{ La feuille d’automne…}

{ La feuille d’automne ♫♬♩…}

Chips de sarrasin (attention, recette de méga-fainéant)

♥ Sans gluten ♥ Sans lait ♥ IG très bas ♥

 

Chips de sarrasin 1L’une d’entre vous m’a bien fait rire, en supposant que ma « disparition » de ce blog depuis 3 semaines était peut-être due au fait que le coup du stage, c’était une blague, et que je ne savais pas comment vous l’annoncer… Meuuuh nooon c’était pas une blague (mauvaise langue ! ;)). Ma « disparition » tient à des choses beaucoup plus prosaïques. Je suis, comment dire, horriblement débordée. Je sais, ça je vous l’ai déjà dit, plein de fois. Mais je viens de découvrir qu’après la lessive qui lave plus blanc que blanc, on peut aussi être plus débordée que débordée.

J’ai toujours plein d’enfants, une maison à entretenir, des livres à faire chaque jour avec des recettes, des photos, etc. pour ça, rien de changé. Avant, on se partageait bien les tâches, mon mari et moi, mais là, pour l’instant il n’a plus de main droite, juste un gros pansement, genre gant de boxe blanc (ou moufle de ski XXL « spécial Yeti », ça aide aussi à visualiser le truc). Evidemment, il n’est pas bien doué avec sa main gauche, donc non seulement il m’aide moins, mais en plus, comme il veut m’aider quand même, il fait des bêtises ! En ce moment, j’ai donc sept enfants au lieu de six, voilà, c’est ça le truc.

Mais non, je ne « cumule » pas tant que ça les em*erdes. C’est juste que proportionnellement, quand on a six enfants, on a trois fois plus « d’imprévus » que quand on n’en a que deux. Il me faut donc trois plus de patience, et le gros souci, c’est que j’en ai trois fois moins (c’était le quart d’heure de mathématiques, vous me résoudrez ça pour lundi).

Bref, pour en revenir à notre projet de stage, je suis quand même un peu effrayée, j’avoue 😉 Vous êtes si nombreux à m’avoir dit « pourquoi pas ? » (quand ce n’était pas carrément, « j’arrive, c’est quand, c’est où, je suis déjà dans le train…) que pour finir c’est pas un stage qu’on va faire, c’est une manif ! Si vous venez tous d’un coup (une bonne centaine), on risque de se faire remarquer, hein, ils vont croire qu’on arrive tous pour une ZAD ou une rave-party, ça risque de finir au poste cette histoire.

Chips de sarrasin 2Et puis ces 100 personnes, qui va les encadrer, hein ? Comment que je vous réveille déjà, moi le matin hein ? Quand j’aurai fait sortir tout le monde du lit, y sera déjà l’heure de la sieste… On pourrait embaucher un vieux sergent major à la retraite pour vous faire lever plus vite, mais vous imaginez un peu le truc ? Chant des petits oiseaux matinaux, glouglou de la rivière, bêêêê poétique des biquettes, irrésistible senteur d’une brioche qui cuit pour le cours de cuisine du matin… et là dessus, une grosse voix tonitruante… « Allez hop, filez-droit vers la salle de topo, du nerf !, une-deux-une-deux, qui c’est qui m’a mis des trouffions pareils !, me ferez 20 pompes le rigolo qui vient de rater son gâteau !, hep hep hep où vous allez là ?, corvée de patates pour le saltimbanque qui rigole là bas !, quand Marie Chioca dit une ânerie on répond chef-oui-chef et on rit pas comme un imbécile !!! ».

Bref, je me dis que 25 personnes, c’est déjà bien, on se le fera sans service d’ordre, comme des grands ;). Dans quelques semaines (peut-être courant janvier) je vous donnerai les dates, le programme, les tarifs, etc. je suis en train de voir ça avec la dame qui nous recevra dans sa ferme pédagogique (oui parce que chez moi, déjà c’est pas très grand, et en plus, ya des enfants qui traînent dans tous les coins). Mais j’essaierai de ne laisser personne sur le quai, il vous faudra peut-être juste attendre un peu que je puisse, un jour, refaire un autre stage s’il n’y a pas assez de place au premier. Mais tout, ça, on en reparle dans quelques temps 😉

Merci en tout cas pour tant d’enthousiasme ! 🙂

 

Chips de sarrasin 3Pour sauter du coq à l’âne, j’ai beaucoup fréquenté les hôpitaux ces derniers temps, et une chose m’a frappé : quand tu as la dalle, genre parce que tu attends ton mari qui devait être fini d’opéré à 10H sauf que là il est 13H45 et que tu en es à te demander si, en t’évanouissant devant l’accueil pour simuler une grosse hypoglycémie, ils vont te filer à bouffer (ou te flanquer un coup de défibrilateur, c’est pour ça que tu hésites), bref, disais-je, quand tu as grave la dalle, il y a les dis-tri-bu-teurs ! Et les distributeurs de bouffe dans les hôpitaux, il faut le savoir, sont sponsorisés par le service de diabétologie de chaque hôpital (enfin, je pense). Du coup moi je pose la question, pourquoi, pourquoiiiii n’y a-t-il rien pour les gens qui veulent manger sain dans les distributeurs de nourriture ? J’ai déjà vécu ça à la piscine (quand tu sors de l’eau avec assez faim pour manger un morse à la mayonnaise mais que tu te rappelles que zut, si tu viens de nager 1H, ça serait bête de tout reprendre, et que tu vas donc opter pour… ben, une bouteille d’eau minérale, parce que tout le reste est un cataclysmique pour ta ligne). Bref, mesdames et messieurs les remplisseurs de distributeurs, s’il vous plaît, mettez-nous aussi des petits encas sains : des sachets d’amande, des biscottes complètes, des cookies de Marie Chioca (bah, on peut rêver…), des gourdes de compote de fruit sans sucre ajouté. Ça sera mieux pour tout le monde non ? Merci.

Et c’est là que vous allez voir, cette parenthèse n’avait pas totalement rien à voir avec la suite : car un de ces fameux jours où j’étais en train d’envisager si j’allais craquer sur un Twix, un Kinder Bueno ou un énorme sablé breton à la confiture, mais que j’avais conclu que j’allais plutôt continuer à mourir de faim, je suis tombée dans une sorte d’état cotonneux où le cerveau fait défiler devant les yeux tous les restos dans lesquels on va se ruer dès qu’on aura récupéré le mari avec son gant de boxe unilatéral. Une pizzeria, mamamia… Une crêperie, holàlà. C’est si bon, les galettes de sarrasin. Pourquoi qu’ils n’en mettent pas dans les distributeurs ? Parce que c’est mou et pas facile à faire passer par la petite trappe OK, surtout quand c’est garni… et pourquoi qu’ils ne les deshydrateraient pas, pour les mettre dans des sachets de chips ?

Et bingo, c’est comme ça qu’est née cette recette… pendant une de ces divagation pré-comateuse comme je sais si bien les faire quand j’ai faim.

Un jour je vous expliquerai pourquoi je suis archi-fan des galettes de sarrasin. Mais là, je vous laisse juste vous ébaudir devant cette recette tellement simple, que c’est à peine si on peut l’appeler « recette »…

Vous allez voir, à l’apéro, c’est quelque chose 😉

(Et je vous raconte même pas le malheur que ça ferait dans un distributeur !)

Chips de sarrasin 4

Mes premières « photos d’automne 2018″… Il a fallu être patiente (moi qui aime tant photographier cette belle saison !), car c’était vraiment un trèèès long été indien. (Et hop, après « la feuille d’automne », encore une chanson à la gomme qui va nous trotter une semaine dans la tête ;))

 

Ingrédients pour 4 personnes environ

Préparation : 5 min

Cuisson : 5min

  • 4 à 6 grandes galettes bretonnes pur sarrasin du commerce (on en trouve des bio super bonnes et pas trop chères maintenant dans les GMS)
  • Un chouïa d’huile d’olive
  • Un peu de piment doux (optionnel)
  • 1 goutte d’huile essentielle d’origan (optionnel).

Chips de sarrasin 5Préchauffer le four à 210°, si possible en chaleur tournante.

Déposer une feuille de papier cuisson au fond d’une grande lechefritte. La huiler au pinceau (ça suffit, point n’est besoin de rajouter de l’huile sur les « chips »).

Découper les galettes de sarrasin (en les laissant superposées pour gagner du temps !), soit avec une roulette à pizza pour former des petits triangles ou des losanges, soit avec un joli emporte-pièce comme le mien ;), mais dans ce dernier cas, il y aura des « chutes » de galette (on peut les poêler rapidement au repas suivant dans un peu d’huile d’olive pour accompagner des légumes, c’est très bon !) .

Enfourner les « chips » 5 min en surveillant bien : dès qu’elles deviennent dorées, c’est cuit ! Il faut toutefois les laisser entièrement refroidir pour qu’elles gagnent en croustillant car au sortir du four, elles sont encore un peu tendres, c’est normal.

Refaire une, deux autres fournées (ça dépend de la taille du four et du nombre de galettes).

On peut ensuite les saupoudrer d’un soupçon de piment doux ou de paprika.

Pour une saveur « origan », il faut préalablement diluer une goutte (et une seule !) d’origan compact dans un peu d’huile d’olive, et se servir de cette huile pour huiler le papier. Car si on saupoudre les « chips » d’origan séché, il n’accroche pas, et se sauve dès qu’on manipule lesdites chips…

À conserver dans un bocal bien hermétique.

 

Chips de sarrasin 6

Ci-dessus, les chips « nature », c’est déjà très bon ! Il n’est même pas utile de rajouter du sel…

Chips de sarrasin 8

L’étang où je baigne mon toutou (quand il veut bien y aller… heu, sans moi, merci). Les feuillages commencent à peine à changer de couleur, mais au coucher du soleil, c’est déjà joli.

Chips de sarrasin 9

Avec une petite touche de piment ou de paprika, ça fait encore plus « feuille d’automne » ! (Y’a des fois, franchement, pour dire ça je ferais mieux de m’abstenir de mettre des légendes…)

Chips sarrasin 10

Bon week-end à tous :)