{ Le 35ème ! }

{ Le 35ème ! }

 

Les secrets de la cuisine à IG bas

100 recettes salées pour la silhouette et la santé

 

Couverture Livre Les secrets de la cuisine à IG basPour moi, cette année 2018 devrait voir la sortie de trois ouvrages majeurs, des sortes d’ « incontournables » en matière de cuisine saine… Et non, bien que j’en ai très envie, je ne spoilerai pas sur les prochains (même si vous me chatouillez entre les doigts de pieds avec une plume ou que vous me confisquez ma tablette de chocolat*), mais, tout en attendant pa-tiem-ment, les prochaines sorties, voici déjà un petit aperçu du premier sur la liste, qui vient juste de paraître :

Est-il super original ? Non, pas vraiment. C’est « juste » un livre de recettes salées à IG bas pour le quotidien.

Est-il utile ? Oui, franchement ! Parce que c’est une mine d’idées pour se régaler tous les jours, en ménageant sa silhouette et en chouchoutant sa santé.

Et je suis sûre que le concept vous parle 😉

Je suis d’ailleurs toute heureuse de constater quel magnifique essor a pris en quelques années le concept des IG dans le « paysage » nutritionnel français. Quand je me suis décidée à lancer ce blog en 2011, c’était justement pour palier à un manque réel : quelques auteurs avaient bien déjà publié sur le sujet, mais il fallait absolument aider à faire passer le message, « militer » pour faire mieux connaître ce grand principe de l’indice glycémique qui, s’il est bien compris et bien appliqué, permet de lutter avec une efficacité redoutable contre le surpoids, le diabète, mais aussi par exemple des maladies comme le cancer, la dépression, les dérèglements hormonaux, le syndrome métabolique, l’hypertension, les risques cardiovasculaires, certains troubles ophtalmiques, la fatigue générale, le stress oxydatif, l’acidose chronique, et j’en passe (voir par exemple l’excellent ouvrage du Dr Pierre Nys sur ce sujet).

Maintenant, tout le monde, ou presque, a entendu ou lu quelque chose sur l’IG. Les médecins -même les plus « conventionnels »- reconnaissent le bien-fondé de ce mode d’alimentation. Nombreuses sont les blogueuses et blogueurs cuisine à publier des super recettes et/ou des ouvrages de cuisine à IG bas. C’est vraiment chouette ! Et je me contente d’apporter aujourd’hui une simple petite pierre de plus à l’édifice… Un ouvrage de recettes simples et bonnes pour le quotidien, c’est bien peu de choses, mais ça va dans le bon sens !

Gratin de blettes, bechamel IG bas

Et bien oui, on peut même réaliser une béchamel à IG bas ET quasiment sans lactose, qui a tout le goût et la texture de celle de nos mémés… Recette page 174 😉

Je me rends compte que comparé au travail de mes collègues auteurs publiant sur le même sujet, lesquels font preuve d’une formidable créativité (utilisation d’ingrédients rares et parfois méconnus, d’épices lointaines, de « super-aliments », etc.) ma petite touche à moi, c’est ce côté bien « terroir » qu’on retrouve dans quasiment toutes mes recettes. Ce n’est pourtant pas que je sois insensible aux plats plus exotiques ! Mais intuitivement, ma façon de cuisiner reste très proche de celle de nos grands-mères : des bons plats mijotés, des tourtes, des crêpes farcies, des grandes poêlées de légumes à l’huile d’olive (relevées d’une pincée d’origan, humm), des pâtes, des jolies  salades, etc. (avec la petite touche « méditerranéenne » en plus, mais ça…bon, bref, ne spoilons pas ;). Alors, laissant à d’autres auteurs le soin de vous faire découvrir des ingrédients à IG bas super originaux (c’est intéressant aussi !), j’ai pris le parti de privilégier ceux qui sont très faciles à trouver, et si possible pas trop onéreux : pour ces recettes par exemple, hormis le psyllium (utilisé dans deux recettes de pain) et la farine d’orge (qu’on trouve heureusement de plus en plus facilement, Biocoop par exemple vient enfin de la référencer), tout les autres ingrédients restent très courants. D’un point de vue pratique, pour ne pas surcharger les placards, c’est bien aussi 😉 (ça me rappelle que je n’ai toujours pas terminé le paquet de fonio dont je vous parlais déjà en 2012). Et d’un point de vue théorique, je me dis que même sans être très tendance, ma « cuisine de blaireau » a toute sa place dans une démarche écologique plus globale, car elle est naturellement locavore jusqu’au bout des ongles ;)…

Alors ce bouquin, il a quoi dans le ventre ? Et bien, après une intro générale rappelant par exemple qu’est-ce que l’indice glycémique, quel est son impact sur l’organisme, à qui s’adresse ce mode d’alimentation, comment se définit l’indice glycémique d’un aliment, quels sont les autres principes à respecter pour cuisiner sain (car « IG bas » ne signifie pas toujours « bon pour la santé »), quels sont les bons aliments à mettre dans nos placards, etc. on passe enfin aux recettes, mais sans cesser d’apprendre, car vous découvrirez au gré des pages plein d’autres petites infos pour cuisiner à IG bas au quotidien, dont de petits encadrés « Zoom sur.. » qui présentent les ingrédients phares de la méthode IG, ou encore les encadrés « Pour bien équilibrer le menu » qui vous donneront quelques bonnes notions sur la taille des portions et la composition d’une assiette équilibrée.

Quant aux recettes proprement dites, je vous en mets ici un petit échantillon… Comme je le radote répète souvent, la cuisine saine peut (et même « doit » !) réjouir nos papilles, bannir toute frustration, apporter de la joie partout avec des petits plats qui mettent l’eau à la bouche… Le tout avec un zeste de « pédagogie », mais sans interdit ni tabou : c’est un gage de bonheur au quotidien mais aussi de persévérance à prendre soin de soi sur le (très) long terme…

 

* Même pas mal… de toute façon je suis en cure Cabot 😉

 

Vous trouverez dans le chapitre 1 des idées saines et sympa pour prendre l’apéro (parce que c’est souvent le moment où on lâche tout côté résolutions ;))

Par exemple, ces mini-soccas à la sarriette et tomates séchées…

Mini-soccas

 

Ou ces pois chiches grillés à l’huile d’olive et piment d’Espelette (c’est croustillant comme des crackers, ouille, difficile de s’arrêter !)

Pois chiches grillés

 

Dans le chapitre 2, on découvre plein de recettes de tartes salées, cakes, crêpes, tourtes, flammekueches, etc. (avec plusieurs pâtes de « base », à décliner comme on veut) bref, toutes ces petites choses qui nous font teeeellement craquer sur les menus des restaurants, alors qu’elles sont généralement si calamiteuses pour la ligne. Sauf que là, vous pouvez y aller franco, c’est à IG bas 😉

Ici, ces crêpes farcies « Quimper-Nice », avec une garniture au bœuf, parmesan et épinards frais évoquant carrément les meilleurs cannelloni

Crêpes farcies IG bas

Ou une simple quiche au saumon sauvage et fenouils caramélisés, dont je me souviens avoir repris 3 parts (pardon)…

Tarte saumon sauvage et fenouils IG bas

 

Dans le chapitre 3, on s’attaque aux « accompagnements » glucidiques. Car si généralement, on sait tous à peu près comment cuisiner à IG bas des légumes verts, et bien ça se corse un peu plus dès qu’il est question de céréales, de pommes de terre, etc. Les plats de ce chapitre sont donc parfaits pour compléter la protéine du repas de midi, mais peuvent même pour certains constituer des plats végétariens parfaitement équilibrés (pas de panique, on retrouve dans quasiment chaque recette les fameux encadrés « Pour équilibrer le menu » qui donnent des informations en terme de portion par exemple).

Ici, des pois chiches rôtis aux légumes d’été…

Pois chiches rôtis IG bas

Et là, du quinoa à l’italienne (je ne suis pas une grande fana de quinoa, mais cette recette là… mamma mia !)

Quinoa à l'italienne IG bas

 

Dans le chapitre 4, on s’attaque aux plats complets pour le déjeuner, ceux, parfaitement équilibrés, qui associent protéines, légumes et glucides en proportion idéale.

Comme c’est encore l’hiver, et qu’il fait bien froid, je vous propose une grande assiette de cet Irish Stew fondant aux haricots blancs…

Irish stew aux haricots blancs

Ou ce patidou farci au poulet :

Patidou farci au poulet IG bas

 

Puis, arrive en 5ème position un chapitre « boulange », certes très modeste comparé à cet ouvrage un peu plus ancien, mais du moins vraiment pratique car toutes les recettes sont super simplifiées, sans tour de main compliqué, pétrissage long, levée à rallonge etc.

Un exemple ? Ce pain campagnard au seigle, noix et cantal, qui se pétri à peine et ne lève qu’une fois (ce moelleux, ce goût… surtout testez-le très vite ;))

Pain campagnard au seigle, noix et cantal

Ou ces petits pains suédois aux fibres (tellement addictifs au petit déjeuner !)

Petits pains suédois aux fibres IG bas

 

Enfin, le 6ème et dernier chapitre est entièrement dédié aux repas du soir… Vous savez, ceux qui doivent être tout légers et « détox » pour que l’organisme puisse bien se purifier la nuit, et que les kilos s’envolent tout seuls pendant qu’on dort en rêvant de pizzas et de tiramisu.

Exemple avec cette délicieuse caponata d’aubergines…

Caponata IG bas

Ou cette salade printanière (bientôt de saison, allez, allez, on y croit !)

Salade printanière IG bas

 

Les secrets de la cuisine à IG bas

100 recettes salées pour la silhouette et la santé

Paru aux éditions Terre Vivante dans la collection « Conseils d’expert »

 

Acheter cet ouvrage sur le site ma librairie partenaire Decitre

 

⇒ Nota : Cet ouvrage n’est pas une réédition de ce livre paru en 2013, mais un nouvel ouvrage, certes sur un sujet proche, mais avec de nouvelles recettes.