{ Petite « ordonnance » pour votre bon équilibre nerveux…}

 

{ Petite « ordonnance » pour votre bon équilibre nerveux…}

Cookies sensas’ à IG très, très, bas…

♥ Sans Lactose ♥ IG Bas ♥

 

Cookies à IG très bas 1Vous venez de travailler 6H d’affilée devant l’écran. Vous y voyez comme dans un étang à grenouilles quand vous avez oublié vos lunettes de natation, votre cerveau bugue façon Windows Vista quand on essaye d’ouvrir huit programmes en même temps, vous ne savez plus que bredouiller des bouts de phrases inintelligibles d’un air parfaitement ahuri, et chaque mot des enfants met 38 secondes à vous monter aux neurones (je compatis !) ? Posologie : 3 cookies (et hop, vous êtes prêts pour enchaîner sur un Rumikiub où vous allez éclater tout le monde).

Votre collègue a, encore une fois, laissé la photocopieuse en mode « bourrage papier » et vous avez très envie, là tout de suite, de lui faire bouffer toute la ramette de 500 feuilles A4 en guise de représailles ? Posologie : 3 cookies (et après ça, vous irez même en prime débourrer la machine en sifflotant).

Vous ne supportez plus, mais alors plus du tout les blagues nulles de votre patron (et en plus, faut rire, si on veut de l’avancement…) ? Posologie 3 cookies + 6 à lui fourrer directement dans le bec (ça le fera taire au moins sept minutes, vous verrez, comme ça repose).

Vous venez de vous prendre une amende pour un dépassement de 4km/H, puis, du coup, pour outrage à agent, puis, du coup, pour les pneus lisses, le contrôle technique presque en retard, la vignette d’assurance collée de travers, la crotte d’oiseau dans un coin du pare-brise, la ceinture que le chien n’avait pas bien attaché, le pot d’échappement qui dépasse un peu du pare-choc, l’absence de siège auto pour l’enfant de 19 ans… Posologie : 5 cookies (faut ce qu’il faut !) + 12 pour monsieur l’agent, histoire de voir si par hasard, « ça ira pour cette fois, mais ne recommencez plus ».

Cookies à IG très bas2Ou alors vous avez juste une journée à peu près « normale », avec, comme moi hier, une recette à inventer puis à photographier de bon matin, une fifille qui se réveille avec des boutons partout, deux ados qui passent en même temps les épreuves du Bac et qui viennent vous demander où est, déjà, leur #!*% !!! d’exemplaire de La Princesse de Montpensier « qu’il faudrait peut-être relire un peu même si c’est nul à ch*er », un toutou à emmener chez le véto (et surtout, l’emmener alors qu’il vomit à tous les coups en voiture, sinon c’est moins drôle !), le potager qu’il faudrait arroser sérieusement parce que tout commence à ressembler à des épinards (cuits), puis, dans l’après-midi, des amis qui passent à l’improviste au moment où le téléphone sonne et où il faut partir chercher un loulou au collège, un pauvre mari qui voudrait bien profiter de ce joli temps pour aller enfin faire un grand tour à vélo (sauf que là, QUIIIII va aller chercher les autres enfants à l’école pendant que je pèterai mon câble à essayer de faire boire le chien tout en nettoyant le vomi dans la bagnole, hein ?), 72 mails en retard sur la boîte (ben voilà, ils attendront encore un peu), au moins trois lave-vaisselles à brancher si on veut a minima atteindre le robinet pour se laver les mains, et j’en passe (c’est pas le boxon comme ça chez moi tous les jours, promis, là c’était quand même un peu la totale…) Posologie : 3 cookies. Oh et puis zut. 5 cookies. Après ça, on peut repartir pour 1H de trampoline, ça aide à ne pas (trop) péter les plombs

Bref, ces cookies-là remplacent très avantageusement les cachets de magnésium, les antidépresseurs, les calmants, les euphorisants, le gaz hilarant, et encore plus avantageusement les fleurs de Bach, la méditation tibétaine, le yoga, les grosses cigarettes roulées qui font rire. Mais surtout, c’est de la bombe… Avec leur texture un peu sablée, les petits grains de kasha qui croustillent sous la dent, les éclats d’amande, et leur délicieuse saveur de coco, je les trouve même encore meilleurs que ceux « Pour Véro », que j’aimais déjà tellement.

Kasha

Kasha (grains de sarrasin grillé)

Ils sont pleins de magnésium (amandes, chocolat, sarrasin…), ça caaaaaaaaaalme (il paraît). Ça destreeeeeeeeesse (il paraît aussi).

Ils sont pleins de bonnes fibres solubles (son d’avoine, amandes) ça caaaale super bien les estomacs affamés.

Ils sont pleins de bons glucides à IG très bas (sucre de coco, céréales intégrales, son d’avoine…), ça donne des foooorces !!!

Ils sont surtout tout doux pour la ligne, moi ça fait 6 semaines que j’en mange tous les jours au goûter (et parfois même au petit dej’) et j’ai déjà perdu 3kg (mais je fais aussi super attention, pour une fois, bref, j’essaye de bien écouter les conseils d’une certaine Marie Chioca ( sans faire « un-tout-petit-écart » à chaque repas parce que j’ai un peu de hanches en trop, merci les six bébés, mais c’est pas grave, je vous aime quand même ;)).

Bref, autant dire que j’en ai fais des cookies ces dernières semaines, parce que mes enfants m’en piquent un peu, mais surtout, beaucoup plus grave, mon mari m’en pique beaucoup, au point que je lui ai fait une boîte spéciale rien que pour lui (mais dedans, je lui en pique aussi quand j’ai fini les miens, héhé, mais chut, heureusement il ne lit pas mon blog).

Voilà, ces cookies, j’espère qu’ils vous feront autant de bien qu’à moi. Et si vous vous foutez éperdument du côté (supposé) « zenifiant » de ces cookies super riches en magnésium parce que, genre, vous habitez une yourte dans le Vercors et que votre seul question ce matin c’est de décider si vos chèvres brouteront plutôt des touffes d’origan sur les côteaux ou un champ de pissenlits sous les noyers (comme je suis jalouse !), et bien goûtez-les quand même (les cookies, pas les pissenlits).

Et si vous rigolez du côté « IG bas » parce que, genre, vous rentrez encore à 30 ans dans vos fringues en taille 14 ans. Et bien goûtez-les aussi.

Et si ça vous fait trop marrer le côté « qui cale bien » parce que vous, après six cuillerées de carottes râpées et une boulette de pâte de dattes vous vous sentez d’aplomb pour un ultra-trail. Goûtez-les encore.

Parce qu’ils sont juste, vraiment, su-per bons !!!

Cookies à IG très bas 3

Cookies à IG très bas 4

Cookies à IG très bas 5

 

Ingrédients pour environ 60 cookies (On ne se moque pas !!! Moi il m’en faut bien 60, mais vous pouvez diviser les ingrédients par trois si vous n’avez pas une famille de fous qui vous en piquent toute la journée)

Préparation : 15 min

Cuisson : 15 min

  • 415g de son d’avoine
  • 160g de kasha (sarrasin grillé) Attention, bien choisir les marques Markal ou Celnat (je les ai testées toutes les deux), car avec une autre marque j’ai eu une mauvaise surprise, on se cassait les dents tellement les grains étaient durs !)
  • 125g de farine T130 ou T150 de grand épeautre
  • 180g d’huile de coco
  • 150g de sucre de coco
  • 225g de chocolat noir à 70 ou 85%
  • 3 oeufs
  • 225g d’amandes (ou de noisettes)
  • 1 sachet de poudre à lever
  • Une cuillerée à café à peine bombée de fleur de sel.

 

Cookies à IG très bas 6Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante.

Concasser très légèrement les amandes (sans non plus faire de bouillie !), soit en les tapant avec un rouleau à pâtisserie pour les réduire en gros morceaux, soit en les mettant dans le bol d’un robot pâtissier de type Kitchenaid muni de son batteur plat (vitesse « 1 », juste pour casser les amandes sans se retrouver avec des éclats projetés dans toute la cuisine. Oui, ça sent le vécu.).

Couper les tablettes de chocolat en « pépites » carrées avec un grand couteau.

Mélanger les éclats d’amande et les pépites de chocolat avec le son d’avoine, la farine, le kasha, la levure, le sucre de coco et le sel. Ajouter ensuite l’huile de coco (à température ambiante, inutile de la faire préalablement fondre), les œufs, et travailler le mélange avec les doigts (ou au batteur plat du robot), jusqu’à obtention d’une texture homogène. Au début, oui, c’est trop sablonneux, on dirait que ça ne va jamais s’amalgamer parce que l’huile est froide, donc figée ! Mais ne dégainez pas tout de suite votre clavier (en plus vous allez le salir) pour me demander si je ne me suis pas trompée dans les quantités d’ingrédients : Il faut juste un peu per-sé-vé-rer ;). On finit vite par obtenir une consistance un peu molle, bien homogène (et légèrement collante, c’est normal.)

Prélever environ 25g de pâte avec une cuillère (sinon, ça colle un peu trop aux doigts), la façonner en boule en la roulant entre les mains, puis la déposer sur une grande lèchefrite chemisée de papier (ou juste farinée). Renouveler l’opération jusqu’à épuisement de la pâte, sans trop serrer les boules de pâte. (Pour 60 cookies, faire deux fournées ;))

Se mouiller la paume de la main, puis écraser chaque boule sur la plaque pour former les cookies.

Enfourner pour 15 minutes, et laisser totalement refroidir sur une grille (ils vont gagner en croustillant) avant de savourer.

À conserver, en théorie, jusqu’à au moins 15 jours dans une boîte en fer ou un bocal de verre bien hermétique, à l’abri de l’humidité (éviter les bocaix transparents… beaucoup trop tentants pour les « piqueurs de cookies ^^ »).

Cookies à IG très bas 7

Cookies à IG très bas 8

Cookies à IG très bas 9