image_pdfimage_print

{ C’est le 2 octobre !!! }

 { C’est le 2 octobre !!! }

La cuisine bio des jours de fête

110 recettes bluffantes

 

ConseilExpert_BRFCe fameux 2 octobre, ça fait un moment que je l’attends ! « Mon » livre est enfin là… Celui que j’ai chouchouté avec une passion toute particulière au long de son élaboration, celui que je suis si impatiente de vous présenter que pour une fois, je suis restée longtemps muette devant ma page blanche d’ordinateur (le trac… si si !!!).

Vous l’aurez deviné, cet ouvrage nous parle de cuisine de fête. Mais de cuisine de fête bio. Or, pour causer de cuisine de fête « bio », il faut savoir de quoi on parle : Prenez par exemple une bonne recette de gâteau héritée de votre grand-mère, qui contiendrait, entre autre, 250g de beurre, 250g de sucre et 250g de farine blanche. Pour tenter de cuisiner « bio et de fête », la première méthode serait de remplacer le beurre, le sucre et la farine « pas bio » par exactement les mêmes ingrédients, mais en bio. Mouais. C’est déjà ça, mais ce n’est ni très original… ni très digeste.

Lire la suite…

{ Le pavé, suite… }

{ Le pavé, suite… }

Mes recettes de RDF

(Cure cabot 2/3)

 

1-2Voilà, ouf, ce billet est posté, et je vais enfin pouvoir de nouveau me ruer affamée sur mon repas de midi (voire plutôt de 14H30…) sans devoir préalablement disposer artistiquement la moindre stupide petite feuille de pissenlit, ni monter sur un tabouret avec un appareil photo autour du cou en état d’hypoglycémie avancée (très périlleux, bien noter de ne plus le faire…).

Il faut dire que ces 10 derniers jours, j’ai vraiment scandalisé ma Poupougnette en brandissant mon appareil photo sous son nez au moment du repas de midi (comme si ça ne suffisait pas que je passe déjà la matinée à en faire, des photos…), en saupoudrant de la fleur de sel ou du piment d’Espelette à côté de mon assiette ou en faisant tomber exprès des grains de riz sur la table pour « faire style » (choses que bien sûr, on ne fait pas dans la vraie vie quand on apprend à ses enfants qu’il ne faut pas manger comme un cochon…). Car ces photos, ce sont celles de mes vrais repas, prises juste avant de manger, sur ma table de cuisine, sans réflecteurs ni chichis côté vaisselle (non, dans la vraie vie, je mange tout de même pas dans un bol en tilleul comme sur les photos, désolée, un mythe s’effondre…) et en prenant la lumière comme elle venait, histoire ne pas manger (complètement) froid: Le but était juste de photographier mes assiettes de cure Cabot, pour vous montrer que ça peut aussi être rudement sympa une petite cure détox… Pour être honnête, il vous manquera tout de même les assiettes de petit déj (je vous aime bien, mais pas au point de sortir mon appareil photo alors que je suis encore en mode « tonus du spaghetti trop cuit»), ainsi que celles du soir parce que le soir… primo y’a plus de lumière du jour, et deuxio, j’ai 7 affamés dans les pattes, qui n’ont pas la patience d’attendre que je fasse mumuse avec le plat principal alors que les 5/6 tartines engouffrées au goûter remontent (au moins !) à deux heures en arrière.

Lire la suite…

{ « Seitan » forgeant qu’on devient forgeron… }

{ « Seitan » forgeant qu’on devient forgeron… }

Connaissez-vous le seitan ?

♥ Vegan ♥ IG bas ♥

 

1Si vous êtes végétarien ou végétalien, vous allez certainement rigoler en vous disant que Marie Chioca, c’est pas encore aujourd’hui qu’elle a inventé l’eau tiède… Mais j’en connais aussi d’autres qui, comme moi il y a quelques années, vont ouvrir de grands yeux mi curieux, mi suspicieux, mi agacés, en se demandant qu’est-ce que c’est encore que ce truc bio en provenance directe de la planète zorg.

 

{Seitan au Tibet…}

Et bien sachez que le seitan vient d’un peu moins loin… Si j’ai bien compris -et si mes infos trouvées de ci de là sont justes- cette alternative aux protéines animales serait consommée depuis belle lurette par les moines tibétains.

Le seitan, c’est tout simplement de la farine de blé ou d’épeautre lavée, afin de ne conserver que les protéines contenues dans le grain.

Lire la suite…

{ Le fameux « *****-**** » de Noël dont je vous parlais hier… }

{ Le fameux « *****-**** » de Noël dont je vous parlais hier… }

Le layer-cake bio de Noël tout « enneigé »,

Mousse doucement chocolatée et crème au thé blanc

♥ Sans lait ♥ Végétarien ♥ IG bas ♥

 

1 aTadaaaaam !

Depuis hier, mes chevilles ont pris 4 tailles, mon tour de tête aussi, et je me pavane avec autant de ridicule de fierté que mon petit coq nain (celui qui fait le beau malgré sa voix de crécelle). C’est que, voilà, je suis vraiment trop fière de mon gâteau… 😉

Il faut dire que je ne suis pas à mon premier essai de layer-cake… C’est Linda qui m’a donné envie de m’y coller (euh, un peu dans tous les sens du terme d’ailleurs) avec sa superbe réalisation de cet automne que je vous encourage à aller admirer ici.

Et depuis j’ai fait 5 ou 6 layer-cakes, mais aucun comme celui-là…

Pour commencer par le commencement, savez-vous ce qu’est un « layer-cake » ? Non ? Ne prenez pas cet air évasif et un brin confus, moi non plus je ne le savais pas jusqu’à l’article de Linda à ce sujet 😉

« Layer-cake » signifie mot à mot (enfin je crois…) « gâteau à couches ». Comprenez, gâteau avec des couches superposées quoi.

Lire la suite…

{ Brrrrrrrr… }

{ Brrrrrrrr… }

Je ferais bien une soupe !

 

SOUPE_C1MVHD-2-2La température commence à se faire un peu fraîche, et l’envie me prend certains soirs de réchauffer mes mains à un bon bol de soupe fumante et parfumée… C’est tellement réconfortant.

Une bonne soupe, ça sent bon dans toute la maison, ça vous réchauffe le corps et le cœur, ça vous cale, ça vous apaise. Une bonne soupe, ça vous ferait presque aimer le froid et l’humidité de dehors, histoire d’apprécier encore plus ce moment de chaleur et de gourmandise, pelotonnés dans de grands gilets tout doux.

Mais pour que le « cocooning » soit parfaitement efficace, mieux vaut avoir une très bonne recette, à la fois simple, saine, et terriblement gourmande…

Lire la suite…