Marathopita

{ Marathopita }

Pains plats (euh, blinis ? pancakes ? beignets ? ) Crétois au fenouil sauvage

♥ Vegan ♥ Sans Lait ♥ Sans Oeufs ♥ IG moyen ♥

 

Je suis sûre qu’en lisant le titre de cet article, vous avec cru un instant que mon chat s’était promené sur le clavier de l’ordinateur quand j’avais le dos tourné… Bon, déjà, je n’ai plus de chat depuis longtemps, et mes trois chiens n’ont (fort heureusement) pas tellement le droit de piétiner mon matériel informatique.

Le mot « marathopita » je l’ai donc écrit sciemment, en pleine possession de mes facultés mentales (enfin, du moins je fais ce que je peux). Mais peut-être qu’après tout, les marathopitas n’ont plus aucun secret pour vous, et que vous en cuisinez déjà tous les samedis soirs? Ah oui ? (Bande de petits affabulateurs !). Non ? Alors là pas de souci, parce que franchement, je suis là à frimer { vous connaissez le dicton ? « La culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale »} mais en réalité, c’est un terme très nouveau pour moi aussi ! J’avais bien croisé l’été dernier une sorte de tourte feuilletée dénommée « marathopita » dans un sympathique magazine de cuisine, le nom m’avait interpellé, la photo était drôlement alléchante, l’association de saveurs aussi, mais après quelques recherches enthousiastes, force fut de constater que la marathopita Crétoise traditionnelle, apparemment ce n’était pas ça du tout : Celles découvertes entre temps sur le web ou dans des livres de cuisine grecque représentaient plutôt une sorte de petit pain plat fourré aux herbes et cuit à la poêle dans l’huile d’olive. Miam, me dis-je, voilà un truc à goûter très vite… très trèèès vite même. Et oui. Mais les recettes étaient en grec. Et quand on ne sait même pas comment se prononce ne serait-ce que la première lettre du premier mot de la première ligne de la recette, pour la refaire à la maison, je vais vous avouer un truc : c’est chaud !

Et puis là, oh merveille, j’ai enfin trouvé une recette en anglais. Certes, je ne suis pas du genre super bilingue, mais penchés à cinq sur l’ordinateur – car j’ai reçu entre temps l’aide inespérée (et intéressée, car la photo leur avait donné drôlement faim !) de mes quatre plus grands morfals tout à coup très désireux de briller par leur « science » en matière d’anglais, on a quand même réussi à comprendre les grandes lignes. Du moins, on l’espère, et si jamais l’un d’entre vous, voyageur passionné ou habitant de cette merveilleuse île de Crète (veinard !) voulait apporter quelque modification ou suggestion pour compléter cette recette, n’hésitez surtout pas ! Je pense tout particulièrement à Arnaud, producteur d’une huile d’olive Crétoise assez inoubliable dont je vous ai déjà parlé (à qui j’adresse juste ce petit clin d’oeil amical car non, l’article d’aujourd’hui n’est pas sponsorisé ).

Voici donc une recette de marathopita réalisée à la farine d’épeautre complète, qui s’est révélée totalement à la hauteur de nos espérances ! C’est à la fois super moelleux et légèrement croustillant, délicieusement parfumé d’huile d’olive tout en restant beaucoup moins gras qu’un beignet, avec des petits morceaux de fenouil sauvage et d’oignons qui mettent les papilles en extase. Comment résister à l’envie de reprendre un de ces petits pains tout juste sortis de la poêle ? D’ailleurs je vais vous dire, c’est très simple : on ne cherche même pas à résister (ça serait tellement idiot !).

Du coup, ce plat a été le « chouchou » de l’été, celui que tous les enfants avaient envie de refaire sans même que je le leur demande (c’est pour dire ;)). Petite anecdote mignonne pour vous montrer comme c’est facile à réaliser, mes deux plus petites de 6 et 10 ans m’en ont même préparé une tournée toutes seules, comme des chefs. Je nettoie encore la farine dans la cuisine.

Certes, l’été s’en va tout doucement, mais du fenouil et des pousses d’épinards, on en trouvera tout l’automne, alors n’hésitons pas à ensoleiller un peu nos menus de septembre car en cuisant une tournée de marathopitas, on se sent comme transporté sous le beau soleil de Méditerranée pour un petit « rab » de vacances… Véritable concentré de saveur et de gourmandise, c’est un plat végétalien (mais on peut aussi ajouter dans la farce des petits morceaux de fromage de chèvre ou de brebis type feta, j’ai testé c’est une tuerie !) très « raisonnables », et ce serait par exemple une super idée pour casser la croûte sainement autour d’un petit verre de l’amitié ! C’est d’ailleurs très exactement le bel exemple que nous offre le peuple Crétois, car la convivialité, la joie et la chaleur humaine autour de la table, tout autant que les ingrédients sains, font des gens en bonne santé…

 

Ingrédients pour 8 personnes

Préparation : 25 min

Cuisson : quelques minutes par poêlée.

Pour la pâte :

  • 300g de farine T110 ou T150 de grand épeautre
  • 20cl d’eau tiède
  • 5cl d’huile d’olive + un peu pour la cuisson
  • ½ sachet de levure de boulangerie deshydratée
  • 1 c. à café un peu bombée de sel fin.

Pour la garniture :

  • 100g de jeunes pousses d’épinards frais
  • 50g de jeunes feuilles tendres et de jeunes fleurs de fenouil sauvage
  • Les feuilles d’environ 12 brins de persil plat
  • 1 petit oignon.

Commencer par préparer la pâte : Mélanger la farine et le sel, faire un puits. Délayer la levure dans l’eau tiède (pas plus de 45°C) puis la verser dans le puits avec l’huile d’olive. Pétrir quelques instants à la main ou au robot puis poser une assiette sur le saladier et laisser lever environ 1H dans un endroit tiède.

Pendant ce temps, détailler l’oignon en tout petits cubes dans un saladier. Ajouter les épinards, le fenouil et le persil, puis hacher le tout aux ciseaux.

Quand la pâte a levé, la diviser en 8 petits pâtons avec un couteau bien aiguisé sur un plan de travail légèrement fariné (je ne sais pas ce que ça donnerait avec une autre farine, mais avec ma farine habituelle d’épeautre non hybridée cette pâte ne colle pas et se travaille très agréablement !).

Étaler le premier pâton en un disque d’environ 10 à 12cm de diamètre. Déposer au centre une cuillerée à soupe bien bombée de garniture (photo 1).

Rabattre les bords du cercle sur la garniture pour bien l’emprisonner (photo 2), puis aplatir de nouveau avec les mains. Fignoler éventuellement le travail avec un rouleau à pâtisserie légèrement fariné, de façon à obtenir un disque de 10 à 12cm environ.

Faire chauffer une petite poêle avec un peu d’huile, puis y déposer la première marathopita. Baisser le feu, poser un couvercle et laisser cuire quelques minutes jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée dessous. Retourner alors la marathopita avec une spatule et faire cuire l’autre côté. Pendant la cuisson, façonner la deuxième marathopita et ainsi de suite, jusqu’à ce que toutes soient cuites.

Servir tout chaud, nature ou en guise de pain très gourmand pour déguster du fromage (chèvre, brebis…).

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Alla Norma, mais pas totalement dans les normes…

{ Alla Norma, mais pas totalement dans les normes…}

Spaghettis d’épeautre alla norma

♥ Végétarien ♥ IG bas ♥

Spaghetti d'épeautre alla norma 1Ah, la bonne cuisine méditerranéenne, à peine arrivée dans l’assiette, et hop, chez moi tout le monde a le sourire ! Sourire de gourmandise certes, mais aussi, souvent, sourire d’intense soulagement (On n’en pouvait pluuus d’attendre, ça fait une heure que toute la maison sent bon et nos estomacs hurlaient famine Maman !!!), ou encore, parfois, sourire un tantinet moqueur (Tu peux nous redire un peu le nom de ce plat italien ? Hé hé, tu nous a prononcé ça avec un accent auvergnat trop marrant, mais ça a l’air très bon quand même ;)).

Après l’osso buco de la dernière fois, voici donc une autre recette de saison vraiment très sympa : les spaghettis alla norma. Évidemment, pour ma part j’utilise des spaghettis d’épeautre complets, bien plus intéressants pour la santé que ceux de blé ultra raffiné. Je crains un peu de m’attirer les foudres des puristes (ma ché idiota, gli spaghetti integrale con la salsa alla norma, che cosa completamente degueulassi !!!), mais tant pis, j’assume. Il faut dire qu’en matière de pâtes, j’en connais certains très légèrement « exaltés » sur la question : il faudrait n’acheter que certaines marques bien précises (les autres ne seraient bonnes que pour faire des colliers de nouilles pour la fête des Mères), les faire cuire dans 1l d’eau minimum pour 100g de pâtes (donc, chez moi, il faudrait un faitout de 10l chaque soir, bonjour les biceps au moment d’égoutter tout ça, et je n’ose même pas imaginer comment ils font dans les restos… ils ont des piscines à pâtes ou quoi ?), en ajoutant le sel à ébullition (et pas avant… heu, pourquoi ?), mais surtout sans couvrir le faitout, et en tenant compte à la seconde près du temps de cuisson al dente au risque de se rendre coupable d’un meurtre aggravé de pauvres pâtes innocentes .

Bref, moi aussi j’aime beaucoup les pâtes, mais ça me gonfle un peu de me stresser à ce point pour cuire un malheureux plat de nouilles sans risquer d’horripiler tout le côté transalpin de la famille. Alors comme ça, il paraît que mon plat de pâtes « colle un peu, tout en manquant légèrement d’amidon » ? Que c’est un peu mou et un peu trop dur à la fois ? Un peu trop élastique, tout en manquant légèrement de ressort ? Ça ne retient pas la sauce « comme il faut » ? (NB : les pâtes blanches ont des « petits bras » pour retenir la sauce, que les pâtes complètes n’ont pas apparemment). Ça ne s’enroule pas tout seul sur la fourchette en chantant o sole mio ?

Normal, mon gars (et rien à voir avec une éventuelle très légère mauvaise foi de ta part…), c’est juste que ce sont des pâtes complètes.

Et là, cette réponse clôt toujours la contestation sur un soupir navré dudit horripilé*: il n’y a plus rien à dire, inutile de discuter pasta avec quelqu’un qui pousse l’ignardise, que dis-je, la bouffonerie, l’icônoclasterie jusqu’à acheter des pâtes complètes… Pauvre Marie, complètement ir-ré-cu-pé-rable avec ses idées loufoques sur la cuisine saine.

Bref, moi je les aime bien mes pâtes complètes les gars, je les trouve savoureuses, un brin rustiques, pleines de caractère, j’aime leur texture, j’aime savoir qu’elles me régalent en me faisant du bien. À l’épeautre, elles ont un goût encore plus délicat, et sont me semble-t-il encore plus digestes. Je les fais cuire certes al dente (c’est mieux pour l’IG) dans un faitout de taille normal (ma baignoire ne rentrant pas sur la cuisinière hélas), je les égoutte rapidement, j’ajoute un peu d’huile d’olive et hop, je me régale.

Côté sauce, je les aime toutes (aux légumes, à la viande, au thon, aux fruits de mer, à la persillade, à l’arrabbiata, à la bolognaise, à la napolitaine, etc.), mais en voici une vraiment légendaire aux « chips » d’aubergines : les pâtes alla norma… Non, « norma » ne signifie pas « aubergine » en italien, il y a toute une histoire sur l’origine de ce nom mais comme je ne me sens pas aujourd’hui l’âme pédagogique d’un Lorànt Deutsch, je vous laisse taper « histoire des pasta alla norma » sur internet, ça ira plus vite (désolée de vous lâcher sur ce coup là, mais j’ai faim, et il est 13H49 ;))

Côté diététique, et tout et tout, soyons honnêtes : en cuisine méditerranéenne traditionnelle, on croise tout de même pas mal de fritures. Consommées de temps en temps au milieu d’une alimentation riche en légumes (et à condition toutefois d’utiliser une huile de qualité, sans la faire fumer, en « épongeant » bien le surplus d’huile à la sortie du bain, etc.), c’est une petite gourmandise acceptable, à réserver aux jours de fête par exemple. Cette petite précision n’ayant d’autre but, vous l’aurez compris, que de vous inviter à craquer sans le moindre remord, pâtes complètes ou pas, sur cette sublime recette sicilienne traditionnelle…

*Toute ressemblance avec une personne existant ou ayant existé ne pourrait être que purement fortuite… (c’est que je tiens à la paix des familles moi !)

Spaghetti d'épeautre alla norma 3

 

Ingrédients pour 4 personnes

Préparation : 20min

Cuisson : environ 25 min

  • 350g de spaghettis demi-complets d’épeautre (ou de blé, de kamut… ou sans gluten si besoin)
  • 800g de tomates Roma ou anciennes (donc à chair épaisse et peu aqueuse) bien mûres et de saison
  • 2 aubergines très fraîches (donc choisies bien dures et bien brillantes)
  • 2 gousses d’ail
  • 1 petit bouquet de basilic frais
  • Environ 100g de tomme de brebis (en Italie, en sert souvent les pasta alla norma avec de la ricotta séchée et légèrement salée, mais c’est quasiment introuvable en France. Désolée pour cette idée si saugrenue, mais avec de l’Etorky, ça le fait…)
  • Huile d’olive
  • Sel et poivre.

Spaghetti d'épeautre alla norma 4

Spaghetti d'épeautre alla norma 5Couper les aubergines en fines tranches. Les poser sur une assiette tapissée de plusieurs feuilles de papier essuie-tout, en salant assez généreusement les tranches au sel fin (on peut les faire se chevaucher sans souci). Laisser dégorger 30 minutes, afin que les aubergines perdent leur excès d’eau, mais aussi leur légère amertume.

Rincer les tranches et les sécher avec soin.

Faire chauffer de l’huile d’olive dans une poêle (hauteur 1,5cm environ). Dès qu’elle semble bien chaude (ne surtout pas faire fumer !) y plonger une tranche d’aubergine : si elle rissole avec un joli bruit, et que l’huile mousse légèrement tout autour, c’est parfait, on peut y plonger d’autres tranches (sans qu’elles se chevauchent) et les faire dorer d’un côté, puis les retourner pour cuire la deuxième face (qui cuit souvent beaucoup plus vite !). Les éponger ensuite soigneusement sur du papier absorbant, et procéder de même avec le reste des tranches d’aubergine, en veillant toujours à ne pas faire fumer l’huile (ne pas hésiter à baisser le feu).

Porter à ébullition un grand faitout d’eau salée.

Pendant ce temps, faire rissoler très légèrement dans une large poêle les gousses d’ail coupées en deux avec deux cuillerées à soupe d’huile d’olive. Ajouter les tomates coupées en cubes d’environ 2cm. Saler, et faire mijoter un quart d’heure environ, jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Hors du feu, ajouter la moitié des aubergines coupées en morceaux, le basilic ciselé, et poivrer.

Faire cuire les pâtes al dente, les égoutter, puis servir avec la sauce, le reste des « chips » d’aubergines et quelques copeaux de tomme de brebis.

 

 

Spaghetti d'épeautre alla norma 6

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




I’m eating in the rain…

{ I’m eating in the rain ♪… }

Osso buco d’été aux tomates fraîches

♥ Sans lait ♥ Sans gluten ♥ IG Bas ♥ 

Osso buco aux tomates fraîchesJe ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais ici, après des mois de sécheresse intense, il pleut enfin depuis plusieurs jours, mais pas juste une petite pluipluie pour rigoler, non des TROOOOMBES, des cataractes, avec un ciel qui touche les sapins, les gouttières qui débordent, la brume qui recouvre la campagne et tout et tout. D’un côté, c’est chouette pour le jardin qui avait soif. D’un autre, euh, il faut quand même digérer d’être passé en deux jours de 40 à 13°C…

Mais qu’à cela ne tienne, car au fond j’aime bien la pluie moi ! Autant les « musiques zen de méditation » des boutiques New Age m’horripilent (je ne dois pas être comme tout le monde, parce que ça me donnerait presque envie de mordre dans les bâtons d’encens ou de péter toutes les lampes à sel, alors mieux vaut que je ressorte sagement et très vite…), autant le bruit de la pluie sur les vitres m’apaise vraiment. Donc, la pluie, c’est un bon antistress. Et d’un. Et puis…. Tient, ça fait joliment boucler mes cheveux. Et de deux. Et puis, euh… ça m’évite de chercher mes lunettes de soleil, cet objet presque aussi facétieux que les clés de voiture. Car avez-vous remarqué ? Quand on n’en a pas besoin, on passe la journée à les pousser du milieu ou à éviter que quelqu’un s’assoit dessus (« Ah, elles étaient là mes lunettes, super, je note ! »), mais impossible de les retrouver quand il le faut vraiment. D’ailleurs, si vous croisez en voiture, sur le coup des 13H et en plein cagnard, un conducteur tout larmoyant avec un #%!!!8# de pare-soleil devant le front, vous pouvez être sûr qu’il les retrouvera ses lunettes, mais en rentrant. Donc, la pluie, ça m’évitera de farfouiller en mode sanglier-qui-déterre-un-topinambour dans chaque sac à main, sac de piscine, sac de pique-nique, tiroir et vide-poche de voiture ou de la maison, à la recherche des lunettes de soleil, et ça sera autant de gagner pour faire autre chose de beaucoup plus intéressant (comme par exemple chercher les clés de voiture). Et de trois. Bon, je suis sûre qu’en cogitant bien, je trouverais plein d’autres raisons d’être ra-vie de ce temps de grenouille, et d’oublier un peu que la pluie en t-shirt et en tongs, hiiiiii, ça mouille.

Voilà, mais je pense que si vous vouliez juste parler de la pluie et du beau temps, vous avez bien un voisin qui tond sa pelouse ou une belle-mère au téléphone qui ferait l’affaire. Et que si vous cherchiez la météo, vous ne seriez pas venu sur Saines Gourmandises. Alors passons vite aux choses sérieuses : La pluie (promis, après j’arrête d’en parler), ça me donne illico envie de bons trucs chauds qui réconfortent (même en août) ! Et dans la catégorie des plats qui réconfortent, l’osso buco est quasiment hors concours… La pluie sur les vitres + un osso buco qui mijote, c’est comme une belote entre copains + un whisky + de la musique irlandaise, ou comme un bon film épique + un paquet de kleenex. C’est l’accord parfait…

Osso buco aux tomates fraîches2Une recette mythique, donc, dont il existe plusieurs versions, mais cuisiné comme ici, sans beurre et avec beaucoup de légumes frais, l’osso buco allie à la perfection gourmandise et santé ! Car il faut savoir que les tomates cuites offrent un maximum de lycopène, cet antioxydant si précieux en prévention de beaucoup de maladies modernes. Quant à la viande, elle n’est pas ici saisie à feu vif en début de cuisson comme souvent indiqué dans les recettes, mais mijotée à basse température afin de ne pas brûler les graisses (c’est mieux pour la santé). J’ai aussi pris le parti de ne pas épaissir la sauce avec de la farine, ce sont les tomates anciennes qui lui donnent sa texture délicieusement épaisse (elles font vraiment la différence), et côté saveur inutile d’utiliser du « bouillon cube » de veau ou de volaille comme hélas cela se fait tant : la bonne viande de veau fermier, les aromates et les légumes se suffisent amplement pour donner à ce plat un irrésistible parfum de reviens-y…

Concernant la viande de veau, il faut hélas savoir que le pire côtoie le meilleur : le « veau de boucherie » est un pauvre animal qui, non content d’être généralement élevé dans des bâtiments, est nourri avec une sorte « d’aliment en poudre » dans lequel, si vous lisez la composition, rentrent beaucoup d’ingrédients chelous et très peu de « vrai » lait de vache. Mais on peut encore trouver du veau fermier élevé sous la mère et en plein champ, et ça fait vraiment toute la différence, à la fois côté saveur, mais aussi côté santé pour le consommateur. Alors, merci aux éleveurs bio ou fermiers (habitant la campagne, j’en côtoie tous les jours) qui se battent pour perpétuer cette qualité contre vents et marées, luttant contre la concurrence déloyale d’un marché ultra libéral, contre non pas les tracasseries, mais carrément les persécutions de la paperasse et des « normes » parfois stupides, souvent stigmatisés ou incompris, résistant contre l’envie de baisser les bras et de tout lâcher malgré la passion qui les anime… Tenez bon, les gars, on est fiers de vous, et on approche du jour où cette société se rendra enfin compte qu’on n’en peut plus de toute cette malbouffe industrielle, et qu’il est urgent -désolée si je radote un peu sur ce blog-, de revenir au bon sens de nos anciens : des aliments « vrais », non trafiqués, non raffinés, beaucoup de légumes du marché ou du potager, des céréales complètes, des légumes secs, et quelques produits de la ferme (œufs, fromages, viande) ou de la mer, sûrement pas à chaque repas ni même tous les jours, mais toujours de qualité. Si en plus de ça on privilégie l’IG bas ET les aliments phares du régime méditerranéen, ça sera le summum côté santé et gourmandise !

Exactement comme ce bon osso buco…

 

Osso buco aux tomates fraîches6
Les plats en sauce sont un vrai casse-tête à photographier (et quand il pleut, forcément le manque de lumière ne simplifie pas les choses), mais en revoyant cette photo je me dis que quand même, il était vraiment bon l’osso buco d’hier 😉

Ingrédients pour 4 personnes

Préparation : 10 min

Cuisson : 1H

  • 1,2kg de rouelles de veau
  • 1,5kg de tomates fraiches
  • 3 gros oignons
  • 3 grosses carottes
  • 2 feuilles de laurier
  • 3 brins de sarriette
  • 3 brins d’origan
  • 4 c. à soupe d’huile d’olive
  • 20cl de vin blanc sec
  • Sel, poivre du moulin.

Pour la gremolata :

  • 1/2 bouquet de persil plat (sans les tiges)
  • Le zeste finement râpé et le jus d’un citron bio
  • 1 gousse d’ail (écrasée au presse ail)
  • 2 filets d’anchois à l’huile d’olive, bien rincés sous l’eau fraiche.

Osso buco aux tomates fraîches 3

Emincer les oignons, découper les carottes en petits cubes, et faire légèrement dorer le tout à l’huile d’olive dans une grande cocotte en fonte.

Pendant ce temps, peler les tomates et les découper en quartiers (on peut aussi mettre quelques tomates cerise en plus, dans ce cas bien sûr on ne les pèle pas !). Les ajouter dans la cocotte avec les rouelles de veau, le vin blanc, le jus de citron, les herbes aromatiques, du sel et du poivre. Poser un couvercle, et dès reprise de l’ébullition laisser mijoter 1H30 à feu très doux. Surveiller en fin de cuisson que la sauce n’attache pas, et ajouter un peu d’eau si besoin.

Pendant ce temps, préparer la gremolata en hachant finement aux ciseaux le persil, le zeste de citron, l’ail et les filets d’anchois dans un verre.

Cinq minutes (précises !) avant la fin de la cuisson, ajouter la gremolata dans la sauce, mélanger, poser un couvercle et remettre la cocotte sur feu doux (cette cuisson très brève atténue un peu la force de l’ail et « lie » bien la saveur de la gremolata au reste du plat, tout en préservant le parfum fragile du zeste de citron et du persil frais.)

Quand l’osso buco est cuit, la sauce doit être bien épaisse et napper la viande.

Servir aussitôt avec un des pâtes fraiches al dente au parmesan.

Osso buco aux tomates fraîches 5

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Le petit-déj’ « minceur durable » en version sucrée, c’est possible ?

{ Le petit-déj’ « minceur durable » en version sucrée, c’est possible ? }

Clafoutis crémeux coco-nectarines

♥ Sans Lait ♥ IG Bas ♥

 

Clafoutis crémeux coco-nectarinesMerci beaucoup, vraiment, pour tous vos gentils messages laissés suite à mon dernier post où je n’étais pas très très en forme… Ils m’ont sincèrement mis du baume au coeur mais hélas, je ne vais pas pouvoir y répondre car malgré ces quelques jours de congé, je reprends le travail encore bien fatiguée et la tête complètement sous l’eau (hélas, bouhouhou, ce n’est plus l’eau du lac d’Annecy, que les vacances sont courtes !). En tout cas, le cœur y est : j’aurais beaucoup aimé écrire un petit mot à chacun d’entre vous comme je le fais généralement, c’est juste que là, ça ne serait pas bien « raisonnable » quand je vois tout ce qui m’attend cette semaine (alors que j’ai juste envie de retourner me coucher là tout de suite ;)).

Bref, courage, ne nous laissons pas abattre ! J’espère que de votre côté vous passez tous un bien bel été, et je profite de ce post pour répondre à une question que l’on me pose souvent : Peut-on prendre un petit déjeuner sucré qui « collerait » aux principes de la minceur durable ? Car certains d’entre vous ne sont pas très tentés par le coup du fromage de chèvre dès le saut du lit ;). Alors voici quelques petites remarques un peu « en vrac » sur la question, que je vous livre quand même avec prudence car comme je le rappelle souvent, je ne suis ni médecin ni même diététicienne, j’essaye juste de me poser les bonnes questions car il est trèèès difficile depuis quelques années de s’y retrouver dans la « jungle » impénétrable du Kecekifomangé… Il peut même parfois m’arriver d’évoluer un peu sur certaines questions, en fonction de ce que je constate ou ressent.

– Déjà, j’ai remarqué que lorsque je suis en bonne santé, avec un foie au mieux de sa forme, et que j’ai mangé léger la veille au soir, je me réveille im-man-qua-ble-ment avec une grosse faim de « salé » le matin. Ce n’est peut-être pas une règle absolue, mais sur moi, ça marche à tous les coups ! S’il m’arrive de me réveiller sans avoir faim, ou avec juste envie de fruits par exemple, c’est que mon foie est encore en mode panique (lendemain d’un repas du soir un peu plus copieux, plusieurs « écarts » sur les derniers jours, etc.). En revanche, si j’ai une faim de loup, et que je me régale d’avance (la tête encore sur l’oreiller !), à l’idée de la grande tartine de chèvre frais à l’huile d’olive qui m’attend, c’est que tout va bien : Mon corps est super tenté par un petit dej’ « costaud » avant d’affronter la journée… Peut-être une piste à explorer pour ceux d’entre vous qui mangent un peu trop riche en général, mais qui n’ont jamais faim le matin ? Essayez de détoxifier un peu votre organisme, et vous découvrirez peut-être ce que c’est que de se réveiller en ayant la dalle ;)…

– Si je ne mange que des fruits au petit déjeuner, ou quelque chose de sucré assez léger (genre yaourt de soja au miel), ou sucré et pas si léger que ça (tartines à la confiture, croissants ou cookies au chocolat, comme par exemple pendant ces vacances où je me suis carrément lâchée…), en général après je fais un peu n’importe quoi dans la journée : faim énooooorme vers 11H du mat (voire encore plus tôt…), envie d’un dessert à midi, grosse tentation de manger plein d’imbécilités au goûter, puis, pour couronner le tout, menaces de craquage total sur un repas du soir « pas sage du tout ». Je le savais déjà mais je l’ai revérifié ces 15 jours de vacances, avec 2kg en plus à l’arrivée (que c’est beau de souffrir pour la science !) Bref, je reconnais que quand Brigitte Fichaux -et tant d’autres spécialistes de la question !- affirment qu’un bon petit déjeuner peut « réguler » naturellement les pulsions alimentaires de la journée, en tout cas sur moi c’est vérifié !

Clafoutis crémeux coco-nectarines 2– Mais justement, qu’est-ce qu’un « bon petit déjeuner » ? Si on écoute certains « spécialistes » (souvent auto-proclamés…) de la healthy food, on pourrait juste se contenter d’un jus de légumes fraîchement pressé, d’un peu de miso délayé dans l’eau chaude ou de deux cuillerées à soupe de graines de chia gonflées dans du jus de pomme (quand c’est Noël). Selon d’autres « spécialistes » beaucoup plus conventionnels, un « bon petit- déjeuner » serait constitué de pain blanc, beurre et confiote, ou d’un grand bol de lait avec des « céréales spécial petit dej’ » genre Youpie’s-au-riz-soufflé, Glucose-pop’s-au-maïs-soufflé ou Fatness-au-blé-soufflé. Dans tous les cas, je peux vous garantir que moi, à ce régime-là, je suis prise dès le milieu de matinée d’une telle faim que je suis capable d’avaler n’importe quoi (en général, ne rigolez pas, je grignote même le bout de mes crayons en mode castor !). Voilà pourquoi j’ai adopté, depuis que j’ai eu le bonheur de rencontrer Brigitte Fichaux, le modèle de petit-déjeuner « minceur durable » : Fuir les sucres rapides (pas de jus de fruit en brique, de confiture, de céréales extrudées, le pire étant de mettre des corn-flakes – même bio !- dans du lait de riz par exemple…), et privilégier un peu de sucres lents (= à IG bas), des protéines et du bon gras. Si l’on en croit les principes de la chrono-nutrition, il semblerait que ce soit surtout de cela que notre corps ait besoin au petit déjeuner…

– Mais, manger protéiné au petit-déjeuner, n’est-ce pas un risque de consommer du coup trop de produits animaux ? Bonne question, que je me suis posée aussi ;), et à laquelle j’ai répondu très simplement : en ce qui me concerne, je mange ma part de laitages au petit déjeuner (pas une portion énorme, juste environ 50g de chèvre frais sur du pain d’épeautre complet avec un peu d’huile d’olive et un thé), et je n’en remange jamais dans la journée… Je suis donc loin d’obéir au « diktat des 3 produits laitiers par jour » mais ça me va très bien comme ça ! D’autre fois, je ne prends pas de fromage du tout, mais plutôt une petite boîte de thon germon à l’huile d’olive mixée en « rillettes » ou un avocat (toujours avec du pain d’épeautre complet, environ 80g ): ces deux petits déjeuners sans lait me tiennent aussi bien au corps (sachant que mes matinées sont trèès longues..), et me permettent de ne pas manger de laitages tous les jours (car pour résumer un peu vite, après avoir tenté pas mal de choses, sans aucun laitages je suis un peu spasmophile, et avec trop de laitages j’ai des problèmes ORL, bref, chacun est différent, il faut absolument savoir un peu s’écouter…). Donc, si vous prenez votre laitage au petit déjeuner, et ensuite une autre portion raisonnable de protéines à midi (un peu de viande, de poisson ou des œufs), mais jamais au goûter ou le soir (car idéalement, le souper doit toujours être léger et végétarien, c’est un secret de bonne santé) vous ne surconsommez pas de produits animaux, vous répartissez juste mieux vos apports sur la journée, car il vaut infiniment mieux consommer un laitage le matin qu’à la fin du repas de midi (double-emploi avec la viande ou le poisson) ou le soir (pas « détox » du tout) !  En outre, pour ceux qui souhaitent manger encore moins de laitages, on peut aussi de temps en temps prendre au petit déjeuner des protéines végétales : pâté de tofu lactofermenté ou houmous par exemple, ou encore un avocat comme je l’évoquais plus haut (pour le coup de l’avocat, je ne sais pas du tout pourquoi ça me « cale » aussi bien car à priori, ce c’est pas un oléagineux si riche en protéines que ça… et pourtant, ça marche !)

– Et pour ceux qui ne peuvent vraiment pas manger salé au petit dej’ ? Bon, déjà, essayez juste, loyalement ;), de vous y faire pendant quelques jours, parce qu’en général on prend vite le pli ;). Ensuite, évitez de vous « auto-bizuter » avec des trucs salés un peu trop trashs ! Moi non plus je n’arriverais pas à avaler des sardines à l’huile, du hareng, du Maroilles, du corned-beef ou des rollmops au saut du lit ! En revanche, une faisselle de brebis bien crémeuse, un œuf à la coque (avec des mouillettes de beurre cru…), une tranche de jambon bio, un avocat légèrement citronné ou des rillettes de thon blanc, sur le pain grillé, ça le fait !

– … Et si vraiment vous ne pouvez pas vous y résoudre, alors tant pis, mangez sucré à condition que ce soit protéiné quand même (fromage blanc égoutté avec de la confiture sans sucre ajouté et quelques amandes par exemple), et sans sucre à IG élevé… En voici un exemple parfait avec ce clafoutis : une petite portion de céréales à IG très bas (son d’avoine et orge mondé, sans oublier que les fruits et le sirop d’agave « comptent » aussi comme glucides), une matière grasse (la crème de coco), des protéines (l’œuf). Avec ça, on est bien calé je trouve, et c’est très agréable de commencer la journée en douceur par un clafoutis aussi gourmand ! Malgré tout, il me semble que ça régule un peu moins mes envies de sucré pour le reste de la journée mais bon, comme en ce moment je suis aussi particulièrement flagada, l’un explique peut-être l’autre.

Vous me donnerez votre avis sur la question ?

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 3

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 4Ingrédients pour 2 personnes

Préparation : 5 min

Cuisson : Environ 25 min

 

 

  • 2 nectarines
  • 50g de farine d’orge mondé
  • 30g de son d’avoine
  • Un sachet de 2g d’agar-agar
  • 300g d’eau
  • 20cl de crème de coco liquide
  • 1 bonne pincée d’extrait de vanille en poudre
  • 2 oeufs
  • 6 c. à soupe de sirop d’agave (à moduler en fonction de si vous vous aimez votre clafoutis plus ou moins sucré)
  • 1 pincée de sel
  • Deux petites poignées d’amandes effilées
  • Facultatif : 4 petits abricots ou une grosse poignée de framboises pour donner une note un peu plus « acidulée ».

 

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger la farine d’orge avec le son d’avoine, l’agar-agar, le sel et la vanille. Faire un puits, y verser l’eau, la crème de coco, le sirop d’agave et les œufs puis bien mélanger avec un fouet.

Verser dans deux petits plats individuels d’environ 20cm de diamètre, puis déposer sur le dessus les nectarines découpées en tranches, et éventuellement les abricots découpés en petits morceaux ou les framboises entières. Parsemer d’amandes effilées.

Enfourner pour 25 à 30min (tout dépend du diamètre des plats, plus ils sont grands, plus le clafoutis est fin donc cuit plus vite !) jusqu’à ce que le dessus soit doré.

Laisser refroidir une nuit au frais avant de savourer.

 

⇒ Bon à savoir…

– Vous pouvez préparer une double proportion, et disposer ainsi de 4 petits déjeuners tout-prêts pour les jours suivants (ça optimise encore mieux l’utilisation du four !).

– C’est encore meilleur en utilisant du lait d’amande ou de soja-vanille à la place de l’eau (mais c’est un peu plus onéreux)

– Enfin, n’hésitez pas à préparer un seul gros plat de clafoutis (toujours en doublant les proportions), histoire de le servir au dessert ou au goûter. C’est même une recette parfaite pour sauver quelques fruits un tantinet trop blets ! (Pour un grand clafoutis de 4 parts, 50 min à 1H de cuisson )

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 5

 

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 6

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Une recette très facile pour le soir, et un petit tour dans mon jardin…

{ Une recette très facile pour le soir, et un petit tour dans mon jardin…}

Flan de courgettes végétalien

♥ Sans gluten ♥ Sans Lait ♥ Sans Œufs ♥ Vegan

 

Il y a bien longtemps, je me souviens avoir écrit sur ce blog à quel point j’aimais « les beaux jardins aux roses anciennes et plantes aromatiques ». Mais c’est un peu restrictif, car mes rêveries sont aussi peuplées, entre autres, de grands carrés de fleurs sauvageonnes déclinant joliment leur corolles, ombelles et feuillages légers dans un joli camaïeu pastel, de roses trémières ornant une vieille porte de bois écaillé, d’un coussin de campanules bleues blotties au creux d’une fontaine… Ou encore d’un verger où pousseraient au pied des vieux arbres toutes sortes de graminées et de fleurs des champs oscillant dans le vent…

Tous ces petits rêves me reposent des mille tracas quotidiens, et il m’arrive même, parfois, de pouvoir enfin les matérialiser après y avoir tant rêvassé : Cette année, ce fut par exemple la création d’un nouveau massif très « nature » pour orner le pied d’un mûrier platane devant la maison : mauve sylvestre et musquée, lin bleu, fenouil sauvage, camomille, sauge des prés, centaurées et scabieuses bleues, le résultat est d’une légèreté ravissante et je suis toute émue de voir les papillons y butiner sans répit… Ah, il n’est certes pas immense mon jardin, je le voudrais tellement plus vaste ! Mais c’est mon petit monde, silencieux et bienveillant, qui sait me faire sourire ou rêver quand ce n’est pas toujours très facile… Il est là, il m’attend juste derrière la porte, accueillant et joyeux, un peu indépendant et têtu parfois, mais si généreux ! Bien que le temps me manque beaucoup, c’est toute une fête de me lever parfois avant l’aube pour « chiper » quelques heures de jardinage à mon emploi du temps si chargé : grattouiller la terre d’un massif de roses, semer des marguerites ou arroser des courges vers 5H du matin, en savourant la fraîcheur, le chant du coucou, le bourdonnement discret des abeilles matinales et la belle lumière des premiers rayons roses, cela me met du baume au cœur !

Aujourd’hui, bien franchement je ne suis pas très en forme. Ces dernières semaines ont été épuisantes, remplies de mille tracas (c’est la vie !), et j’aurais bien du mal à vous « pondre » de façon naturelle un petit article qui puisse vous faire sourire. Alors, ne pouvant partager avec vous beaucoup de bonne humeur et de légèreté comme nous les aimons tant vous et moi, je vous offre du moins la délicatesse de mes roses anglaises, le regard plein d’amour de mon gros toutou, la fraîcheur de mes fleurs sauvageonnes et la douce invitation de ma chaise longue… J’espère que cette petite contemplation, hélas bien en dessous de la réalité car la photographie ne saura jamais reproduire assez fidèlement la nature, vous détendra un peu de vos petits soucis à vous… Mais comme la rêverie ne calera pas les estomacs de votre petite tribu en vacances, je vous propose aussi, pour rester pratique, une bonne recette estivale, vraiment archi-simple pour vos repas du soir, qui -on ne le rappellera jamais assez !- doivent être les plus sains et légers possible pour préserver la santé : Vous verrez, ces petits flans crémeux sans œufs, fromage, ni laitage, sont vraiment très bons, mais je n’avais pas beaucoup la tête aux photos de cuisine alors désolée, de ce côté là ça sera un peu minimaliste ! 😉

 

Flan de courgettes végétalien

Vous pouvez au choix le servir froid ou légèrement tiédi au four car si vous prenez soin de ne pas le chauffer à plus de 60°C environ, l’agar-agar ne fond pas et le flan reste bien ferme.

 

Ingrédients pour 4 personnes

Préparation : 20 min

Cuisson : environ 20 min

Repos au frais : 4H minimum

 

  • 1kg de courgettes bien fraîches (voir plus bas)
  • 2 oignons
  • 4 c. à soupe d’huile d’olive
  • Un sachet de 4g d’agar-agar
  • Une briquette de 20cl de crème de soja liquide
  • Un petit bouquet de basilic
  • Sel, poivre.

Éplucher les oignons, les faire légèrement dorer avec un peu de sel et d’huile d’olive dans un wok ou une grande cocotte en fonte. Ajouter les courgettes coupées en tranches ou en cubes, saler, poivrer et faire cuire à l’étouffée environ 15min jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres. En fin de cuisson, bien délayer au fouet l’agar-agar dans la crème de soja, ajouter les feuilles de basilic finement ciselées, verser dans le wok, mélanger et laisser revenir à ébullition : Compter alors juste 1 min de cuisson, puis transférer la préparation dans un grand plat (ou dans quatre plats individuels).

Mettre au frais au minimum 4H, au mieux une nuit, afin que l’agar-agar fasse sa prise.

⇒ Le saviez-vous? Lorsque vous choisissez des courgettes, prenez-les toujours de saison et bien fraîches, n’ayant surtout pas « traîné » sur les étals ou au frigo : elles doivent être très fermes, et présenter une peau lisse et bien brillante. À défaut de quoi, elles risqueraient d’être amères, et cela gâcherait par exemple totalement cette bonne recette…

 

Allez, vous venez visiter mon jardin maintenant ? Poussons le portillon de fer sans trop le faire grincer (tout le monde dort encore !), et laissons la rosée rafraîchir nos doigts de pieds… Comme ça fait du bien !

Rosier Boscobel
On commence par les rosiers (j’en ai toute une collection, mais en juillet, avec cette canicule, beaucoup font la « sieste » en attendant les orages d’août !). Voici une nouvelle acquisition de cette année au jardin, le merveilleux rosier anglais « Boscobel » (David Austin). J’en rêvais depuis très longtemps ! Quelle sublime teinte de rose pêche…

 

Gertrude Jekyll
Autre nouvelle arrivée dans ma petite roseraie, la rose Gertrude Jekyll (toujours David Austin). Pour sa première année, ce rosier croule littéralement sous les fleurs, c’est un enchantement…

 

Pouvez-vous m’aider? Je ne me souviens plus du tout du nom de ce rosier, qui orne mon jardin depuis plusieurs années… C’est soit un rosier Meilland, soit un Austin, soit un Delbard, mais impossible de l’identifier plus précisément.

 

Chatreuse de Parme
Lui c’est « Chartreuse de Parme » (Delbard) et sa couleur est vraiment époustouflante ! Depuis plus de 10 ans, toujours fidèle au poste ce brave rosier ;)

 

Potentille Princesse
Beaucoup plus humble mais elle aussi charmante dans sa simplicité, la potentille « Princesse » qui, étonnement, voit chez moi sa couleur évoluer tout au long de la saison : parfois saumon, parfois si pâle qu’on la dirait presque chamois, et d’autre fois de ce joli rose tendre : c’est à ce moment là que je la préfère…

 

Lavatère
J’ai une passion pour toutes les fleurs de la famille des malvacées, comme cette lavatère qui nous accueille devant un des piliers du portail. Mon mari rouspète un peu car ladite lavatère, très exubérante, « chatouille » un peu la carrosserie des voitures au passage mais bon, a-t-on déjà vu une fleur si délicate rayer un bout de métal? Ces z’homs alors.

 

Hibiscus Lavender Chiffon
Autre superbe rejeton de la famille malvacée, cet hibiscus « Lavender Chiffon » : il y a bien longtemps, j’en avais chipé quelques boutures au grès d’une promenade, et maintenant j’en ai toute une clôture. Le rêve…

 

Mauvre Sylvestre
Beaucoup plus humble et pourtant si mignonnette, cette mauve sylvestre poussant partout à l’état sauvage dans mon jardin, et que je déplace avec mille précautions pour la mettre à l’abri dans mes massifs (cette andouille se sème sur l’allée carrossable, dans le chenil, sur le parcours des poules, bref, ne serait-elle pas un peu kamikaze la belle ?)

 

Potée
Côté potées, j’aime les petites fleurs poétiques et pas trop criardes, comme cette association de calibrachoas, verveines et bacopas, dans un joli camaïeu pastel qui me ravit. En réalité, je n’ai que peu de fleurs en pots, juste ce qu’il faut pour égayer le rebord des fenêtres principales, car le temps me manque pour les arroser régulièrement… J’aime les jardins qui se gèrent (presque) tout seuls ;)

 

Véronique
Connaissez-vous cette plante? On m’a dit que c’était une « Véronique », mais c’est un peu vague. Elle fleurit très joliment en légers épis de couleur rose parme.

 

Portillon bleu
Passage du potager vers le verger…

 

 

Lin bleu
Le lin bleu, une de mes fleurs préférées…

 

Balasmine
Ici, un pied de balsamine semé spontanément par le vent ou les oiseaux, et qui forme un bien bel accord devant la barrière vert amande. Dans mon jardin, j’aime appliquer certaines principes de permaculture, qu’il serait un peu long d’expliquer ici, mais le fait par exemple de ne pas exterminer toutes les « mauvaises herbes » sans les avoir au préalable identifiées permet de sauver beaucoup de fleurs sauvages ou de semis spontanés (car la brise ou les oiseaux « jardinent » eux aussi en semant pas mal de graines !), tout aussi charmantes que les coûteux godets vendus en jardinerie…

 

Un petit « zoom » sur mon fameux nouveau massif « sauvageon » qui, s’il manque encore un peu de vigueur (je ne l’ai planté que fin mai), fait déjà preuve d’une grande délicatesse…

 

Beauceron
Autre belle plante de ce jardin, mon gros « bébé » de 6 mois, ma jolie princesse aux yeux doux, toujours là à mes côtés, qui me suit pas à pas, goûte à l’eau des arrosoirs, pleure quand je ferme le portillon en l’oubliant de l’autre côté, fait « bwoouf ! » devant les lézards pour tenter de leur en imposer, saute la clôture du poulailler (grrrr !), la re-saute encore plus vite dans l’autre sens avec le coq qui lui picote le derrière, me léchouille les doigts de pieds pour demander pardon, vient se frotter contre mon dos quand je plante une fleur (au risque de me faire piquer du nez dans le rosier), hume comme moi le parfum des roses, un instant douce et câline comme l’agneau nouveau né, l’instant d’après ivre de joie et nous montrant son amour en mode plaquage de rugby… et « m’aidant » même au jardin, en creusant des cratères partout avec ses grosses papattes ! En vrai, c’est un amour… Ma grande fille, férue d’Histoire, l’a appelée Brunhilde, comme cette princesse légendaire qui battait tous les hommes à l’épée. J’en ai eu des toutous, et je les aime tous, mais celui-là, j’en suis ga-ga ! (Cette photo est pour vous Mamijo :))

 

Chiots Border Collie
Bon, je ne vais pas vous montrer tous mes chiens, mais je ne résiste pas au plaisir de vous présenter les bébés de Dauphine, mon autre toutoune qui a déjà fait quelques petites apparitions sur ce blog 😉 … Six petits Border Collie à cro-quer ! C’est un peu triste, car ils partiront fin juillet vers de nouvelles familles, mais c’est la vie (par hasard, il reste un mâle et une femelle, alors si cela vous intéresse et que vous habitez l’Isère écrivez-moi sur la boîte « contact » de ce blog : je vous donnerai les coordonnées de mon grand fiston, c’est lui qui s’en occupe.)

 

Cabane d'enfants
Lever du jour sur la cabane des enfants… Au départ, une maisonnette en bois, toute abîmée d’avoir traîné dehors en expo et soldée il y a 5 ans chez Casto. Un papa bricoleur pour la rafistoler et ajouter le « auvent », une maman pour la poncer, la repeindre (elle était orange et jaune !), la patiner, fixer la frise, etc… Et hop, voici une petite maison des contes de fées… Je veux la même « en vrai » pour mes vacances !!!

 

Cabane d'enfants 2

Les deux petites sont terrées dans la cabane et jouent « aux princesses et au loup », la pauvre Brunhilde ayant évidement choppé le mauvais rôle… ce que c’est que le faciès, tout de même ;)

 

Cogitation de mes princesses sur le potager de leur cabane, ayant produit cette année de bien jolies salades !

 

Promesse de bonnes tartes aux pommes pour cet automne ? (Je me rend compte que je suis irrécupérable : je vois une pomme, je pense à une tarte ou à un gâteau…)

                                               

Chaise longue vintage
Enfin un peu de repos avec cette accueillante chaise longue très ancienne, trouvée chez le grand-père de mon mari. Régulièrement, je refais la garniture en tissu mais l’armature en fer forgé, elle, est indestructible (elle a bien au moins 70 ans !)

 

 

Voilà, il me resterait tellement de choses à vous montrer ! La collection de courges plantées sur « lasagne » (un essai concluant !), le petit potager « tout fou » en permaculture, la mini-roseraie (quand elle se sera réveillée…), les autres « habitants » de ce jardin… Mais ce sera pour une autre fois si vous voulez 🙂

Je reviendrai début août car nous prêtons notre maison à des amis pour nous échapper en famille quelques temps au bord d’un lac de Savoie. J’ai peur de ne pas pouvoir répondre à tous vos commentaires d’ici mon départ (plus que quelques jours !) car avec les valises et tout et tout, c’est un vrai chambardement de partir à huit ;)… D’ici là, je vous souhaite à tous de très belles vacances, ou beaucoup de courage si ce n’est pas encore le cas ! 

PS : Pour ceux que cela intéresse suite à mon dernier article, l’intégrale Kuvings à gagner !!!

Rendez-vous pour cela sur la page Facebook de Crudijus…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer