dans un pantalon trop petit, que l’autre brandissait triomphalement une veste caca d’oie taille XXXL en claironnant « super chouette la veste de cowboy, en plus elle me va ! » , que la grande s’esclaffait « hé hé, t’as vu un peu la jupe de mémé à grosses fleurs que j’ai trouvé, elle est impayable celle-là » (évidemment juste sous le nez d’une pauvre dame affublée d’un imprimé tout à fait du même acabit), que la moyenne fifille avait faim, que sa cadette était prise d’une irrépressible envie de faire pipi et que la petite dernière voulait faire la sieste, n’importe où, là, tout de suite, par exemple sur un monticule de couvertures pouilleuses qui sentaient le chien mouillé. Bref, épique ;)).

Et puis il y avait la journée où l’on marquait pour l’école chaque gomme, chaque compas, et jusqu’à chaque stylo ou crayon individuellement  (j’en retrouve encore dans tous les recoins de la maison, et quand je m’en plante un dans le… dos en m’asseyant dans le canapé, et bien comme ils sont « signés » au moins on connaît le coupable !), celles où on préparait les cartables avec tendresse (ah, tous ces jolis petits cahiers, tout frais, tout neufs, tout propre, les pauvres, s’ils avait su…). Bref. Maintenant que  trois de mes grands sont partis d’un coup, et que ma quatrième est en alternance, il ne me reste plus à la maison que deux petites filles toutes sages, toutes douces, c’est reposant, c’est tout mignon, c’est plein de tendresse… mais c’est presque trop calme !

Bref, savourez bien chaque instant avec vos petits, car tout le monde m’avait dit « Profite bien, ça grandit si vite » mais moi, plus maline bien sûr, je pensais que le mythe des enfants qui grandissent trop vite c’était que pour les autres hein. Ben non. Tout ça pour dire… ben rien du tout. Ce n’était même pas l’intro de ma recette, ça m’a pris quand j’ai attrapé mon clavier. Faut croire que j’en avais trop gros sur la patate 😉

Et dans quelques années, vous allez voir que je viendrai pleurnicher sur mon blog « Ah, que c’était bien, quand j’avais deux petites filles si sages à la maison, que c’était mignon, que c’était poétique et apaisant, maintenant j’ai 12 petits-enfants déchainés qui piétinent mes plates bandes, qui tirent les oreilles de mon chien, qui écrabouillent les quelques jouets qui avaient résisté à leurs parents ». Puis quelques années plus tard « Bouhouhou que c’était mignon quand mes petits enfants venaient labourer mon salon… ». Je suis une vraie tête à claques en fait 😉

Bichette, en flagrant délit de bêtise dans mon potager. En d’autres circonstances, j’aurais sorti manu militari cette debroussailleuse à pattes de mes légumes ! Mais elle a été si malade, la pôôôvre, et ils sont si bons, mes choux-fleurs 😉

Alors je vais me mettre un grand coup de pied au derrière parce que la vie est belle quand même. Et puis en ce moment (et je sens que ça y est, je vais encore ouvrir une trop longue parenthèse), j’ai beaucoup de chance car je soigne une petite pensionnaire : Bichette. C’est une petite chèvre de quelques mois, et accessoirement, « LA » petite bête chérie adoptée à sa naissance par ma Poupougnette de 8 ans. Mais Bichette est tombée gravement malade (une plante toxique ?), au point qu’une de mes grandes nous a envoyé il y a 10 jours ce SMS alarmant « Bichette est morte », avec un petit émoticône qui pleurait toutes les larmes de son corps. Notre chevrier en chef, lui, venait tout juste (à 14H15 le pauvre) de s’asseoir chez moi devant son repas en revenant d’une grosse matinée de marché : il est évidemment rentré chez lui en trombes, a trouvé Bichette dans le coma mais encore animée d’un mini souffle de vie, a réussi à la faire « revenir » avec un massage cardiaque, lui a prodigué toutes sortes de soins jusque tard dans la nuit (je vous passe les détails, mais même le véto n’était pas optimiste du tout !). Pauvre Bichette… et pauvre Hugues aussi ! Car elle était prise par moment de fortes convulsions, et lors d’une de ces crises, la corne de Bichette a rencontré si violemment l’œil de Hugues qu’il a bien cru que dorénavant, il vivrait le restant de ses jours avec un bandeau de pirate (son œil a carrément « roulé » sous la corne, qui s’est enfoncée dans l’orbite de plusieurs centimètres, c’était horrible, et moi qui était à côté j’ai cru que j’allais tourner de l’œil – sans vouloir faire de jeu de mot super nul). Pour tenter de sauver Bichette (et éviter à sa petite maîtresse un énorme chagrin) il fallait lui faire boire goutte à goutte de l’argile et de l’eau sucrée toute la journée car elle avait bien reçu du véto le traitement adéquat, mais en attendant qu’il fasse effet (quelques jours), elle ne pouvait ni se tenir debout, ni boire, ni manger toute seule, d’où un état de deshydratation extrême. Et puis on a proposé au pauvre Hugues – qui était au bout du rouleau !- de nous emmener Bichette à la maison pour qu’on prenne la relève. C’était effrayant, elle était vraiment mal en point… On l’a couchée dans l’herbe, à l’ombre d’un arbre, avec une petite couverture et sa tête posée sur  un « oreiller » de paille, je vous promets que ça fendait le coeur. Elle n’arrivait pas à bouger du tout, ni même à bêler, mais nous suivait du regard. Je me disais « Pauvre petite bête, au moins on aura fait tout ce qu’on pouvait ». On s’est relayés pour la faire boire, manger (en lui enfonçant loin dans le gosier du foin, de l’herbe, des mini morceaux de pomme, etc. jusqu’à ce que le réflexe de mâche se déclenche, et même que là t’as intérêt à vite enlever tes doigts !). Chaque jour il y avait un petit progrès : jour après jour elle a relevé la tête, puis s’est remise debout, puis a fait trois pas, puis a attrapé toute seule une feuille pour la mâchonner, puis a bu sans aide, etc. Bref, cette histoire qui était si mal partie est bien jolie puisque chaque jour Bichette va un peu mieux… elle a même vampirisé mon potager, liquidé mes choux fleurs, piétiné mes plans de piment, dévoré  mes vignes, déplumé un rosier et totalement relooké un drap sur l’étendoir, mais c’est si mignon d’entendre enfin ce petit bêêê joyeux quand on s’approche du jardin !  Pfiou, on commence tout juste à s’éponger le front, ça y est, Bichette est sauvée (et je précise, en mère indigne que je suis, que bien évidemment, l’œil de mon fiston aussi !).

Et là je me rends compte qu’il y a sûrement des gens qui ont lu le titre du post « Picodons ou saint-marcellins au lait cru », qui ce sont dits « miam, chouette ! », et qui là sont au bout du rouleau, car les souvenirs de monstrueux chariots de rentrée, d’essayages cataclysmiques chez Emmaüs ou de petite chèvre qui a la colique et bien en toute sincérité, ils n’en ont fichtrement rien à braire . Désolée.

Et promis, je vais être très sage maintenant jusqu’à la fin du post.

Puisque vous avez été nombreux à plébisciter des recettes de fromages fait-maison, j’en posterai avec plaisir quelques unes sur le blog (mais pas tout d’un coup !). Grosso modo, il y a principalement deux grandes façons de faire du fromage :

1/ La méthode dite « lactique », qui donne des fromages comme le picodon, le crottin de chèvre, le saint-marcellin, le saint-félicien, le chaource, le valençay, le sainte-maure, le rocamadour, etc. Cette méthode se caractérise par une lente maturation du lait avec des ferments (ce qui a pour effet de développer l’acidité et le goût du lait), puis un emprésurage (l’ajout de la présure) à température ambiante, puis un caillage long, puis un égouttage long, généralement sans pressage.

2/ La méthode dite du « caillé-présure », qui est à l’origine de quasiment tous les autres fromages. Dans cette méthode, la maturation est plus courte et se fait généralement après un léger chauffage du lait additionné des ferments, l’emprésurage se fait à une température précise, le caillage est rapide, le caillé est brassé, parfois cuit, puis égoutté, voire pressé. En jouant sur ces divers paramètres, ainsi que sur l’affinage, on obtient un panel incroyable de fromages très différents : reblochon, parmesan, roquefort, camembert, munster, cheddar, gouda, cantal, ossau iraty, beaufort, gorgonzola, morbier, saint-nectaire, etc.

Il existe d’autres façons de faire du fromage, y compris sans présure (paneer indien, labneh libanais, azeito portugais etc.), mais les méthodes lactiques et de caillé-présure sont de loin les plus répandues.

Nous allons donc commencer par deux recettes « lactiques » qui se ressemblent beaucoup (le picodon et le saint-marcellin) car c’est un peu le BA BA des fromages : tout se fait à température ambiante (de la maturation du lait à l’affinage !), sans beaucoup de matériel, et si le lait est de bonne qualité le fromage est quasiment inratable, s’affine très bien, avec plein de variantes possibles (demi-sec, crémeux, bleu, etc.) ! Un bonheur pour les débutants donc… Mais aussi les personnes plus expérimentées, qui auront beaucoup de plaisir à produire un si bon fromage à partir d’une recette si simple !

Je vous rajoute en rouge au cours de la recette des petites infos pour vous aider à bien comprendre le pourquoi du comment. Cela rallonge beaucoup le texte mais ne prenez pas peur car ce ne sont que des explications en plus. En réalité, il est vraiment ultra simple de faire du fromage (surtout lactique !), c’est même bien plus fastoche que la plupart des recettes de cuisine en général ! Faut juste être plus patient, le temps que ça caille, que ça s’égoutte…

Des saint-marcellins affinés une semaine à température ambiante, sous un bol.

 

Fromage de chèvre type Picodon (ou de vache type saint-marcellin)

 

Ingrédients pour 4 fromages (en fonction de la taille des moules)

Temps actif de préparation : 15 min

  • 3 l de lait de chèvre cru et entier (ou de vache si on veut faire du saint-marcellin)
  • 3cl de petit lait (récupéré dans une boîte de fromages en faisselle bien frais par exemple), ou de kéfir bien actif
  • 4 gouttes de présure 
  • Sel.

Mélanger le lait avec le petit lait ou le kéfir. Couvrir, laisser maturer environ 12H à température ambiante (cette étape permet le développement des ferments lactiques, ces micro-organismes bienfaisants qui protègent le lait contre les bactéries pathogènes, mais aussi sans lesquels le fromage n’aurait aucun goût !).

Ajouter la présure préalablement diluée dans environ 3 à 5cl (pour faciliter sa bonne dilution dans le lait), mélanger au fouet (sans non plus trop insister sinon le lait peut commencer à coaguler en faisant des “grumeaux”), couvrir, puis laisser cailler 12H sans y toucher jusqu’à obtention d’un beau caillé à cassure nette (voir la photo ci dessous).


Enlever si possible avec une louche le petit lait qui surnage sur le caillé  (ça dépend des fois, parfois il n’y a pas de petit lait sur le dessus, et on ne le voit que lorsque qu’on commence à le briser), puis mouler le caillé avec une cuillère à pot (à mon avis, plus pratique que la louche) dans quatre faisselles à picodon ou à saint-marcellin, en veillant à casser le moins possible le caillé, et en laissant le maximum de petit lait dans la bassine.

Laisser égoutter 12H sur l’égouttoir bien propre de l’évier, ou sur une grille posée sur un plat si on veut récupérer le petit lait (ci dessous il y a cinq fromages car j’ai réalisé des saint-marcellins avec 5l de lait)…

…puis démouler délicatement pour retourner chaque fromage dans sa faisselle. 

Saler la face qui se retrouve alors sur le dessus de la faisselle (environ la moitié d’une petite cuillerée à café), et laisser égoutter 12H de plus.Démouler alors les fromages sur une grille ou un paillon (par exemple, une natte à sushi en bambou, ça fonctionne très bien).

Saler la deuxième face.

Laisser égoutter encore 12H de plus sur une grille ou sur une natte (on dit qu’on fait “ressuyer” le fromage”), puis mettre tel quel au réfrigérateur (dans une boîte hermétique pour éviter le « goût du frigo ») si on veut les savourer tout frais… ou passer à l’affinage.

Pour cela, on peut au choix, soit laisser les fromages sur une grille à température ambiante (en les protégeant bien des mouches) plusieurs jours jusqu’à ce qu’ils deviennent un peu plus secs, ou les couvrir chacun d’un bol pour conserver une meilleure hygrométrie (et rendre les fromages tout crémeux, avec une jolie peau plissée), soit les mettre dans une cave à environ 12 à 13°C pour un affinage de un mois ou plus…

Quatre affinages différents: dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par celui en haut à gauche : Crémeux, frais, demi-sec, bleu.

 

 

Pour mieux comprendre…

 

⇒ Quel lait utiliser ? 

Du lait cru, bio ou fermier, ou à la rigueur du lait frais micro-filtré ou pasteurisé (avec du lait en brique UHT, c’est même pas la peine d’essayer hélas…)

⇒ Pourquoi retourner les fromages dans leur faisselle en cours d’égouttage ?

Tout simplement pour leur donner une jolie forme (sinon, le côté du fromage qui aurait égoutté sur le dessus ne serait pas arrondi) mais aussi pour qu’ils s’égouttent mieux, tout simplement

⇒ Que signifie « moulé à la louche » ?

Ces quelques mots fièrement mis en avant sur certaines étiquettes de fromages m’ont toujours beaucoup fait rire, car on serait tenté de penser que moulé à la louche, à la petite cuillère, à la pelle à neige, avec les mains ou même les pieds, ça ne change pas grand chose au final… Et que donc, comme « Label », c’est un peu nul. Cependant, il faut reconnaître qu’un fromage moulé à la louche comme ici – donc en brisant le moins possible le caillé – donne une texture encore plus crémeuse.  C’est donc moins important qu’un label bio ou fermier (qui garantissent souvent de bons fromages), mais ce n’est pas une indication si ridiculement inutile que ça…

⇒ A quel moment saler ?

Le sel aide le fromage à bien égoutter, mais si on le met au tout début de l’égouttage, il sera « lavé » par la grande quantité de petit lait qui s’écoule. Pour les fromages de type picodon, l’idéal est vraiment de ne saler qu’après avoir attendu 12H d’égouttage, puis retourné le fromage dans sa faisselle. Ainsi, il risque moins d’être lessivé (la majeure partie du petit lait s’étant déjà bien égouttée à ce stade là), mais aidera le fromage a gagner en fermenté avant d’être définitivement démoulé.

⇒ L’affinage :

Pour le picodon et le saint-marcellin (mais aussi bien d’autres fromages !), c’est en jouant avec la température d’affinage, le degré d’hygrométrie mais aussi la proximité avec d’autres fromages déjà affinés qu’ils deviendront soit demi-secs (de texture un peu cassante à la coupe mais fondante à dégustation, avec une peau assez lisse d’une couleur crème unie, quand on les affine quelques jours à température ambiante dans un lieu bien aéré), soit à peau plissée légèrement crémeuse et cœur moelleux (quand on les laisse affiner avec un bon taux d’humidité, par exemple sous un bol retourné), soit presque coulants à cœur (affinage plus long en cave fraîche ET avec une bonne hygrométrie), soit « bleus » (affinés en cave ou au frigo, à proximité d’autres fromages bleus). Pensez bien à retourner régulièrement vos fromages pour qu’ils ne collent pas aux grilles ou aux planches d’affinage !

⇒ Dans tous les cas…

Veillez à toujours travailler avec des mains et du matériel bien propre, y compris les éventuelles planches en bois brut pour l’affinage (qui ne doivent pas servir au fromage ET aux légumes, car les germes les plus embêtants en fromagerie proviennent souvent de la terre). Les planches d’affinage peuvent être en épicéa, hêtre ou bouleau, mais évitez les autres essences qui pourraient “déteindre” sur les fromages !

⇒ Le saint-marcellin…

Fortement emblématique du terroir Dauphinois, il est l’un des rares fromages lactiques de vache et sa fabrication, ancestrale, ressemble beaucoup à celle du picodon. La petite histoire raconte que le futur Roi Louis XI se perdit un jour à la chasse dans une forêt du Vercors, avant que des bûcherons ne lui portent secours et ne le réconfortent d’un morceau de saint-marcellin.  Conquis par ce petit fromage (qui était à l’époque préparé au lait de chèvre) il l’exigea ensuite à sa table et assura ainsi sa renommée.

Aujourd’hui, le saint-marcellin est fabriqué avec le lait des vaches de race montbéliarde, dont la jolie robe blanche tachetée de roux égaie les champs, les collines, les vallons, et sans qui les splendides paysages du Dauphiné ne seraient pas tout à fait les mêmes…

Pour le réaliser, c’est presque exactement la même recette que le picodon sauf que lors de la maturation du lait, puis du caillage, le lait de vache a beaucoup plus tendance que celui de chèvre à se déphaser, la crème remontant alors en surface pour former une peau ivoire : aussi veillez bien, en moulant le caillé, à répartir assez équitablement dans les faisselles le dessus du bac de caillé (qui est très riche) avec celui, plus maigre, du dessous, sinon, vous aurez dans la même fournée des saint-marcellins « light », et d’autres complètement décadents… Il faut aussi particulièrement bien veiller à soutirer le petit lait avant de mouler les fromages dans les faisselles, car l’égouttage est souvent un peu plus compliqué qu’avec du lait de chèvre.

On peut aussi écrémer à la louche le lait cru ayant un peu reposé avant de fabriquer le saint-marcellin.

⇒ Où trouver du matériel de fromagerie? (Présure, faisselles…)

Dans ma cambrousse, pardon, dans ma belle région de France rurale, tout simplement chez Gamm Vert : ils ont un rayon spécialisé pour cela, c’est chouette ! Sinon, et bien par exemple ici, ici ou ici.(Article NON sponsorisé !)

La présure se trouve aussi en pharmacie. Pour une fois, je ne recommande pas celle de la marque Nat’Ali (en magasin bio, que j’aime énormément par ailleurs et que j’utilise énormément en pâtisserie) car la dilution est totalement différente !

 

Des saint-marcellins maison frais, réalisés avec 5l de lait de vache cru et entier, 5cl de kéfir et 7 gouttes de présure.

Quand on laisse affiner les picodons environ 1 mois dans un endroit un peu frais et humide (cave, bac du frigo…) et à proximité d’un autre fromage à pâte persillée (roquefort par exemple) ils deviennent tout bleus, et leur goût change totalement. Moi, j’ai horreur de ça (désolée ;)), mais tous les autres membres de ma famille en raffolent !

Affinage 5 à 7 jours à température ambiante, sur une grille dans ma cuisine. Les fromages obtenus sont de type demi-sec, avec un petit goût très légèrement piquant et acidulé… délicieux ! La peau a pris une teinte ivoire et une texture plissée, due au ferment geotrichum candidum (à vos souhaits !) lequel est naturellement très présent dans le lait cru et le kéfir, et qui permet un affinage de nombreux  fromages mythiques comme le saint-félicien, le valençay, le chabichou, le rocamadour… mais aussi le picodon et le saint-marcellin, évidement !

Affinage plus poussé (3 semaines en cave, sous un bol)… c’est délicieusement crémeux et coulant sous la peau, avec un franc parfum de crème, des petites notes de sous-bois, et plus aucune acidité.

La petite Bicheeette <3 … son museau est si doux 🙂

image_pdfimage_print

97 grains de sel au sujet de « { Fromages maison, 1 : La méthode dite « lactique » } »

  1. cecile

    Merci, merci! Le St Marcellin, c’est mon fromage préféré, et je n’en trouve que rarement ici, va savoir pourquoi. Est-ce qu’il est indispensable que le lait soit cru? C’est interdit à la vente dans mon Etat (Minnesota), et je vis en ville, pas de vache dans le quartier malheureusement. J’adore toujours lire tes histoires, alors continue! Et bon rétablissement à Bichette, et à l’oeil d’Hugues, aussi, le pauvre.

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Coucou Cécile,
      Je pense que ça se tenterait avec du lait frais micro-filtré. Ça existe aux USA?
      Heu, c’est pas pour te faire bisquer mais tu sais quelle est la ville la plus proche de chez moi… Saint-Marcellin 😉
      Je penserais à toi en boulotant des fromages du coin (pauvre Cécile !)
      Plein de bises consolatrices… 🙂
      Marie

      Répondre
      1. cecile

        Quelle chance! Je ne plains pas, on trouve pas mal de bons fromages, plus chers qu’en France mais ca aide à se modérer 😉 Je pense que c’est le lait frais qu’on trouve ici, micro-filtré. J’ai offert à ma fille un “kit” pour faire du fromage, avec ferments, tissu pour filtrer, thermomètre… je vais lui faire lire ton article et on va se lancer toutes les deux.

        Répondre
  2. Sécotine

    J’ai tout lu madame, j’aime toujours autant ta manière de raconter ! 😉
    Et maintenant, j’ai envie de faire du fromage, sauf que je ne sais ni où trouver de la pressure, ni du lait cru à Prague, c’est ballot !!!
    Et une pensée pour l’oeil de Hughes et pour Bichette !

    Répondre
    1. Aude

      Merci Marie pour cet article très complet. Je ne me sens pas encore de me lancer dans la fabrication de mes fromages… le temps, la peur de la contamination microbienne. Bon rétablissement à Hugues et à Bichette bien sûr. Votre pied va mieux? J’espère parce qu’entre le coq ninja et la biquette coquinette… petite question: où classe t on le lait de bufflone? Notamment par rapport au pic insulinique et quant à sa digestion par l’homme?bon week-end à vous (même en comité réduit)

      Répondre
      1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

        Bonjour Aude,
        C’est gentil comme tout, oui, côté fracture ça va mieux mais ce n’est pas encore le top, il me faut une dose de patience supplémentaire. Pour ce qui est des qualités nutritionnelles du lait de bufflonne par contre, désolée, je donne ma langue au chat 🙂
        Merci en tout cas pour ce gentil message, et belle fin d’après-midi Aude !
        Marie

        Répondre
    2. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Je me demande si les sites dont j’ai donné les liens dans l’article (TomPress, Yatout…) ne pourraient pas t’expédier ce dont tu as besoin? Prague c’est encore l’Europe, ce n’est pas si loin. Sinon, ils doivent bien faire du fromage quand même, par chez toi? Renseigne-toi, on ne sait jamais…
      Bonne “quête” Sécotine 😉
      Marie

      Répondre
  3. JACQUELINE

    Bonjour Marie
    Mais non ton article n’est pas long j’ai tout lu j’aime bien quand tu racontes des anecdotes.
    Un grand bravo pour la bichette que vous avez soignés tous ensemble
    Un grand merci pour les recettes de fromage picodon et Saint Marcellin.
    J’ai acheté ton livre sur la boulange : très envie de faire du pain, etc…… je te dirai
    Je t’embrasse
    Jacqueline

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Après, il te faudra du bon fromage pour mettre sur ton bon pain Jacqueline 🙂
      Je t’embrasse aussi, et merci beaucoup pour ton gentil message !
      Marie

      Répondre
      1. JACQUELINE

        Bonjour Marie
        J’ai essayé ta recettes de petits pains farine grand épeautre pignon de pin je suis contente de moi
        merci merci
        j’ai aussi fait la pizza sur ton livre grands classiques revisités et je suis contente elle était excellente
        la pâte : une merveille tu sais dans la pizza j’aime autant la pâte que la garniture pour moi une bonne pizza c’est déjà une bonne pâte c’est comme le pain la pizza je l’ai faite plutôt avec des légumes : poivrons tomates, aromates, ail, etc…. comme ça la pâte et les légumes font un bon plat digeste complet pas besoin d’entrée
        je te remercie pour tout ce que tu nous apprends tout ce que tu transmets
        je t’embrasse et te souhaite ainsi qu’à ton mari et tes enfants un bon dimanche
        Jacqueline

        Répondre
        1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

          Que je suis touchée en lisant ton message, merci Jacqueline…
          Des bises bien amicales à toi aussi, et encore merci pour tout !
          Marie

          Répondre
  4. Flo74

    J’adore tes histoires et anecdotes !!! J’espère que l’œil de Hugues va bien, ton pied de mieux en mieux, et bravo à vous pour bichette ! Grâce à votre dévouement elle a pu s’en sortir !!! J’adore le fromage, je vais essayer ta recette prochainement, j’ai hâte de déguster le résultat !! Merci beaucoup Marie !

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Aaaah, Bichette… Maintenant, qu’elle va mieux, elle s’ennuie (et oui !) et réclame notre présence à corps et à cris ! On se relaie, parce que si on la laisse seule un peu trop longtemps, tout le quartier le sait !
      Hugues me dit qu’il va pouvoir la remettre bientôt dans le troupeau car la compagnie des autres chèvres lui manquent, mais la difficulté c’est que nous pensons qu’elle est aveugle maintenant (elle se cogne sur les arbres pauvre Bichette, on voit bien qu’elle ne voit plus).
      Est-ce que tu peux me rappeler comment s’appelle ta petite chèvre? J’ai oublié, désolée 🙂
      Des bises Flo !
      Marie

      Répondre
      1. Delphine

        Bonjour Marie,
        Merci pour ces recettes de fromage, il me tarde de passer “à l’action” et d’essayer.
        Je me permets de répondre au sujet de la petite Bichette qui semble aveugle, j’ai quelques chèvres (Gaudrette, Titou et Causette), heureusement aucune d’aveugle, mais j’ai une jument Xena qui a passé quelques temps dans un brouillard très obscur [uvéite chronique, ulcères à répétition, tout est bon pour se défoncer l’œil si ça gratte, j’ai beau la protéger, je pense qu’il lui faudrait une barde (le casque hein, pas le lard :-D) bref…], elle se cognait dans le râtelier du pré, les poteaux, les murs etc. et j’ai cru que j’allais devoir la garder encore plus longtemps en convalescence dans son box, mais à ma grande surprise, notre ponette Clochette l’a prise en charge tout naturellement, c’était très touchant de voir ça. Alors, c’est vrai une chèvre n’est pas un cheval, mais les animaux peuvent parfois nous surprendre par leur grande solidarité et peut-être que Bichette trouvera de l’aide parmi ses congénères ;-).
        Très bonne journée !!

        Répondre
        1. cracotte

          merci Marie, je ressens tout ce que tu écris .. ayant eu 6 enfants moi même et le dernier a fait sa rentrée il y a une semaine en école d’ingé Agri … seule … chaque petites routes pour aller vers l’école etc … la nostalgie .. mais comme tu dis prenons chaque jour en se disant que la vie est belle, et vive les petits enfants qui viennent nous bousculer dans notre petit emploi plus calme.
          Merci Marie pour tout ce que tu écris .. c’est magique

          Répondre
          1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

            C’est moi qui te remercie Cracotte pour ton si gentil petit mot…
            Des bises bien amicales et un peu émues pour toi aussi:)
            Marie

        2. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

          Merci infiniment Delphine !
          Ne vous inquiétez pas, elle va beaucoup mieux et semble retrouver la vue. Comme par contre elle s’ennuyait ferme (mais qu’on ne peut pas encore la remettre dans le troupeau car vous devez connaître aussi bien que moi le souci des chèvres qui ne sont pas toujours très gentilles avec leurs congénères un peu faibles…) j’ai acheté une brebis pour lui tenir compagnie dans mon jardin. Elles sont irrésistibles toutes les deux, si gentilles, si affectueuses. Je n’écarte pas l’hypothèse de ne jamais rendre à Hugues sa petite chèvre 😉
          Très belle après-midi à vous, et merci beaucoup Delphine !
          Marie

          Répondre
      2. Florence Bulit

        “Notre” chèvre c’est Basilic! J’espère que Bichette saura s’adapter à sa nouvelle condition avec sa vue… Tu nous diras comment se passe sa réadaptation dans le troupeau?? Hate d’avoir les prochaines nouvelles!! 😉
        Des bises à tout le monde!
        Florence

        Répondre
        1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

          Ah oui, Basilic 🙂
          Bichette va incroyablement mieux et le seul “souci” c’est que je m’y suis attachée comme une dingue (avec le câlin du soir, le câlin du matin, le coucou par la fenêtre de la cuisine 15 fois par jour, etc.) du coup je ne sais pas si je vais rendre à Hugues sa petite chèvre 😉
          En plus comme elle s’ennuyait toute seule je lui ai acheté une copine brebis… C’est idiot, mais je suis heureuse comme tout avec mon petit “troupeau” à deux têtes et quatre cornes 😉
          Des bises à tout le monde chez toi aussi Florence,
          Marie

          Répondre
  5. Nadine

    Merci, Marie, pour la belle histoire du soir.
    J’aime autant que les recettes ! Et puis vous racontez si bien la nostalgie de la rentrée… Moi, j’en suis au stade petits-enfants qui arrachent les fleurs pour mieux les sentir avant de me les offrir et démontent les jouets de leurs parents…
    Et je vous dis: profitez, profitez de chaque instant de la vie, Marie !
    Merci pour les recettes, merci pour les photos.
    Tout cela donne envie de faire du fromage pour mes petits enfants !
    Bon rétablissement à Hugues et à Bichette. Et à vous aussi: comment va ce pied?
    Continuer à nous écrire des pages et des pages !
    Bien amicalement !

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Ce pied m’embête hélas encore un peu suite à une complication Nadine, mais rien de très grave… Merci beaucoup en tout cas d’avoir pris si gentiment de mes nouvelles 🙂
      J’espère que vous vous lancerez un jour dans la fabrication de beaux fromages pour régaler vos petits enfants !
      Bien amicalement aussi,
      Marie

      Répondre
  6. Geraldine

    Merci Marie pour ces recettes ! Cela fait un moment que je voulais m’essayer à la fabrication de fromage de chèvre mais sans recettes je n’avais jamais osé me lancer. Ayant la chance d’avoir un fermier à quelques pas de chez moi élevant de belles chèvres le lait cru sera facile à trouver. Et maintenant avec tes recettes je me réjouis de tenter l’expérience. Un tout bon rétablissement à Bichette et Hugues. Merci encore beaucoup Marie et meilleures salutations des montagnes Suisses.

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Merci Géraldine 🙂
      Hugues n’a plus aucune trace de ce malencontreux coup de corne, et quant à Bichette, elle est en pleine forme si ce n’est une cécité un peu bizarre, on pense qu’elle ne voit pas bien depuis sa maladie… D’après Mr le Chevrier en chef ce n’est pas très grave, elle va soit guérir, soit s’habituer à vivre ainsi. Déjà, elle sait se diriger vers nous au son de notre voix. Mais gare s’il y a un arbre sur le trajet (arg, pauvre Bichette !).
      Des salutations bien amicales de l’autre côté des Alpes 🙂
      Marie

      Répondre
  7. Anne

    Bonjour,
    Quand tu dis « kefir », tu utilises des grains de kefir de lait? Ou bien de la boisson kefir de fruit (tibico) ou bien du laitage nommé kefir ? Bah, c’est bien compliqué quand un seul mot désigne autant de choses 😀. À Grenoble, c’est très facile de trouver du lait de vache cru en vrac sur les marchés, mais pas de chèvre.
    Pour les fromages de chèvre, ceux de ton fils nous régalent chaque semaine et je n’ai pas encore essayé tous ceux qu’il prépare. On a commencé par « bloquer » sur le mi-frais pendant un mois, puis la fille s’est régalé avec les frais, en ce moment on fait dans la faisselle et le sec (délicieux en ce moment, un peu cassant et plein de goût). Oui, ils évoluent en saveurs au fil des semaines et de la météo, c’est drôlement agréable de ne pas avoir un produit standardisé.

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      C’est vraiment gentil Anne, je ferai part de tes encouragements à Hugues… C’est vrai, l’affinage du fromage évolue en fonction de la température, de la météo (plus ou moins humide), de la saison (parce que les biquettes ne consomment pas les mêmes plantes au cours de l’année, mais aussi parce que leur lait évolue : plus gras au printemps et à l’automne, plus aqueux en été), etc.
      Au printemps prochain, il espère pouvoir vendre du lait cru de chèvre sur le marché. C’est très compliqué côté normes, analyses et autorisations, mais il y a tellement de gens qui le lui demandent !
      Pour répondre à ta question, le mot “kéfir” désigne ici le lait fermenté avec des grains de kéfir, tu peux aller voir le post précédent si tu veux, j’en parle.
      Des bises !
      Marie

      Répondre
  8. Coralie

    Tout simplement extraordinaire
    Dommage, nous habitons dans une grosse métropole et le lait cru est introuvable 😣
    Mais je recherche activement du kefir de lait sur Lille si quelqu’un en a 😆

    Répondre
  9. Laëtitia

    Hello,

    J’espère que ton pied va un peu mieux.

    Merci pour cet article (comme toujours) très divertissant et instructif. Une pensée pour Hugues et Bichette.

    En tant qu’auvergnats/lyonnais expat’, on trouve des fromages locaux intéressants, mais le fromage qui nous intéresse le plus, c’est le Saint-Nectaire.
    J’avoue que je GRILLE d’impatience que tu nous expliques dans un prochain article comment tu le fabriques, car, à ma connaissance, il ne devient Saint-Nectaire que si on est…. dans les caves de Saint-Nectaire !

    Donc ?! Je me gratte la tête….. Mes hypothèses sont les suivantes : donc, tu vis à Saint-Nectaire ? Tu loues une cave à Saint-Nectaire ?
    La meilleure étant la suivante : tu as le don de transplaner et tu t’en sers pour aller affiner ton fromage !
    J’ai trouvé, j’en suis sûre !

    Bon et maintenant comment je fais, moi, simple mortelle, qui ne sait / peut / veut pas transplaner …. ?

    Ben… j’essuie une petite larme en pensant au Saint-Nectaire auvergnat, et…. je mange du tofu. Snif !

    @ + 😉

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Alors voilà, c’est une TRES bonne question ! 😉
      Si tu veux obtenir un saint-nectaire parfait, voici la recette : loue un petit gîte en Auvergne pour les prochaines vacances, histoire de dégoter auprès d’un producteur fermier le fruit de sa passion, de son terroir, de gestes ancestraux appris peut-être de père en fils depuis des générations. Bref, pas de miracle ma pauvre 😉 Et il en est de même pour tous les autres grands fromages de terroir… Ils sont inimitables ! Mais doit-on pour autant s’interdire de s’inspirer respectueusement de tel ou tel fromage, pour lui rendre hommage à notre façon ? Car en mettant toutes les chances de notre côté (du bon lait, une recette proche du cahier des charges, un affinage du même type, etc.) alors là oui, on peut obtenir en terme d’arôme, de saveur, de texture, de croûtage, un magnifique fromage maison qui n’est pas une seulement une pâle copie, mais plutôt une interprétation « fait-main et avec amour », touchante, délicieuse, de tel ou tel fromage transposé dans ton terroir à toi. Du moment que tu ne vends pas ton fromage artisanal sous l’appellation « saint-nectaire », « reblochon », « roquefort » etc. tu n’es pas un faussaire, juste un débrouillard 😉
      Et puis j’ai un petit “secret” : j’ensemence le lait avec du kéfir ou du petit lait + un petit morceau de fromage mixé avec sa croûte : Du reblochon si je peux fabriquer du reblochon, du roquefort si je veux faire du roquefort, du brie si je veux faire du brie, etc. C’est comme un “petit morceau de terroir” que j’introduis dans mon lait avec tous les micro-organismes présents dans la pâte et la croute de ce morceau de fromage. Et ça marche plutôt bien, si tu savais…
      Des bises, et bon courage au pays du tofu Laetitia ! 😉
      Marie

      Répondre
  10. Laurence

    Oh un régal des yeux ces photos et quel plaisir de vous lire. Moi aussi terminé les rentrées et j’avoue ça me manque. J’étais presque plus enthousiaste que mes enfants pour les fournitures, je suis fan de la belle papeterie. Quelle peur ça du être pour l’oeil d’Hugues . Mais bon tout finit bien. Et on pardonne tout aux animaux ils sont si attachants. Ma chienne à tendance à prendre le potager pour un terrain de jeu. Aïe les pieds de tomate.

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Qu’est-ce que vous avez comme type de chien Laurence? Moi c’est une beauceronne, et quand elle creuse dans les massifs avec ses énormes papattes de taupe géante, la terre vole à 10m à la ronde avec les morceaux de racine des plantes qu’elle vient de dézinguer 🙁
      Mais oui on leur pardonne tout… <3
      Belle soirée à vous Laurence !
      Marie

      Répondre
  11. Kat

    J’adore tes tranches de vie ! Elles sont aussi savoureuses qu’un fromage bien affiné. 😊
    Biquette a une bonne tête et je suis bien contente que ton histoire ait un happy end, pour elle comme pour ton fils (quoique le style pirate, ça peut avoir ses avantages !). Et ton pied, comment va t-il ?
    Je ne me vois pas me lancer dans la fabrication d’un picodon ou d’un saint Marcellin, mais j’ai copieusement salivé à la lecture des différentes étapes, et appris plein de choses au passage.
    Bref, continue à nous régaler de recettes et de mots !

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Ah, c’est pas encore “le pied” justement, si tu savais comme les randonnées en forêt me manquent ! Mais ce n’est pas encore possible pour le moment hélas.
      Merci en tout cas pour ton si gentil message Kat 🙂
      Des bises, et belle soirée à toi !
      Marie

      Répondre
  12. Pandore

    Ma chère Marie,
    Je ne sais pas si tu as lu Treize à la douzaine quand tu étais petite, comme moi, mais le jour où tu écriras des romans et plus des livres de cuisine, je te prédis également un grand succès ! C’est toujours un immense plaisir de te lire et d’être inspirée par ton énergie et ta curiosité ! Plein de bises et prends soin de ton pied!

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Et non figure-toi ! Beaucoup de gens me parlent de ce bouquin, mais je ne l’ai jamais lu. Il va falloir que je le trouve 😉
      Merci en tout cas pour ton petit mot si amical 🙂
      Plein de bises à toi aussi ma chère Pandore :)!
      Marie

      Répondre
  13. Monique

    Bravo Marie et merci pour ce partage. Encore des histoires pleines d’humanité, générosité et une happy end ! Très contente de savoir que tout le monde se remet ! Il s’en passe des choses dans ta belle campagne !
    bises
    Monique

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Oui, la vie rurale faut pas croire : on a pas de cinéma, pas de restos, pas de théâtre mais bon, dame Nature se charge de l’animation 😉
      Des bises Monique, et merci pour ton gentil petit mot !
      Marie

      Répondre
  14. etlafeesatoile

    Waouh, cette histoire est magnifique, et ton fiston un héros, faudrait quand même qu’il se ménage un peu ? Bon les aléas de la vie…
    Merci pour ces recettes qui font saliver mais je ne pense pas me mettre à la fabrication de fromages, dommage que nous ne soyons pas voisins… j’aime tant le fromage de biquette !
    Toujours autant de plaisir à te lire 😉
    Bises

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      C’est gentil comme tout, merci 🙂
      Et si un jour tu venais en vacances dans le coin? Ou juste un petit passage, comme ça, histoire de dévorer discretos une trentaine de fromages 😉
      Plein de bises à toi aussi,
      Marie

      Répondre
  15. Mawar

    Très certainement je ne ferai pas de fromage mais qu’importe c’est un tel plaisir de vous lire … Je confirme pour avoir vécu des rentrées comme les vôtres – 5 enfants avec des jumeaux et six ans de différences entre l’ainee et la dernière – et un job de prof ..Je viens de vivre ma première non rentrée . Après les rentrées épiques des enfants ( Ah les listes de fournitures …) , j’ai en retraite , accompagné la rentrée de certains de mes petits enfants (9) et cette année : rien .Eh bien , je regrette . Pourtant, folle que j’étais, il me semble avoir un peu râlé quand , à la suite du tourbillon des petits enfants en vacances , il me fallait encore être disponible pour accompagner la rentrée des plus petits … Ils ont tous grandi ..Alors oui cela passe très vite . Profitons de chaque moment de complicité , de chaque sourire, de chaque cadeau de la vie ..

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      J’en suis bien consciente Mawar !
      Merci en tout cas pour ce petit témoignage plein de tendresse… Vous avez dû en voir de toutes les couleurs avec des enfants d’âge si rapproché, mais que de bonheur 😉
      Très belle soirée à vous !
      Marie

      Répondre
  16. AC

    Je suis à peu près sûre de ne pas faire de fromage moi-même parce que, ben, c’est pas ma tasse de thé (quoi que…ne doit-on jamais dire : “fontaine, je ne boirai pas de ton eau”?), mais j’ai tout lu ton billet, jusqu’au dernier point, et admiré une fois encore tes photos si belles.
    Bichette a eu beaucoup de chance de vous avoir, avec votre ténacité et votre patience. Heureusement que l’œil d’Hugues est sauf.
    Ca va mieux ton pied?
    Bises

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Oui, merci beaucoup AC, ça va nettement mieux mais je souffre quand même un peu à cause de l’algodystrophie. Ça va être très long il paraît… J’ai essayé de remarcher : en forêt, sur terrain irrégulier, c’est juste impossible… que c’est triste, j’aime tellement les forêts d’automne 🙁
      Sur la route ça va, si je vais doucement je peux marcher trois ou quatre km sans trop souffrir. Rien à voir avec les marches quasi quotidiennes de 8 à 12Km dont je me régalais l’an dernier ! Du coup, en plus je prends un peu du popotin, pffff, double peine 😉
      C’est pas bien grave tout ça 🙂
      Plein de bises !
      Marie

      Répondre
  17. patdub

    Quel plaisir de lire les tribulations des Chioca. (tiens ça ferait un joli titre de livre…).
    En tout cas, rassure toi, comme toi je regrette les moments intenses de notre vie de famille, qui, alors , me paraissaient exténuants. Aujourd’hui, nous ne sommes plus que deux à la maison ( nous avons eu 40 ans de mariage hier !!). Maintenant , quand nous allons chercher un de nos petits fils à l’école où sont allés son père, son oncle, sa tante, ça me ramène quelques années en arrière. Je crois que c’est de voir le temps qui passe inéluctablement qui nous rend nostalgiques… Alors comme le dit Mawar, il faut profiter de tout ce bonheur.
    Je vais tester cette recette de fromage. J’en ai déjà fait mais pas avec tout à fait la même méthode. Merci beaucoup pour cette recette. Comme je regrette d’être si loin de vous pour goûter les délicieux fromages d’Hugues.
    Contente que son oeil n’ait pas souffert de cette mésaventure. Comment va ton pied?, tu n’en parles pas.
    Je t’embrasse.

    Répondre
  18. kali

    Une chose est sûre, on ne s’ennuie pas chez toi.
    Et c’est toujours un pur bonheur de te lire.
    Les souvenirs de rentrée avec mes quatre loulous, c’était pas triste du tout surtout quand il fallait aller déposer les aînés dans leurs établissements respectifs parce-que le car n’était pas passé , le tout avec les plus jeunes en pyjama complètement débraillés qu’il allait falloir habiller, peigner, nourrir en deux temps trois mouvements parce-qu’il fallait aussi aller au travail. En y réfléchissant, que de bons souvenirs.
    Je ne sais pas si j’aurai le temps de faire ces fromages. Il va falloir attendre d’être en vacances, ce qui n’est pas près d’arriver. Et pourtant cela parait assez simple, tout est dans la patience. Et qui sait, peut-être que je les digérerai ceux-là.
    Bon courage à Hugues.
    Gros bisous

    Répondre
  19. Ninidio

    C’est vrai que ça donne bien envie de faire ses fromages aussi mais ça me parait un peu délicat non ? Ma belle mère avait des chèvres et faisait aussi des bons fromages mais je me souviens que ça me paraissait un peu fastidieux. J’ j’étais jeune c’est peut être ca 🤔🤔🤔🤔🤔🤔🤔🤔 En tout ca merci pour ce bel article. Bises Marie et fais gaffe quand même à pas t’ennuyer avec tes 4 grands partis 😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀. Nicole

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Non, promis, c’est vraiment facile. Même un enfant pourrait faire des fromages de ce type, et je suis sincère 🙂
      Et t’inquiète pas, je m’ennuie pas, mais alors du tout, pfiouuu 😉 Et puis j’ai fais une bêtise : pour tenir compagnie à Bichette, j’ai acheté une brebis 😉 Promis que c’est vrai. Je suis folle hein 😉
      Plein de bises Ninidio, et bonne fin de journée à toi !
      Marie

      Répondre
  20. totoche

    Youpi, je vais pouvoir concurrencer mon marchand de chèvre sur le marché. Il vend du lait cru de biquette MAIS, plus de lait de vache cru de son voisin depuis cette semaine . :-(( Il n’a pas le droit car les vaches ne lui appartiennent pas, en revanche pour les yaourts, crème et fromage au lait de vache, pas de soucis. Encore une loi que je ne comprends pas.
    Bref, je vais fabriquer plus de lait d’amandes car les enfants n’aiment pas trop le goût fort du lait de chèvre. Je viens de fabriquer des yaourts au lait de chèvre pour voir si j’aime le goût.
    Merci pour cette recette de fromage bien détaillée. Je vais commencer vendredi prochain, jour de marché.
    Beaucoup d’émotions avec cette rentrée, dis donc !!
    J’ai mon bouledogue de fils qui est interne et je dois revoir mon panier de course en grande baisse ! C’est pour ça que je profitais d’essayer toutes tes recettes quand il était là. Il revient le we pour finir de tester quelques derniers desserts… Ouf !
    Belle journée, Marie.

    Répondre
    1. NADINE

      Bonjour Marie,
      Quel plaisir de vous lire et de suivre vos aventures familiales que vous nous racontez si bien.
      Je suis désolée de savoir que vous souffrez encore de cette maudite algodystrophie. Il y a bien les cures thermales qui soulagent beaucoup et durablement mais, avec votre emploi du temps de ministre à plus de mille à l’heure….ça va être compliqué…..

      Je me permets une suggestion: Vous connaissez bien sûr le BATCH COOKING très à la mode et qui permet un gain de temps considérable.
      Que diriez-vous de l’adapter à la sauce “CHIOCA” Vos recettes, vos ingrédients et votre imagination débordante ça ferait un bouquin formidable !!!

      Bonne rentrée, bonne santé à vous et je vous embrasse affectueusement.
      NADINE.P

      Répondre
      1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

        Cette idée d’un livre sur le batchcooking, bien sûr que je l’ai en tête… Dans un avenir pas trop lointain peut-être 😉
        Je vous embrasse aussi chère Nadine, et merci beaucoup pour ce gentil petit message 🙂
        Marie

        Répondre
    2. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Belle journée à toi aussi ma chère Totoche… Plein de bises, et bon courage pour ta nouvelle vie sans ton gentil bouledogue 😉
      (Promis, cette année j’ai moins pleuré quand mon fiston est reparti en Italie après les vacances ! Mon cas est donc grave, mais pas désespéré !)
      Marie

      Répondre
  21. Marie christine Wegel

    Tu es bien la seule qui réussit à me faire lire entièrement. …suis heureuse pour le sauvetage et suis à matrice de bons chèvre du Poitou😚

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Merci Marie-Christine, je suis très touchée, tu en as du mérite de tout lire jusqu’au bout 😉
      Belle fin d’après-midi à toi !
      Marie

      Répondre
  22. Christiane Méhu

    Super, ces recettes de fromage de chèvre. Je vais les tester et je vous en dirai des nouvelles ! Ma difficulté va être de trouver du lait de chèvre cru, ce n’est pas gagné…..
    Comment va votre pied ? Avez-vous testé ma proposition de faire des bains de pieds en marchand au bord de la mer. Pour moi, cela a été très efficace. Algodystrophie réduite à néant, alors que je galérai depuis 3 ou 4 mois réduite à ne parcourir que quelques mètres chez moi.
    Bravo, pour la biquette guérie, faites lui un (enfin plein) de gros câlins de ma part …. je suis sûre que cela lui fera du bien même à distance..… L’amour appelle à la vie n’est ce pas ?
    Christiane

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Aaah, marcher dans la mer, j’en rêverais mais le souci c’est que dans le Dauphiné, la mer… 😉
      En attendant, je me ferai un plaisir de câliner Bichette de votre part ! J’y suis si attachée à cette petite bête…
      Belle soirée à vous Christiane,
      Marie

      Répondre
  23. Kiki

    Bonjour Marie,
    Quel bonheur de lire vos aventures de vie, drôles ou graves, mais toujours empreintes d’amour, de poésie, de beauté, d’espérance et de positivité. Et relatées avec tant d’humour ! Vous nous donnez envie d’avancer, de tenter, de vivre intensément. En lisant ce nouvel épisode qui vous est arrivé, je pensais aussi à votre pied et me demandais si ça allait mieux. Quelle leçon de vous voir surmonter tout ça ! La nature autour de vous doit vous y aider. Vos photos sont superbes. Je ne sais pas si je ferai du fromage mais c’est bien tentant. Merci pour tout ce partage. Je vous souhaite le meilleur et de la sérénité pour les mois à venir. A vous et à tous vos proches. Et aux biquettes !

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Merci beaucoup chère Kiki,
      Oui, je vais un peu mieux, ce n’est pas encore parfait du côté du pied cassé qui se tape un petit “délire”, c’est long, mais ça s’arrange tout doucement et je ne souffre pas trop, beaucoup moins en tout cas que d’autres personnes touchées d’algodystrophie.
      Je suis très touchée en tout cas par votre gentil message !
      Belle soirée à vous,
      Marie

      Répondre
  24. FANNY

    Bonjour,
    Quel bonheur de lire vos “péripéties” on ne s’en lasse pas. J’ai hâte de tester ces recettes. Merci pour toutes ces précisions. J’ai vu de la présure chez GRAND FRAIS au rayon beurre, crêmes fraîches, etc….
    Bon rétablissement.
    Fanny

    Répondre
  25. Marilyn

    Alors là, un grand bravo et un grand merci également
    très bel article, complet, bien expliqué
    cela donne vraiment envie de tenter le coup (j’en ai déjà fait, mais pas aussi élaborés)
    tous mes meilleurs vœux de bon rétablissement à la biquette et à son dévoué sauveur

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      La biquette va beaucoup mieux, mais je ne sais pas si je vais avoir le courage de la rendre à son propriétaire… J’y suis bien trop attachée maintenant, c’est malin 😉
      Merci en tout cas pour ce gentil message Marilyn, et belle soirée à toi,
      Marie

      Répondre
  26. Marie C

    Bonsoir Marie,

    Un grand merci pour ce nouvel article plein d’émotion et de superbes photos ! C’est toujours un plaisir de lire tes aventures familiales, tu devrais penser à écrire tes mémoires 😉
    Tes photos sont vraiment superbes et donnent envie de faire son fromage maison tout de suite maintenant. Je prends note des techniques et je testerais dès que j’aurais mon nouveau chez moi.
    Pleins de pensées pour l’œil de ton fiston et pour ceux de Bichette ! Espérons que tout rentrera dans l’ordre rapidement.

    Bonne soirée à toi et à ta famille (notamment tes deux petites filles si sages ;))
    Bises
    Marie

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      “Dès que j’aurai mon nouveau chez moi”…Tu es en plein déménagement Marie? Si tel était le cas, bon courage 🙂
      Plein de bises à toi aussi !
      Marie

      Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      C’est hélas possible, nous y avons pensé Nicole. Surtout qu’il y en a parfois chez Hugues, berk !
      Mais apparement non, c’était autre chose. Là tout va mieux, Bichette est en pleine forme 🙂
      Merci Nicole !
      Marie

      Répondre
  27. Rene

    Bonjour Marie, je me suis une fois encore régalée de votre écriture à tel point que me nous donnez l’impression d’être un membre de la famille “en -vacances -un-peu-loin 😉” qui m’ immerge dans une grande bulle d’oxygène !
    Bravo pour votre amour et votre dévouement envers Bichette, faitres-lui pour moi une caresse sur son-museau-tout-doux 🐐…
    Ici, grande ville… doonnc… j’achète le fromage du mieux que je peux…

    Tant mieux si après ces émotions fortes tout rentre dans l’ordre…
    Ditres-moi, vous êtes vous renseigné sur des poses de cataplasmes d’argile sur votre cheville ?
    Peut-être cela vous ferait du bien pour normaliser petit à petit la consolidation ?

    Bon courage, une p’tite caresse à tout les quatre pattes (ça prendra un bon moment je crois 😂) , je vous envoie toute mon amitié Marie.

    Répondre
    1. Simone

      Bonjour Magali,

      Je me permets de vous répondre mais Marie le fera sans doute également aussi 🙂
      Pour la recette de pain de mie, je ne sais pas quelle est la recette que vous avez testé mais si c’est celle-ci https://www.saines-gourmandises.fr/2013/06/04/pour-tous-vos-toasts-et-pique-niques-de-quand-yfra-beau/ il est normal qu’en mettant de la farine d’orge mondé vous n’aboutissiez pas au résultat attendu. La farine d’orge boit beaucoup d’eau et peut rendre les pâtisseries et boulangeries plus moelleuses / fondantes lorsqu’on en met trop.
      Pour vos enfants et le dilemme des céréales du matin; nous préparons à la maison 400g de granola avec des pépites de chocolat que l’on ajoute après cuisson. Cette recette de Marie (https://www.saines-gourmandises.fr/2019/01/31/petit-matin-dhiver/) soit avec l’huile de coco comme elle le recommande ou les recettes de base avec de la compote de pommes en lieu et place de l’huile satisfont les petits et grands estomacs. Et cela se transporte très bien pour le goûter 🙂
      Sinon, pour le petit déjeuner dont vous parlez, si vous voulez faire des oeufs, pourquoi ne pas les consommer durs ? Vous les faites la veille au soir et comme ça le matin vous en avez de prêts ! Enfin, pour les jus de fruits du matin; vérifiez bien qu’ils sont 100% pur jus – Marie et Mme Frichaux le recommandent vraiment ou sinon compote de pommes/de poires…bref de fruits. Chez nous cela convient beaucoup mieux que les jus qui ne tiennent pas au corps. Par contre, comme les enfants et les grands ont soif; et bien nous buvons de l’eau ! soit sous forme de tisanes (les enfants aussi le peuvent, il faut simplement vérifier la composition); soit sous forme d’eau fraiche.
      Belle journée, et bon week-end,
      Simone

      Répondre
    2. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Merci beaucoup Evelyne, effectivement j’utilise l’argile depuis le début, c’est grâce à cela que je ne souffre pas trop de cette saleté d’algodystrophie. Le pied est enflé, enflammé, mais je souffre beaucoup moins que d’autres personnes touchées par le même tracas de santé que moi… L’argile me soulage énormément !
      Encore merci en tout cas, et des bises bien amicales,
      Marie

      Répondre
  28. Magali Defoug

    Bonjour Marie,
    Ça donne bien envie tout ça merci aussi pour tous vos souvenirs partagés,vos magnifiques photos et les aventures de votre adorable biquette.
    Avez vous passées de bonnes vacances ?
    Comment va votre pied?
    J aurais plusieurs questions à vous poser.
    Tout d abord j ai essayé le pain de mie a la farine d orge de son d avoine et t110 farine de blé car je n ai pas trouvé de grand épeautre à ig bas.
    La consistance était assez liquide mais la pâte a bien gonflé jusqu’à ras du moule dans un four préchauffé 1 minute à 50 puis éteind.
    En revanche est-ce normale que la pâte n est pas gonflée pendant la cuisson?
    Je l ai cui 45 min a four chaleur fixe à 220,il était déjà bien doré ,du coup le goût est agréable mais la texture se situe entre le gâteau et le pain.
    Est ce normal sinon où se situe le problème?
    Cependant appréciée par deux
    de mes 3 enfants et mon mari ,dégusté avec votre Nutella maison.
    D autre part j aimerai petit à petit supprimer les céréales, rice crispie,Nestlé au chocolat dont mes enfants sont très fans.Ils sont très chocolat,par quoi puis je les remplacer?Existe t il des recettes maison petit-déjeuner sains pour enfants ?
    La formule œuf coque pain complet serait pas mal de temps en temps mais tout le monde arrivant à des heures différentes le matin c est trop complexe.
    Les filles apprécient leur bol de lait avec des céréales.Peut être avez vous une recette de céréales maison au chocolat et quelques oléagineux sains et pas trop durs?
    Sinon du pain complet ou au levain avec chocolat noir ou au lait (une de mes filles n’aime pas le chocolat noir) ou avec votre pâte à tartiner maison version chocolat au lait et lait à la place du lait de soja convient elle pour un déjeuner sain et pas trop chargé en sucre?
    Je n arrive pas à leur faire manger des fruits le matin donc c est un verre de jus de fruit ou sirop.
    Me concernant j aime commencer par un bol de fruits de saison le matin ,puis du pain au levain avec un peu de beurre et fromage,un peu de puree d amande parfois et parfois une petite tasse de chocolat au lait.

    Enfin j ai essayé de faire de l orge mondé celnat que j ai laissé tremper la veille au soir jusqu’ au midi et une autre fois jusqu au soir mais malgré un temps plus long de cuisson que ce que vous recommandez les grains restaient très durs à mâcher et donc pas appréciés et encore moins par les enfants.
    Quelle est l explication à cela?
    Merci pour vos conseils et à très bientôt.
    Veuillez m excuser pour la longueur de mon message
    Amicalement Magali

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Chère Magali,
      Pour ce qui est du pain, je ne sais pas trop hélas pourquoi il n’a pas plus levé pendant la cuisson, désolée. Quant au petit déjeuner, avez-vous essayé cette recette ?
      https://www.saines-gourmandises.fr/2019/01/31/petit-matin-dhiver/
      … elle a beaucoup de succès chez mes morfals 😉
      Il y aussi une ou deux reettes de pâte à tartiner au chocolat sur le blog, mais là je ne les retrouve plus.
      Quant à l’orge mondé je suis étonnée, car c’est généralement une céréale très tendre… Avez-vous bien démarré la cuisson à froid et sans sel? Car cela aide beaucoup à ce que les céréales un peu “coriaces” cuisent plus vite.
      Belle soirée à vous Magali 🙂
      Marie

      Répondre
  29. Béatrice

    Ce que tu me donnes envie avec tes fromages!!!! J’en salive! Merci pour toutes ces explications…. faut que je m’y mette! Je vais être obligée de faire du St marcelin, car je ne sais pas où je vais trouver du lait de chèvre cru par ici (Bretagne). Hélas! J’adore tellement le picodon!
    Prends bien soin de Bichette…. et de Hugues! Les pauvres!…. et de ton pied!!!!!
    Bisous

    Répondre
  30. Rossillion

    Un grand merci pour vos articles que j’adore lire et merci pour ces belles recettes . En espérant trouver ce qu’il faut pour faire…..et surtout réussir à les faire.
    Amicalement

    Répondre
  31. Eurydice

    Bonjour Marie.
    Je suis fan de votre blog, j’aime beaucoup vos recettes si simples et si faciles à réaliser. Même vivant sous l’équateur, j’ai pu commander par ma librairie préférée 4 de vos livres de recettes.
    J’ai une demande à faire: pour moi qui suis allergique au chocolat (oui je sais… c’est d’autant plus triste que j’aime le chocolat…), dans votre dernier livre sur les goûters, il y a beaucoup de proposition avec du chocolat, pourriez-vous m’indiquer des variantes? Et en terme de fruit (je vis au Gabon), pouvez-vous me proposer quelques idées de recette avec des fruits tropicaux?
    Ici, je ne trouve pas de farine de châtaigne ou de farine d’épeautre, donc j’utilise de la farine de blé T80 mais plus de la T150, ça marche très bien. Par contre, j’ai plus de facilité à trouver de la farine de maïs, de teff ou de riz. Pouvez-vous proposer des recettes (salées ou sucrées) à base de ces farines? Même 2 ou 3 ça serait super. Et peut-être vous pouvez me donner des conseils pour les pâtes à pain (à pizza, etc.): l’air est très humide (90%) et il fait très chaud, du coup on utilise souvent la climatisation. J’ai donc beaucoup de mal à faire lever une pâte (je n’y suis jamais parvenue)…
    Merci beaucoup pour enthousiasme, je vous souhaite une très bonne journée.
    Eurydice

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Je vais réfléchir à tout ça Eurydice, et si jamais vous ne voyez rien venir sur le blog, n’hésitez pas à me faire une petite piqûre de rappel 😉
      Bon courage en tout cas… une allergie au chocolat, j’ose même pas y penser 🙁
      Marie

      Répondre
  32. Jo

    Merci Marie!
    Quel bonheur de te lire cette fois encore. Merci pour Bichette, quel joli sauvetage!
    Je m’inquiète cependant, tu dis qu’elle est aveugle maintenant alors quel avenir pour elle? Pourra-t-elle survivre au sein du troupeau?
    Mais je suppose que tu ne l’abandonneras pas et qu’elle pourra toujours trouver refuge chez toi (pauvre potager!!!!!)
    Je n’ose plus prendre des nouvelles de ton pied, le temps passe et je crois comprendre que ce n’est pas ‘folichon”
    Prends soin de toi surtout, courageuse Marie.
    Jo

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Il n’y a aucun souci pour Bichette Jo, ne t’en fais pas. Déjà, Hugues m’avait rassuré tout de suite sur ce point : même aveugle, il l’aurait gardée avec lui. Mais en plus, elle a guérit complètement !
      Non, le seul gros souci très grave maintenant c’est que je ne veux plus lui rendre sa chèvre… Elle est si câline, je m’y suis attachée comme une folle 🙂
      Et quant à mon pied, c’est long, mais ça s’arrange tout doucement, merci beaucoup 🙂
      Je t’embrasse bien fort,
      Marie

      Répondre
  33. Laetitia

    Bonjour Marie, quel bel article 🙂 J’aime les happy ends, surtout quand il s’agit d’histoire d’amour avec bichette et de l’oeil de votre fils ! Dans mon appartement parisien, je ne vais pas me lancer dans la fabrication de fromages et ce sera bien la seule fois que je ne me dis pas en lisant votre article “si Marie le fait, je peux le faire” !!!
    J’ai une question pour vous car j’ai fait ma 1ère tentative de yaourts maison au lait de brebis dans ma yaourtière et le résultat est … mitigé …. le yaourt a pris et est bon, quoiqu’un peu épais et “lourd”, mais le couac est qu’une “croûte” dure et grasse s’est formée sur le dessus du yaourt : du gras figé, c’est bien ça. Alors je l’enlève et je mange mon yaourt mais je préférerais qu’elle ne se forme pas 🙂 J’ai utilisé le seul lait de brebis que j’ai trouvé en magasin bio : du lait entier stérilisé non homogénéisé et il est vrai que dans la bouteille déjà un bouchon de crème s’était formé…. Auriez vous des conseils à me donner ? Aurais-je du enlever la crème au lieu de la mixer avec mon lait et les ferments ? faut-il que j’essaie de trouver du lait de brebis demi-écrémé ?
    Je prends tous les conseils que vous pourrez me donner ! Parce que le yaourt de brebis, j’adore ça !
    Merci Marie pour vos recettes et vos articles, prenez soin de vous
    Laetitia

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      ^^
      Oui, tu peux prendre du lait de brebis homogénéisé ou demi-écrémé, car ce qui est sur le dessus de tes yaourts, c’est quasiment du beurre de brebis. Chez les Chioca, on en est fous, dommage qu’on n’habite pas à côté car on serait tous venus avec une petite cuillère à la main pour “écrémer” tes yaourts 😉
      Belle soirée à toi Laetitia,
      Marie

      Répondre
      1. Laetitia

        Merci Marie pour ta réponse rapide 🙂 Oui nous aurions pu partager mes yaourts !!! En effet c’est une couche de crème mais très figée par le passage au frais tout de même 😉
        J’ai trouvé du lait demi-écrémé de brebis mais pas bio …. je continue mes recherches …. et au passage je vais tenter aussi avec du lait de chèvre ! J’ai l’impression d’être une apprentie-chimiste et j’adore ça !
        Au fait j’ai commandé ton livre de recettes de salades … il m’avait échappé celui ci, comment est ce possible ???!!!!!
        A bientôt Marie, merci pour ton énergie et ta bonne humeur
        Laetitia

        Répondre
  34. cendrillon

    coucou Marie,

    Une petite semaine tranquillou où je prends le temps de lire tes derniers articles.
    Je vois que je ne suis pas la seule où d’une famille nombreuse, on passe à une famille “normale” avec peu d’enfants et quasi pas d’achats scolaires. A un moment donné on s’est retrouvé plus que 3 et ça faisait vraiment bizarre. J’étais perdue, déboussolée sans parler des larmes de laisser partir mes gds bb!
    Donc je ne peux que te comprendre, Marie!

    Et pour ta petite chèvre, j’espère qu’elle va beaucoup mieux, cela a dû t’occuper!

    Sinon, merci pour cette recette de fromage que je testerai dès que j’aurai un peu de matériel et surtout du kéfir que je n’arrive pas à avoir. 🙁
    Par contre si on n’a pas de cave, c’est pas trop grave?
    En tous les cas, les tiens me donnent envie, ils ont l’air très bon.

    Et comment va ton pied?

    Passe une bonne journée.

    bises et bises à la belle petite chèvre bichette

    ps: le lait cru entier et le lait frais stérilisé que l’on trouve au rayon frais, est ce un peu la même chose? ou bien l’un a subi plus de “traitement” qu’un autre?
    Et une autre question, je ne trouve pas de la gomme de guar 🙁 pour tes crèmes pralinées ou pistache. Par quoi puis je le remplacer? Peut être de l’agar agar? Car j’aimerai vraiment tester ces deux recettes. merci encore Marie.

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Coucou Cendrillon !
      Mon pied, ça va peut-être un peu mieux mais douuuuucement, à cause de l’algodystrophie (parfois c’est plus fort que moi, j’ai tellement mal que je me dis “ça a dû re-casser”). J’arrive quand même à marcher un peu, ça fait du bien au moral.
      Bichette se porte comme un charme, elle est complètement guérie et me fait complètement craquer. Quand elle m’entend pousser le portillon du verger, elle arrive en courant puis se frotte contre moi, si affectueusement… Ce que j’aime le plus, c’est de caresser son museau si doux, on dirait du velours.
      Tu me crois si je te dis que je n’arriverai jamais à la rendre à Hugues? Si si, je t’assure. Je crois que je préfères lui racheter une autre chèvre 😉
      Pour répondre à tes autres questions :
      Hélas, la gomme de guar ne peut pas se remplacer, en tout cas à ma connaissance. Tu n’en trouves même pas en magasin bio?
      Pour ce qui est des fromages, oublie le lait stérilisé, ça ne marche pas. Dans l’ordre, il faut essayer de trouver du lait cru, à défaut du lait frais microfiltré; ou à défaut du lait frais pasteurisé. Et si tu n’as pas de cave tu peux affiner tes fromages à température ambiante (ils s’affineront juste un peu plus vite), ou dans le bac du frigo (là du coup ça sera un peu plus long).
      Plein de bises 🙂
      Marie

      Répondre
  35. Jackie

    Comme c’est bizarre Marie, je ne recevais plus tes publications et voilà que celle de ton nouveau livre apparaît et que je remonte en arrière et découvre d’autres publications dont celle ci sur la réalisation de fromage (une recette déjà découverte dans le E-Bouc) J’espère que côté chevilles tout a bien maintenant et que la petite Bichette se porte bien mais bon vu qu’elle apprécie le potager…. Des bises chère Marie, il va falloir que je m’organise pour monter chercher les fromages.

    Répondre
  36. isa

    Bonjour Marie, merci beaucoup pour ces articles sur le kefir de lait et les fromages 🙂 j’adore ! je me suis lancée dans l’aventure du kefir depuis votre article, et j’en suis ravie ! je n’ai pas encore tenté le fromage (pas de lait cru en idf !) mais je fais du fromage blanc bien épais … je me régale 🙂
    Par ailleurs, j’ai déjà commandé 2 exemplaires de votre petit dernier 😉 mes filles étudiantes ont trouvé que j’avais eu une excellente idée ! 😉 Les recettes sont-elles IG bas ? car l’une n’a pas le choix, et l’autre est motivée! alors …
    Je lis toujours vos articles avec beaucoup de plaisir, et je vous trouve bien courageuse de continuer a faire tout ca avec votre pied en vrac ! Bon rétablissement, et essayez de vous reposer un peu 😉
    isabelle

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *