{ Pour le bébé de Jeanne… mais pas que ! }

 

{ Pour le bébé de Jeanne… mais pas que ! }

 

Biscuits express à l’épeautre et au jus de pomme

(Spécial « petites menottes et petites quenottes »)

♥ Sans oeufs ♥ IG Bas ♥ 

Et en bonus de la musique (pour une fois ;))

 

Bon, on ne va pas y aller par quatre chemins : Je me suis pété le pied samedi. Double fracture des métatarses + une petite entorse, bref, me voilà avec une grosse botte de robot au bout du pied droit, enfin, si on peut encore appeler ça un pied vu qu’on dirait plutôt la patte de Donald, mais avec la couleur d’un Schtroumpf.

J’ai donc un pied explosé, ce qui entraîne comme conséquence une sérieuse contracture des sourcils parce que franchement, je ne suis pas très ravie de ma performance. J’essaye bien de trouver le bon côté des choses, histoire de détendre un peu ces fameux sourcils tout chiffonnés, mais humainement, ça va être compliqué. Il y a bien tout un tas de gens très gentils, les pauvres, qui me disent pour me consoler « Bah, au moins tu vas te reposer ». J’ai envie de leur répondre, chouette, quelle chance, comme vous avez raison ! Je vais pouvoir croupir dans mon canapé pendant un mois, une patte en l’air, en ruminant sur tout le travail en retard qui va s’accumuler, en « admirant » par la fenêtre mon potager envahi de mauvaises herbes, en pensant comme les collines et les forêts doivent être belles en cette saison (pour revoir ça, faudra attendre le printemps 2020), en voyant le linge s’accumuler, la maison s’encrasser, etc. Mais patience. Il y a des choses pires dans la vie, et les enquiquinements comme ça, quand on les supporte de bon cœur, peuvent aussi nous rendre un peu meilleurs, c’est sûr. C’est la seule et unique chose qui me « console » un peu.

Bon, vous allez me dire : et comment tu t’es fais un truc pareil Marie ? Hein ? Qu’est-ce que tu nous as encore fabriqué ? As-tu fais de l’ultra-trail en tongs dans tes collines de Chambaran ? As-tu sauté du troisième étage (en loupant évidemment de peu la bâche tendue par les pompiers) ? Ou d’un rocher de douze mètres pour échapper à un ours qui voulait bouffer tes cookies de randonnée? As-tu tenté une figure de kick-boxing sur un menhir ? Ou peut-être t’es-tu juste fait tomber sur le pied la pile de tous tes livres parus depuis 10 ans ?

Aaah, que j’aurais aimé vous répondre que c’était en affrontant trois ninjas pour défendre le sac à main d’une petite grand-mère, ou en tentant un audacieux croche-patte sur un taureau de quatre tonnes qui fonçait sur la foule, ou encore –au minimum-, qu’il s’agit là d’une honorable blessure de combat (genre, fidèle au poste dans ma cuisine, en glissant sur une frite de potiron) bref, quelque chose d’un peu épique quoi.

Ben rien de tout cela les gars : c’était juste – très héroïquement vous allez voir -, en posant le pied par terre après avoir été à peine bousculée dans une soirée samedi dernier. Et je me suis pété le pied comme ça, débilement, alors que je venais juste avant de me taper au moins deux heures de danses irlandaises et provençales, de gigues, de polkas, de farandoles déchaînées (avec des gens qui n’en étaient probablement pas à leur premier verre de punch), bref, de quoi s’exploser le pied 55 fois à la minute, le tout sous la pluie, sur un sol glissant, avec des talons de 8cm… sauf que sur le moment je ne me suis rien fait du tout. Il a fallu attendre que je redevienne « sage » pour me faire mal. Si c’est pas rageant ça.

Bon côté des choses : j’ai vu jouer samedi dernier un groupe sen-sa-tion-nel (on est fan depuis un bout de temps chez les Chioca) ! Des morceaux d’inspiration traditionnelle (celtique, provençale, polonaise…), interprétés sur des instruments anciens et modernes, et souvent sur un rythme actuel qui donne envie de sauter sur place comme un kangourou (quitte à perdre toute dignité ;)). Genre, des Irish Rovers de Provence, vous imaginez un peu le truc ?  Moi qui me désolait tellement de ne pas trouver l’équivalent en français des groupes irlandais qui me donnent tellement la pêche, là je suis servie !

Pour vous faire comprendre un peu comme ça déménage la « country-rock celto-provençale », faut que je vous raconte un truc : ça fait 23 ans que je connais mon chéri et rien à faire, c’est net et sans appel, définitif, impossible de lui faire exécuter ne serait-ce qu’un seul pas en musique. Monsieur ne veut pas ne sait pas danser. Sauf que là, au bout de 3min de musique je l’ai quand même cherché des yeux pour tenter de le convaincre une fois de plus (après deux décennies d’échecs, c’est pour vous dire un peu comme je suis pénible et coriace ;)) quand je l’ai retrouvé, ô stupeur, en train de faire le guignol sur la piste… de surcroît avec mon Papa, l’honorable professeur de droit habituellement si digne, dans une interprétation trait pour trait du Capitaine Haddock dansant le sirtaki (si vous n’avez pas vu « Tintin et le mystère de la toison d’or », courez vite, il ne faut pour rien au monde rater le moment du sirtaki !!! Vous penserez à mon Papa ;)).

Bref, si ça vous tente, le site de ce groupe atypique et ô combien talentueux est ici : on ne peut écouter que le début des morceaux, et c’est bien normal de protéger ainsi ses créations mais du coup, ça ne donne qu’une très pâle idée de ce qu’on a vécu samedi (surtout que les morceaux se « déchainent » souvent vers la fin). En tout cas, c’était du pur bonheur, et ça valait presque le coup de se péter un pied pour ça… (Petite anecdote amusante : Ce groupe s’appelle « Le Condor », ce qui n’a rien à voir DU TOUT avec mon dessert de Pâques. Là, pour le coup c’est une coïncidence totale ;)).

Pour en revenir beaucoup plus sagement à notre recette d’aujourd’hui, il y a Jeanne qui m’a demandé sur le blog une recette de biscuits pour son bébé de 10 mois… Je n’ai hélas plus de bébé à la maison, mais l’idée de faire « comme si » le temps d’une recette m’a tenté : voici donc de bons biscuits pour bébés, ultra simples à réaliser (spéciale dédicace aux papas et mamans aux nuits courtes), faciles à tenir par les petites mains, assez solides pour ne pas tomber en miettes (même quand ladite petite main s’en sert pour tabasser le bord du chariot) et résister au machouillage sans partir en gros morceaux qui risqueraient de passer par le trou du dimanche. Le tout avec des ingrédients ultra simples, sains, peu onéreux, et une facilité de réalisation enfantine ! J’ai volontairement choisi d’y mettre un peu de beurre (3g par gros biscuit, y’a pas de quoi faire une attaque), car contrairement aux idées reçues, ce n’est pas du tout une « mauvaise graisse » pour un bébé. C’est même bien mieux que les purées d’oléagineux (très allergisantes chez les tout petits !), ou certaines huiles végétales ayant « bonne presse » alors qu’en vrai elles supportent plutôt mal la cuisson, ou exotiques (l’huile de coco est plutôt à éviter chez les bébé de moins d’un an). J’aurais pu faire des biscuits à l’huile d’olive ou de colza mais voilà, le beurre c’est bien aussi. Les autres ingrédients de ces biscuits sont la farine d’épeautre semi-complète (idéale pour apporter des bons glucides et des fibres sans irriter le bedon d’un petitou), le jus de pomme (qui donne une bonne texture croquante, mais que l’on peut aussi remplacer par du lait d’avoine pour une texture qui fond davantage en bouche), une lichette de sucre complet (que vous pouvez éventuellement remplacer par du sucre de coco pour une version « adulte » à IG plus bas) et un peu de poudre à lever (à choisir absolument bio, car dans les autres il y a des phosphates, ce n’est pas bon pour votre bébé). Evidemment, ce qui est bon pour le bébé de Jeanne est aussi bon pour la maman de Louise, l’oncle de Caroline, le frérot de Julie, la mamie de Paul, la sœur de tante Sophie, la cousine d’Hervé etc. Bref, régalez-vous les gars, parce qu’ici ces petits biscuits qui ne payaient pourtant pas de mine ont eu tellement de succès que ce soir, tout le monde se lamente sur la boîte vide des-biscuits-du-bébé-de-Jeanne…

 

 

Ingrédients pour environ 25 biscuits

Préparation : 10 min

Cuisson : 10à 12 min

  • 5cl de jus de pomme
  • 80g de bon beurre bio, ou de ghee
  • 50g de sucre complet (ou de sucre de coco)
  • 200g de farine de grand épeautre semi-complète
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • ½ sachet de poudre à lever bio
  • Une petite pincée de sel.


Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante.

Faire fondre dans une petite casserole le beurre avec le sucre, le sucre vanillé et le jus de pomme, sans faire bouillir.

Mélanger à part la farine avec la poudre à lever.

Verser le mélange liquide dans la farine, bien mélanger.

Filmer la pâte, la mettre éventuellement au frais environ 30 min (juste pour faciliter son découpage, mais c’est facultatif).

Etaler la pâte sur environ 5mm d’épaisseur, puis découper des biscuits longs avec une roulette à pâtisserie (moi j’en ai fais 26), en les déposant au fur et à mesure sur une plaque de cuisson chemisée de papier.

Enfourner pour 10 à 12min, jusqu’à ce qu’ils soient à peine dorés (si vous les faites un peu plus cuire, ils seront encore plus croquants mais je ne sais pas si du coup ça conviendrait bien à un bébé : mieux vaut que les biscuits soient moins durs, et se « délitent » plus facilement au machouillage…)

Laisser refroidir : les biscuits vont alors gagner en croustillant. A conserver dans un bocal ou une boîte hermétiques.

 

Bon, les photos ont toutes été prises en “mode cigogne”, c’est à dire debout sur un seul pied… J’ai fais ce que j’ai pu, c’est pas très varié, désolée ;)

 

Les petites souris qui font les guignols sur les photos ont été gracieusement prêtées par Poupougnette Chioca, ex bébé de la famille… et maintenant “grande fille” (mais encore un peu petite quand même, heureusement pour les souris !)

 

Là, pour une deuxième fournée j’ai fait des oursons : c’est mignon mais ce n’est peut-être pas une si bonne idée, une oreille ou un bras pourraient peut-être se détacher un peu vite… pour un “bébé” un peu plus grand peut-être?

 

 

Pour en revenir au Condor Notre album préféré est “Racines” (de toute façon on les a tous, ça fait un bout de temps qu’on est fan chez les Chioca).

Nos morceaux préférés :

  • Game of Thrones (juste LA meilleure version de ce morceau moult fois interprété par divers artistes… et dont je connais chaque note par coeur sans avoir jamais vu un épisode de la série !)
  • Kan ar Kann (mon sang celte bouillonne littéralement à écouter ça…;))
  • La mort des hommes (le titre est pas très folichon, mais la musique si !)
  • Amazing Grace (un très joli morceau, très bien joué)
  • An Dro (le traditionnel, celui de l’album 2010)
  • Pour passer le Rhône (avec un clip délirant ici…)
  • Un concert de rue acoustique et traditionnel ici (enregistrement amateur un peu pourri, mais c’est bien sympa quand même à écouter, il y en a un autre extrait ici )
  • Et un teaser vraiment formidable ici…

Pour acheter les albums, il faut laisser un message sur le formulaire de contact (ceci n’est pas un article sponsorisé, juste un coup de coeur total, et un petit coup de pouce pour des artistes exceptionnels. Ben oui quoi, ça peut servir à ça aussi un blog de cuisine… ;))