Le petit-déj’ « minceur durable » en version sucrée, c’est possible ?

{ Le petit-déj’ « minceur durable » en version sucrée, c’est possible ? }

Clafoutis crémeux coco-nectarines

♥ Sans Lait ♥ IG Bas ♥

 

Clafoutis crémeux coco-nectarinesMerci beaucoup, vraiment, pour tous vos gentils messages laissés suite à mon dernier post où je n’étais pas très très en forme… Ils m’ont sincèrement mis du baume au coeur mais hélas, je ne vais pas pouvoir y répondre car malgré ces quelques jours de congé, je reprends le travail encore bien fatiguée et la tête complètement sous l’eau (hélas, bouhouhou, ce n’est plus l’eau du lac d’Annecy, que les vacances sont courtes !). En tout cas, le cœur y est : j’aurais beaucoup aimé écrire un petit mot à chacun d’entre vous comme je le fais généralement, c’est juste que là, ça ne serait pas bien « raisonnable » quand je vois tout ce qui m’attend cette semaine (alors que j’ai juste envie de retourner me coucher là tout de suite ;)).

Bref, courage, ne nous laissons pas abattre ! J’espère que de votre côté vous passez tous un bien bel été, et je profite de ce post pour répondre à une question que l’on me pose souvent : Peut-on prendre un petit déjeuner sucré qui « collerait » aux principes de la minceur durable ? Car certains d’entre vous ne sont pas très tentés par le coup du fromage de chèvre dès le saut du lit ;). Alors voici quelques petites remarques un peu « en vrac » sur la question, que je vous livre quand même avec prudence car comme je le rappelle souvent, je ne suis ni médecin ni même diététicienne, j’essaye juste de me poser les bonnes questions car il est trèèès difficile depuis quelques années de s’y retrouver dans la « jungle » impénétrable du Kecekifomangé… Il peut même parfois m’arriver d’évoluer un peu sur certaines questions, en fonction de ce que je constate ou ressent.

– Déjà, j’ai remarqué que lorsque je suis en bonne santé, avec un foie au mieux de sa forme, et que j’ai mangé léger la veille au soir, je me réveille im-man-qua-ble-ment avec une grosse faim de « salé » le matin. Ce n’est peut-être pas une règle absolue, mais sur moi, ça marche à tous les coups ! S’il m’arrive de me réveiller sans avoir faim, ou avec juste envie de fruits par exemple, c’est que mon foie est encore en mode panique (lendemain d’un repas du soir un peu plus copieux, plusieurs « écarts » sur les derniers jours, etc.). En revanche, si j’ai une faim de loup, et que je me régale d’avance (la tête encore sur l’oreiller !), à l’idée de la grande tartine de chèvre frais à l’huile d’olive qui m’attend, c’est que tout va bien : Mon corps est super tenté par un petit dej’ « costaud » avant d’affronter la journée… Peut-être une piste à explorer pour ceux d’entre vous qui mangent un peu trop riche en général, mais qui n’ont jamais faim le matin ? Essayez de détoxifier un peu votre organisme, et vous découvrirez peut-être ce que c’est que de se réveiller en ayant la dalle ;)…

– Si je ne mange que des fruits au petit déjeuner, ou quelque chose de sucré assez léger (genre yaourt de soja au miel), ou sucré et pas si léger que ça (tartines à la confiture, croissants ou cookies au chocolat, comme par exemple pendant ces vacances où je me suis carrément lâchée…), en général après je fais un peu n’importe quoi dans la journée : faim énooooorme vers 11H du mat (voire encore plus tôt…), envie d’un dessert à midi, grosse tentation de manger plein d’imbécilités au goûter, puis, pour couronner le tout, menaces de craquage total sur un repas du soir « pas sage du tout ». Je le savais déjà mais je l’ai revérifié ces 15 jours de vacances, avec 2kg en plus à l’arrivée (que c’est beau de souffrir pour la science !) Bref, je reconnais que quand Brigitte Fichaux -et tant d’autres spécialistes de la question !- affirment qu’un bon petit déjeuner peut « réguler » naturellement les pulsions alimentaires de la journée, en tout cas sur moi c’est vérifié !

Clafoutis crémeux coco-nectarines 2– Mais justement, qu’est-ce qu’un « bon petit déjeuner » ? Si on écoute certains « spécialistes » (souvent auto-proclamés…) de la healthy food, on pourrait juste se contenter d’un jus de légumes fraîchement pressé, d’un peu de miso délayé dans l’eau chaude ou de deux cuillerées à soupe de graines de chia gonflées dans du jus de pomme (quand c’est Noël). Selon d’autres « spécialistes » beaucoup plus conventionnels, un « bon petit- déjeuner » serait constitué de pain blanc, beurre et confiote, ou d’un grand bol de lait avec des « céréales spécial petit dej’ » genre Youpie’s-au-riz-soufflé, Glucose-pop’s-au-maïs-soufflé ou Fatness-au-blé-soufflé. Dans tous les cas, je peux vous garantir que moi, à ce régime-là, je suis prise dès le milieu de matinée d’une telle faim que je suis capable d’avaler n’importe quoi (en général, ne rigolez pas, je grignote même le bout de mes crayons en mode castor !). Voilà pourquoi j’ai adopté, depuis que j’ai eu le bonheur de rencontrer Brigitte Fichaux, le modèle de petit-déjeuner « minceur durable » : Fuir les sucres rapides (pas de jus de fruit en brique, de confiture, de céréales extrudées, le pire étant de mettre des corn-flakes – même bio !- dans du lait de riz par exemple…), et privilégier un peu de sucres lents (= à IG bas), des protéines et du bon gras. Si l’on en croit les principes de la chrono-nutrition, il semblerait que ce soit surtout de cela que notre corps ait besoin au petit déjeuner…

– Mais, manger protéiné au petit-déjeuner, n’est-ce pas un risque de consommer du coup trop de produits animaux ? Bonne question, que je me suis posée aussi ;), et à laquelle j’ai répondu très simplement : en ce qui me concerne, je mange ma part de laitages au petit déjeuner (pas une portion énorme, juste environ 50g de chèvre frais sur du pain d’épeautre complet avec un peu d’huile d’olive et un thé), et je n’en remange jamais dans la journée… Je suis donc loin d’obéir au « diktat des 3 produits laitiers par jour » mais ça me va très bien comme ça ! D’autre fois, je ne prends pas de fromage du tout, mais plutôt une petite boîte de thon germon à l’huile d’olive mixée en « rillettes » ou un avocat (toujours avec du pain d’épeautre complet, environ 80g ): ces deux petits déjeuners sans lait me tiennent aussi bien au corps (sachant que mes matinées sont trèès longues..), et me permettent de ne pas manger de laitages tous les jours (car pour résumer un peu vite, après avoir tenté pas mal de choses, sans aucun laitages je suis un peu spasmophile, et avec trop de laitages j’ai des problèmes ORL, bref, chacun est différent, il faut absolument savoir un peu s’écouter…). Donc, si vous prenez votre laitage au petit déjeuner, et ensuite une autre portion raisonnable de protéines à midi (un peu de viande, de poisson ou des œufs), mais jamais au goûter ou le soir (car idéalement, le souper doit toujours être léger et végétarien, c’est un secret de bonne santé) vous ne surconsommez pas de produits animaux, vous répartissez juste mieux vos apports sur la journée, car il vaut infiniment mieux consommer un laitage le matin qu’à la fin du repas de midi (double-emploi avec la viande ou le poisson) ou le soir (pas « détox » du tout) !  En outre, pour ceux qui souhaitent manger encore moins de laitages, on peut aussi de temps en temps prendre au petit déjeuner des protéines végétales : pâté de tofu lactofermenté ou houmous par exemple, ou encore un avocat comme je l’évoquais plus haut (pour le coup de l’avocat, je ne sais pas du tout pourquoi ça me « cale » aussi bien car à priori, ce c’est pas un oléagineux si riche en protéines que ça… et pourtant, ça marche !)

– Et pour ceux qui ne peuvent vraiment pas manger salé au petit dej’ ? Bon, déjà, essayez juste, loyalement ;), de vous y faire pendant quelques jours, parce qu’en général on prend vite le pli ;). Ensuite, évitez de vous « auto-bizuter » avec des trucs salés un peu trop trashs ! Moi non plus je n’arriverais pas à avaler des sardines à l’huile, du hareng, du Maroilles, du corned-beef ou des rollmops au saut du lit ! En revanche, une faisselle de brebis bien crémeuse, un œuf à la coque (avec des mouillettes de beurre cru…), une tranche de jambon bio, un avocat légèrement citronné ou des rillettes de thon blanc, sur le pain grillé, ça le fait !

– … Et si vraiment vous ne pouvez pas vous y résoudre, alors tant pis, mangez sucré à condition que ce soit protéiné quand même (fromage blanc égoutté avec de la confiture sans sucre ajouté et quelques amandes par exemple), et sans sucre à IG élevé… En voici un exemple parfait avec ce clafoutis : une petite portion de céréales à IG très bas (son d’avoine et orge mondé, sans oublier que les fruits et le sirop d’agave « comptent » aussi comme glucides), une matière grasse (la crème de coco), des protéines (l’œuf). Avec ça, on est bien calé je trouve, et c’est très agréable de commencer la journée en douceur par un clafoutis aussi gourmand ! Malgré tout, il me semble que ça régule un peu moins mes envies de sucré pour le reste de la journée mais bon, comme en ce moment je suis aussi particulièrement flagada, l’un explique peut-être l’autre.

Vous me donnerez votre avis sur la question ?

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 3

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 4Ingrédients pour 2 personnes

Préparation : 5 min

Cuisson : Environ 25 min

 

 

  • 2 nectarines
  • 50g de farine d’orge mondé
  • 30g de son d’avoine
  • Un sachet de 2g d’agar-agar
  • 300g d’eau
  • 20cl de crème de coco liquide
  • 1 bonne pincée d’extrait de vanille en poudre
  • 2 oeufs
  • 6 c. à soupe de sirop d’agave (à moduler en fonction de si vous vous aimez votre clafoutis plus ou moins sucré)
  • 1 pincée de sel
  • Deux petites poignées d’amandes effilées
  • Facultatif : 4 petits abricots ou une grosse poignée de framboises pour donner une note un peu plus « acidulée ».

 

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger la farine d’orge avec le son d’avoine, l’agar-agar, le sel et la vanille. Faire un puits, y verser l’eau, la crème de coco, le sirop d’agave et les œufs puis bien mélanger avec un fouet.

Verser dans deux petits plats individuels d’environ 20cm de diamètre, puis déposer sur le dessus les nectarines découpées en tranches, et éventuellement les abricots découpés en petits morceaux ou les framboises entières. Parsemer d’amandes effilées.

Enfourner pour 25 à 30min (tout dépend du diamètre des plats, plus ils sont grands, plus le clafoutis est fin donc cuit plus vite !) jusqu’à ce que le dessus soit doré.

Laisser refroidir une nuit au frais avant de savourer.

 

⇒ Bon à savoir…

– Vous pouvez préparer une double proportion, et disposer ainsi de 4 petits déjeuners tout-prêts pour les jours suivants (ça optimise encore mieux l’utilisation du four !).

– C’est encore meilleur en utilisant du lait d’amande ou de soja-vanille à la place de l’eau (mais c’est un peu plus onéreux)

– Enfin, n’hésitez pas à préparer un seul gros plat de clafoutis (toujours en doublant les proportions), histoire de le servir au dessert ou au goûter. C’est même une recette parfaite pour sauver quelques fruits un tantinet trop blets ! (Pour un grand clafoutis de 4 parts, 50 min à 1H de cuisson )

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 5

 

 Clafoutis crémeux coco-nectarine 6

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Une recette très facile pour le soir, et un petit tour dans mon jardin…

{ Une recette très facile pour le soir, et un petit tour dans mon jardin…}

Flan de courgettes végétalien

♥ Sans gluten ♥ Sans Lait ♥ Sans Œufs ♥ Vegan

 

Il y a bien longtemps, je me souviens avoir écrit sur ce blog à quel point j’aimais « les beaux jardins aux roses anciennes et plantes aromatiques ». Mais c’est un peu restrictif, car mes rêveries sont aussi peuplées, entre autres, de grands carrés de fleurs sauvageonnes déclinant joliment leur corolles, ombelles et feuillages légers dans un joli camaïeu pastel, de roses trémières ornant une vieille porte de bois écaillé, d’un coussin de campanules bleues blotties au creux d’une fontaine… Ou encore d’un verger où pousseraient au pied des vieux arbres toutes sortes de graminées et de fleurs des champs oscillant dans le vent…

Tous ces petits rêves me reposent des mille tracas quotidiens, et il m’arrive même, parfois, de pouvoir enfin les matérialiser après y avoir tant rêvassé : Cette année, ce fut par exemple la création d’un nouveau massif très « nature » pour orner le pied d’un mûrier platane devant la maison : mauve sylvestre et musquée, lin bleu, fenouil sauvage, camomille, sauge des prés, centaurées et scabieuses bleues, le résultat est d’une légèreté ravissante et je suis toute émue de voir les papillons y butiner sans répit… Ah, il n’est certes pas immense mon jardin, je le voudrais tellement plus vaste ! Mais c’est mon petit monde, silencieux et bienveillant, qui sait me faire sourire ou rêver quand ce n’est pas toujours très facile… Il est là, il m’attend juste derrière la porte, accueillant et joyeux, un peu indépendant et têtu parfois, mais si généreux ! Bien que le temps me manque beaucoup, c’est toute une fête de me lever parfois avant l’aube pour « chiper » quelques heures de jardinage à mon emploi du temps si chargé : grattouiller la terre d’un massif de roses, semer des marguerites ou arroser des courges vers 5H du matin, en savourant la fraîcheur, le chant du coucou, le bourdonnement discret des abeilles matinales et la belle lumière des premiers rayons roses, cela me met du baume au cœur !

Aujourd’hui, bien franchement je ne suis pas très en forme. Ces dernières semaines ont été épuisantes, remplies de mille tracas (c’est la vie !), et j’aurais bien du mal à vous « pondre » de façon naturelle un petit article qui puisse vous faire sourire. Alors, ne pouvant partager avec vous beaucoup de bonne humeur et de légèreté comme nous les aimons tant vous et moi, je vous offre du moins la délicatesse de mes roses anglaises, le regard plein d’amour de mon gros toutou, la fraîcheur de mes fleurs sauvageonnes et la douce invitation de ma chaise longue… J’espère que cette petite contemplation, hélas bien en dessous de la réalité car la photographie ne saura jamais reproduire assez fidèlement la nature, vous détendra un peu de vos petits soucis à vous… Mais comme la rêverie ne calera pas les estomacs de votre petite tribu en vacances, je vous propose aussi, pour rester pratique, une bonne recette estivale, vraiment archi-simple pour vos repas du soir, qui -on ne le rappellera jamais assez !- doivent être les plus sains et légers possible pour préserver la santé : Vous verrez, ces petits flans crémeux sans œufs, fromage, ni laitage, sont vraiment très bons, mais je n’avais pas beaucoup la tête aux photos de cuisine alors désolée, de ce côté là ça sera un peu minimaliste ! 😉

 

Flan de courgettes végétalien

Vous pouvez au choix le servir froid ou légèrement tiédi au four car si vous prenez soin de ne pas le chauffer à plus de 60°C environ, l’agar-agar ne fond pas et le flan reste bien ferme.

 

Ingrédients pour 4 personnes

Préparation : 20 min

Cuisson : environ 20 min

Repos au frais : 4H minimum

 

  • 1kg de courgettes bien fraîches (voir plus bas)
  • 2 oignons
  • 4 c. à soupe d’huile d’olive
  • Un sachet de 4g d’agar-agar
  • Une briquette de 20cl de crème de soja liquide
  • Un petit bouquet de basilic
  • Sel, poivre.

Éplucher les oignons, les faire légèrement dorer avec un peu de sel et d’huile d’olive dans un wok ou une grande cocotte en fonte. Ajouter les courgettes coupées en tranches ou en cubes, saler, poivrer et faire cuire à l’étouffée environ 15min jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres. En fin de cuisson, bien délayer au fouet l’agar-agar dans la crème de soja, ajouter les feuilles de basilic finement ciselées, verser dans le wok, mélanger et laisser revenir à ébullition : Compter alors juste 1 min de cuisson, puis transférer la préparation dans un grand plat (ou dans quatre plats individuels).

Mettre au frais au minimum 4H, au mieux une nuit, afin que l’agar-agar fasse sa prise.

⇒ Le saviez-vous? Lorsque vous choisissez des courgettes, prenez-les toujours de saison et bien fraîches, n’ayant surtout pas « traîné » sur les étals ou au frigo : elles doivent être très fermes, et présenter une peau lisse et bien brillante. À défaut de quoi, elles risqueraient d’être amères, et cela gâcherait par exemple totalement cette bonne recette…

 

Allez, vous venez visiter mon jardin maintenant ? Poussons le portillon de fer sans trop le faire grincer (tout le monde dort encore !), et laissons la rosée rafraîchir nos doigts de pieds… Comme ça fait du bien !

Rosier Boscobel
On commence par les rosiers (j’en ai toute une collection, mais en juillet, avec cette canicule, beaucoup font la « sieste » en attendant les orages d’août !). Voici une nouvelle acquisition de cette année au jardin, le merveilleux rosier anglais « Boscobel » (David Austin). J’en rêvais depuis très longtemps ! Quelle sublime teinte de rose pêche…

 

Gertrude Jekyll
Autre nouvelle arrivée dans ma petite roseraie, la rose Gertrude Jekyll (toujours David Austin). Pour sa première année, ce rosier croule littéralement sous les fleurs, c’est un enchantement…

 

Pouvez-vous m’aider? Je ne me souviens plus du tout du nom de ce rosier, qui orne mon jardin depuis plusieurs années… C’est soit un rosier Meilland, soit un Austin, soit un Delbard, mais impossible de l’identifier plus précisément.

 

Chatreuse de Parme
Lui c’est « Chartreuse de Parme » (Delbard) et sa couleur est vraiment époustouflante ! Depuis plus de 10 ans, toujours fidèle au poste ce brave rosier ;)

 

Potentille Princesse
Beaucoup plus humble mais elle aussi charmante dans sa simplicité, la potentille « Princesse » qui, étonnement, voit chez moi sa couleur évoluer tout au long de la saison : parfois saumon, parfois si pâle qu’on la dirait presque chamois, et d’autre fois de ce joli rose tendre : c’est à ce moment là que je la préfère…

 

Lavatère
J’ai une passion pour toutes les fleurs de la famille des malvacées, comme cette lavatère qui nous accueille devant un des piliers du portail. Mon mari rouspète un peu car ladite lavatère, très exubérante, « chatouille » un peu la carrosserie des voitures au passage mais bon, a-t-on déjà vu une fleur si délicate rayer un bout de métal? Ces z’homs alors.

 

Hibiscus Lavender Chiffon
Autre superbe rejeton de la famille malvacée, cet hibiscus « Lavender Chiffon » : il y a bien longtemps, j’en avais chipé quelques boutures au grès d’une promenade, et maintenant j’en ai toute une clôture. Le rêve…

 

Mauvre Sylvestre
Beaucoup plus humble et pourtant si mignonnette, cette mauve sylvestre poussant partout à l’état sauvage dans mon jardin, et que je déplace avec mille précautions pour la mettre à l’abri dans mes massifs (cette andouille se sème sur l’allée carrossable, dans le chenil, sur le parcours des poules, bref, ne serait-elle pas un peu kamikaze la belle ?)

 

Potée
Côté potées, j’aime les petites fleurs poétiques et pas trop criardes, comme cette association de calibrachoas, verveines et bacopas, dans un joli camaïeu pastel qui me ravit. En réalité, je n’ai que peu de fleurs en pots, juste ce qu’il faut pour égayer le rebord des fenêtres principales, car le temps me manque pour les arroser régulièrement… J’aime les jardins qui se gèrent (presque) tout seuls ;)

 

Véronique
Connaissez-vous cette plante? On m’a dit que c’était une « Véronique », mais c’est un peu vague. Elle fleurit très joliment en légers épis de couleur rose parme.

 

Portillon bleu
Passage du potager vers le verger…

 

 

Lin bleu
Le lin bleu, une de mes fleurs préférées…

 

Balasmine
Ici, un pied de balsamine semé spontanément par le vent ou les oiseaux, et qui forme un bien bel accord devant la barrière vert amande. Dans mon jardin, j’aime appliquer certaines principes de permaculture, qu’il serait un peu long d’expliquer ici, mais le fait par exemple de ne pas exterminer toutes les « mauvaises herbes » sans les avoir au préalable identifiées permet de sauver beaucoup de fleurs sauvages ou de semis spontanés (car la brise ou les oiseaux « jardinent » eux aussi en semant pas mal de graines !), tout aussi charmantes que les coûteux godets vendus en jardinerie…

 

Un petit « zoom » sur mon fameux nouveau massif « sauvageon » qui, s’il manque encore un peu de vigueur (je ne l’ai planté que fin mai), fait déjà preuve d’une grande délicatesse…

 

Beauceron
Autre belle plante de ce jardin, mon gros « bébé » de 6 mois, ma jolie princesse aux yeux doux, toujours là à mes côtés, qui me suit pas à pas, goûte à l’eau des arrosoirs, pleure quand je ferme le portillon en l’oubliant de l’autre côté, fait « bwoouf ! » devant les lézards pour tenter de leur en imposer, saute la clôture du poulailler (grrrr !), la re-saute encore plus vite dans l’autre sens avec le coq qui lui picote le derrière, me léchouille les doigts de pieds pour demander pardon, vient se frotter contre mon dos quand je plante une fleur (au risque de me faire piquer du nez dans le rosier), hume comme moi le parfum des roses, un instant douce et câline comme l’agneau nouveau né, l’instant d’après ivre de joie et nous montrant son amour en mode plaquage de rugby… et « m’aidant » même au jardin, en creusant des cratères partout avec ses grosses papattes ! En vrai, c’est un amour… Ma grande fille, férue d’Histoire, l’a appelée Brunhilde, comme cette princesse légendaire qui battait tous les hommes à l’épée. J’en ai eu des toutous, et je les aime tous, mais celui-là, j’en suis ga-ga ! (Cette photo est pour vous Mamijo :))

 

Chiots Border Collie
Bon, je ne vais pas vous montrer tous mes chiens, mais je ne résiste pas au plaisir de vous présenter les bébés de Dauphine, mon autre toutoune qui a déjà fait quelques petites apparitions sur ce blog 😉 … Six petits Border Collie à cro-quer ! C’est un peu triste, car ils partiront fin juillet vers de nouvelles familles, mais c’est la vie (par hasard, il reste un mâle et une femelle, alors si cela vous intéresse et que vous habitez l’Isère écrivez-moi sur la boîte « contact » de ce blog : je vous donnerai les coordonnées de mon grand fiston, c’est lui qui s’en occupe.)

 

Cabane d'enfants
Lever du jour sur la cabane des enfants… Au départ, une maisonnette en bois, toute abîmée d’avoir traîné dehors en expo et soldée il y a 5 ans chez Casto. Un papa bricoleur pour la rafistoler et ajouter le « auvent », une maman pour la poncer, la repeindre (elle était orange et jaune !), la patiner, fixer la frise, etc… Et hop, voici une petite maison des contes de fées… Je veux la même « en vrai » pour mes vacances !!!

 

Cabane d'enfants 2

Les deux petites sont terrées dans la cabane et jouent « aux princesses et au loup », la pauvre Brunhilde ayant évidement choppé le mauvais rôle… ce que c’est que le faciès, tout de même ;)

 

Cogitation de mes princesses sur le potager de leur cabane, ayant produit cette année de bien jolies salades !

 

Promesse de bonnes tartes aux pommes pour cet automne ? (Je me rend compte que je suis irrécupérable : je vois une pomme, je pense à une tarte ou à un gâteau…)

                                               

Chaise longue vintage
Enfin un peu de repos avec cette accueillante chaise longue très ancienne, trouvée chez le grand-père de mon mari. Régulièrement, je refais la garniture en tissu mais l’armature en fer forgé, elle, est indestructible (elle a bien au moins 70 ans !)

 

 

Voilà, il me resterait tellement de choses à vous montrer ! La collection de courges plantées sur « lasagne » (un essai concluant !), le petit potager « tout fou » en permaculture, la mini-roseraie (quand elle se sera réveillée…), les autres « habitants » de ce jardin… Mais ce sera pour une autre fois si vous voulez 🙂

Je reviendrai début août car nous prêtons notre maison à des amis pour nous échapper en famille quelques temps au bord d’un lac de Savoie. J’ai peur de ne pas pouvoir répondre à tous vos commentaires d’ici mon départ (plus que quelques jours !) car avec les valises et tout et tout, c’est un vrai chambardement de partir à huit ;)… D’ici là, je vous souhaite à tous de très belles vacances, ou beaucoup de courage si ce n’est pas encore le cas ! 

PS : Pour ceux que cela intéresse suite à mon dernier article, l’intégrale Kuvings à gagner !!!

Rendez-vous pour cela sur la page Facebook de Crudijus…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Ça rafraîchit…

{ Ça rafraîchit…}

12 recettes pour goûter au bonheur d’un extracteur

 

Les jus frais de fruits et de légumes, c’est LE grand truc dès qu’on parle de cuisine santé… et ce n’est pas une « nouvelle tendance », car Rika Zaraï, entre autres, le préconisait déjà au tout début des années 80 ! D’où cette petite question existentielle : peut-on adopter une alimentation healthy sans extracteur de jus ?

Évidement, la réponse est « oui » (et heureusement, car c’est tout de même un gros budget !). Le tout étant de consommer au quotidien beaucoup de fruits et légumes frais, de saison et non traité, cuisinés de façon la plus saine possible.

Mais cet appareil est-il pour autant une sorte d’énième gadget électroménager totalement superflu, à l’image des fontaines à chocolat, cuiseurs à nouilles, machines à cuire les cake-pops et autres stupidités marketing destinées à servir 5 heures, attendre 5 mois dans un placard, pourrir 5 mois dans une cave avant d’agoniser 500 ans dans une décharge ?

Certainement pas, et c’est même à mon avis une sorte de « must » en matière de santé, car en pressant le jus des fruits et légumes en douceur, sans l’oxyder (comme le ferait hélas une centrifugeuse), l’extracteur verse dans votre verre le meilleur du végétal (les vitamines, les minéraux, les antioxydants, l’effet détox, la régulation sur l’équilibre acido-basique, etc.) sans le « trop plein » de fibres qui irrite parfois les intestins sensibles.

Pour moi en tout cas, c’est flagrant, car bien que raffolant de grandes salades estivales, de fruits d’été et de gaspachos en tout genre, mon bedon me le fait généralement payer en devenant tout rond chaque été, oui, rond comme un petit ballon, au point de m’attirer à chaque fois des « félicitations » du genre « Waouh, le 7ème, quel courage ! », « Génial, c’est pour quand ? » « Tu veux que je te rende ton pantalon de grossesse ? », ou encore le fameux et ô combien horripilant « Vous allez vous arrêter à combien gnark gark gnark? » (je tolère juste qu’on me pose la question quand il s’agit d’éclairs au chocolat !) Argh, que c’est vexant…

Bref, trop de fibres et de crudités ne me conviennent hélas pas, c’est très personnel, mais je sais que nous sommes nombreux(ses) à connaître ce petit souci de « côlon irritable » (allez savoir pourquoi, ce terme me fait beaucoup rire, en évoquant dans mon esprit l’image d’un type avec un casque colonial et un caractère de cochon). D’où l’intérêt pour moi de consommer en été beaucoup de jus préparés à l’extracteur, qui ne me ballonnent absolument pas et me permettent de me régaler de melon, tomate, concombre, pêches, abricots et autres fruits et légumes d’été à gogo sans avoir ensuite la silhouette de Winnie l’Ourson qui aurait gobé une pastèque !

L’extracteur permet aussi de régaler les enfants de boissons très saines, comme par exemple un smoothie au parfum de grenadine associant jus de pastèque, fraise, framboise, cassis et mûres du jardin dans lequel on ajoute une touche de vanille liquide (les « pépins » restent dans le filtre, pour un résultat tout doux à boire !) : les miens en raffolent…

Du côté des « irrécupérables » bons vivants, je vous laisse imaginer combien d’inoubliables cocktails vous pourriez réaliser en associant de vrais jus fraichement pressés avec une lichette de rhum et du lait de coco par exemple…

Mais ce n’est pas tout ! Certains extracteurs permettent aussi de confectionner en un clin d’oeil des sorbets formidables sans aucun ajout de sucre, et des smoothies tellement veloutés qu’on est à mi-chemin de la crème dessert…

Certains d’entre vous savent déjà que depuis quelques années, je réalise des recettes pour le site Crudijus (leur extracteur Kuvings rouge trône depuis 3 ans sur le plan de travail de ma cuisine ;)) : certaines sont très « détox », certaines très gourmandes, et d’autres à la fois détox et gourmandes (ce sont mes préférées ;)) Avec le début de l’été, j’avais juste envie d’en partager quelques unes avec vous… Régalez-vous bien, et n’hésitez pas à y revenir tout au long de l’été pour de nouvelles idées (je poste environ 2 articles par mois, en variant jus, smoothies, glaces, mais aussi idées de « récup » pour ne pas gaspiller la pulpe !), et même cet hiver pour découvrir des recettes de vin chaud, golden milks et autres recettes qui « réchauffent » ;))

Enfin, sachez qu’avec le code « gourmandises » (à inscrire dans la case code promo au moment de l’achat sur crudijus.fr) un « kit sorbets et smoothies » vous sera offert et ce quel que soit le modèle d’extracteur acheté… Merci à la société Warmcook pour ce geste bien sympathique qui m’a été proposé sans même que je le demande 🙂

Edit du 07 juillet :

Dernière minute, l’intégrale Kuvings à gagner !!!

Rendez-vous sur la page Facebook de Crudijus…

Smoothie-bowl au melon et à la pêche (cliquez sur le titre de la recette pour la découvrir)

Sorbet « plein-fruit » à la fraise et à la pastèque

Jus vert « détox » au fenouil, citron et feuilles d’épinards

Croquettes de pulpe de carotte au petit épeautre et parmesan

Limonade au pomelo rose de Corse

Détox : Trio gagnant pour une cure de printemps bienfaisante

Moelleux au chocolat et à la pulpe d’orange

Carrot-cake facile à la « pulpe recyclée »

Punch Mangue-Ananas

« Apéro-Détox » aux tomates anciennes

Smoothie des îles paradisiaques

Granité à la framboise et pomelos rose

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Ça croustille !

 { Ça croustille ! }

Crackers végétaliens de petit épeautre aux graines,

Pistaches et tomates séchées

♥ Sans lait ♥ Sans oeufs ♥ Vegan ♥ IG Bas

 

Crackers de petit épeautre aux grainesAprès plusieurs semaines déjà bien chaudes et sèches, la canicule s’annonce, et cela tombe plutôt mal pour moi qui, cette année, ait enfin tenté de reprendre en main mon jardin-jungle après quasiment 8 ans d’absence… Que de nouvelles plantations à arroser chaque jour !

Et à l’arrosoir, s’il vous plaît, en puisant dans les cuves qui ont récupéré ce printemps le peu de pluie tombée sur le toit histoire de ne pas trop gaspiller l’eau potable (ceci était la petite minute écolo du Schtoumpf à lunettes) : De jeunes rosiers anglais, tout déconcertés d’avoir quitté leur pays natal si verdoyant pour un Dauphiné sec et brûlant et que l’on entendrait presque protester chaque matin « My dear, quel afweux pays ! »… Des plants de courge (plein de chouettes variétés rares et anciennes au potager cette année !) qui ressemblent chaque soir à un plat de blettes… Une pelouse qui fait skricth skricth sous la plante de pieds, des rangées de tomates à réanimer chaque soir, des salades ressemblant vaguement à des algues bretonnes en cours de séchage, des radis qui fleurissent de désespoir, une terre dure comme un cour de tennis, des potées « fleuries » virant à la composition d’art moderne, de la ciboulette déguisée en perruque de président américain, bref, tout ça pour dire que j’aime bien la pluie moi aussi ! Bon, patience, parce qu’il y a un bon côté : on va pouvoir se mettre sur la terrasse (à condition d’avoir un grand parasol…) et inviter des amis à boire un verre ! Cela fait partie des petits bonheurs de la vie… et des petits malheurs de la silhouette 😉

Je suis d’ailleurs persuadée que vous connaissez cela aussi, la petite bouée « sociale » de l’été, celle qui se forme insidieusement au niveau du nombril à mesure des apéros et des petits dîners du soir au jardin… Mais que faire, nous n’allons tout de même pas nous enfuir chaque été au Groenland juste histoire d’oublier notre envie de bière artisanale glacée, hum, cette petite bière blanche et encore un peu trouble qui fait de la buée sur le verre… (oups, désolée). Ni même pour éviter d’être tenté par ce ballon de vin blanc sec de Savoie légèrement pétillant qui va si bien avec le fromage de chèvre et le jambon cru… (oups, re-désolée, j’ai pas fait exprès, enfin si, mais je suis désolée quand même). Bref, soyons juste un peu raisonnables ! Loin de moi l’idée de vous contraindre à vivre en ermite ou en ours des cavernes. Loin de moi aussi l’idée de vous imposer une sorte de bizutage « pour la ligne », consistant à mordre avec une rageuse résignation dans des morceaux de concombre en buvant du Contrex pendant que vos invités s’empiffrent de petits feuilletés à la saucisse en sirotant du Limoncello maison avec des tas de glaçons qui tintent dans le verre… ça serait pas humain ! Mais je peux quand même vous donner quelques tuyaux pour limiter beaucoup la casse, sachant que je maîtrise pas trop mal mon sujet, avec ma maison qui vire à l’auberge espagnole chaque été ;).

Bon, alors côté boissons alcoolisées

– évitons les alcools forts autant que possible : outre le fait qu’ils nous assomment un peu trop en été (pour ceux que cela n’assomme pas tout court quelle que soit la saison…), ils perturbent en outre beaucoup le travail de « détox » du foie pendant la nuit si nous les consommons -même en quantité raisonnable- le soir à l’apéro.

– de même, évitons les alcools sucrés à l’IG vraiment catastrophiques du type liqueur, vin cuit, sangria, cocktails, etc…

– privilégions un verre de vin bio naturel, blanc, rouge ou rosé, ou un long drink raisonnable (à la maison, on réalise par exemple du vin d’orange, de citron ou de noix « maison » légèrement sucré au sirop d’agave : dilué dans un grand verre de Perrier glacé, c’est très désaltérant et délicieux !)

Maintenant, en version sans alcool (le soir, c’est toujours mieux pour la ligne de s’en passer), testons par exemple…

– un cocktail de fruits et légumes fraîchement pressé à l’extracteur (ça peut être très bon, recettes à venir !)

– du kéfir de fruit (légèrement pétillant, presque pas sucré, bon pour la santé, bref, un délice)

– du « cidre sans alcool » en mélangeant moitié-moitié bon jus de pomme bio et Perrier glacé (non, ceci n’est pas un article sponsorisé par la marque à la bouteille verte, c’est juste que pour obtenir un « drink » agréable, mieux vaut éviter les eaux pétillantes trop salées, trop bicarbonatées, pas assez gazeuses ou sentant l’œuf pourri, et non, je ne vise personne en particulier, mais le Vichy Célestin par exemple, c’est pas terrible dans le jus de pomme).

– Un « soda » très léger en réalisant exactement la même chose mais avec du jus de pomelos rose (c’est encore mieux quand il est fraîchement pressé) ou d’orange bio.

– Du thé glacé avec de la menthe, de la verveine, du jasmin, ou n’importe quelle autre plante aromatique que vous aimez.

 

Crackers de petit épeautre aux graines (pâte)

Bref, avec ça, je pense que vous serez parés pour trinquer avec vos copains sans faire la tête d’un tigre qui entamerait sa quatrième semaine de mono-diète à base de laitue (parce que je ne sais pas si vous vous êtes vu avec votre bouteille d’eau minérale à la main, mais ça ne nous rend pas toujours très euphorique, surtout quand les copains ont sorti le rosé de Provence ;)). Et si vous avez d’autres idées de boissons santé délicieuses et sympathiques pour l’apéro, on est tous intéressés !

Maintenant, qu’allons-nous boulotter pendant que les autres s’empiffrent de saucisson ? Surtout que généralement, certains peuvent en avaler 18 tranches sans prendre un gramme (j’ai les mêmes à la maison, ne pleurez pas) alors que de notre côté, LA tomate-cerise de trop pourrait bien nous faire prendre 500g… Il faut donc jouer serré les amis !

Alors, pour accompagner les copains sans trop malmener sa ligne on peut opter pour :

– Des pistaches (seulement une calorie par unité) à condition de ne pas décortiquer et avaler tout le bol rageusement en louchant sur les chips…

– Des tapas de légumes rôtis (pour ceux qui l’ont à la maison, voir par exemple ma recette dans le livre sur la Cuisine Bio des Jours de Fête) : En gros, on brasse des légumes crus (courgette, tomate, aubergine, oignon, poivron, etc. en gros morceaux dans un saladier avec du sel, de l’huile d’olive, de l’origan et on faire rôtir au four sur la lèchefrite jusqu’à ce que les légumes soient bien confits. Ça se savoure chaud ou froid avec une petite pique en bois, et c’est délicieux !)

– Des antipasti de légumes marinés (par exemple cœurs d’artichaut frais, tomates séchées, grosses gousses d’ail frais et jeunes courgettes mijotées 10 à 15 min avec un peu d’eau et de vin blanc sec, d’huile d’olive, de sarriette, de poivre fraîchement moulu, etc. le tout servi bien frais c’est un régal).

– Des rillettes de thon (mixez juste du thon au naturel avec du yaourt de soja, de la ciboulette, du jus de citron, un peu d’huile et de poivre 5 baies pour une version très légère à laquelle vous pourrez aussi rajouter quelques câpres, pistaches ou olives dénoyautées). A savourer sur des « toasts » super légers de type Pain des Fleurs au sarrasin, ou des feuilles bien croquantes de laitue Sucrine.

– Des cookies salés légers (au son d’avoine et aux olives par exemple, pour ceux d’entre vous qui voient de quelle recette je veux parler ;))

– Des dips appétissants dans lesquels vous tremperez des morceaux de légumes crus (en Provence, on savoure volontiers l’anchoïade, une sauce très goûteuse à base d’olive noire, filets d’anchois, ail, persil, huile d’olive et vinaigre, servie avec plein de crudités à croquer).

– Enfin, des crackers très sains, comme ceux que je vous ai concocté aujourd’hui…

C’est une recette qui se prépare vraiment en trois coups de mixeur (genre, il est 19H15, vous étiez les doigts de pied en éventail et paf ! votre mari vous ramène pour l’apéro les voisins croisés « par hasard » et oh !, comme le hasard fait bien les choses, ledit voisin se baladait justement devant votre portail avec une bouteille d’Asti à la main) pour un résultat gustatif tout simplement délicieux ! Sans fromage, ni œufs, ni laitages, ces crackers bien « sages » ne perturbent pas trop la digestion, et ne surchargent pas le travail du foie qui, rappelons-le, a besoin qu’on lui fiche un peu la paix pendant la nuit si l’on veut qu’il fasse son job. Votre silhouette vous dira merci, et en plus, vous vous régalerez tant ils sont goûteux et croustillants avec presque un petit côté sablé si délicieux… Bon, je vous laisse gérer aussi « sagement » le reste de l’apéro hein ? Stop !!! Pendant que nous discutions votre main s’est trompée de bol ! Là vous êtes dans les cubes de fromage, les tomates cerise sont juste à côté… Ce que c’est que d’être étourdie tout de même 😉

Crackers de petit épeautre aux graines (pâte 2)

Ingrédients pour 4 à 6 personnes

Préparation : 5 à 10 min

Cuisson : 12 min

  • 145g de farine T110 de petit épeautre
  • 2 c. à café rases d’origan séché
  • 40g d’huile d’olive
  • 60g de vin blanc sec
  • 25g de pistaches au sel (pesées décortiquées)
  • 25g de graines de courge
  • 25g de tomates séchées (nature, pas à l’huile d’olive)
  • 25g de sésame blond (ou noir)
  • 1/2 c. à café de fleur de sel.

Préchauffer le four à 180°C., si possible en chaleur tournante.

Mettre la farine, le sel, l’origan, l’huile et le vin blanc dans le bol d’un robot, puis mixer de 3 ou 4 impulsions (pas plus) pour mélanger. Ajouter les pistaches, les graines de courge, le sésame et les tomates séchées préalablement découpées en petits morceaux avec des ciseaux.

Mixer de nouveau de quelques impulsions, puis sortir la pâte du bol du robot et l’amalgamer entre les mains de façon à obtenir une boule bien malléable (photo 2).

L’étaler assez finement sur une plaque de cuisson chemisée de papier, puis, avec une roulette à pizza (photo 3), pré-découper des petits losanges d’environ 2,5 à 3cm de côté (sans essayer de détacher les crackers les uns des autres, car cela se fera beaucoup plus facilement après cuisson).

Enfourner pour 12 min, puis laisser un peu refroidir (juste le temps de ne pas se brûler les doigts), détacher les crackers et les déposer sur une grille. Si une fois refroidis ils restaient encore un peu trop moelleux (c’est meilleur bien croustillant !) alors remettre la grille 5 min au four et laisser de nouveau refroidir.

Servir le jour même ou conserver dans un bocal bien hermétique.

 

 

L’astuce saveur…

Utilisez du sésame, des pistaches et des graines de courge dont le paquet est entamé depuis peu et dont la date limite d’utilisation est encore éloignée : c’est la meilleure façon d’être certain que leur parfum sera doux et agréable. En effet, au bout de quelques mois (un vieux sachet entamé qui traîne dans le placard par exemple…) ces graines peuvent prendre une saveur rance et amère qui gâcherait le goût des crackers !

Vous pouvez aussi remplacer le sésame par des noix de Grenoble fraîchement décortiquées : testé à midi pour une louloute du club « z’aime pas le sésame », et c’était parfait !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Nous sommes tous de grands enfants n’est-ce pas ?

{ Nous sommes tous de grands enfants n’est-ce pas ? }

Mes beaux goûters de fête !

45 recettes pour régaler les enfants

 

Couverture du livre Mes beaux goûters de fêteÉteindre vite la télé et la radio -ça nous évitera peut-être un ulcère à l’estomac- et opter plutôt pour quelques grammes de tendresse teintée d’une pointe d’humour, juste histoire de retrouver son âme d’enfant…

Ce n’est certes pas le plus « sérieux » de mes ouvrages que je vous présente aujourd’hui, mais je suis sûre que vous avez autour de vous des bouts de choux qui rê-ve-raient de le voir arriver dans la bibliothèque familiale : Pensez-donc, ce livre déborde d’idées rigolotes et délicieuses pour concocter d’inoubliables goûters de fête !

Car en fait, que ce soit pour un anniversaire ou juste pour le plaisir de recevoir une flopée de joyeux iroquois le temps d’une après-midi de jeux, on manque parfois d’idées originales pour régaler tout ce petit monde en sortant un peu des sentiers battus. Le but de ce livre est donc de partager avec vous plein d’idées vraiment épatantes pour faire briller les petits yeux ! Mais voici en quoi il se différencie quand même beaucoup des ouvrages déjà parus sur le sujet :

 

– Une réalisation très « abordable », même pour les débutants :

En surfant un peu sur la blogosphère (principalement anglo-saxonne, mais pas que…), on trouve beaucoup de réalisations archi-spectaculaires qui donnent envie de s’écrier « Wahouuu la vache !!!». C’est certes très tentant… mais partant du principe que la plupart d’entre vous :

1/ N’ont pas énormément de temps pour cuisiner

2/ N’ont pas trois tonnes de matériel à disposition

… j’ai préféré opter pour des recettes plus simples : Pas plus de 10 à 30 min de réalisation (moins d’une heure dans tous les cas pour les réalisations les plus « longues »), le tout en n’utilisant que des ustensiles simples et relativement courants de type moule à cake, à madeleines, à manqué, à savarin, cercle à pâtisserie, etc. (on ne peut pas tous avoir dans ses placards en moule en forme de fleur + un moule en forme de Schtroumpf + un moule en forme de maillot de foot de l’OGC-Trifouilly + un moule à l’effigie de la Reine Kitty ou du Hello des Neiges, etc., et c’est pénible de devoir investir plusieurs dizaines d’euros dans un matériel approprié avant de se lancer dans la moindre recette !)

 

Un fondant au chocolat « tout simple » (mais très bon !) dont on prélève juste une part pour faire la queue, quelques écailles en fruits frais et hop !, voici un gros poisson des Mers Caraïbes… (Chapitre « Gouters des Pirates »).

– Des ingrédients sains dans les gâteaux, mais aussi pour la déco…

Concernant le choix des ingrédients, j’ai laissé de côté tous ces soit disant « incontournables » des recettes de pâtisseries un peu spectaculaires : pâte à sucre, bonbons, chantilly, glaçage royal, sucres et farines raffinés, crème au beurre, petits sujets dragéifiés regorgeant de colorants… Cela ne laissait à prime abord que peu de choses à disposition, mais vous verrez tout ce que l’on peut faire d’épatant avec des fruits, un peu de pâte d’amande (éventuellement fait-maison, sans sucre raffiné), de la crème végétale, du chocolat… de la tendresse et de l’imagination !

Dans cet ouvrage, les farines sont demi-complètes, les sucres non raffinés, le beurre et la crème de vache très peu utilisés. Le tout –promis- pour un résultat super gourmand qui laissera pantois les plus sceptiques !

 

– … Mais faciles à trouver !

Ces fameux ingrédients « alternatifs » plus sains et légers qui permettent de délicieuses réalisations, il faut malgré tout que vous puissiez les trouver facilement : rien n’est plus décourageant que de devoir engranger dans ses placards la moitié d’un magasin bio avant de commencer à pâtisser ! Aussi, j’ai volontairement pris le parti de réutiliser souvent les mêmes ingrédients, afin qu’une fois achetés, vous puissiez les réutiliser dans beaucoup d’autres recettes de ce livre !

 

– Une incroyable variété !

« Sur le fond », vous trouverez dans ce livre plein de recettes très différentes : entremets, brioches, glaces, cookies, moelleux ou fondants au chocolat, gâteaux au yaourt, layer-cake, pièces montées, tiramisus, charlottes, gâteaux roulés, cheesecakes, bavarois, pain d’épices, cupcakes, sucettes, mousses au chocolat, madeleines, brownies, gaufres, tropéziennes, etc., et même des idées de très chouettes boissons saines -chaudes ou froides- pour remplacer les sodas ! Variété aussi entre les recettes simplissimes (malgré les apparences, elles sont nombreuses dans cet ouvrage), et celles demandant un peu plus de temps et/ou de précision.

« Sur la forme », la variété se retrouve dans la présentation amusante des recettes : il y en a pour tous les goûts, tous les âges, garçons ou filles, et pas que pour l’anniversaire ! À votre table s’inviteront des lapins, cochons, ours polaires, moutons, îles au trésor, forêts enneigées, pattes de loups, ailerons de requins, oursons, tortues, petits chiens, etc., mais aussi des animaux de la savane, et même des recettes médiévales pour jouer au temps des chevaliers ! Si avec tout ça, vous ne passez pas au yeux de vos loulous pour « Super-maman » (ou super-papa/papi/mamie/tata…), je rends mon tablier !!!

Je souhaite aussi absolument préciser, par honnêteté, que certaines idées ne sont pas sorties directement de mon pauvre cerveau en surchauffe (il aurait grillé, je crois, à ce train là ;)) : je me suis parfois contentée de reprendre une bonne idée croisée sur le net en la déclinant à ma façon pour la rendre soit plus saine, soit plus facile à réaliser, soit plus adaptée à la recette que j’avais en tête. Si cela vous intéresse, voici mon tableau Pinterest « Pour épater les enfants » dans lequel vous retrouverez parmi plein d’autres photos certaines idées m’ayant inspirées pour cet ouvrage… J’ai d’ailleurs probablement modifié 3476 fois ce sommaire (au moins !) sur quelques mois, car je trouvais toujours une idée « encore plus rigolote » pour en remplacer une autre, et, heu, oserai-je vous l’avouer ? Même si c’était un travail énorme, je me suis beaucoup, beauuuuucoup, amusée ! 😉

Par principe, je ne peux pas poster sur le net les irrésistibles petites frimousses ayant participé à cet ouvrage (vous les retrouverez au fil des pages, avec plein de jolis sourires, de petits yeux coquins et de mimines à croquer !), mais tout le monde s’y est mis de bon coeur, que ce soit les deux dernières petites « Chioca », les bouts de choux des employés du Biocoop où je fais mes courses, les enfants des collègues de chez Terre Vivante, sans compter les grandes familles de mes amies, etc. Bref, j’ai passé l’année 2016 à organiser des goûters de fête… À la fin, j’étais certes un peu sur les rotules, mais bon, on a bien rigolé 😉

 

Cette couronne de petits ours briochés a été improvisée en « mode panique » un jour où j’avais lamentablement raté ma recette, mais néanmoins rendez-vous 2H plus tard avec une famille pour un « goûter-séance-photo »… Au final, la recette de remplacement a été encore plus rigolote que l’originale 😉 (Chapitre « Goûters des Oursons »)

– Des chouettes « goûters à thème »

Goûter des pirates, de la savane, du château fort, des oursons, mais aussi goûter pour chaque saison, le sommaire s’articule autour de 11 chapitres à thème, chacun comprenant un gros gâteau (le « clou du spectacle), deux « gourmandises » (par exemple un gâteau plus simple, des biscuits, des sucettes…) et une boisson saine (je vous laisse d’ailleurs jeter ici un coup d’œil au sommaire si vous voulez…)

 

– Une pensée pour les bouts de choux ayant des impératifs de santé…

… Car eux aussi ont le droit à une très belle fête, avec des gâteaux bien gourmands et tout et tout ! Alors bien que le but premier de cet ouvrage ne soit pas de fournir un guide de pâtisserie « sans », j’ai mis un soin particulier à réaliser quelques recettes sans gluten, ou sans œufs, ou sans lait, et combinant parfois même plusieurs « sans ».

Idem pour les petits diabétiques, car il est si difficile pour eux de devoir renoncer à certaines douceurs dont se régalent leurs camarades ! Aussi, la plupart des recettes de ce livre sont à IG bas ou modéré, et pourront donc leur convenir (aux mamans aussi ;)).

 

– Et enfin, quelques idées de « déco » naturelle, parce que cela me tient aussi beaucoup à coeur…

Aux antipodes des ambiances un peu kitsch où prédominent les babioles en plastique importées par containers de l’autre bout du monde, vous trouverez aussi dans les photos de cet ouvrage quelques inspirations pour organiser une fête délicieusement « nature » à partir de ce que vous avez sous la main à la maison ou au jardin : à partir de rondins de toutes tailles (après que vous ayez taillé votre haie, ou de retour d’une balade en forêt), on peut par exemple réaliser des ronds de serviettes, des petits vases rustiques pour recevoir une poignée de fleurs sauvages ou des porte-prénoms rigolos. Dans une bûche, on peut tailler un présentoir à sucette ou quelques assiettes de bois brut. Toutes ces petites choses sont à la portée du bricoleur débutant, et peuvent resservir d’une année sur l’autre. N’hésitez pas à peaufiner le décor en chipant chez vos enfants (ou chez leurs petits invités, avec la complicité des parents !) toutes les peluches que vous pourrez trouver (celles figurant dans ce livre sont les « doudous » de mes enfants -il faut dire qu’on en a vraiment plein les chambres ;)), mais aussi des jouets ou des figurines, ce sera toujours plus « durable » (et économique ) que de se ruiner dans le premier bazar de farces et attrapes ! Avec une nappe en lin ou en kraft, éventuellement des fanions en tissu et quelques branchages, fleurs des champs, baies ou graminées, vos tablées seront auréolées d’un charme sauvage très poétique auquel les enfants ne sont jamais indifférents (et ce quoi qu’en pensent les pro du marketing…).

Un gros gâteau bio délicieux et rigolo, éventuellement une ou deux « gourmandises » à grignoter en plus, un soda naturel, une jolie table… Votre fête sera parfaite, et la joie de vos enfants (ou petits-enfants) votre plus belle récompense !

Je termine avec un grand merci à Julie et Brigitte, les deux éditrices de chez Terre Vivante, aussi formidables l’une que l’autre. Merci aussi à tous les parents qui m’ont « prêté » ce qu’ils avaient de plus précieux pour mes photos…

… le sourire de leurs enfants 🙂

 

Sucettes-cookies des écureuils
Ces « sucettes-cookies des écureuils » si faciles à réaliser ont fait l’unanimité ! (Chapitre « Goûter de la forêt »)

 

Soda aux baies de la forêt
Toujours dans le chapitre du « Goûter de la forêt », voici le soda aux baies… C’est très simple, délicieux et très spectaculaire au moment de la réalisation, sous les yeux ébahis des petits convives (mais je ne vous en dit pas plus ;))

 

Sablés du Léopard
Voici les « Sablés du Léopard »… Je sais que comme ça, vous craignez que ce soit très difficile mais en fait, vous serez aussi bluffés que moi par la simplicité de cette recette 😉 ! (Chapitre « Goûter de la Savane »)

 

Mini-cookies Petit Chien
Les mini-cookies « Petit Chien », avec des oreilles en « céréales pour petit déjeuner » 😉 Là, je ne vous mentirai pas, c’est un peu long à faire… Mais super rigolo, car chaque petit chien a au final une expression différente ^^ (Chapitre « Goûter des tout-petits »)

 

Yaourt à boire aux fruits crus
Des yaourts à boire bicolores, à base de bons fruits frais et crus… (Chapitre « Anniversaire de Printemps »)

 

Limonade des oursons au miel et baies acidulées
Un autre soda sain et gourmand avec cette « limonade des oursons » au miel et baies acidulées. Le tout sans sucre raffiné ni édulcorant, sans colorant, sans arôme artificiel et avec de bons fruits frais… On est loin des bouteilles du commerce ! (Chapitre « Goûter des Oursons »)

 

Liégeois au lait de châtaigne
Envie d’une boisson chaude pour le chapitre des anniversaires d’automne ? C’est parti pour un liégeois au « lait » de châtaigne… ça donne envie d’avoir son anniversaire en octobre ça ;)

 

Gâteau Bac à Sable
Le gâteau « Bac à Sable » (Chapitre « Goûter des tout-petits »), et sa délicieuse saveur de pomme acidulée et caramel au sucre de coco…

 

Gâteau Bac à sable, détail
… pour le décorer, j’ai « recyclé » des petits personnages chipés dans les jouets de Poupougnette ! (Oui, je me suis bien amusée ;))

 

Hippos briochés
Vous trouverez aussi un chapitre « Petit déjeuner d’anniversaire », car j’aime beaucoup ce concept permettant de réunir au saut du lit toute la famille (c’est parfois le seul moyen d’avoir tout le monde autour de la table avant que chacun ne parte au travail ou en cours !). Ici, un hippo brioché qui « patauge » dans sa petite crème dessert à la chicorée (ne vous affolez pas, il y a un pas à pas pour réaliser les hippos, et là aussi c’est assez facile, il suffit d’assembler différentes petits boules de pâte pour former les oreilles, les narines, etc. Personne ne vous demandera de tailler la pâte à brioche avec un maillet et des ciseaux de sculpteur façon Rodin ou Michel Ange ! Surtout le matin au réveil… ^^ )

 

Cupcakes-requin
Tintintintintin { musique des « Dents de la Mer » } 😉 Plus sérieusement, ces Cupcakes-Requin ont été entièrement réalisés avec des colorants naturels (charbon, spiruline)… C’est totalement indécelable par les papilles, on ne sent que le bon goût du zeste de citron parfumant cette recette ! (Chapitre « Goûter des Pirates »)

 

Brioche du zèbre
Vous prendrez bien une tranche de zèbre? Rassurez-vous, ce n’est là qu’une brioche, bien facile à réaliser de surcroît car sans pétrissage ni façonnage compliqué (chapitre « Gouter de la Savane »).

 

Bavarois "Ourson" poire-chocolat
Bon, oserai-je vous l’avouer? Ce bavarois poire-chocolat a été cet automne mon gâteau d’anniversaire 😉 Comme quoi, il n’y a pas d’âge pour rigoler un peu !

 

Cokkies "pattes de loup"
Avec ces cookies « Pattes de Loup » (chapitre « Anniversaire d’hiver ») je vous garantis un succès phénoménal… Pour les réaliser, il vous faut juste une pâte sablée blanche à la vanille, une pâte marron au cacao, un emporte-pièce en forme de petit coeur, un autre en forme de cercle, des amandes mondées et des amandes effilées. Quant aux peluches de loups, un de mes fistons les collectionnent depuis plusieurs années, et je n’ai bien évidement pas pu toutes les faire rentrer sur la photo. En fait, c’est la première meute de peluche que je connaisse…

 

Abeilles en oreillon d'abricot
Je sais, je sais, on dirait de grosses araignées orange (berk!), mais en fait, ce sont des petits abeilles en cours de création. Vous verrez, quand elles auront sur le dos des petites ailes en amandes effilées ;)

 

Gâteau pinata "île au trésor"
Ici, le gros Gâteau Piñata « île au Trésor », réalisé avec l’aimable participation d’une troupe de Playmobils « intermittents du spectacle » depuis 1984, certains pirates ayant appartenu au papa avant de continuer leur carrière chez les enfants Chioca (d’ailleurs, leurs collègues font du ski sur la pièce montée page 47). C’était quand même la première fois qu’ils jouaient sur un tel gâteau car…

 

Gâteau pinata île au trésor
… quand on le découpe, SURPRISE !!!, le centre de l’île recèle un fabuleux trésor en bonbons bio ! (Chapitre « Goûter des Pirates »)

 

Tropézienne miel-abricot
Une tropézienne miel-abricot, avec les fameuses petites abeilles qui ne ressemblent plus du tout à des araignées (enfin j’espère !)… (Chapitre « Anniversaire d’été »)

Mes beaux goûters de fête !

45 recettes pour régaler les enfants

Paru chez mon éditeur Terre Vivante, dans la collection « Facile et Bio »

Acheter cet ouvrage sur les sites de mes librairies partenaires Decitre ou Cultura 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer