{ Un bon plat des familles, et aussi une question pour botaniste averti…}

{ Un bon plat des familles, et aussi une question pour botaniste averti…}

Gratin d’orecchiette au chou chinois et au bœuf

♥ IG Bas ♥

 

Gratin d'orecchiette au chou chinois et au boeuf 1Hier soir, c’était grave, vous allez voir, mais alors grave de chez grave : je ne savais pas encore ce que j’allais poster sur le blog le lendemain. Du sucré ? Du salé ? Du « tout simple » ? Ou au contraire quelque chose d’un peu plus sophistiqué, genre pour Pâques (mais ne nous emballons pas, il reste encore 3 semaines !). Et puis ma grande fille, qui travaille au rayon légumes d’un magasin bio, a ramené un énorme chou chinois. Elle savait qu’elle allait me faire plaisir (en vrai, si un jour je vous invite, ne m’apportez pas un bouquet de fleurs, mais plutôt un gros chou chinois, je suis fan ;)), mais à ce point ! Parce que du coup, ça a été le déclic : Tilt, demain, sur le blog, je vais leur poster mon FAMEUX gratin de pâtes au chou chinois et au bœuf, un grand plat des familles, complet, équilibré, facile, avec peu d’ingrédients (dont beaucoup de légumes), bref, le truc qu’on aime bien tous mettre au menu (surtout quand c’est super bon !).

Je l’ai donc cuisiné ce matin tôt, et déjà, un de mes fils a voulu essuyer le jus de cuisson au fond du wok avec son pain du petit dej’. Mffff. Un peu fada celui-là. C’est bien mon fils.

Et puis vers 9h, quand le gratin cuisait au four, il est venu me demander vers quelle heure on passerait à table aujourd’hui. Je n’ai pas trop osé ironiser, vu que je venais moi aussi de me poser la question.

Malgré ce parfum qui envoutait toute la maison, on a été très patients, et sages, et tout et tout, promis, puisqu’on a attendu 11H05 (quand même !) pour passer à table.

Comment ça c’est tôt 11H05 ? Et bien, ça n’a vraiment rien à voir avec le menu du jour, c’est juste que le fiston devait faire un devoir de 4H l’après-midi, et moi, heu, et bien je devais faire réparer le pare-brise, vers 14H, donc en fait, je voulais être sûre d’être à l’heure, par gentillesse pour le monsieur qui répare les pare-brises, et comme c’est au moins à ¼ d’heure de chez moi, on sait jamais, il aurait pu y avoir par exemple un looong troupeau de vaches qui traverse la route pendant 45min, ou une panne de feu rouge, ou une manifestation de défenseurs de la réintroduction du tigre à dents de sabre dans le Dauphiné, puis, une centaine de mètres plus loin, la contre-manifestation des bergers pas contents du tout, enfin bref, il fallait que je sois sûre d’être à l’heure, c’était par correction.

Vous voyez ?

Gratin d'orecchiette au chou chinois et au boeuf 2Hum, bon, bref, arrêtez un peu de faire du mauvais esprit, et pour revenir à ce plat, je vous concède que vu comme ça, ce n’est « que » un bête gratin de pâtes. Pas de quoi émouvoir les foules, ni même se ruer dessus à 11H05 du matin (sauf par correction pour le pauvre monsieur qui répare les pare-brises, comme dans mon cas par exemple). Mais il y a des petits détails qui changent tout ! Tenez, prenez par exemple la cuisson des légumes : si on arrive (et ce n’est pas bien compliqué) à faire « caraméliser » les sucs de cuisson juste ce qu’il faut, c’est à dire, pas tout cramé (avec l’huile qui fume partout et qui fait tousser, sur fond de détecteur de fumée qui hurle, même qu’il faut monter sur un tabouret pour le décrocher #!8%!), non, ni tout bouilli, mais juste entre les deux, quand la bonne odeur des oignons fondus dans l’huile d’olive se mêle à celle du bœuf, du chou chinois (très très délicate, l’odeur du chou chinois, de quoi réconcilier les traumatisés du chou vert, et même les poly-traumatisés du chou de Bruxelles), du thym et de l’origan, ça chatouille agréablement les narines. Pour réussir ça, pas besoin de faire un stage commando de 3 mois chez Ducasse : il faut « juste » un bon matos : pas de l’inox (sauf avec un fond très épais genre Ecovitam, parce qu’alors là ça change tout) ni un revêtement anti-adhésif, mais plutôt de la fonte par exemple, car plus la sauteuse (ou le wok, la poêle, la cocotte…) est dans un matériau sympa, plus les mets caramélisent et fondent sans brûler, sans que l’huile ne fume, etc. C’est trèès important, mais là, j’y reviendrai, avec (un jour) un article sur les bons ustensiles de cuisson (merci à ceux qui attendent patiemment cet article depuis 7 ans… ça viendra, c’est juste que je suis toujours beaucoup plus motivée par le « pratique » -genre, me dévouer pour cuisiner et manger des trucs- que par le « théorique » – genre, la batterie de cuisine. Pardon.).

Gratin d'orecchiette au chou chinois et au boeuf 3Quant aux pâtes, je vous avoue avoir un peu honte, parce que moi, Marie Chioca, la fille qui explique sans vergogne à tout le monde qu’il faut mieux bouloter des pâtes complètes, et bien j’étais justement en panne ce matin. J’ai donc utilisé des orecchiette, ces petites pâtes si délicates que mon italien de mari recharge automatiquement dans le placard (beaucoup plus automatiquement que les grosses pâtes marrons « pour les ânes », celles, complètes, que je préconise dans mes bouquins et que perso, j’aime beaucoup mais lui nettement moins). On va dire que ça sera un petit écart, pour une fois. D’autant plus que comme je l’explique bien dans mon dernier ouvrage, on peut parfois s’autoriser des pâtes un peu plus blanches à condition de les choisir pas trop fines (mieux vaut des orecchiette que des vermicelles par exemple), non précuites (pas de « cuisson 3min »), sèches (car hélas l’IG des pâtes fraîches est moins sympa), de les cuire al dente, et de les accompagner de légumes et de protéines (comme ici !). J’espère donc être pardonnée.

Enfin, il y a le thym, et l’origan. Alors là, petits conseils. Pour le thym, j’ai deux fournisseurs : un ami habitant les Alpilles qui m’en porte un stock chaque année (parce que le thym de l’Isère, il est très joli, tout rose, tout mignon, mais il n’a aucun goût, c’est du thym de décoration), mais aussi en magasin bio la marque « Herbier de France » (billet non sponsorisé, promis) qui vend dans des sachets en kraft un thym hyper parfumé, qui sert aussi bien à ma cuisine qu’à mes tisanes. Pour l’origan, c’est plus compliqué. Là aussi, celui qui pousse en abondance chez nous, dans des terres fertiles, plutôt bien arrosées, etc. est très photogénique : en été, il pare toute la campagne de rose pourpre et l’hiver, il décore mes photos 😉. Mais côté parfum, c’est comme essayer de sentir une rose en tissu. Je dois donc l’acheter mais là attention, je crois qu’il y a deux sortes d’origan : un, génial, qui sent la pizza dès qu’on ouvre le bocal (marques Cook, Ducros, etc.). Et un autre qui sent le foin (du moins quand on ouvre le bocal), puis qui développe à la cuisson un extraordinaire parfum… de Baygon Vert (pour insectes volants, rampants, sautants, ondulants, nageant, sautillants, bref, là, garantie, tout le monde fuit). Aussi je voudrais savoir s’il se trouve ici un botaniste, qui pourrait nous éclairer sur la question… Merci beaucoup d’avance !

Ça me ferait mal que vous mettiez de l’insecticide dans ce bon gratin…

Gratin d'orecchiette au chou chinois et au boeuf 8

Ingrédients pour 6 personnes

Préparation : 10 min

Cuisson : Environ 25min + 5 min au four

  • 500g d’orecchiette, ou autres pâtes au choix Gratin d'orecchiette au chou chinois et au boeuf 4
  • 1 gros chou chinois (ou deux petits)
  • 3 gros oignons (ou 6 petits)
  • 400g de viande de bœuf hachée bio (ou 4 steaks bio surgelés, décongelés)
  • 6 c. à soupe d’huile d’olive
  • 100g de parmesan râpé
  • Une bonne pincée d’origan et de thym séché
  • Sel, poivre.

 

Émincer finement les oignons, les faire revenir à l’huile d’olive dans un grand wok, ou une grande cocotte en fonte. Pendant ce temps, émincer le chou chinois (du côté des feuilles, on peut se contenter de faire des tranches larges de 3cm, mais plus on s’approche du trognon, plus les tranches doivent être fines sinon la texture après cuisson sera un peu filandreuse).

Faire dorer le chou chinois avec les oignons et la viande. Ajouter l’origan, le thym, saler, poivrer, poser un couvercle et laisser mijoter environ 10min. Enlever alors le couvercle et laisser réduire le jus, jusqu’à ce que tout soit bien « fondu » et doré au fond du wok ou de la cocotte.

Parallèlement, faire cuire les pâtes à l’eau salée, le temps indiqué sur le paquet. Les égoutter, les huiles légèrement.

Préchauffer le four à 225°C.

Déposer la moitié des pâtes dans un grand plat à gratin, puis la totalité de la poêlée au chou chinois. Saupoudrer avec la moitié du parmesan. Répartir par dessus le reste de pâtes, parsemer avec le reste de parmesan. Ajouter un peu de thym et d’origan, puis enfourner pour quelques minutes, juste le temps de faire dorer le dessus.

C’est prêt ! Et vous allez voir un peu comme c’est bon…

Gratin d'orecchiette au chou chinois et au boeuf 6

Gratin d'orecchiette au chou chinois et au boeuf 7

Une petite « brève » côté jardin :

Soutenez le Jardibus de Terre Vivante !

Jardibus, sur une idée originale de Pascal ASPE, est un véhicule, tout équipé, pour créer des jardins adaptés à tous lieux et tous publics. L’idée ? Compenser les difficultés de déplacements sur le Centre des écoles et autres institutions et réduire les inégalités d’accès à la nature et à l’apprentissage du jardinage. Et pour que ces jardins poussent de partout et deviennent de vrais projets investis et suivis, Jardibus propose aussi des animations autour du jardin pour les enfants et des formations pour les professionnels de l’éducation.

Le centre Terre Vivante est candidat au concours La fabrique AVIVA, pour développer le projet JARDIBUS. Il faut rassembler le plus de votes possibles parmi tous les candidats !  Ce concours permettrait de financer l’achat et l’équipement du véhicule. Si vous le souhaitez, vous pouvez soutenir cette initiative en votant pour le projet sur :

https://lafabrique-france.aviva.com/voting/projet/vue/30-1579

(Pour soutenir ce projet, il suffit de créer un compte et ajouter de 1 à 10 voix, c’est tout !). Merci à tous !