{ Galette de sarrasin, chapitre 2 }

 

{ Galette de sarrasin, chapitre 2 }

4 idées « express » pour se régaler au quotidien

♥ Sans Gluten ♥ Sans Lait ♥ Sans Œufs ♥ IG très bas ♥

 

 

J’avais prévu de vous parler d’un truc un peu extraordinaire*, mais c’est pas prêt 😉

Alors tant pis, en attendant, je vais continuer ma thèse sur les galettes de sarrasin…

Déjà, pour mettre les choses bien au clair auprès des moqueurs, non, je n’ai pas gagné une année gratuite de crêpes de sarrasin lors du dernier concours de bombarde bretonne. Promis.

Ni le prix du plus grand (enfin, du plus gros…) dévoreur de kouign amann.

Ni mon poids en galettes de sarrasin (qui a dit « dommage, il y aurait eu de quoi bien se régaler, surtout après le concours de kouign amann » ?) lors de la tombola des amis du blé noir.

Et pourtant, j’ai eu ces derniers mois un tel coup de foudre pour les galettes de sarrasin que je ne peux plus m’en passer, et les enfants se moquent de moi en ouvrant le frigo parce que quand on essaye de poser un truc, paf, au lieu d’atterrir sur une clayette ça atterri sur un paquet de galette de sarrasin !

« Messiiiiire, messiiiiire une galette de sarrasin !!! » est l’autre petite blague qui les fait beaucoup rire en ouvrant le frigo (j’espère que vous avez tous vu Les Visiteurs sinon pour le coup vous allez chercher le fin mot de la vanne pendant trois jours) et un de mes enfants m’a même demandé, goguenard, si je faisais réserve de galettes en attendant de les distiller pour produire du whisky (dans le genre d’un super whisky pur blé noir distillé à Brocéliande que m’a offert mon papa) et j’ai trouvé ça mesquin (pas le fait que mon papa m’ait offert une bouteille hein, juste les médisances sur mes prétendues intentions de distillateur clandestin ! Il faut préciser sinon mon papa va se vexer et je n’aurai plus de whisky breton).

Bref, cet envahissement de galettes, ça me rappelle une histoire que j’avais lue quand j’étais petite, où Donald voulait absolument gagner la « tranche d’ananas d’or » qui donnait droit à un mystérieux « cadeau prodigieux en provenance des îles paradisiaques ». Évidemment, après avoir mangé des tonnes de boîtes d’ananas avec Riri, Fifi et Loulou com-plè-te-ment écoeurés, il a fini par trouver LA fameuse rondelle d’or au fond d’une boîte ! Et le prix, c’était un an de boîtes d’ananas…

Mais moi je ne cherche pas à gagner un concours, c’est juste parce que j’aime ça. En plus, ça fait du bien, c’est sain, les galettes de sarrasin  poil aux mains ! : Côté indice glycémique, on est au ras des pâquerettes. Côté gluten, néant. Côté effet anti-inflammatoire et anti-oxydant, champion. Et côté fibres, magnésium, vitamine B, protéines végétales etc. c’est parfait.

Et puis quand on est un peu occupé (notez mon effort pour ne pas dramatiser les choses), sortir une galette de sarrasin c’est aussi facile que d’ouvrir une boîte de raviolis pour chiens. Sauf que c’est un peu plus équilibré…

Là dessus, je vous laisse avec mes quatre idées, en vous encourageant bien de votre côté : n’hésitez pas à donner les vôtres, ça sera super sympathique (par exemple, j’ai oublié de vous l’écrire ci-dessous, mais les galettes de sarrasin sont formidables en remplacement des pâtes blanches quand on fait des cannellonis !). (Si quelqu’un avait un truc pour les distiller, aussi…)

Ah, encore une chose, s’il vous plaît. Après cet article, ruez-vous dans tous les supermarchés ou magasins bio que vous voudrez pour faire un stock de galettes de sarrasin, mais pas dans le Biocoop ou dans le L***erc de Saint-Marcellin. Parce que si vous videz le rayon (il était déjà très désert cette semaine, c’est louche, tout le monde serait-il en train de se faire des chips ?), comment que je vais faire moi, hein ?

Pour distiller mon whisky…

 

* Non, c’est pas encore des dates pour les stages 😉

 

 

 

⇒ Idée N°1 :

Les galettes « en vrac » dans la poêlée de légumes…

 

Vous allez me dire, ça on sait faire. Et bien tant mieux, faites-le alors 😉

Parce que moi, franchement avant je n’y pensais jamais ! Et puis un jour où je n’avais même plus le temps de me faire gonfler une tasse de couscous d’épeautre, j’ai jeté une galette pliée n’importe comment dans une poêle avec des légumes… et je me suis régalée alors maintenant, je le fais tout le temps !

Mode d’emploi : Pour une personne, faire revenir dans une grande poêle (faut de la place !) un oignon découpé en petits cubes avec un peu de sel et d’huile d’olive. Quand il commence à dorer, ajouter deux grosses poignées de légumes-feuilles au choix (épinards, cresson, roquette, poireau finement émincé, chou kale, chou vert, chou chinois, chou noir toscan, etc… ici des blettes à couper de mon potager ;)), poser un couvercle et faire « tomber » le tout, c’est à dire, cuire juste ce qu’il faut pour que les feuilles soient tendres mais conservent leur belle couleur verte (cela ne prend que quelques instants pour des légumes feuille, un peu plus pour les poireaux). Saler, poivrer, ajouter éventuellement un peu d’origan, mélanger, puis mettre de côté tous les légumes dans un coin de la poêle. Ajouter un tout petit peu d’huile (pas sur les légumes, là où la poêle est vide !), puis déposer 3 galettes (la portion idéale de glucides pour un repas de midi qui « cale » bien) pliées en quatre. Poser un couvercle, laisser cuire 3 ou 4 minutes, le temps que le fond devienne un peu croustillant, et le dessus délicieusement souple.

Saupoudrer éventuellement d’un peu parmesan, c’est tout !

À noter que l’on peut évidemment rajouter une protéine, par exemple un blanc de poulet découpé en petits morceaux et mis à poêler en même temps que les oignons (ou un steak haché bio, deux œufs au plat…).

 

 

⇒ Idée N°2 :

Les galettes de sarrasin « fond de quiche »…

 

Là je ne peux pas vous donner la recette exacte de cette tourte au colin, champignons et blé noir, car elle sera dans un livre qui doit sortir cet hiver 😉

Mais le principe est simple : quand vous vous sentez atteints de flemingite aigüe, disposez 3 galettes de sarrasin au fond d’un moule à tarte ou à clafoutis, sans oublier de huiler* un peu le moule ainsi que chaque galette au pinceau. Versez ensuite la préparation de votre choix (genre mélange œufs/lait/fromage pour quiche lorraine, quiche au poisson, quiche aux légumes…) et enfournez ! C’est très bon, beaucoup plus simple à préparer qu’une pâte brisée maison… et beaucoup plus sain qu’une pâte brisée du commerce !

La petite « touche » super gourmande en plus ? Mixez deux galettes avec deux cuillerées à soupe d’huile d’olive, et versez le tout sur votre quiche avant d’enfourner : ça fait comme une sorte de délicieux crumble qui croustille sous la dent…

*je n’ai pas testé, mais en « huilant » le plat et les galettes avec du beurre fondu, ça doit pas être mal non plus (ça doit être à cause du concours de kouign amann que cette idée saugrenue me trotte dans la tête…)

 

 

⇒ Idée N°3 :

Les « tagliatelles » de crêpes de sarrasin…

 

Et là, je ne suis pas peu fière de ma trouvaille 😉 Sauf que bien sûr, j’imagine qu’une fois de plus, j’ai dû inventer ça après tout le monde mais bon, pour le cas où certains d’entre vous auraient la bonté pour moi de ne pas y avoir encore pensé, je vous donne le truc :

Roulez une galette de sarrasin (pour gagner du temps, on peut en rouler deux ou trois ensemble), puis découpez le rouleau ainsi formé avec une paire de ciseaux. On obtient des sortes de tagliatelles, qu’il ne reste plus qu’à poêle quelques instants dans une poêle chaude avec de l’huile d’olive (en posant un couvercle) : le nec plus ultra ? C’est quand les « tagliatelles » sont croustillantes dessous et toutes souples, presque un peu élastiques dessus. Ne surtout pas mélanger, au risque de faire de la bouillie !

C’est juste irrésistible avec… heu, avec tout, en fait 😉 : De la salade, des légumes, du poisson, un rôti ou une viande mijotée (comme ici ce bon plat de veau au rosé et aux olives, recette corse traditionnelle, que d’ailleurs, il faudrait qu’un jour je pense à vous donner sur le blog !).

 

 

⇒ Idée N°4 :

La galette sucrée poire-coco qui me fait chavirer…

 

Faites chauffer une cuillerée à café d’huile de coco dans une poêle. Y déposer une galette de sarrasin, laissez dorer 3 minutes, le temps que -tant pis je me répète- le dessous soit un peu croustillant et le dessus délicieusement souple. Replier la galette chaude en quatre, la garnir de compote de poire un peu épaisse, puis d’une lichette de crème de coco nature. C’est sans sucre ajouté, et pourtant tellement bon qu’à choisir entre ça et un gâteau du pâtissier, mon choix est fait !

Testez-moi ça à l’heure du goûter 😉

 

Sur ce, je vous promets de revenir très vite pour vous parler du fameux truc « extraordinaire » 😉 Mais pour une fois, ça ne sera pas un livre… ni des stages.

Héhé, je vous laisse vous creuser un peu la tête.

Un indice ? Ça fait mêêêêêêh.

 

PS : Normalement ça y est, hourraaaaa, on a enfin réglé le problème des notifications ! Là, quand je vous réponds, vous devriez recevoir un mail vous prévenant que j’ai répondu. Vous me direz si ça marche ? 😉

J’espère que oui, sinon je ne réponds plus de rien !

Attention : Lorsque vous laissez un commentaire, vérifiez bien que la case cochée soit « Seulement les réponses à mes commentaires »

Dans le cas contraire, cochez bien vous même « Seulement les réponses à mes commentaires », et surtout pas « s’abonner » ou « ne pas s’abonner ».

Car sinon, vous risquez, soit de ne rien recevoir du tout, soit de recevoir sur votre boîte mail tous les messages laissés par les visiteurs de ce blog, et toutes mes réponses !