image_pdfimage_print

Facile et épatant !

{ Facile et épatant ! }

 

Blancheline, la jolie Lapinette de Pâques

♥ Sans œufs ♥ Sans lait ♥ Vegan ♥ IG Bas ♥

 

 

Comment vous dire cela… Je suis depuis trois semaines dans la toute dernière ligne droite d’un gros ouvrage majeur sur la cuisine bio, que beaucoup d’entre vous attendent de pied ferme et qui me tient d’ailleurs très à coeur… Sortie prévue en septembre (chuuut ! ;)), mais pour le moment, j’essaye de tout boucler dans les temps malgré mon arrêt de quatre semaines en décembre dernier pour cause de « patte folle » (je cours encore –en faisant gaffe de ne pas me tordre le pied ;)- pour essayer de combler le retard car tout mon travail a été décalé…).

En pratique, cela se traduit par une montée en pression toujours plus intense chaque jour, au point d’avoir dû travailler jusqu’au milieu de la nuit ces deux derniers jours (dodo de 2H à 6H30, basta ) afin de pouvoir rendre mon travail ce matin comme prévu… Car derrière une remise de manuscrit, il y a plusieurs personnes qui travaillent dessus pendant des semaines (correctrice, maquettiste, éditrice, photograveur, commerciaux…) et rendre son travail en retard équivaudrait à mettre toutes ces personnes dans la panade. Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas très fraîche (garg l), et qu’aujourd’hui, j’ai bien failli vous faire faux bond car malgré mon envie enthousiaste de partager avec vous cette recette vraiment trop rigolote, je l’ai un peu loupée… Le souci, c’est que quand on cuisine à 1H du mat -comme moi hier soir quand j’ai préparé le gâteau de base- on n’est pas tout à fait au top de sa forme. Alors je me suis plantée de moule à gâteau, confondant celui de 20cm de diamètre avec celui de 22cm. En fait, j’ai vu à temps que je m’étais gourée, mais mes moules à gâteaux sont rangés dehors, dans l’atelier. Or, entre la porte de la cuisine et celle de l’atelier il y a bien 8m à faire dans la nuit en chaussettes, et sur le trajet on se fait littéralement bousculer, renverser, mordiller le gilet, griffouiller le derrière, léchouiller le visage, déchiqueter le bas du pyjama et effilocher les chaussettes par un amour de « bébé » berger Beauceron (un bébé de déjà 20kg) complètement fou de joie à chaque fois qu’il m’aperçoit… Pas franchement très très motivée pour ressortir dans ces conditions-là (et puis, je risquais d’abîmer mon superbe pyjama presque neuf de 1998), je me suis dit « Oh et puis zut -ça c’est la version censurée- ça ira bien comme ça ». Monumentale erreur, la pâtisserie, ça ne pardonne rien.

Résultat, ma lapine est obèse (décidément !) et j’ai passé toute la matinée à me dire « Arf, ça ne va pas, ça ne va vraiment pas, il FAUT que je recommence tout ! ». Mais je n’ai pas eu le courage.

Je vous laisse donc avec cette lapine qui a certes une bonne tête mais qui devrait peut-être un de ces jours se mettre à suivre le régime IG bas ;). Bah, elle est mignonne tout de même, et a beaucoup plu à mes enfants, c’est le principal… Je pense qu’en suivant mes petits conseils, vous ferez sûrement un peu mieux que moi, alors n’hésitez pas à m’envoyer des liens si vous avez des photos 😉

Vous verrez, la réalisation de ce lapin est vraiment super facile, je me suis servie du gâteau de base sans œufs et sans lait du « monstre dévoreur de cookies » publié cet automne. Quant à la chantilly coco, ceux qui suivent un peu mon blog commencent à la connaître 😉 Rien de bien nouveau donc, sauf cette présentation enfantine qui met de la joie au cœur quel que soit l’âge des convives !

Là dessus, pour une fois j’arrête ma tchatche très vite, car j’ai beaucoup, beaucoup de choses à faire (et si je commençais par une sieste ? dès que j’aurais terminé les 7534 choses que je dois impérativement faire avant ce soir)

Très belle fête de Pâques à vous tous !

(PS : Pardonnez-moi d’avance, mais pour ce post-ci je ne pourrai pas répondre aux commentaires car si je ne devient pas complètement gaga avant ce soir, je pars ensuite un peu en congé… mais je les lirai tous avec plaisir, un grand merci à vous !  :))

 

 

Ingrédients pour 8 personnes

Préparation : 30 min

Cuisson : 30 min

Pour la génoise :

  • 330g de farine T110 de blé ou de grand épeautre (idéalement, de grand épeautre non hybridé car il n’y a rien de plus « topissime » en pâtisserie)
  • 165g de sucre complet ou de sucre de coco
  • 2 sachets de poudre à lever bio, sans phosphates, à base de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de sel
  • 33cl de lait de soja-vanille
  • 3,5 cl de jus de pomme
  • 50ml d’huile de tournesol
  • 1/2 c. à café rase de vanille en poudre

Pour la crème fouettée vanille :

  • 40cl crème de coco très froide en briquette (sortant juste du frigo), idéalement de marque Kara (brique verte, pas la bleue), car c’est celle qui monte le mieux en Chantilly
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 4 c. à soupe de sirop d’agave

Pour décorer :

  • Quelques « chocobilles 4 couleurs » (marque Belledone, vendu en vrac chez Biocoop par exemple)
  • Du canson blanc et rose
  • Un pompon pour la queue (facultatif)

 

 

1/Génoise de base :

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger dans un saladier la farine, la poudre à lever, la vanille en poudre et le sel. Faire un puits, puis y verser d’un coup tous les autres ingrédients de la génoise et bien mélanger au fouet, juste ce qu’il faut pour que la préparation soit homogène (ne pas trop travailler la pâte).

La verser immédiatement dans un moule à manqué d’environ par 22cm de diamètre, puis enfourner 30 min.

Vérifier la cuisson avec une pique, puis sortir la génoise et la laisser entièrement refroidir avant de démouler.

2/ Crème fouettée :

Quand la génoise a refroidi, fouetter au robot pâtissier muni de ses fouets à fils la crème de coco très froide avec le sirop d’agave et le sucre vanillé jusqu’à obtention d’une chantilly qui se « tient » bien.

3/ Montage et décoration :

Couper le gâteau en deux (photo 2).

Coller, avec un peu de crème, les deux demi-gâteaux entre eux en les posant sur la tranche (photo 3 de face, photo 4 de profil). Si vous utilisez bien un moule de 22 cm au lieu de 20, votre lapin sera plus long et plus fin, un peu comme cette superbe réalisation (que moi, j’ai complètement loupé ;))

Redécouper un peu avec un couteau pour différencier la tête du corps (photo 5). Idéalement, marquez encore un peu plus l’encolure du lapin, la mienne n’était pas assez profonde.

Recouvrir entièrement de chantilly à la spatule (photo 6).

Saupoudrer de noix de coco râpée, puis déposer une bille rose pour le nez, deux billes en chocolat pour les yeux, et découper des oreilles en papier Canson. Les placer sur la tête du lapin (photo 7). Placer éventuellement un pompon sur le derrière du lapin (photo 8).

Servir aussitôt avec une salade de fraises (obligatoire, sinon il manquera vraiment un petit « quelque chose » à votre dessert), ou conserver bien au frais en recouvrant le gâteau d’un saladier retourné.

 

 

 

   À noter…

 

⇒ On peut aussi préparer un sirop d’imbibage avec 4 c. à soupe de sirop d’agave, 3 c. à soupe de rhum ambré, 1 c. à soupe d’extrait de vanille et 4 c. à soupe d’eau. En imbiber le gâteau avant de le recouvrir de Chantilly (testé, c’est su-per bon !!! Je vous le recommande à 300%)

⇒ Ce gâteau, une fois monté peut se conserver facilement 24H au frais : la crème vanille gagnera même en fermeté et sera encore meilleure.

⇒ Si vous recevez des petits enfants ayant des intolérances alimentaires, sachez que ce gâteau ne contient ni œufs, ni lait, pour un résultat tout à fait bluffant qui vous donnera certainement envie de détourner soit la génoise, soit la si délicieuse crème à la noisette , dans bien d’autres pâtisseries !

⇒ Dans cette recette, le sucre complet de canne ou de coco teinte joliment la génoise de brun, ce qui n’est pas du tout gênant à mon avis. Si vous souhaitez malgré tout une pâte plus blanche, utilisez plutôt du sucre blond (mais alors tant pis pour l’IG bas) ou du sucre de bouleau (mais alors tant pis pour le porte-monnaie…).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

{ L’entrée de Pâques « qui va bien » ? Toute fraîche, légère, délicieusement acidulée… }

{ L’entrée de Pâques « qui va bien » ? Toute fraîche, légère, délicieusement acidulée… }

Petits nids au guacamole, citron et piment d’Espelette

♥ Sans lait ♥ Végétarien ♥ IG bas ♥

 

 

Nid-de-paques-au-guacamole3-2Chouette, c’est bientôt Pâques ! Il faut dire que ça tombe particulièrement tôt cette année… pour les amateurs d’œufs en chocolat, c’est une bonne nouvelle. Mais pour les auteurs culinaires en quête d’idées gourmandes de saison, c’est un peu la quadrature du cercle ! Car quand on rêve au repas de Pâques, on imagine tout de suite un menu super léger et printanier où les asperges danseraient la farandole avec les pois gourmands et les jeunes févettes, sous le regard attendri des premières fraises de saison. Que nenni ! Avec Pâques un 27 mars, les légumes de saison seront les choux frisés, les choux de Bruxelles, les choux rouges, les choux raves, les choux chinois, les choux lisses, les choux romanesco, les choux brocolis, les choux-fleurs, les choux kale, les ch… râââââh !!! n’en jetez plus…

Heureusement, il y a l’avocat. Les chichiteux me feront remarquer que ce n’est pas un légume, c’est un fruit. Certes. Où plus exactement un fruit oléagineux. Re-certes (remarquez que je ne suis pas contrariante !) Mais un fruit oléagineux plein de talent ! Grâce à lui, je tiens mon entrée de Pâques, fraîche et légère à souhait, aussi « printanière » que possible malgré l’absence d’ingrédients réellement printaniers. Lire la suite…

{ Pas de blabla, rien que du chocolat… }

{ Pas de blabla, rien que du chocolat… }

Joli nid de Pâques, tout bio, tout bon, tout chocolat

♥ Sans lait ♥ Sans gluten ♥ Végétarien ♥ IG bas ♥

 

_DSC2044 copie

Allez, juste un petit tour sur mon blog pour partager rapidement avec vous ce joli gâteau de Pâques réalisé ce matin. Je ne pensais vraiment pas refaire un post si vite, car cette semaine est pour moi bien chargée, mais le voyant si joli je n’ai pas eu le cœur de le garder rien que pour nous 🙂

Il est à la fois très simple (promis), assez rapide à réaliser, très gentil avec notre silhouette (enfin, pour un gâteau au chocolat…), et tout bon pour la santé. Sans beurre, sans mauvais sucres, sans gluten (spécialement pour toi ma Patoue :)), c’est une pâtisserie « made in Saines Gourmandises » un peu dans la lignée des gros gâteaux de fête de60 desserts a IG bas .

La base de ce nid douillet est une sorte de fondant praliné assez dense et moelleux à la texture un peu « truffée » juste comme je les aime, le tout recouvert d’une  ganache végétale aux délicates notes coco-vanille, à la fois épaisse, onctueuse et riche en chocolat. De quoi combler ma délicieuse envie de bon chocolat, après 8 semaines de cure Cabot…

Lire la suite…