{ Les sept méthodes « magiques » pour des cookies de fainéants }

 

{ Les sept méthodes « magiques » pour des cookies de fainéants }

… Plus quelques infos importantes en fin d’article

 

Merci, beaucoup (beaucoup !) pour vos si nombreux messages suite à la sortie de mon dernier livre sur les goûters faciles du quotidien… J’espère que vous en profitez bien, et que dans votre maison ça sent bon la cannelle, le chocolat, l’orange, les amandes grillées ou le caramel, entre autres… Que vos boîtes et bocaux sont remplis de tout un tas de petites choses saines et délicieuses où vos enfants plongent la main avec délice ;). Ici, c’est un peu tristounet (pas trop quand même faut pas charrier) car il y a déjà deux mains en moins pour piocher dans mes pots de biscuit : celle de mon grand fiston, parti faire ses études au loin (ça y est…) et celle de mon cher-et-tendre, qui a eu un accident la semaine dernière et va devoir passer plusieurs semaines avec une grosse attelle (ça passe pas par le goulot du pot, une attelle pareille… mais il a très vite appris à piocher avec la main gauche). J’ai d’ailleurs passé une semaine épouvantable, j’ose à peine vous raconter : Vendredi, accident de voiture de mon plus grand fils. Bagnole complètement bou-sil-lée, en accordéon sur un rocher, mais lui, juste une petite coupure. Trois jours après, le même fiston bêchait avec beaucoup d’enthousiasme (un peu trop d’enthousiasme?) le jardin de son maître de stage. Le manche se casse d’un coup, bing, retour en pleine figure. Tout un tas de points de suture, un œil poché, la moitié de la face complètement tuméfiée. L’accident de voiture, c’était de la gneugneute à côté… Deux jours après, paf, mon mari aux urgences pour une grosse coupure à la main, deux tendons sectionnés (il ne bouge plus les doigts !) opération dans la foulée, trois allers-retours aux urgences trois jours de suite. Quatre jours après, départ de l’autre fiston pour « un pays très lointain » (l’Italie. Ben quoi, on ne se moque pas d’une pauvre mère poule ^^), et là j’ai pas eu le temps de pleurer tant que ça vu que je devais déjà consoler les petites sœurs transformées en fontaines. Voilà, alors maintenant, je digère un peu tout ça… Et savoure mon bonheur qu’au final, il n’y ait rien eu de trop grave.

Bref revenons à nos cookies… Merci encore pour vos retours si enthousiastes sur les recettes du livre, ça me fait tout chaud au cœur si vous saviez 🙂

Et pour celles et ceux qui auraient promis à leur famille -sous peine d’être tondus !- de ne plus JAMAIS acheter dorénavant le moindre livre de Marie Chioca, je voudrais au moins partager ceci avec vous : les méthodes faciles (et rapides) pour faire des biscuits.

Je précise, des méthodes vraiment faciles.

Parce que pour faire des biscuits, il y a la méthode de nos mémés : fariner le plan de travail, étaler la pâte avec un rouleau, découper des petites formes à l’emporte pièce, refaire une boule avec la pâte qui reste, re-fariner le plan de travail, ré-étaler la boule de « chutes », redécouper des petites formes, refaire une boule avec les chutes, etc. puis tout nettoyer. Et puis il y a les méthodes de fainéants qui m’ont changé la vie ! Celles qui permettent de faire des cookies en toute situation, même les semaines un peu rocambolesques, si vous voyez ce que je veux dire…

Je vous laisse les découvrir ici, et vous donne rendez-vous juste après pour quelques infos en vrac !

 

Méthode 1 : Les cookies découpés en tranches

 

Pour quelles sortes de pâte ?

Toutes celles qui sont faciles à modeler en boudin (donc, ni trop molles, ni trop sableuses : voir par exemple dans mon livre les sablés aux noix et muscovado page 37), mais aussi qui contiennent une matière grasse pouvant durcir au frais (beurre, huile de coco…) afin de pouvoir y découper des tranches sans que le boudin ne se déforme trop.

Avantages : Rapide, très facile, aucune chute.

Comment procéder ?

1 – Former un boudin de pâte.

2- L’emballer dans du papier ou du film alimentaire, puis le laisser un peu durcir au frais, soit 15 min au congélateur, soit au moins 2H au réfrigérateur (peut aussi rester une nuit au frigo sans souci.)

3- Découper des rondelles de pâte d’environ 1cm d’épaisseur, les déposer sur une plaque, puis enfourner.

⇒ Conseils :

– Attention, certaines pâtes contenant beaucoup d’huile de coco peuvent vraiment beaucoup durcir au frais (au point de ressembler quasiment à de la bougie !). Si besoin, les laisser un peu revenir à température ambiante s’il est trop difficile d’y découper des tranches.

– Évitez de mettre dans la pâte à cookies des ingrédients un peu trop durs (par exemple, de très grosses pépites de chocolat, ou des amandes), car ils pourrait compliquer la découpe. Dans tous les cas, utilisez un couteau lisse (sans dents) et bien aiguisé.

 

 

Méthode 2 : Les cookies façon « tuiles », à la cuillère

 

Pour quelles sortes de pâte ?

Toutes celles qui sont assez fluides, voire liquides (par exemple dans mon livre les tuiles sans œufs aux noix et jus de pomme de la page 49).

Avantages : La plus facile et rapide des méthodes, aucune chute.

Comment procéder ?

1 – Avec une cuillère à soupe pas trop grande, prélever des cuillerées de pâte, et déposer des petites « flaques » sur une plaque garnie de papier cuisson.

2- étaler un peu si besoin (avec le doigt ou à la cuillère) car les tuiles bien fines sont plus croustillantes.

3- Enfourner puis bien surveiller car ce sont les biscuits qui cuisent le plus vite…

⇒ Conseils :

– Attention, certaines pâtes s’étalent vraiment beaucoup à la cuisson : ne serrez donc pas trop les biscuits sur la plaque.

– Quand la pâte contient du beurre (ou de l’huile de coco) fondu, elle reste très fluide tant qu’elle est tiède, mais peut ensuite figer et épaissir en refroidissant. Dans ce cas, déposez à la cuillère des petits « tas » au lieu de petites flaques, et aplatissez-les avec la paume mouillée.

– Après cuisson, vous pouvez au choix laisser refroidir sur une grille, ou sur des rouleaux à pâtisserie : dans ce dernier cas, on obtient une forme galbée plus « traditionnelle », mais c’est tout à fait facultatif.

 

 

Méthode 3 : La méthode de la cuillère à glaces

 

Pour quelles sortes de pâte ?

Toutes ! Qu’elles soient sablées, un peu liquides, épaisses… C’est la plus universelle des méthodes (voir par exemple la recette des cookies « XXL » aux noix de pécan page 39).

Avantages :

Rapide, très facile, aucune chute. Convient même aux pâtes super collantes, qui seraient très difficiles à modeler à la main (comme les cookies « super sages » page 28) Attention toutefois d’avoir une cuillère à glace adéquat (avec un système pour décrocher automatiquement la boule de pâte, voir photo).

Comment procéder ?

1 – Prélever un peu de pâte, l’équivalent d’une cuillère bien arasée.

2- Déposer la « boule » sur une plaque. Renouveler l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

3- Avec la paume (éventuellement mouillée pour éviter que ça colle, mais tout dépend des pâtes), écraser les tas de pâte pour former les cookies.

⇒ Conseils :

– Attention à la contenance des cuillères : avec les plus courantes (diamètre 5cm) on fait des cookies XXL (miam !). Il existe aussi des cuillères de 4cm, vraiment idéales à mon sens pour des cookies de taille plus courantes. Mais avec une cuillère de 3cm (cuillère à melon), on peut aussi réaliser des mini-cookies très sympathiques…

 

 

Méthode 4 : La roulette à pizza

 

Pour quelles sortes de pâte ?

Quasiment toutes, sauf celles qui sont vraiment trop liquides.

Avantages : Rapide, très facile, aucune chute.

Comment procéder ?

1 – étaler la pâte avec les mains mouillées (ou un rouleau, au choix) sur une plaque.

2- Pré-découper des carrés, des losanges ou des rectangles. Ne même pas chercher à les détacher.

3- Enfourner tel quel. À la sortie du four, il est très facile de séparer les biscuits. Les laisser refroidir sur une grille.

⇒ Conseils :

– Attention, les biscuits situés sur les bords sont généralement un peu plus dorés et croustillants que ceux du centre. Si on le souhaite, il est possible de remettre 5min au four à 180°C ceux qui sont restés un peu moelleux (sauf si on les aime comme ça !), ils se conserveront mieux.

– Évitez de mettre dans la pâte des ingrédients un peu trop durs (par exemple, de très grosses pépites de chocolat, ou des amandes), car ils pourraient compliquer le découpage à la roulette.

 

 

Méthode 5 : La roulette à pizza, bis (cookies en triangle)

 

Pour quelles sortes de pâte ?

Quasiment toutes, sauf celles qui sont vraiment trop liquides.

Avantages : Rapide, très facile, aucune chute. Assez joli au final (voir par exemple les triangles sablés à l’huile d’olive et au citron page 30).

Comment procéder ?

1 – étaler la pâte avec les mains mouillées (ou un rouleau, au choix) sur une plaque, en formant un disque.

2- Pré-découper le disque en parts avec une roulette.

3- Enfourner tel quel. À la sortie du four, il est très facile de séparer les triangles les uns des autres. Les laisser refroidir sur une grille.

⇒ Conseils :

– Une fois que les triangles sont détachés et sur la grille, laisser refroidir avant de juger de leur texture (rappel : cette règle s’applique absolument à tous les cookies !). S’ils restaient malgré tout un peu moelleux, il est possible de remettre les triangles 5min au four à 180°C. Ils se conserveront mieux ainsi.

– Évitez de mettre dans la pâte des ingrédients un peu trop durs (par exemple, de très grosses pépites de chocolat, ou des amandes), car ils pourrait perturber le passage de la roulette.

 

 

Méthode 6 : Le cookie géant à partager

 

Pour quelles sortes de pâte ?

Quasiment toutes, sauf celles qui sont vraiment trop liquides.

Avantages : Rapide, très facile, aucune chute. Très convivial au moment de partager le cookie (voir par exemple le cookie géant au chocolat, amandes et écorces d’orange page 27) !

Comment procéder ?

1 – étaler la pâte avec les mains mouillées (ou un rouleau, au choix) sur une plaque, en formant un grand disque.

2- Enfourner tel quel.

3- À la sortie du four, laisser refroidir sur une grille, puis servir le cookie. Laisser les « gourmands » le briser, c’est plus rigolo (on peut aussi le briser soi-même et ranger les morceaux dans un pot.)

⇒ Conseils :

– Attention, le cœur du cookie géant est toujours un peu plus moelleux que les bords. Si on le souhaite, il est possible de remettre 5min au four à 180°C les morceaux de cookies restés un peu moelleux, ils se conserveront mieux.

– On peut aussi ne même pas chercher à donner une forme de disque à la pâte, et se contenter de l’étaler n’importe comment (du moment que l’épaisseur de pâte reste plus ou moins uniforme, sinon la cuisson serait compliquée). Une fois les morceaux détachés et dans un bocal, il n’y a aucune différence, et c’est encore plus rapide ainsi !

 

 

Méthode 7 : Les cookies traditionnels à la main

 

 Pour quelles sortes de pâte ?

Quasiment toutes, sauf celles qui sont vraiment trop liquides ou collantes.

Avantages : Rapide, facile, aucune chute.

Comment procéder ?

1 – Prélever une petite quantité de pâte (environ de 25 à 30g, selon les recettes, soit l’équivalent d’une prune reine-claude).

2- Former une petite balle en amalgamant la pâte entre les mains.

3- L’écraser sur une plaque, puis renouveler l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

⇒ Conseils :

– Si la pâte colle un peu, on peut se mouiller légèrement les mains, c’est très efficace !

– Comme pour les cookies « tuiles », ceux découpés en tranches et ceux à la cuillère à glaces, ceux-ci sont généralement bien cuits à cœur d’emblée (mais on peut toujours les remettre un peu au four, 5 min à 180°C sur une grille, s’ils restaient un peu moelleux après refroidissement. Cela aide à mieux les conserver.)

 

Conseils et photos tirés de mon dernier ouvrage :

Acheter cet ouvrage directement sur le site de mon éditeur

Acheter cet ouvrage sur le site de mon libraire-partenaire Decitre

 

 

Et maintenant, les infos 😉

– Déjà, on me demande de relayer auprès de mon « réseau niçois » (cet expression m’a fait sourire, ça sonne un peu comme une association de malfaiteurs) l’info suivante : Terre Vivante sera présent au festival du livre de Mouans-Sartoux (près de Grasse dans le 06), avec tous mes livres. Alors si cela vous tente de venir en feuilleter quelques uns… rendez-vous les 5, 6 et 7 octobre (moi hélas je n’y serai pas, mais vous y rencontrerez Corinne, une bien charmante personne de l’équipe Terre Vivante)

 

Concernant ce blog maintenant… il se passe des tas de petites choses en douce 😉

 

– Bon, déjà, les centaines de photos qui s’étaient fait la malle lors du 3ème déménagement (celui de l’automne dernier) sont revenues ! Pas toutes seules hein, hélas… Mais elles ont toutes été repêchées, mission accomplie !

Vous pouvez donc à nouveau vous balader dans les anciens articles, c’est beaucoup moins déprimant maintenant… Et si par hasard, que dis-je, si par un abominable malheur, vous rencontriez encore un tout petit carré bleu avec un point d’interrogation au milieu (ce qui signifie, en langage de blog, « Ici il y avait une chouette photo mais maintenant elle n’y est plus parce que je l’ai bouffée, gnark gnark gnark ! » alors dites-le moi mais par pitié, en prenant tous les ménagements, le tact et le doigté possibles car je suis une petite personne très sensible. Bon, en gros ça veux dire que j’en ai marre de ces déconnades bloguesques, et que si je trouve encore un truc qui foire et bien mon ordinateur passe par la fenêtre !!! (je suis au rez de chaussée, mais quand même ça me fera du bien). (Oui, je sais c’est injuste, l’ordi n’y est pour rien, j’essaierai donc juste de dire un gros mot pour voir si ça suffit à me faire débouillir). (Oui, débouillir, ça existe.).

– Quelques articles ont complètement disparu (mais alors complètement !) et ça, impossible de les repêcher comme pour les photos. Il s’agit des plus anciens, ce qui est un peu tristounet (j’ai perdu par exemple mon tout premier article, « Bienvenue sur Saines Gourmandises », ça me fait un peu quelque chose). Si vous y tenez, je peux essayer d’aller rechercher sur un très vieil ordinateur à pédales, remisé depuis au grenier, les sauvegardes que j’en avais fait il y a 8 ans. Dites-moi…

– Toujours dans la famille bug-qui-fait-suer : il semblerait que depuis quelques temps, vous ne receviez plus mes notifications de réponses à vos commentaires… Est-ce que vous confirmez ? Est-ce que certains d’entre vous continuent tout de même à recevoir des notifications pour mes réponses ? Sinon, je me dis que ça doit être galère pour vous de devoir « farfouiller » parmi les centaines de commentaires pour vérifier chaque jour si, par hasard, j’ai répondu… ou si je répondrai plutôt demain… ou dans 10 jours…

Une chose est sûre : je réponds à tout le monde ! Cela peut parfois prendre un peu de temps (désolée) mais ne vous découragez pas, sauf mention contraire (quand je préviens bien, juste une ou deux fois par an, que cette fois-ci je ne pourrai pas répondre aux commentaires de tel article précis) je réponds toujours, avec plaisir ! Je « repêche » aussi, parfois des commentaires que je retrouve en spam. Donc là encore, pas de découragement, si vous ne voyez pas votre commentaire s’afficher, je le trouverai probablement quand même un jour dans la corbeille de spams, et une fois validé il apparaîtra enfin sur le blog (avec sa réponse ;))

– J’ai embauché quelqu’un pour passer mon blog en HTTPS, il paraît (si j’ai bien compris) que c’est important pour des raisons de sécurité, bref, ce genre de truc, c’est comme le ménage : quand c’est pas fait, c’est très embêtant, mais quand c’est fait, personne ne le remarque… (Bouhouhou, que c’est décourageant…)

 

Voilà pour le blog, passons à toute autre chose maintenant.

 

– Est-ce que certains d’entre vous seraient intéressés par des vacances/stages de cuisine dans le Vercors en septembre prochain ? Car je réfléchis un peu à une sorte de formation théorique et pratique, avec des « cours » pour apprendre (ou réviser) les bases d’une alimentation saine, des ateliers de cuisine, des bons repas bio et à IG bas (objectif, semaine de vacances où on se régale tous les jours et où on revient plus mince qu’en partant ;)), mais aussi de jolis moments de balade, de repos, de baignades dans la rivière, bref, je voudrais que ce soit pour vous de chouettes vacances utiles, pas un stage commando !

Ce n’est pas encore sur pied, mais juste une idée qui me trotte dans la tête… Et je ne peux vraiment qu’en septembre, la deuxième quinzaine de septembre 2019 plus exactement. Y aurait-il des personnes intéressées?

Voilà, sur ce je vous laisse enfin… à très vite 🙂