image_pdfimage_print

{ On veut des recettes ! }

{ On veut des recettes ! }

La cuisine des grands classiques (suite),

3 recettes de bons plats du dimanche

 

98760220Merci encore à tous pour vos petits mots si sympathiques et enthousiastes suite à la sortie de mon nouveau livre 🙂  J’ai lu chacun de vos messages avec joie -voire euphorie :)))-et je peux vous dire une chose : vos encouragements galvanisent ma motivation à un point que vous n’imaginez même pas ! Oubliées, les nuits quasi blanches à corriger en bâillant comme un aligator des pages word qui n’en finissaient pas, oubliées, les crises de nerf façon diable de Tasmanie quand le ciel se couvrait au moment où j’allais prendre en photo un plat encore tout fumant, oubliées, les énièmes re-re-relectures de maquettes d’un air ahuri devant l’écran d’ordinateur, ou encore les quelques journées démentes à 5 recettes/photos par jour pour boucler le projet à temps…

Lire la suite…

{ 48 heures pour gagner un roaster ! }

{ 48 heures pour gagner un roaster ! }

Le roaster, pour réussir à coup sûr votre festin de Noël

(Ainsi que tous les autres repas de l’année…)

 

 

_DSC3799-2-2Comment ça je radote ? Mais non, rassurez-vous je me souviens tout à fait vous avoir déjà parlé l’an dernier de ce fameux roaster, une cocotte à enfourner « made in USA » qui permet d’obtenir une cuisson absolument parfaite des volailles. Si je vous en reparle aujourd’hui, c’est parce qu’il y a du nouveau 😉

Sur la question de la volaille de Noël dont il ne faut surtout pas rater la cuisson sous peine de voir tous vos convives changer de couleur et vider 3 verres d’affilée, je vous laisse relire mon article de l’année dernière, ça m’évitera de radoter 😉 : Pour résumer en deux mots, sachez que dans un roaster (prononcez « rôsteure » si vous avez un bon accent marseillais, ou «weuosteuwww » pour faire le cake faire encore plus classe), la volaille que vous avez juste salé, poivré, et jeté dans le plat ressort à la fois merveilleusement dorée autour, et toute fondante dedans, comme si vous aviez passé tout le temps de la cuisson à l’arroser de jus en vous faisant griller les sourcils devant la porte du four entrouverte.

Sauf que là, ce brave roaster l’a fait à votre place…

C’est donc LE truc pour sublimer à la perfection la belle volaille de Noël, celle que certains commencent à trouver un peu kitch, mais qui fait pour moi partie de ces traditions un peu « magiques », indéboulonnables, et dont je ne risque pas de me lasser vu que justement, on n’en mange qu’à Noël ;)…

Lire la suite…

{ C’est parti ! }

{ C’est parti ! }

« Céréales originales et savoureuses légumineuses »

(Editions Sud-Ouest)

 

couverture céréales-2Si cela vous arrive parfois d’en avoir un peu marre des pâtes et du riz, j’ai pile poil ce qu’il vous faut 😉

Imaginez un ouvrage vous donnant une foule d’idées saines pour réinventer vos repas sans passer forcement plus de temps en cuisine… Un livre qui vous causerait de « risotto » bien crémeux mais réalisé avec des grains d’avoines dodus et fondants,  de croustillantes galettes « express » à la farine de pois chiches, de tajine d’orge mondée aux amandes et fenouils confits ou de blinis de sarrasin au chèvre chaud…

Imaginez un peu que vous trouviez dans cet ouvrage la description détaillée de chaque céréale, chaque légumineuse, avec leurs atouts nutritionnels, toutes les astuces pour les acheter, et surtout les cuisiner sans se tromper. Un ouvrage qui répondrait avec précision aux questions existentielles que vous posez régulièrement un paquet de céréales à la main – un peu dans la position de Hamlet avec son crâne-  du genre « Houlà là je mets combien d’eau », « Faut faire tremper ce truc là ? », « Euh, je rince avant de faire cuire ? », « Pfff, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de ce grlmbrlrglmr de paquet de millet que j’ai acheté il y a 6 mois ? »…

Lire la suite…

{ Avec celle-là on ne s’étouffera pas ! }

{ Avec celle-là on ne s’étouffera pas ! }

Dinde farcie « confite » à basse température

(Avec une petite farce toute légère…)

 

_DSC2950-2LA dinde de Noël… A cette évocation, certains commencent à saliver, d’autres partent en courant. Je crois que tout dépend des expériences et du vécu !

Moi, j’ai vécu les deux… Et je garde un souvenir hilare de certaines dindes servies en « plat de résistance » (l’expression convient à la perfection car elles étaient effectivement drôlement résistantes!) après une déshydratation cuisson de deux heures au four menée tambour battant.

En général, on avait commencé plutôt bien le repas par des petites choses moelleuses, tout le monde était joyeux et de bonne humeur (rien à voir avec le petit kir savouré en apéro).

Et puis, VLAN, la dinde arrivait. Là, ça vous coupait la chique, radicalement. Parce qu’il fallait s’avaler la dinde élastico-filandro-cartonneuse à souhait, sans compter sur les pommes dauphines ou les châtaignes pour « faire descendre ». Curieusement, la conversation languissait, les convives changeaient de couleur (était-ce sous l’effet du manque d’oxygène ou des grandes rasades de vin avalées pour « faire passer » ?)

Lire la suite…

{ Le point sur les pâtes et la méthode IG, recette gourmande à l’appui… }

{ Le point sur les pâtes et la méthode IG, recette gourmande à l’appui… } 

Conchiglioni farcis au bœuf rôti et fanes de radis

 

_DSC2381b-2Quand on est gourmand et que l’on pratique la méthode à indice glycémique bas, il est bon de connaître certaines vérités à propos des pâtes, histoire de pouvoir se régaler avec beaucoup de bon sens.

En premier lieu, tordez vite le cou aux idées reçues… Non, à moins de suivre des régimes bizarroïdes et déséquilibrés (à bannir) vous n’êtes pas condamnés aux concombres et haricots verts pour garder une ligne de sylphide…  Car avec de telles méthodes, on obtient peut-être (et encore) quelques millimètres de tour de taille en moins, mais si c’est pour se traîner ensuite toute la journée avec l’énergie d’un calamar ivre mort, je préfère encore quelques petits bourrelets !!! Mais notez qu’avec quelques astuces, vous n’aurez même pas à choisir : A nous donc, les spaghettis bolognaise, tortis aux fruits de mer, coquillettes au pistou, papillons aux champignons, macaronis thon-persillade, tagliatelles à la carbonara  (là faudrait quand même pas charrier…), bref, vive les petits plats bien gourmands, économiques et vite prêts, qui « calent » l’estomac et font le plein d’énergie ! Mais pas à n’importe quel prix. Car entre une assiette de tortis complets « al dente » nappés d’une petite sauce tomate aux olives, poulet, parmesan et des lasagnes raplaplas aux lardons, dégoulinantes de béchamel, il y a un monde…

Lire la suite…