{ Cette année, Pâques tombe un 1er avril, alors je vous ai fait du poisson… (Poisson d’avril !!!) }

{ Cette année, Pâques tombe un 1er avril, alors je vous ai fait du poisson… (Poisson d’avril !!!) }

 

Brownies de Pâques « Forêt-Noire »

(Super-faciles à faire, en quelques minutes chrono)

(Ultra-fondants, et un peu croustillants sur le dessus)

(Avec une compotée crue de griottes sauvages et une crème fouettée coco)

(Découpés avec des formes trop mignonnes si on en a la patience)

(De texture un peu « fudge » sur les bords… et au milieu aussi !)

(Sans œufs, sans lait, bref, végétaliens en fait… mais pas trop « light » non plus !)

 

 

Brownies de Pâques "Forêt-Noire"1En matière de brownies, je pensais avoir déjà bien le tour, mais bon, après tout, on n’est jamais à l’abri… Il y a 10 jours par exemple, c’était la fête de ma plus grande fille, et je lui ai demandé quel était son gâteau préféré. Une forêt-noire, qu’elle a dit, la vilaine. Alors que j’avais déjà cuisiné des gâteaux toute la semaine pour un bouquin, et que là, le samedi, j’espérais tellement faire autre chose, genre un « truc de ouf » qui change vraiment et laisse des souvenirs impérissables pour la vie. Comme la sieste avec des boules Quies et la couette remontée jusqu’aux trous de nez par exemple.

Après avoir machiavéliquement habillement tenté une diversion (Et un gâteau au yaourt, c’est super bon un gâteau au yaourt ! Et une crème-dessert, hein ? Ou alors une salade de fruits ?) il a bien fallu me rendre à l’évidence. C’était vraiment d’une Forêt-Noire qu’elle rêvait… Et ma sieste alors ?

J’ai donc tenté l’ultime argument. Bon, du moment que ça a bien un goût de Forêt-Noire, tu es d’accord qu’on s’en moque un peu de la présentation ? Et là, ça a été OK, j’avais carte blanche. L’infâme petit démon de la sieste m’a chuchoté d’aller acheter chez l’épicier du coin des brownies, une bombe entière de chantilly et des cerises au sirop (celles qui ont la couleur de la pomme empoisonnée de Blanche-Neige), puis de flanquer tout ça dans un saladier en mode « tiramisu en vrac de la Forêt-Noire ». Mais je l’aime, ma fille, et sa fête c’est juste une fois par an. Alors j’ai essayé de faire simple, mais bon quand même. Des brownies par exemple, avec des cerises séchées et de la crème chantilly de coco? Ça serait pas mal du tout… Miam. Mais il n’y avait plus d’œufs (une grmblrmrblr de cane couvait sur les œufs des poules, et les défendait à coups de becs ! Or, je ne me sens pas tellement une âme de toréador, et mes garçons n’étaient pas là, et comme la cane soufflait et faisait des yeux terribles les autres filles de la maison avaient autant la trouille que moi, bref, j’vous la fait courte, y’avait pas d’œufs un point c’est tout).

Brownies de Pâques "Forêt-Noire"2

Et si vous avez un gramme de patience en plus, et bien sachez qu’une fois passé quelques heures au frais (le brownie, pas vous) il peut aussi se découper en petits « sujets de Pâques » tout-mignons, mais attention toutefois aux becs et petites oreilles qui risquent un peu de rester coincés dans l’emporte-pièce (et il faut vraiment que le brownie soit bien froid parce que sinon c’est même pas la peine d’essayer ! ;)).

Il n’y avait pas non plus de tofu soyeux (je m’en sers parfois pour remplacer les œufs) ni de yaourt de soja. Ça commençait bien. Alors j’ai fait avec les moyens du bord, en gloubi-gloubant dans un saladier ce que j’avais sous la main sans être très rassurée quant au résultat final.

Et bien c’était délicieux, à se taper le derrière par terre… en fait, tout a déjà été dit dans le titre ;), alors je vous la fais courte parce qu’en fin de semaine je pars, que là les valises m’attendent, pas grandes ouvertes sur les lits avec des piles de linges bien rangées à côté, mais au grenier, pleines de poussières et de toiles d’araignées, donc, je suis pas très en avance, je dirais même que ça fait peur… en plus je dois laisser la maison à des amis, donc là il faut VRAIMENT que je range. Bref, cette texture qui fait encore plus « brownie US » que le plus « US » des brownies, cette fine croûte légèrement craquante (surtout sur les bords !), ce petit goût d’amande amère avec les griottes réhydratées dans le jus de pomme et la chantilly coco c’était délicieux, mais délicieux, mais alors délicieux ! Je dirais même plus, c’était heu, délicieux. Voilà. Alors, si vous cherchez une idée de fainéant pour Pâques, je vous donne le tuyau..

Ces brownies, on peut les servir tièdes ou à température ambiante pour une texture incroyablement fondante qui se savoure à la cuillère (c’est bête ce que je dis, parce qu’après-tout, vous pouvez aussi y aller à la fourchette, à la louche, avec des baguettes, c’est comme vous voulez)… ou les laisser un peu prendre au frais : Ils évoqueront alors davantage les bouchées chocolatées de type fudge, et pourront être servis en plus petites parts avec le café par exemple. Dans tous les cas, c’est bluffant… Joyeuse Fête de Pâques !

⇒ Nota : Je m’excuse vraiment d’avance, mais je ne suis pas trop sûre de pouvoir répondre aux commentaires cette fois-ci (si je ne ferme pas mon ordi un bon coup, mes enfants vont vraiment partir en caleçon chez leurs grands-parents ! Les valises pour huit, c’est toute une histoire…) . Mais je lirai tout, promis ! 🙂

Brownies de Pâques "Forêt-Noire"3

Ingrédients pour environ 8 personnes

Préparation : 5 à 10 min

Cuisson : 14 min

(À commencer éventuellement la veille )

Pour les brownies :

  • 140g de jus de pomme
  • 180g de chocolat noir pâtissier à 70%
  • 130g de sucre de coco
  • ½ sachet de poudre à lever
  • 100g de farine T110 de grand épeautre (ou de blé)
  • 70g d’huile de coco vierge
  • 70g de purée d’amande blanche
  • 1 c. à café d’arôme amande amère Nat’Ali (ou 2 c. à soupe d’arôme amande amère Patelière, ou 1/2 c. à café d’arôme Vahiné parce qu’attention, d’une marque à l’autre, la différence de dosage, ça craint !)
  • 3 sachets de sucre vanillé
  • 1 bonne pincée de fleur de sel.

Pour servir :

  • 100g de griottes séchées (en magasin bio), trempées depuis la veille dans un bol de jus de pomme
  • 40cl de crème de coco liquide, sortant juste du frigo (marque Kara par exemple, briquette verte, elle monte bien en « chantilly »
  • 40g de sirop d’agave
  • Une c. à soupe d’extrait de vanille liquide.

La veille au soir, bien penser à mettre les griottes à tremper dans le jus de pomme.

Préchauffer le four à 180°C.

Faire fondre l’huile de coco dans une petite casserole, puis y casser le chocolat et laisser terminer de fondre sous un couvercle hors du feu, en mélangeant de temps en temps.

Mélanger la farine et la levure dans un saladier, faire un puits, puis ajouter absolument tous les autres ingrédients. Mélanger juste ce qu’il faut, surtout sans trop insister.

Transférer immédiatement la pâte dans un plat rectangulaire ou un cadre à pâtisserie d’environ 18X24cm, égaliser la surface, puis enfourner pour 14min.

Laisser refroidir à température ambiante avant de découper en parts (sinon, c’est un carnage tant c’est fondant !) ou mettre au frais jusqu’au lendemain. 

Servir avec les griottes égouttées et la crème de coco fouettée en chantilly avec le sirop d’agave et la vanille.

 

PS : Retrouvez plein d’autres idées de recettes pour Pâques en cliquant ici, ou en tapant « Pâques » dans le moteur de recherche du blog (allez savoir pourquoi, il ressort deux ou trois résultats qui n’ont vraiment rien à voir mais bon, on retrouve bien les recettes les plus sympas : gâteau-lapinette, Nid de Pâques au chocolat, épaule d’agneau briochée, cupcakes « mystère », etc., bref, c’est beau un moteur de recherche qui fonctionne ;))