{ Ça va nous réchauffer… }

{ Ça va nous réchauffer… }

Poule-au-pot un peu « revisitée »,

Lentement cuite à basse température dans son propre jus

♣ Sans lait ♣ Sans oeufs ♣ Sans gluten ♣ IG bas ♣

 

_DSC1085-2J’ai déjà eu l’occasion sur ce blog de vous parler « cuisson saine », et de marques d’ustensiles de qualité (les poêles noires De Buyer, les plats en terre à feu Emile Henri, le wok et la poêle Baumstal, le roaster). Parfois, c’était spontané de ma part (De Buyer, Emile Henri) d’autres fois c’était suite à un cadeau (Baumstal, Warmcook) et je préfère vous le dire tout simplement par souci de transparence. Dans tous les cas, c’était un véritable coup de cœur, car il n’est pas question de faire la promo sur ce blog de choses que je n’aime pas…

J’ai donc reçu en janvier un beau faitout Ecovitam de 6 litres. Je l’ai mis sur la cuisinière. Et depuis je l’utilise tous les jours…

Avec ce faitout, j’ai découvert une façon de cuisiner un peu différente.

En général, chez moi, c’est wok. Pas wok exotique, non, wok bien franchouillard avec des oignons, des poireaux, des petits pois, des fenouils, du poisson, du poulet, bref, tout ce que j’ai sous la main et de saison. Côté papilles, cela me satisfait à 100% (hummmm, les petits légumes bien caramélisés), mais côté équilibre alimentaire ce n’est pas vraiment un « must ». Du moins, pas tous les jours. Il faut pas mal d’huile, ça cuit à des températures un peu élevées, et surtout, si on tourne le dos, çà crâââme (grrrrrr, les abrutis du téléphone qui veulent systématiquement me vendre des panneaux solaires quand je prépare mon repas !!!)

_DSC1480-3-2

Quand j’ai reçu ce faitout de la maison Warmcook, j’étais certes très touchée par cette attention, mais (vais-je être franche jusqu’au bout ? Oui allez je me lance…) je n’y croyais pas trop. Parce que le côté « diététiquement cuit sans eau ni graisse » effrayait un peu l’irrécupérable gourmande que je suis… Je m’étais imaginé des légumes tout bouillis, raplaplas et un peu insipides, et je m’étais dit que oui, je l’utiliserai ce faitout, mais quand je serai malade, ou pour faire des purées de bébé un jour, pour mes futurs petits enfants, ou pour le Carême… Ou encore à l’extrême rigueur pour dépanner le jour où mon wok serait en train de tremper dans l’évier suite au coup de téléphone perfide d’un énième énergumène vendeur-de-panneaux-solaires-bouzilleur-de-bon-repas. Mon mari m’avait aussi fait remarquer qu’il pourrait s’en servir le matin de miroir d’appoint pour se raser (il briiiille le faitout Ecovitam), vu qu’une fois sur deux il y a un squatteur planté devant la glace.

Mais c’était sans compter sur les réelles qualités de ce brave faitout, bien décidé à donner le meilleur de lui-même pour ne pas finir au rencart. Et depuis, il me fait des petits poireaux-vinaigrette tout tendres et d’une saveur insoupçonnée, des compotes très concentrées sans eau ni sucre, des tas de petits plats mijotés avec amour, et même des gâteaux hyper moelleux cuits à la vapeur.

_DSC1061-2Dans le faitout Ecovitam (vous pouvez cliquer sur la photo du couvercle ci-contre pour voir le faitout en entier), les ingrédients « transpirent » et cuisent dans leur propre jus, les saveurs s’échangent, les textures sont sublimées… Il paraît que c’est meilleur pour la santé. C’est surtout un vrai régal.

Démonstration avec cette « poule au pot » un peu revisitée, qui est exquise, tout simplement ;). Henri IV en avait rêvé, Warmcook l’a fait 😉

Imaginez un peu le truc, c’est le propre jus des légumes et du poulet qui a circulé dans la faitout pendant toute la cuisson, s’enrichissant au passage du parfum des aromates, de chaque légume, baignant tous les ingrédients de ce concentré de saveur ! C’est vraiment le genre de plat tout simple qui me ravit: parfumé, réconfortant, économique, équilibré… J’ai servi ma poule au pot avec du petit épeautre (que j’ai oublié de photographier), et c’était un bien bon repas!

Juste un dernier petit “truc” histoire de devancer les idées loufoques créatives qui pourraient tourner au vinaigre : dans la recette, c’est un poulet, et il ne faut surtout pas utiliser de poule car elle resterait trop coriace : une vieille poule de réforme ça doit cuire et recuire, bouillir et rebouillir, alors la cuisson “basse température” ça la fait bien rire…

 —

Ingrédients pour 6 personnes

Préparation : 15 minutes

Cuisson : 1 heure environ

1 petit poulet bio ou fermier (ne surtout pas utiliser de poule)
4 poireaux
2 navets
2 carottes (l’indice glycémqiue des carottes cuites est élevé, mais elles parfument beaucoup le plat et vous pouvez les donner à quelqu’un de la tablée qui « s’en fiche » des IG ;))
500g de courge
1 pied de céleri branche
4 oignons
6 clous de girofle
1 cuil à moka rase de poivre 5 baies non moulu
4 feuilles de laurier
1 cuil à soupe rase de sel fin

 

 

_DSC1079-2

_DSC1500-2

Couper le poulet en 6 morceaux : séparer les cuisses des hauts de cuisse, laisser un bout de blanc sur chaque aile, couper les filets en deux. Retirer la peau du poulet pour que le plat ne soit pas trop gras.

Laver et éplucher les légumes, puis les couper en gros morceaux (voir photo).

Remplir le faitout en alternant : une couche de légumes mélangés et d’aromates, puis les morceaux de poulet, puis à nouveau les légumes et aromates restants. Le faitout doit être rempli aux trois quarts, c’est très important pour que la cuisson soit optimale.

Terminer en saupoudrant de sel (il ne faut pas le mettre plus bas, la circulation de vapeur durant la cuisson suffira à le répartir). Il n’est pas nécessaire d’ajouter d’eau, ni aucun corps gras ! Tous ces bons ingrédients vont « transpirer » et cuire à l’étouffée dans leur propre jus, dans un mélange de saveur époustouflant.

Poser le couvercle, et démarrer la cuisson sur votre feu le plus petit, au minimum (ce n’est pas exactement ce qui est préconisé sur la vidéo de Warmcook, mais après plusieurs essais c’est ainsi que ça marche le mieux pour cette recette qui doit cuire longtemps et très doucement). Quand le thermostat du couvercle rentre dans la zone verte (chez moi cela a nécessité 20 minutes), le joint d’eau doit se constituer entre le faitout et le couvercle, signe que la cuisson proprement dite commence, à basse température et à l’étouffée (on vérifie la présence du joint d’eau en essayant de faire tourner le couvercle sur lui-même dans sa goulotte: s’il tourne aussi facilement qu’une toupie, c’est bon. Sinon, attendre encore quelques instants avant de refaire le test)*. Compter 30 minutes de cuisson à partir de ce moment (début de la zone verte, joint d’eau sous le couvercle), à tout petit feu. Le couvercle ne doit pas tressauter bruyamment et laisser échapper de grands jets de vapeur, il doit rester bien « tranquille » et hermétique, c’est LE gage que la cuisson se déroule à moins de 80°C, beaucoup plus précis que le thermostat du couvercle. A ce moment, la cuisine commence à sentir très très bon 🙂

Éteindre le feu, puis laisser le plat finir de cuire pendant 20 minutes hors du feu grâce au fond accumulateur de chaleur qui permet de réaliser de belles économies d’énergie!

*Vous avez une autre vidéo ICI  et ICI deux vidéos qui  vous montre le déroulement tout simple de la cuisson en faitout Ecovitam

Questions :

–       Qu’est-ce que je fais si je n’ai pas de faitout Ecovitam et que je veux absolument manger cette poule au pot ce soir? Vous pouvez utiliser un faitout classique, mener la cuisson à feu très très doux, mais il faudra absolument ajouter un peu d’eau et du coup les sucs de cuisson seront moins concentrés et parfumés.

–       Le thermostat du couvercle arrive en zone verte et je n’arrive pas à faire « swinguer » le couvercle : il faut attendre quelques instants, la température intérieure du faitout n’a pas atteint son stade idéal pour la cuisson

–       Le couvercle tressaute, fait du bruit et laisse échapper plein de vapeur : votre feu est trop puissant, il faut le baisser.

Cliquer ici pour retrouver les 37 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article

Enregistrer

Enregistrer