image_pdfimage_print

Facile et épatant !

{ Facile et épatant ! }

 

Blancheline, la jolie Lapinette de Pâques

♥ Sans œufs ♥ Sans lait ♥ Vegan ♥ IG Bas ♥

 

 

Comment vous dire cela… Je suis depuis trois semaines dans la toute dernière ligne droite d’un gros ouvrage majeur sur la cuisine bio, que beaucoup d’entre vous attendent de pied ferme et qui me tient d’ailleurs très à coeur… Sortie prévue en septembre (chuuut ! ;)), mais pour le moment, j’essaye de tout boucler dans les temps malgré mon arrêt de quatre semaines en décembre dernier pour cause de « patte folle » (je cours encore –en faisant gaffe de ne pas me tordre le pied ;)- pour essayer de combler le retard car tout mon travail a été décalé…).

En pratique, cela se traduit par une montée en pression toujours plus intense chaque jour, au point d’avoir dû travailler jusqu’au milieu de la nuit ces deux derniers jours (dodo de 2H à 6H30, basta ) afin de pouvoir rendre mon travail ce matin comme prévu… Car derrière une remise de manuscrit, il y a plusieurs personnes qui travaillent dessus pendant des semaines (correctrice, maquettiste, éditrice, photograveur, commerciaux…) et rendre son travail en retard équivaudrait à mettre toutes ces personnes dans la panade. Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas très fraîche (garg l), et qu’aujourd’hui, j’ai bien failli vous faire faux bond car malgré mon envie enthousiaste de partager avec vous cette recette vraiment trop rigolote, je l’ai un peu loupée… Le souci, c’est que quand on cuisine à 1H du mat -comme moi hier soir quand j’ai préparé le gâteau de base- on n’est pas tout à fait au top de sa forme. Alors je me suis plantée de moule à gâteau, confondant celui de 20cm de diamètre avec celui de 22cm. En fait, j’ai vu à temps que je m’étais gourée, mais mes moules à gâteaux sont rangés dehors, dans l’atelier. Or, entre la porte de la cuisine et celle de l’atelier il y a bien 8m à faire dans la nuit en chaussettes, et sur le trajet on se fait littéralement bousculer, renverser, mordiller le gilet, griffouiller le derrière, léchouiller le visage, déchiqueter le bas du pyjama et effilocher les chaussettes par un amour de « bébé » berger Beauceron (un bébé de déjà 20kg) complètement fou de joie à chaque fois qu’il m’aperçoit… Pas franchement très très motivée pour ressortir dans ces conditions-là (et puis, je risquais d’abîmer mon superbe pyjama presque neuf de 1998), je me suis dit « Oh et puis zut -ça c’est la version censurée- ça ira bien comme ça ». Monumentale erreur, la pâtisserie, ça ne pardonne rien.

Résultat, ma lapine est obèse (décidément !) et j’ai passé toute la matinée à me dire « Arf, ça ne va pas, ça ne va vraiment pas, il FAUT que je recommence tout ! ». Mais je n’ai pas eu le courage.

Je vous laisse donc avec cette lapine qui a certes une bonne tête mais qui devrait peut-être un de ces jours se mettre à suivre le régime IG bas ;). Bah, elle est mignonne tout de même, et a beaucoup plu à mes enfants, c’est le principal… Je pense qu’en suivant mes petits conseils, vous ferez sûrement un peu mieux que moi, alors n’hésitez pas à m’envoyer des liens si vous avez des photos 😉

Vous verrez, la réalisation de ce lapin est vraiment super facile, je me suis servie du gâteau de base sans œufs et sans lait du « monstre dévoreur de cookies » publié cet automne. Quant à la chantilly coco, ceux qui suivent un peu mon blog commencent à la connaître 😉 Rien de bien nouveau donc, sauf cette présentation enfantine qui met de la joie au cœur quel que soit l’âge des convives !

Là dessus, pour une fois j’arrête ma tchatche très vite, car j’ai beaucoup, beaucoup de choses à faire (et si je commençais par une sieste ? dès que j’aurais terminé les 7534 choses que je dois impérativement faire avant ce soir)

Très belle fête de Pâques à vous tous !

(PS : Pardonnez-moi d’avance, mais pour ce post-ci je ne pourrai pas répondre aux commentaires car si je ne devient pas complètement gaga avant ce soir, je pars ensuite un peu en congé… mais je les lirai tous avec plaisir, un grand merci à vous !  :))

 

 

Ingrédients pour 8 personnes

Préparation : 30 min

Cuisson : 30 min

Pour la génoise :

  • 330g de farine T110 de blé ou de grand épeautre (idéalement, de grand épeautre non hybridé car il n’y a rien de plus « topissime » en pâtisserie)
  • 165g de sucre complet ou de sucre de coco
  • 2 sachets de poudre à lever bio, sans phosphates, à base de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de sel
  • 33cl de lait de soja-vanille
  • 3,5 cl de jus de pomme
  • 50ml d’huile de tournesol
  • 1/2 c. à café rase de vanille en poudre

Pour la crème fouettée vanille :

  • 40cl crème de coco très froide en briquette (sortant juste du frigo), idéalement de marque Kara (brique verte, pas la bleue), car c’est celle qui monte le mieux en Chantilly
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 4 c. à soupe de sirop d’agave

Pour décorer :

  • Quelques « chocobilles 4 couleurs » (marque Belledone, vendu en vrac chez Biocoop par exemple)
  • Du canson blanc et rose
  • Un pompon pour la queue (facultatif)

 

 

1/Génoise de base :

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger dans un saladier la farine, la poudre à lever, la vanille en poudre et le sel. Faire un puits, puis y verser d’un coup tous les autres ingrédients de la génoise et bien mélanger au fouet, juste ce qu’il faut pour que la préparation soit homogène (ne pas trop travailler la pâte).

La verser immédiatement dans un moule à manqué d’environ par 22cm de diamètre, puis enfourner 30 min.

Vérifier la cuisson avec une pique, puis sortir la génoise et la laisser entièrement refroidir avant de démouler.

2/ Crème fouettée :

Quand la génoise a refroidi, fouetter au robot pâtissier muni de ses fouets à fils la crème de coco très froide avec le sirop d’agave et le sucre vanillé jusqu’à obtention d’une chantilly qui se « tient » bien.

3/ Montage et décoration :

Couper le gâteau en deux (photo 2).

Coller, avec un peu de crème, les deux demi-gâteaux entre eux en les posant sur la tranche (photo 3 de face, photo 4 de profil). Si vous utilisez bien un moule de 22 cm au lieu de 20, votre lapin sera plus long et plus fin, un peu comme cette superbe réalisation (que moi, j’ai complètement loupé ;))

Redécouper un peu avec un couteau pour différencier la tête du corps (photo 5). Idéalement, marquez encore un peu plus l’encolure du lapin, la mienne n’était pas assez profonde.

Recouvrir entièrement de chantilly à la spatule (photo 6).

Saupoudrer de noix de coco râpée, puis déposer une bille rose pour le nez, deux billes en chocolat pour les yeux, et découper des oreilles en papier Canson. Les placer sur la tête du lapin (photo 7). Placer éventuellement un pompon sur le derrière du lapin (photo 8).

Servir aussitôt avec une salade de fraises (obligatoire, sinon il manquera vraiment un petit « quelque chose » à votre dessert), ou conserver bien au frais en recouvrant le gâteau d’un saladier retourné.

 

 

 

   À noter…

 

⇒ On peut aussi préparer un sirop d’imbibage avec 4 c. à soupe de sirop d’agave, 3 c. à soupe de rhum ambré, 1 c. à soupe d’extrait de vanille et 4 c. à soupe d’eau. En imbiber le gâteau avant de le recouvrir de Chantilly (testé, c’est su-per bon !!! Je vous le recommande à 300%)

⇒ Ce gâteau, une fois monté peut se conserver facilement 24H au frais : la crème vanille gagnera même en fermeté et sera encore meilleure.

⇒ Si vous recevez des petits enfants ayant des intolérances alimentaires, sachez que ce gâteau ne contient ni œufs, ni lait, pour un résultat tout à fait bluffant qui vous donnera certainement envie de détourner soit la génoise, soit la si délicieuse crème à la noisette , dans bien d’autres pâtisseries !

⇒ Dans cette recette, le sucre complet de canne ou de coco teinte joliment la génoise de brun, ce qui n’est pas du tout gênant à mon avis. Si vous souhaitez malgré tout une pâte plus blanche, utilisez plutôt du sucre blond (mais alors tant pis pour l’IG bas) ou du sucre de bouleau (mais alors tant pis pour le porte-monnaie…).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Répétez après moi : cé-bettes…

{ Répétez après moi : « cé-bettes »… }

Tarte printanière à la faisselle de chèvre et aux cébettes

♥ Végétarien ♥ IG Bas ♥

Tarte printanière à la faisselle de chèvre et aux cebettesCette année, pour ce qui est de se régaler nous sommes vraiment de grands privilégiés car notre fiston passe la moitié de son temps en alternance… savez-vous où ? (non, pas dans une chocolaterie, faudrait quand même pas charrier.) Et bien je vous le donne en mille : Dans une chèvrerie bio ! Aaaaah, les bons fromages qu’il nous ramène… Des frais, des secs, des crémeux, des faisselles, je les aime tous ! Quand il rentre le soir de sa journée à la ferme, mon grand sent bon la chèvre et le foin frais (oui, je vous promets que ça sent très bon, une chèvre, ça sent fort 😉 , mais bon), et toute la famille a soudain envie d’un petit bout de fromage, là tout de suite. Mais le souci c’est que chez nous, les fromages ont une espérance de vie très en deçà de la moyenne mondiale, ce qui fait que généralement, on doit juste se contenter de humer sur le pull du fiston ce bon parfum de campagne (qualifié « d’after-chèvre » par son frérot un tantinet espiègle…)

Aujourd’hui, j’avais au frigo deux faisselles, mais pas aussi bonnes que celles de la ferme (juste achetés au marché pour dépanner), et du coup j’ai eu moins de scrupule à les cuisiner pour assouvir comme une envie de tarte salée chèvre-légumes… Mais côté légumes, en ce moment c’est un peu limité hein… Oh, j’avais bien des épinards et des carottes (comme vous tous en ce moment, dans l’attente résignée des petits pois-pois, poivrons, tomates,  (soupir)…), mais « chèvre-épinard », on l’a déjà tous fait et « chèvre-carotte », je le sentais pas trop… Mais il y avait aussi deux bottes de cébettes, et je me les suis tout de suite imaginées couchées en rang d’oignons (normal…) sur une garniture toute crémeuse au fromage de chèvre… Chose rêvée, chose faite !

Mais à propos, peut-être que certains d’entre vous sont en train de se demander « Hein, quoi, quesaco les cébettes ? ». Où plutôt « Hein, quoi, mais qu’est-ce donc que les cebettes ? » (Oui, parce qu’en général, quand on a « quesaco » dans son vocabulaire courant, on connaît les cébettes, CQFD). Et bien ce sont ces petits oignons primeurs souvent vendus par les « gens du nord » 😉 sous le dénominatif de « oignons tiges », et parfois « oignons nouveaux » ou « oignons frais ». Moi, toute ma vie j’ai appelé ça des « cébettes », mais dernièrement la maîtresse (iséroise) a barré ce mot dans une rédaction de ma fille, le remplaçant dans la marge par « bettes ? ». Là dessus s’est amorcé un dialogue de sourds quasi pagnolesque entre la maîtresse qui ne connaît pas les cébettes et pensait que ma fille voulait écrire « bettes », et ladite fifille (née à Grasse, en Provence) qui ne connaît pas les bettes (chez nous on dit « blettes »), mais qui voyait bien que la description de la maîtresse (« Mais si, tu sais, ces grands feuilles vertes que ta maman fait surement cuire comme des épinards d’un côté, pendant qu’elle cuisine les cardes en béchamel »), ne collait pas DU TOUT au petit oignon qu’elle voulait évoquer dans sa rédaction. Je vous passe les détails sur la suite, quand il a fallu un traducteur Nord-Sud pour lever cette montagne d’incompréhension (une fois qu’on a été d’accord sur le fait que blettes et bettes, c’est la même chose, il a quand même fallu dire que chez nous on cuisine tout d’un coup sans mettre les cardes en béchamel parce que c’est bon, une blette, quand on lui fout la paix !). Bref, force est de constater que passé Sisteron (tout le nord de la France, en fait), personne ne connaît les cébettes…

Enfin voilà, tout ça pour vous dire que vous pouvez réaliser cette tarte avec des cébettes, des oignons tiges, des oignons primeurs ou des oignons verts, tout ça c’est kif-kif bourriquot. Mais ne vous laissez pas refiler des blettes fan de chichourle !!!

Tarte printanière à la faisselle de chèvre et aux cebettes 1

Ingrédients pour 6/8 personnes

Préparation : 20min

Cuisson : 25 à 30 min

Pour la pâte :

  • 125g de poudre d’amandes
  • 250g de farine semi-complète de blé ou de grand épeautre
  • 80g d’huile d’olive
  • 80g d’eau
  • 1 c. à café bombée de fleur de sel (7g)

Pour la garniture :

  • 2 bottes de cébettes (oignons tiges nouveaux, pour ceux qui ont pas lu l’intro ;))
  • 2 c. à soupe d’huile d’olive
  • 500 de fromage frais en faisselle
  • 200g de fromage râpé à pâte dure (parmesan, comté, tomme de chèvre ou de brebis… moi j’ai mis de l’Etorky)
  • 2 oeufs
  • 1 c. à café légèrement bombée de sel
  • 1 c. à soupe légèrement bombée de farine
  • Quelques brins de ciboulette
  • Poivre du moulin

Tarte printanière à la faisselle de chèvre et aux cebettes (pâte brisée à l'amande)
Si vous voulez un petit conseil, gardez bien cette recette de pâte brisée à la poudre d’amande dans vos cahiers de recettes ! Elle est vraiment bonne, facile à étaler et « sage » côté IG… Perso, je compte la refaire très vite ! 😉

Renverser la faisselle dans une passoire pour bien l’égoutter.

Préchauffer le four à 200°C, en plaçant la grille assez bas dans le four (cran juste au dessus de la sole).

Faire chauffer 2 c. à soupe d’huile d’olive dans une grande poêle d’environ 28/30 cm. Enlever la première feuille des cébettes, puis les disposer dans la poêle en recoupant certaines tiges de façon à ce qu’elles rentrent bien à plat.

Saler, puis faire dorer 5 min à feu doux. Ajouter un verre d’eau, poser un couvercle puis continuer la cuisson 10 min à l’étuvée.

Pendant ce temps, préparer la pâte : Mélanger la poudre d’amande, la farine et les 7g de sel dans un saladier (ou dans le bol d’un robot muni de son batteur plat). Ajouter l’huile et mélanger de façon à obtenir une consistance sablonneuse. Ajouter l’eau d’un coup, puis continuer de mélanger mais juste ce qu’il faut pour amalgamer la pâte, sans trop la travailler. L’étaler au rouleau sur un papier cuisson, le déplacer dans un moule à tarte d’environ 30/31 cm de diamètre, puis recouper proprement les trottoirs.

Mixer la faisselle bien égouttée avec le fromage râpé, une cuillerée à café de sel, les oeufs, la cuillerée de farine et le poivre. Ajouter la ciboulette préalablement ciselée, mélanger.

Verser cette préparation dans le fond de tarte, puis disposer par dessus les cébettes poêlées.

Enfourner pour 30min, jusqu’à ce que la tarte soit bien dorée.

 

 

 

 

Tarte printanière à la faisselle de chèvre et aux cebettes 2
A tenter peut-être aussi avec de jeunes poireaux primeurs… Vous me direz?

 

Tarte printanière à la faisselle de chèvre et aux cebettes (faisselle)
Surtout, faire bien égoutter la faisselle, sinon l’appareil de la tarte sera moins crémeux…

 

Chevreau
Bon, on passe à quelque chose d’encore plus poétique… Lui, c’est Jojo, un chevreau né d’un papa Saanen tout blanc et d’une maman Alpine chamoisée, d’où sa jolie couleur cappuccino (je fais la fille qui s’y connaît, mais je viens juste de l’apprendre )… Quand le grand frère traie les chèvres ou fabrique les fromages, nous on en profite pour combler les chevreaux de gros câlins… Ils sont si mignoooooons !!!

 

Lui c’est Galgo, petit bouc ayant déjà un fichu caractère (je me suis pris un coup de boule dans le popotin avant hier alors que je me penchais avec l’appareil pour immortaliser un autre chevreau en photo… ça va, même pas mal, mais bon, ça surprend et je suis un peu vexée quand même ;))

 

Voilà, c’est la photo que j’étais en train de prendre quand son collègue m’a fait sa « bonne farce »… L’humour d’un chevreau ado, c’est parfois un peu bêêêêête !

 

En revanche, avec Poupougnette Galgo fait les yeux doux (et en profite quand même pour lui béqueter les cheveux, l’air de rien…)

 

Ce matin, je suis sortie furax dans le jardin courir après mon chien qui s’enfuyait avec ma pantoufle… Je n’ai pas pu le rattraper (berger beauceron de 4 mois contre maman de 37 ans, pas réveillée, un pied en chaussette : la lutte était par trop inégale…) mais je suis tombée en arrêt devant cette jolie scène du soleil levant posant ses rayons roses sur la barrière que mon mari vient de fabriquer (justement pour que le chien puisse jouer dans le jardin sans jouer avec les poules, hum.).. Dommage et tant pis pour la pantoufle, je suis repartie chercher très vite mon appareil parce que c’était vraiment joli ( pas grave, la pantoufle je la retrouverai un de ces jours, et je passerai la deuxième pantoufle 3 min dans mon mixeur Magimix pour les réassortir un peu…)

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’orge, une magnifique céréale à (re)découvrir !

{ L’orge, une magnifique céréale à (re)découvrir ! }

Grande poêlée d’orge aux champignons, jambon fumé et thym frais

♥ Sans Lait ♥ Sans oeufs ♥ IG bas ♥

 

Orge mondé aux champignons, jambon fumé et thym frais 1Connaissez-vous l’orge ? Si vous fréquentez un tant soit peu ce blog, je parie que oui car nous avons déjà eu l’occasion d’en parler, cet aliment ayant un indice glycémique particulièrement intéressant. Sinon, il n’est jamais trop tard pour découvrir cette merveilleuse céréale, encore très utilisée de nos jours… pour nourrir les animaux ! Et oui. Car nous avons un peu oublié que l’orge faisait les délices de nos anciens, au même titre que l’avoine, le seigle ou l’épeautre avant que le blé moderne, grand céréale-killer du 20ème siècle, ne vienne balayer cette belle diversité à grands coups de moissonneuse-batteuse ! Lire la suite…

Petit éloge de la nuance…

{ Petit éloge de la nuance… }

 

Au fait les gars, il « faut » manger quoi déjà pour être en bonne santé ?

(Parce qu’on n’y comprend plus rien là…)

 

 

Non, je ne mange pas « 3 produits laitiers par jour », mais un peu de fromage fermier de chèvre ou de brebis, parfois de vache, de 3 à 5 fois par semaine seulement. Et ça me va très bien comme ça…

Bon allez, un peu de courage… et je relève mes manches pour un article « fleuve » que depuis longtemps j’appréhende un peu d’écrire tout en me disant qu’il le faut bien. Un article qui, je le crains, risque peut-être d’agacer certains d’entre vous, ce qui me désole car là n’est bien évidemment pas mon but, je vous le promets. Mais trop de questions me sont posées sur ce blog ou en privé pour que je les laisse sans réponse. Vous allez donc en savoir aujourd’hui un peu plus sur moi, mais pas pour vous dire de faire comme moi, juste pour répondre à tous ceux qui me demandent comment je fais personnellement. Lire la suite…

Pour vous aider…

{ Pour vous aider…}

Pâte brisée des fainéants + Tourte la plus simple du monde…

♥ Végétarien ♥ IG moyen ♥ (pâte et tourte)

♥ Sans lait ♥ Sans oeufs ♥ Vegan ♥ (pâte seulement)

___

Depuis 6 ans que ce blog existe, vous avez été nombreux à m’écrire (en commentaires ou de façon plus personnelle sur ma boîte « contact ») pour témoigner des bienfaits sur votre silhouette et votre santé d’une alimentation saine, équilibrée et à IG bas. Ce en quoi vous ne m’étonnez pas ;), car je suis moi-même très convaincue de l’influence capitale de l’alimentation sur bien des aspects de notre vie ! Lire la suite…