image_pdfimage_print

{ Pour les « cabotins »… et les autres ! }

{ Pour les « cabotins »… et les autres ! }

« Pissaladière » d’épeautre aux cœurs de fenouils confits

♥ Sans lait ♥ Sans oeufs ♥ IG modéré ♥

 

pissaladiere-d-epeautre-aux-fenouils-confits-1Voici une recette tout spécialement dédiée à Mady et Ellenna, fidèles lectrices de ce blog qui sont actuellement en pleine cure Cabot (comme moi du reste). J’ai déjà beaucoup écrit sur cette cure de régénération du foie qui fait tant de bien à l’organisme, mais vu les nombreuses demandes reçues de votre part il faut croire que ce n’était pas encore assez ;). Certains d’entre vous me demandent des menus types, plein de nouvelles recettes, des idées à partager avec toute la famille, etc. J’aimerais beaucoup m’atteler à cette tâche, mais le déménagement du blog a largement englouti – entre autres – le temps qui aurait été nécessaire à ce travail un peu pointilleux. Du coup, j’espère me faire pardonner avec cette recette caboto-compatible que j’ai trouvée absolument formidable…

La pâte de cette « pissaladière » aux fenouils (je mets des guillemets sinon mes compatriotes niçois vont me faire une tête au carré car tout le monde sait que la pissaladière, c’est uniquement avec des oignons. Sans tomates, sinon c’est la pissaladière de Menton. Sans crème, sinon c’est la pissaladière des parisiens. Et encore moins avec des fenouils, franchement non mais n’importe quoi !) a été réalisée avec ma merveilleuse farine T110 d’épeautre non hybridée (« pub » gratuite non sponsorisée, c’est juste pour vous aider à en trouver si vous le souhaitez). Lire la suite…

{ Y’a pas de mal à se faire du bien }

{ Y’a pas de mal à se faire du bien }

Mes recettes détox super gourmandes

Avec des ingrédients simples et de saison

 

Facile&BioJe reconnais qu’après mes 3 derniers ouvrages (qui vous « causaient » pâtisserie, chocolat et bonnes recettes de grands-mères) ce nouveau livre pourra à première vue vous sembler mois marrant… Mais ne vous y fiez pas ! Car ce bouquin ne vous veut QUE du bien… il y est question de cure « détox ».

Mais d’abord, « une détox pour quoi faire, je ne suis pas alcoolique moi » (entendu ce week-end dans la bouche d’un ronchon qui confond détoxification et cure de désintoxication…).

Une détox pour quoi faire ?

Lire la suite…

{ Après le chocolat, hop, un bon petit jus cru et ça repart… }

{ Après le chocolat, hop, un bon petit jus cru et ça repart… }

Coup de cœur pour un extracteur : Le Kuving’s Whole…

 

1 montage-2Que vous soyez devenus adeptes de la cure Cabot ou que vous cherchiez juste à mettre un peu plus de vitalité dans votre vie quotidienne, vous êtes nombreux depuis 2 ans à me demander des renseignements sur les extracteurs de jus. Jusque là, je n’avais pas d’opinion sur la question, fonctionnant avec une simple centrifugeuse. Enfin, plus exactement, 4 centrifugeuses (en 8 ans) et ça fait un peu beaucoup…

Ma première, à l’époque où mon budget était trèèèès serré, avait été récupérée dans le garage du pépé de mon mari. Elle était orange, des années 70 (ouf, elle était déjà en 220 volts mais c’était limite) et il fallait mettre un casque sur les oreilles -comme ceux des stands de tir- à chaque utilisation pour ne pas risquer de devenir sourd. Idéalement, il nous aurait aussi fallu un gilet pare-balle et un casque intégral (pour le cas où elle nous aurait pété à la figure, parce qu’elle nous faisait franchement flipper) et des gants en kevlar pour la tenir solidement sans se faire arracher un doigt car elle avait fâcheusement tendance à se déplacer en crabe pendant utilisation, voir carrément à s’envoler dès qu’on essayait de centrifuger autre chose que du raisin. Après son décès brutal (exactement, son suicide, car elle s’est jetée imbécilement du plan de travail pendant un jus de fenouil, me causant une des plus grandes terreurs de ma vie), j’ai investi dans un modèle plus récent à 90 euros environ.

Lire la suite…

{ Cure Cabot 3/3 (suite et fin…) }

{ Cure Cabot 3/3 (suite et fin…) }

Gelée de fleurs de pissenlit au citron

(Et l’interview de Miss Pat’)

♥ Vegan ♥ IG bas ♥

 

1 gelée de pissenlitJ’arrive bientôt à la fin de ma cure Cabot qui s’arrêtera –comme par hasard- pile poil pour Pâques (humf, vous l’avez compris, ce n’est pas franchement un hasard, je vais « zapper » la dernière semaine pour cause de gourmandise chronique, aigüe et incurable… M’enfin, quoi, vous imaginez un peu Pâques sans un bon gigot, un gâteau au chocolat et un p’tit verre de rouge ?), et voici donc le dernier post « Régénération du foie » avant de passer à des choses beaucoup moins sérieuses 😉

Cette fois-ci, je serai brève, et laisserai à la fin de ce post la parole à Miss Pat’, qui a créé pour vous un groupe Facebook : « Cure Cabot ensemble ».  N’hésitez pas à laisser vous aussi votre témoignage sur cette cure, soit sur la page de Miss Pat, soit sur ce blog, afin d’échanger et de partager nos expériences sur ce sujet ! (Vous avez aussi, pour vous aider à trouver des idées recettes, les très sympathiques tableaux pinterest de Mathilde…)

J’espère, avec ces 3 articles – qui, soit dit en passant, ont dû bien saouler ceux qui n’ont pas du tout envie de régénérer leur foie (Hé hé, le chocolat, le pinard, le fromage, la cochonaille, pfff, même pas mal !!!)- vous avoir bien mis sur les rails. Mais avant de tourner cette page « Cabot », je voulais vous parler un peu du pissenlit, cette jolie fleur au nom si peu poétique* qui égaye au printemps la campagne d’innombrables petits soleils, et qui pourrait vous épauler très efficacement dans cette cure…

Lire la suite…

{ Le pavé, suite… }

{ Le pavé, suite… }

Mes recettes de RDF

(Cure cabot 2/3)

 

1-2Voilà, ouf, ce billet est posté, et je vais enfin pouvoir de nouveau me ruer affamée sur mon repas de midi (voire plutôt de 14H30…) sans devoir préalablement disposer artistiquement la moindre stupide petite feuille de pissenlit, ni monter sur un tabouret avec un appareil photo autour du cou en état d’hypoglycémie avancée (très périlleux, bien noter de ne plus le faire…).

Il faut dire que ces 10 derniers jours, j’ai vraiment scandalisé ma Poupougnette en brandissant mon appareil photo sous son nez au moment du repas de midi (comme si ça ne suffisait pas que je passe déjà la matinée à en faire, des photos…), en saupoudrant de la fleur de sel ou du piment d’Espelette à côté de mon assiette ou en faisant tomber exprès des grains de riz sur la table pour « faire style » (choses que bien sûr, on ne fait pas dans la vraie vie quand on apprend à ses enfants qu’il ne faut pas manger comme un cochon…). Car ces photos, ce sont celles de mes vrais repas, prises juste avant de manger, sur ma table de cuisine, sans réflecteurs ni chichis côté vaisselle (non, dans la vraie vie, je mange tout de même pas dans un bol en tilleul comme sur les photos, désolée, un mythe s’effondre…) et en prenant la lumière comme elle venait, histoire ne pas manger (complètement) froid: Le but était juste de photographier mes assiettes de cure Cabot, pour vous montrer que ça peut aussi être rudement sympa une petite cure détox… Pour être honnête, il vous manquera tout de même les assiettes de petit déj (je vous aime bien, mais pas au point de sortir mon appareil photo alors que je suis encore en mode « tonus du spaghetti trop cuit»), ainsi que celles du soir parce que le soir… primo y’a plus de lumière du jour, et deuxio, j’ai 7 affamés dans les pattes, qui n’ont pas la patience d’attendre que je fasse mumuse avec le plat principal alors que les 5/6 tartines engouffrées au goûter remontent (au moins !) à deux heures en arrière.

Lire la suite…