image_pdfimage_print

{ Kalinka-kalinka-kalin-tralala… }

{ Kalinka-kalinka-kalin-tralala… }

Blinis maison à l’épeautre et au son d’avoine

♥ Sans lait ♥ IG bas ♥

 

 

_DSC7898-3-2Ouf, une bonne chose de faite ! Cela faisait au moins 3 Noëls que je voulais partager cette recette avec vous (sans jamais en trouver le temps, hélas) : Elle est à la fois si simple, si saine et si délicieuse que grâce à elle je n’ai plus acheté de blinis depuis belle lurette (et pourtant, si vous saviez à quel point j’en raffole !).

Cette recette, elle est presque « magique » : du son d’avoine, de la farine d’épeautre complète, des œufs, de l’eau, et basta (ou presque). Pas de crème fraîche, pas de matière grasse ajoutée hormis l’huile d’olive de la poêle. Cerise sur le gâteau ? Il est presque impossible de faire plus simple : la veille au soir vous mélangez vite-fait tous les ingrédients dans un petit saladier, vous « oubliez » au frigo jusqu’au lendemain le temps que la pâte lève, et vous n’aurez plus ensuite qu’à faire cuire des petites cuillerées de pâte dans une poêle toute simple, sans vous enquiquiner à chercher, trouver, acheter, payer une « poêle à blinis » {objet 100% superflu qui encombrera vos placards 11,5 mois sur 12, coincé entre la stupidissime fontaine à chocolat achetée sur un coup de tête la veille d’un mardi Gras, le « redoutable » gaufrier paresseux – 7 min par gaufre ! – offert par La Redoute, et les derniers survivants du top 10 des cadeaux de mariage les plus imbéciles qui squattent plein de toiles d’araignée depuis 10 ans, et qui y resteront encore longtemps : on ne risque de les casser, vu qu’on ne les sort JA-MAIS }  

Lire la suite…

{ Pour Lou… qui attend impatiemment cette recette depuis septembre ;) }

{ Pour Lou… qui attend impatiemment cette recette depuis septembre 😉 }

« LA fameuse bouillabaisse

♥ Sans lait ♥ Sans oeufs (sauf dans la rouille)♥ IG bas ♥

1-montageUne fois n’est pas coutume sur ce blog, voici un plat que je n’ai ni « revisité », ni « réinventé », ni « adapté » en plus bio, plus sain, plus léger, etc. Car pour toucher à un iota de la bouillabaisse, il faudrait être fou. Non pas que les marseillais soient particulièrement chatouilleux ou susceptibles (on a vu pire…), mais tout simplement parce que la bouillabaisse, c’est juste un plat parfait : Parfait nutritionnellement (une grande assiette de cette soupe parfumée, et c’est le plein d’iode, de calcium, etc. Ça fait autant de bien qu’une thalasso ;)) mais aussi parfait pour les papilles des grands gourmets (ahhh que c’est bon la bouillabaisse !)

Avec juste un peu de temps devant soi, il n’est vraiment pas compliqué de préparer ce merveilleux bouillon d’or à condition de trouver du poisson vraiment très frais, si possible pêché de la nuit. Mais je reviendrai plus loin sur ce détail…

Lire la suite…

{ On veut des recettes ! }

{ On veut des recettes ! }

La cuisine des grands classiques (suite),

3 recettes de bons plats du dimanche

 

98760220Merci encore à tous pour vos petits mots si sympathiques et enthousiastes suite à la sortie de mon nouveau livre 🙂  J’ai lu chacun de vos messages avec joie -voire euphorie :)))-et je peux vous dire une chose : vos encouragements galvanisent ma motivation à un point que vous n’imaginez même pas ! Oubliées, les nuits quasi blanches à corriger en bâillant comme un aligator des pages word qui n’en finissaient pas, oubliées, les crises de nerf façon diable de Tasmanie quand le ciel se couvrait au moment où j’allais prendre en photo un plat encore tout fumant, oubliées, les énièmes re-re-relectures de maquettes d’un air ahuri devant l’écran d’ordinateur, ou encore les quelques journées démentes à 5 recettes/photos par jour pour boucler le projet à temps…

Lire la suite…

{ Avec MSC, cuisinez du poisson aujourd’hui. Et demain aussi… }

{ Avec MSC, cuisinez du poisson aujourd’hui. Et demain aussi… }

Poisson d’avril de juin chez Naturalia !

—————————

Livre-recette-opération-NaturaliaSi vous habitez la région parisienne (pas comme moi n’est-ce-pas…) vous connaissez sûrement les magasins Naturalia. Or, tout ce mois de juin, pour l’achat de 2 produits labélisés MSC, vous repartirez avec un petit livre de recettes en cadeau !

Pourquoi je vous parle de ça moi, alors que je vis à peut-être 800 bornes du premier Naturalia ? Et bien tout simplement, parce que je me suis rudement bien amusée à faire les photos du fameux livret 😉

Ce fut mon premier travail de « seulement » photographe, en suivant à la lettre les recettes fournies par les marques partenaires… Au final, une belle expérience, vraiment très amusante pour moi, ainsi que pour les enfants qui ont eu chaque soir 3 à 4 plats de poisson différents à savourer (encore mieux qu’au restaurant !). Ah, oui, parce que j’ai oublié de vous dire : je n’avais que 3 jours pour réaliser ces photos avant de partir en vacances de Pâques. Du coup, autant vous dire que ça a swingué dans la cuisine, et je ne vous garanti pas qu’après ça, mon pauvre appareil photo ne sentait pas un peu la sardine (il s’en est remis, depuis…)

Lire la suite…

{ Le pavé, suite… }

{ Le pavé, suite… }

Mes recettes de RDF

(Cure cabot 2/3)

 

1-2Voilà, ouf, ce billet est posté, et je vais enfin pouvoir de nouveau me ruer affamée sur mon repas de midi (voire plutôt de 14H30…) sans devoir préalablement disposer artistiquement la moindre stupide petite feuille de pissenlit, ni monter sur un tabouret avec un appareil photo autour du cou en état d’hypoglycémie avancée (très périlleux, bien noter de ne plus le faire…).

Il faut dire que ces 10 derniers jours, j’ai vraiment scandalisé ma Poupougnette en brandissant mon appareil photo sous son nez au moment du repas de midi (comme si ça ne suffisait pas que je passe déjà la matinée à en faire, des photos…), en saupoudrant de la fleur de sel ou du piment d’Espelette à côté de mon assiette ou en faisant tomber exprès des grains de riz sur la table pour « faire style » (choses que bien sûr, on ne fait pas dans la vraie vie quand on apprend à ses enfants qu’il ne faut pas manger comme un cochon…). Car ces photos, ce sont celles de mes vrais repas, prises juste avant de manger, sur ma table de cuisine, sans réflecteurs ni chichis côté vaisselle (non, dans la vraie vie, je mange tout de même pas dans un bol en tilleul comme sur les photos, désolée, un mythe s’effondre…) et en prenant la lumière comme elle venait, histoire ne pas manger (complètement) froid: Le but était juste de photographier mes assiettes de cure Cabot, pour vous montrer que ça peut aussi être rudement sympa une petite cure détox… Pour être honnête, il vous manquera tout de même les assiettes de petit déj (je vous aime bien, mais pas au point de sortir mon appareil photo alors que je suis encore en mode « tonus du spaghetti trop cuit»), ainsi que celles du soir parce que le soir… primo y’a plus de lumière du jour, et deuxio, j’ai 7 affamés dans les pattes, qui n’ont pas la patience d’attendre que je fasse mumuse avec le plat principal alors que les 5/6 tartines engouffrées au goûter remontent (au moins !) à deux heures en arrière.

Lire la suite…