{ Sans blague? }

{ Sans blague? }

Des nouvelles vite-fait (envoyées d’un ordi à pédales)

 

Je sais, il est sorti depuis 10 jours ce pauvre livre…

Et sur ce blog, on est resté bloqué sur les gaufres du 24 janvier.

Ne vous en faites pas, de l’autre côté de l’écran, il n’y a rien de grave. Certes, en ce moment je n’ai pas franchement le temps de me faire la manucure des doigts de pieds mais bon, ça… Non, le souci c’est que je n’ai plus d’ordinateur alors forcément, c’est compliqué.

Tout est parti d’un *%&# ! de cloud (on ne va pas dire le nom) qui n’a plus voulu de mon brave ordi sous prétexte que son système d’exploitation était trop vieux (discrimination !). Ouais, il est vieux mon ordi (6 ans, rolàlàhhhh, la honte), et alors ? Dans une société où Stalonne vient de tourner Rambo 4, Bruce Willis Die Hard 5, Arnold Scharzenegger Terminator 6 (ou 7, je suis perdue), et où mon voisin de 85 ans nous livre des troncs d’arbre de 2m dans le jardin, les « vieux » ont parfois bien des leçons de performance à donner aux petits jeunots qui se la pètent, enfin, quoi, zut… Et mon ordi, c’était un vrai dur celui-là.

Bref, si je voulais récupérer toutes mes sauvegardes (chantage !) séquestrées par ledit cloud qui m’avait purement et simplement supprimé l’accès à MES photos et MON travail (colère !!!) il fallait installer un nouveau système d’exploitation plus récent sur papi ordi. Là, ça a juste mouliné pendent 18 heures, durant lesquelles mon ordinateur s’est découvert une vocation de radiateur soufflant (vous savez, le truc pour se sécher les mains à la sortie des chiottes dans les supermarchés). Pour « brushinguer » les cheveux de toute la famille d’un coup, pour deshydrater des clayettes entières de champignons et sécher le linge de 8 lessives, ça aurait été pratique, mais je n’y ai pensé qu’après coup.

Une fois sa supposée « cure de rajeunissement » terminée, papi ordi m’a envoyé un message : « Bravo, vous venez d’installer Capitan, maintenant vous pouvez passer à MAc OS Sierra ». Je me demande si c’était de l’ironie, du sarcasme, de l’humour noir ou quoi… Ben tiens, pourquoi pas, après tout je ne savais pas comment chauffer le salon pour les prochaines 18H…

Et juste après ce message laconique, paf !, (ou plutôt zouïïikrr !) il a cramé.

Voilà, donc depuis une semaine, papi ordi est chez un réparateur, je ne sais pas pour combien de temps, ni même s’il s’en sortira mon pauvre « vieux ». Et là je vous écris d’un tout petit portable, alors plus vieux que vieux, qui chauffe, qui souffle, qui m’énerve, et dont le tapis de souris se bloque dès qu’on a le malheur de l’effleurer d’une façon qui ne lui convient pas. Alors si vous voulez bien, j’attendrai d’avoir retrouvé mon brave vieux gros ordi réparé (ou d’en avoir racheté un, mais là je l’espère vraiment pas) pour vous faire un chouette article sur mon dernier livre… De toute façon, je n’ai même plus mes photos sous la main : Elles sont bien à l’abri, sur un cloud désormais inaccessible, et sur un disque dur cramé.

En attendant, au lieu de ruminer mon frein (c’est comme ronger son frein, mais en plus intense… ;)) et bien je plante des rosiers dans le jardin. Voilà. Ça se mange pas, les rosiers, mais c’est joli (enfin, ça sera joli cet été, parce que là, ce sont juste des petits fagots marrons, faut pas se tromper, et bien mettre les épines en l’air, les racines en bas). Et puis quand on creuse un trou à la pioche dans une terre gelée, on se sent tout à coup beaucoup plus caaaaaalme juste après.

A très vite 🙂

 

PS : De mon petit portable minable (celui qui a un tapis de souris bipolaire) j’ai quand même réussi à répondre à vos commentaires. Je suis juste honteusement désolée des innombrables fautes de frappe…

 

Acheter cet ouvrage chez ma librairie partenaire Decitre