{ Qu’est-qu’on mange ce soir ? Des légumes ! }

11 octobre 2016

{ Qu’est-qu’on mange ce soir ? Des légumes ! }

Potatoes de courge butternut à l’origan, huile d’olive et parmesan

♥ Sans Gluten ♥ Sans Oeufs ♥ Végétarien ♥ IG Bas ♥ 

 

Poatoes de courge butternut à l'origan, huile d'olive et parmesanCette bonne recette de légume est une « excuse » parfaite pour vous faire découvrir un chouette livre tout récemment paru chez Terre Vivante : Imaginez un peu le truc, 500 recettes de légumes, pour toutes les occasions et toutes les saisons !

Le cauchemar des enfants ? Maiiis non, parce que je suis sûre qu’on arrivera un jour à dépasser ce cliché, que dis-je, cette légende comme quoi les enfants n’aimeraient pas les légumes… Je reconnais que certains enfants n’aiment pas les légumes, mais certains parents non plus du reste, et c’est surtout parce qu’on leur a trop fait ingurgiter de surgelés bouillis ou de boîtes rincées à l’eau ! 

Faire aimer les légumes à toute sa petite famille, ce n’est pas si compliqué, surtout avec des recettes comme celles de ce livre 😉

Après, il y a des cas sévères de « légumophobie » apparemment incurables, et les parents ne doivent pas culpabiliser, ça peut arriver même chez des gens qui cuisinent chaque jour, à chaque repas, des petits légumes tout frais avec amour. J’ai eu droit moi aussi à ma petite légumophobe, qui rien qu’au nom (les « zugumes », qu’elle appelait ça d’un air dégoûté…) fronçait son petit nez, rapprochait ses sourcils, posait la fourchette et restait bouche fermée jusqu’à la fin du repas… Elle a mis quatre ans à aimer les légumes, cette coquine, mais maintenant, c’est la première à reprendre de la soupe ! Je vous explique un peu plus bas comment je m’y suis prise (je n’avais pas envie de me battre pour ça, alors je l’ai joué en mode « diplomatique »… ;))

Ça nous prouve bien que dans une même famille, avec le même patrimoine génétique, la même éducation, en mangeant les mêmes plats, il peut y avoir des petit(e)s coquin(e)s qui font de la résistance contre ces braves légumes, et vous n’y êtes pour rien. Mais ça peut passer… le tout étant de continuer à cuisiner pour le reste de la famille des bons petits plats de légumes comme si de rien n’était. Si on veut la jouer finement, il faudra poser des plat les plus appétissants possibles sur le table, attendre que les légumophiles s’extasient, se régalent et ne surtout JAMAIS en servir au légumophobe, pas même la moindre cuillerée. Au début, il sera tout content, puis un peu curieux, puis un peu jaloux ;)… et là vous consentirez peut-être à lui faire goûter une toute petite cuillerée mais tout en clamant bien haut d’un air détaché qu’à votre avis, il n’aimera pas. En général, ce traitement « machiavélo-diplomatique» vient à bout des plus butés 😉

Bref, cette petite parenthèse pour vous dire que si vous cherchez de l’inspiration « légumière » pour régaler vos loulous (mais aussi les plus grands !), avec cet énorme pavé vous aurez de quoi faire ! Pour ma part, j’ai quelque peu participé au projet (environ 80 recettes sur les 500, si mes souvenirs sont bons)… mais attention, je dois vous prévenir toutefois que ce sont des recettes déjà parues dans d’autres ouvrages, donc si vous avez déjà beaucoup de mes livres à la maison, vous ne trouverez que peu de nouveauté de ce côté là. En édition, on appelle cela un « ouvrage collectif », et dans ce cas précis, le but est surtout pratique : que le lecteur ait sous la main le plus grand nombre de recettes possible sans devoir farfouiller dans la cinquantaine de bouquins de son étagère dès qu’il voudra retrouver une idée pour cuisiner du chou romanesco ou des topinambours… En ce qui me concerne, j’aime beaucoup ce livre, dans lequel j’ai découvert des recettes d’autres auteurs que je me suis promis d’essayer très vite (humm, la Colcanon irlandaise…)

courges-2Bon, c’est pas tout, mais pour sauter complètement du coq à l’âne, je vais avoir un peu de mal à vous donner un temps de cuisson archi-précis pour cette recette…car j’ai mon four en panne !

Il marche, mais fait des caprices, monsieur. Ouaip, paraît qu’il est au bord du burn out, monsieur (sauf que là justement, il ne burn plus rien, ni in, ni out).

Cette super bonne recette de potatos-butternut était parfaite en 25 minutes environ la semaine dernière. Aujourd’hui, elle a mis à 45 min à cuire, ou plus exactement, à crure. Idem avec le gigot de dimanche (après 4H de cuisson, on a dû le découper et le cuire à la poêle), le pâté de samedi (tout cru et tout blanc après 2H de cuisson) et les cookies de lundi. En plus, comme mon four n’est pas complètement HS, je vois d’ici comment va se passer la scène avec le dépanneur (et ça, ça m’énerve déjà !). Je vais voir arriver chez moi un espèce d’empaffé qui va tourner le bouton du four et me dire « Ben regardez, la lumière s’allume et ça chauffe, il est pas cassé votre four ma p’tite dame ! Bon, ça fera 95 euros pour le déplacement ».

Et là je vais lui répondre « Parce que vous croyez espèce de cornichon que j’ai besoin de vous pour tourner le bouton de mon four hein ? Il chauffe que daaaaale ce four, c’est pour ça que vous devez me le ré-pa-rer, oui, r-e-p-a-r-e-r, parce que si je le garde tel quel, ça fera bien tient, dans les recettes de Marie Chioca, quand les gens liront : « Cuisson des cookies : 4h50 à 280°C. » Et ça sera encore mieux, tient, quand les gens testeront ladite recette avec un four qui marche !!! Alors ce four, vous allez me le réparer, là, tout de suite, sinon je vous fait bouffer 12 cookies cru !!! ».

Non, en fait, comme je suis timide, je crois que je vais juste être capable de bredouiller, que dis-je, de bêler d’une toute petite voix un truc du genre « Heuuuu, oui, c’est sûr, comme ça on dirait que ça marche, hé hé, mais en fait, ça chauffe, mais ça cuit pas, vous comprenez monsieur ? Or, j’ai besoin d’un four, un vrai, vous comprenez, pas juste d’un petit sauna pour faire un peu transpirer mes gratins et mes gâteaux, héhéhé… »

Là, s’il a de l’humour, et, surtout, s’il a du bon sens, il démontera mon four pour voir ce qui cloche. Dans le pire des cas, il emportera mon four pour le réparer, et les trois prochains semaines, je cuirai mes gâteaux sur le radiateur.

Et s’il n’a pas d’humour -et encore moins de bon sens- il me marmonnera un truc bien exaspérant, que dis-je horripilant, du genre « Moi, quand j’tourne le bouton, ça chauffe, alors votre four il est pas en panne et vous me devez toujours 95 euros pour le déplacement ! » Et puis il continuera dans sa barbe : « Grmlrbrlm, désolé mais le règlement, c’est le règlement, moi, si j’vois un four ousque quand j’tourne l’bouton ça s’allume et pis qu’ça chauffe, c’est qu’ça marche… Non mais ces femmes, comprennent vraiment rien à rien ! »

paprika-2Et là, j’aurai deux attitudes possibles :

1/M’écraser… continuer ma carrière d’auteur culinaire avec un four dépressif { bien noter de votre côté de toujours enlever au moins 3H30 de cuisson aux temps indiqués dans mes futures recettes… }. ET bouffer mon bon de garantie « 5 ans pièces et main d’œuvre » (ou le mettre au toilettes, ça tombe bien, il est rose, et au moins comme ça il servira à quelque chose.)

2/ Me prendre une %#!!!% de rabia en mode « King Kong vient de se casser un orteil », et péter tout mon four à grands coups de masse sous les yeux du dépaneur, là, sauvagement. Puis, le regarder bien en face, la masse à la main, les cheveux en désordre, les yeux injectés de sang, et donner un grand coup de pied dans ce qui reste du four, m’allumer un cigare et lui dire, à la façon d’Arnold Schwarzenegger quand faut pas trop le faire suer « Alors coco ça ira, il est assez en panne maintenant ce #@%!!! de four? Tu peux remballer ce qui reste avec une balayette et m’en emmener un autre tout de suite avant que je fasse la même chose avec ta camionnette… » Mais je crois que cette méthode, ça passerait pas du côté de la garantie.

Dommage, parce que ça m’aurait défoulée pour toutes les fois où j’ai déjà vécu cette scène du dépanneur qui se fout de ma gueule : le lave-vaisselle, le sèche-linge, l’ordinateur, la bagnole, le robot Magimix… Chez moi les appareils ne savent pas tomber franchement en panne, du moins, pas en période de garantie. Ils ne savent que faire les hypocrites, qui prennent un malin plaisir à décon…, euh, pardon dysfonctionner grave mais savent retrouver illico le droit chemin devant le dépanneur/garagiste/informaticien, juste histoire de me faire passer pour une cruche trop abrutie pour savoir appuyer sur un bouton ON/OFF.

Bon, sur ce, je vais arrêter de me pré-énerver contre un pauvre type qui n’est pas encore venu ricaner devant mon four, et je vous laisse goûter à ces potatoes de courge butternut. On pourrait appeler ça des « potitoes » (« potitoes » pour « patatoes de potiron », vous avez compris le jeu de mot ? Héhé. Ça vous fait pas rire. Pfff, vous êtes durs…) mais le souci, c’est qu’on appelle pas ça un « potiron butternut », mais une « courge butternut » (pourquoi? J’en sais rien…). Donc, comme « courgitoes », c’était grotesque, que « butternutoes », c’était cucul, ça restera des potatoes de butternut… Mais dans tous les cas c’est su-per bon (quand c’est cuit, bouhouhou….)

PS important : Un grand merci d’avance pour vos petits mots que je lirai avec un immense plaisir, et pardonnez-moi si cette fois-ci je ne peux pas vous répondre. J’ai une semaine vraiment folle…

D’autre part, si vous avez un four qui marche (chançards !), n’hésitez pas à me dire si 25 minutes de cuisson, c’est bien, car là pour le coup je n’ai pas pu bien minuter… Merci beaucoup 🙂

potatoes-de-courge-butternut-2

planches-arabesques copie-2

Ingrédients pour 4 personnes

Préparation : 10 min

Cuisson : environ 25 min (notez bien la connotation parfaitement ironique du mot « environ » aujourd’hui…)

planches-arabesques copie-2

  • 1 courge butternut de taille moyenne (1,2kg environ)
  • 70g de double concentré de tomate
  • 5 cl d’huile d’olive
  • 1 c. à soupe rase de paprika
  • 1 c. à café d’origan séché
  • 80g de parmesan
  • 1 c. à café de fleur de sel

planches-arabesques copie-2

 

courge-butternut-2Préchauffer le four à 180°C.

Laver la courge, ne pas l’éplucher (chouette alors !) puis la découper en tranches d’un peu plus d’un cm d’épaisseur. Redécouper les tranches en grosses frites.

Mélanger dans un saladier avec tous les autres ingrédients sauf le parmesan, en « brassant bien » pour enrober les morceaux de courge.

Les disposer sur une plaque chemisée de papier cuisson, puis saupoudrer de parmesan (à noter que j’ai aussi essayé de mettre le parmesan avec les autres ingrédients, dans le saladier : mais c’est un peu difficile de faire adhérer cette marinade beaucoup plus pâteuse aux poatoes, du coup, mieux vaut saupoudrer après).

Enfourner pour « environ » 25 minutes, en goûtant une potatoe de temps en temps : tant qu’elle n’est pas parfaitement tendre et fondante, laisser cuire : car la courge butternut cuite au four prend une délicieuse texture de pomme de terre ! En revanche, si elle est mal cuite, elle garde une consistance… de pomme de terre crue ;))

Servir bien chaud avec une salade.

planches-arabesques copie-2

origan-seche-2

Qu’est-ce qu’on mange ? Des légumes !

Un chouette (gros!) livre paru chez Terre Vivante, avec 500 recettes pour se régaler !

81xcxefjwll-2

Acheter cet ouvrage sur le site de mon libraire partenaire Decitre 

400_F_6263345_vRDBuJwxbOARAZKDYeZXKynHE9pcEoIz

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

image_pdfimage_print

Vous avez aimé ? Découvrez aussi…

56 grains de sel au sujet de « { Qu’est-qu’on mange ce soir ? Des légumes ! } »

  1. Pandore

    Coucou Marie, l’autre jour j’ai fait des panitatoes de ton livre sans lait, mélangées avec des frites de butternut , et c’était cuit en même temps, genre 15 minutes à 230 ou 240 degrés…
    Moi aussi j’ai résisté longtemps en voulant faire réparer mon four, et puis j’ai cédé à Epiméthée qui voulait en acheter un neuf, et quand j’ai vu le domino électrique tout fondu quand ils ont sorti le four, j’ai regretté d’avoir attendu ! (La trouille rétrospective…) bon courage pour ta folle semaine ! Et bises

    Répondre
    1. Pandore

      Bon après essai de cette recette à 180 degrés, c’est plutôt 30 ou 35 min qu’il m’a fallu… je réessaierai avec un four un peu plus chaud quand même pour voir. En tout cas c’était super bon, merci Marie, même sans parmesan. Des bises !

      Répondre
  2. Ma'

    Pour le four, je compatis : j’ai l’impression que le mien souffre du même mal que le tien… (enfin, sauf qu’il n’est plus garanti donc je risque d’être bonne pour le changer). Du coup, je ne peux pas t’aider pour le chronométrage….
    Bonne semaine de folie, Marie !
    Bises, Ma’

    Répondre
  3. Isa

    j’adore ces recettes de légumes qui cuisent « sagement »tous seuls au four au four..
    cet été j’ai abusé des légumes mélangés cuits (et parfois confits) avec herbes du jardin,huile d’olive, et paprika…
    et à chaque fois ceux qui ne connaissaient pas ont demandé la recette!

    Répondre
  4. Kakou

    Un livre qui a l’air vraiment chouette mais le prix aussi … grrrr …. !
    Je préfère acheter tes livres lol !!
    Un peu en retrait en ce moment mais je vais revenir …
    Je t’embrasse bien fort ♥

    Répondre
  5. Marion

    Ho Marie, je compatis, comme toi je suis perdue sans four. Ton histoire de réparateur, c’est un vrai sketche, et en plus je risque de vivre le même cet après-midi pour mon lave-vaisselle… qui n’est plus sous garantie lui.
    Grosses bises ☺

    Répondre
  6. By acb 4 you

    Je compatis à ton histoire de four! A un moment le mien ne chauffait plus que par le haut….. grrr et ça m’a coûte un bras de faire changer la résistance du bas, mais bon moins cher quand même que de changer de four, mais quand même 😉
    Je n’ai pas encore essayé la butternut en patatoes mais la patate douce et le potimarron ça fonctionne très bien 😉
    Bisous et bon courage pour ta folle semaine
    Annie

    Répondre
  7. Magalie

    Hahaha!!! Peut être qu’une réparatrice sonnera à ta porte! On peut rêver! En tout cas, merci pour cette recette, chez nous depuis plus de 5 ans c’est légumes et légumineuses tout les soirs ( même les pizzas du samedi soir sont végétariennes!) au début les enfants ont un peu tiqué mais maintenant ce sont eux qui réclament les recettes même le midi! Alors encore un fois merci, je sais quoi demander au petit papa noël😉!
    Bonne journée Marie!

    Répondre
  8. Marilyn

    Bonjour Marie,
    Quelle belle recette et de belle couleur, cela me donne faim. Je vais tester le week-end prochain.
    Pour votre four, dommage que nous soyons si loin de vous : mon mari et moi-même avons un magasin en électro-ménager et mon mari REPARE les appareils dans 90 % des cas, plutôt que de dire qu’ils sont HS. Notre volonté n’est pas de jeter à tout-và.

    Je croise les doigts pour que votre four ne vous lâche pas et que vous continuiez à nous régaler d’une cuisine simple, saine mais tellement délicieuse.
    Je vous embrasse.

    Répondre
  9. Gwénaëlle

    Oh pardon, je voulais dire « bon courage pour votre semaine folle !! » Je suis votre blog (même si je ne laisse pas souvent de commentaires) et teste beaucoup de vos recettes et du coup j’ai l’impression de vous connaître 🙂

    Répondre
  10. Agnès

    Alors Madame Chioca! Faut respirer et vous mettre à la camomille ma p’tite dame!
    Ou se mettre à la cuisine crue… ( et zouuuuuuu une idée de nouveau bouquin!).
    Ben moi avec mon four qui marche ( nananère) , j’ai fait lundi les nuggets de poulet et potatoes de  » je cuisine bio avec les enfants  » et on s’est tous lèché les doigts( oui on a oublié tout raffinement ici depuis que je fais tes reçettes!!).
    Quant à tes ruses de sioux pour infuser à nos gosses le goût des légumes …..👍🏻, et ça marche même avec les grands!
    Merci Marie!

    Répondre
  11. bettyann

    Bon courage avec ton four.
    Cette recette est très appétissante, j’ai l’impression qu’un nouveau bouquin de cuisine va bientôt rejoindre ma bibliotèque, j’adore cuisiné les légumes. En parlant livre, j’ai réalisé avec mes nièces le pain gourmand la semaine dernière et elles l’ ont adoré, tellement bien qu’elle l’ont refait chez elles ce week-end mais en le modifiant ( ne tapes pas Marie !!! ) en version « sucré » pour le petit déjeuner avec des abricots moelleux et du chocolat blanc et une huile neutre à la place de l’huile d’olive, il paraît que cette version est aussi très bonne. En tout cas je leur offre ton bouquin pour noël car je veux conserver mon exemplaire ( ou plutôt le récupérer ).

    Bonne semaine à toi.

    Répondre
  12. Valou B

    Merci pour cette recette pour détourner les légumes. Je connaissais les frites de patates douce mais pas de courge.
    A essayer pour changer quand on est en panne d’idées. Le mode régressif, ça fait du bien au moral 🙂
    L’idée du livre est très sympa mais vraiment un peu gros pour mes étagères actuellement…

    Concernant les réparateurs, il y a un truc qui marche assez bien : laisser parler sa moitié (même s’il faut lui apprendre le texte avant) parce que le réparateur, bizarrement, quand c’est un homme qui parle, ben il le croie (oui je sais, c’est pô juste…) sauf celui qui vient réviser la chaudière, lui c’est un gentil et ça fait des années qu’il vient et il m’écoute.).

    Je te souhaite une semaine pleine de soleil.

    Répondre
    1. Valou B

      Cette recette vraiment me faisait de l’œil car j’achète rarement de la courge butternut.
      C’est chose faite depuis hier soir. On s’est régalés.
      Pour la durée de cuisson, c’est un four à pâtisserie assez bas et en général je laisse le même temps qu’un chaleur tournante donc j’ai mis le 25 minutes. C’était très bien cuit, peut-être trop ? car les frites ne se tenaient pas aussi bien que les tiennes. Le mélange de la marinade est vraiment super.

      Je te souhaite une excellente fin de semaine.

      Répondre
  13. Marie

    Bonjour Marie, alors laisse-moi te rassurer : ton four, c’est probablement le brûleur (je crois que ça s’appelle comme ça) qui est kaput. J’ai eu une fois le problème que tu décris et ça n’était que cette petite pièce à changer (moins de 100$ tout compris – c’était à New York, d’où les dollars). Bref, j’espère ne pas te donner de faux espoirs. Mais je tenterais le coup avec le réparateur en disant dès qu’il arrive « oh, je pense bien que ce n’est que le « burner », il me semble qu’on doit dire brûleur, non, en français? Enfin, je vous laisse regarder »… Bon courage! Et merci, comme toujours, pour les recettes, les belles photos et l’humour.

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Merciiiiiiii ! Grâce à toi Marie, je vais pouvoir peut-être ne pas trop me laisser marcher sur les pieds ^^
      Hier, j’ai fais deux gâteaux cuits à la vapeur, c’était pas mal non plus en attendant le dépannage 😉
      Bonne journée à toi !
      Marie

      Répondre
  14. Fais-moi croquer !

    Encore une recette qui m’a l’air délicieuse ! J’ai déjà rôti du potiron mais jamais avec du concentré de tomates, il faut que je goûte ça !
    Petit conseil tiré des 4 accords toltèques pour ne pas se « pré-énerver » : ne pas faire de supposition ! 😉
    Bon courage avec ton four….et le réparateur !! 😉

    Répondre
  15. Marick

    Merki pour cette recette de doubeurre (moi jai appris ce nom là) qui va changer des veloutés dont je me régale aussi. Et ca va surement faire plaisir aux enfants.
    Note pour le réparateur : la pâte à cookies cru c’est pas mauvais non plus 😉

    Bonne semaine !

    Répondre
  16. Carole

    Bonjour Marie,

    Je fais très souvent la recette les Muffins anglo-saxons tirée de la Cuisine minceur (excellente, toute la famille veut la recette). J’ai pas mal de farine de seigle à utiliser et je voulais savoir s’il était possible de faire la recette avec cette farine?

    Merci beaucoup 🙂

    Répondre
  17. crisitane

    Comme faut pas éplucher, mon poignet ne se mettra pas engrève et comme mon four marche très bien, lui. Je vais pouvoir gôuter à ces potatoes. Enfin, si j’arrive à le découper sinon, j’attendrai un peu. Plus que cinq mois à attendre pour que lé réeduc soit complète. Gros bisous et merci pour ton billet qui m’a rappelé bien des mésaventures.

    Répondre
  18. Carrie

    Ahh les fours c’est mortel sans! Celui de mes parents ne chauffent pas bien; j’ai achète un thermomètre pour verifier car mettre un couscous a réchauffer a 180 degrés pendant plus d’une heure et avoir la viande juste chaude.. ca ne le fait pas!
    Ta recette semble sublime; mille mercis. Si jetante, je te dis si c’est plus ou moins 25min 😉

    Le livre cite, possede t’il des photos? je trouve que ca aide toujours les photos!
    Bon courage avec le dépanneur et… bon weekend!

    Répondre
  19. Claire Lydie

    Coucou Marie!
    Et bien, que de colère (ou d’ironie!) J’en ai une boule dans la gorge après avoir lu ce billet!
    Bon, on respire un bon coup et on relativise.
    Ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à anticiper les malheurs suite à des mauvaises expériences, qui ne font que… me mettre en rage avant l’heure (ah ah, ça rime!)
    Bref, je peux te conseiller une technique qui marche bien quand j’arrive à la mettre en place (inspirée de la méditation): quand tu vois que ton mental commence à imaginer toutes ces choses, recentre-toi sur ton souffle. Tu ne sais pas encore ce qui va arriver et tu ne peux rien y changer. En te recentrant, respirant et en abordant l’événement de manière -plus- sereine et objective, j’ai remarqué que ça se passait mieux. Et surtout, ce sont quelques heures en moins à te bouffer le foie (elle serait contente, Sandra Cabot!)
    Voilà, je te souhaite une belle journée remplie de belles choses. 🙂
    Des bises!

    Répondre
  20. PLANTIER

    super ces frites

    je vous laisse ma version épicé sur mon blog de cuisine bien-être:
    /coachcuisinempp.com/2016/01/28/frites-legeres-de-legumes-de-saison/

    j’ai acheté votre livre Gâteaux et douceurs à IG bas! il est super gourmand et très beau!
    j’ai adopté la farine d’orge mondé …

    marie-pierre PLANTIER

    Répondre
  21. Elisabeth Lavelle

    Hi hi !! On peut avoir une photo de Marie Chioca en mode King Kong armée d’une masse ??!? On pourrait l’afficher dans notre cuisine dans l’éventualité du passage d’un réparateur…
    J’essaie quand même la recette ce week-end tant que mon four manche… 🙂 !
    Bonne soirée
    Elisabeth

    Répondre
  22. résé

    bouhou hou hou hou …. toujours rien dans ma boite mail sniff sniff snifff .alors siteupè …désinscris-moi, siteupè <3 <3
    si c'est possible par ce que je sens que ton cornichon de réparateur (ne jamais prendre les garanties supplémentaires … )
    quand t'achètes un truc c'est pour qu'il fonctionne et non qu'il tombe à panne scrongneugneu …. grrrrr
    j'ai un copain qui pourrait te le réparer met en plus, je pense que vous n'habitez pas très loin l'un de l'autre … bref, je m'égare ..
    je t'ai envoyé un mail (oui! je sais … 😀 )
    donc ton cornichon de vendeur et cette news letter font finir directement en enfer !!!!
    tu sens que ça bout là ?? :D:D
    je te fais plein de bisous (qui ne servent à rien) mais … et la tendresse? bordel !!! 😀 😀
    donc des bisous et merci pour cette recette <3 <3

    Répondre
  23. cecile

    Je les ai faites, c’était très bon, mais elles ont eu besoin d’un peu plus de temps chez moi, bien 35-40 minutes, et mon four marche bien pourtant. Mais ça valait le coup d’attendre, c’était délicieux, à refaire ! Merci !

    Répondre
  24. Karel

    Mmmh, trop envie d’essayer… Par contre je suis étonnée de ne pas avoir besoin d’éplucher les butternut. Les nôtres, peut être parce qu’elles sont de notre jardin…, ont des « peaux » très épaisses… Un avis?

    Répondre
  25. Mamieminette

    ^.^ J’imagine très bien la confrontation avec le réparateur ô!ô, j’ai déjà vécu cette situation…
    Ainsi raconté, c’est très drôle… vu de l’extérieur! 😉
    Je fais beaucoup de légumes en frites au four (et les 25 min environ me semble tout à fait correct) mais je n’ai jamais utilisé de concentré de tomates, une idée que je vais creuser!
    Merci pour cette nouvelle recette
    Douce fin de journée
    bises

    Répondre
  26. Zévelyne

    J’ai hâte de connaître le fin mot de l’histoire avec Mr le dépanneur ! J’imagine tout à fait les 2 situations.
    Quant aux potatoes de butternut, je confirme que c’est un régal.

    Répondre
  27. cricri50

    Ah, ces appareils électroménagers!! J’ai eu cette galère avant les vacances. Ça ne chauffait pas et hop,tout à coup,odeur de brûlé. J’ai fait appel à trois réparateurs, qui m’ont littéralement rigolé au nez,en me disant: » madame,pour un appareil qui a plus de cinq ans,il faut réfléchir,le coût de mon déplacement est de 80 euros!!!!
    J’espère que tu auras plus de chance. Je fais beaucoup de légumes rôtis,surtout avec les légumes d’ete,mais je pense rarement aux frites. À tester au plus vite. Bon courage pour ta semaine folle. À très vite. Bisous.

    Répondre
  28. Delphine S

    J’essaie sans faute avec les filles pendant les vacances !! Cette recette me fait très envie 🙂 Bon courage à toi car j’imagine qu’après ta semaine folle, les vacances ne vont pas être de tout repos…. 😉 à très vite

    Répondre
  29. Aliya

    Ah, ces appareils qui ont le syndrome du docteur, c’est impossible !
    Ayant vécu une situation similaire il y a peu de temps, je ne peux que recommander les cookies au cuit-vapeur (!!) La cuisson n’est pas très longue, et ils ressortent bien moelleux (avec une croûte un peu plus dure à cause du séjour dans le four qui ne chauffe pas + l’attente dans l’espoir d’arriver à réparer le four d’un coup de tournevis…)

    Répondre
  30. Picard

    Délicieuse recette qui va monopoliser mon four pendant toute la saison des courges. Je me suis régalé. Ou comment transformer un légume en un plat complètement addictif, genre j’ouvre le frigo en douce pour repiquer un peu dedans, même froid c’est pas grave tellement c’est bon! En tout cas moi les 25 minutes ont été adapté, et pourtant ma courge devait faire pas loin de 2kg.
    Merci pour cette merveilleuse découverte. Bon courage pour votre four

    Répondre
  31. Noëlla

    Bonjour Marie,
    Merci pour cette super recette. Je l’ai faite pour l’apéro, un régal. Pour ce qui est de la cuisson, 25 minutes c’est parfait avec un four qui fonctionne correctement 🙂 . J’espère que votre problème est résolu?
    C’est un vrai bonheur de vous lire,
    A bientôt.

    Répondre
  32. mimosa

    moi je suis sûre que si tu lui fais goûter ta cuisine, le monsieur dépanneur comprendra que c une question de survie que ton four soit au top! sinon j’aimais bien l’option 2 mais je crois que la garantie ne permet pas en effet qu’on s’exprime…
    bon courage, bravo pour le livre, il me tente bien pour faire une cuisine éco et bonne, j’ai bien des progrès à faire en cuisine et mon budget va rétrécir (pour la bonne cause j’ai changé d’appart donc de loyer), faudrait pas que mon ado déjà bien petit mangeur me serve la soupe à la grimace…

    Répondre
  33. Olivia

    Recette testée avec une cuisson de 30 minutes dans mon four un peu feignant.
    C’était bon, mais je n’ai pas retrouvé la consistance de frites. Les bâtonnets se sont bien tenus mais ce n’était pas croustillant du tout. En plus il y avait un peu trop d’huile à mon goût.
    Peut-être qu’il y a quelque chose que j’ai loupé… Fallait-il mettre le four en chaleur tournante ?
    En dehors de ça, l’assaisonnement était délicieux !

    Répondre
  34. Christèle

    alors là j’ai encore plus ri que le post du gâteau goinfre dévoreur de cookies (oui je sais j’ai zappé tes derniers post et je me rattrape ce matin au calme…).
    Et merci pour la technique pour contrer les légumophobes ! je tente ce jour avec la recette des potatoes de butternut!
    Je n’aime pas trop le concentré de tomates, je peux le remplacer par de la purée de tomates??
    merci énormément.
    (j’espère que ton four a été réparé depuis!!) bises

    Répondre
  35. saya

    bonjour marie,
    je decouvre avec envie votre blog dont je me suis déjà inspirée sans le savoir ( merci Pinterest!) … plein d’idées pour continuer de faire manger des choses saines pour toute ma famille
    par contre j’avoue être un peu perdue avec les farines : j’ai déjà de la farine de petit épeautre mais j’ai vu sur certaines recettes que vous utilisiez de la farine de grand épeautre: je suis allée à la biocoop mais il ya différentes sortes de farine de grand épeautre, laquelle choisir?
    Quelles autres farines est il bien d’avoir en réserve? ( histoire que je complète ma liste de courses bio..)
    en vous remerciant

    Répondre
  36. sarah

    bonjour marie,
    je decouvre avec envie votre blog dont je me suis déjà inspirée sans le savoir ( merci Pinterest!) … plein d’idées pour continuer de faire manger des choses saines pour toute ma famille
    par contre j’avoue être un peu perdue avec les farines : j’ai déjà de la farine de petit épeautre mais j’ai vu sur certaines recettes que vous utilisiez de la farine de grand épeautre: je suis allée à la biocoop mais il ya différentes sortes de farine de grand épeautre, laquelle choisir?
    Quelles autres farines est il bien d’avoir en réserve? ( histoire que je complète ma liste de courses bio..)
    en vous remerciant

    Répondre
  37. Mybass

    Bonjour! Votre livre sur les légumes fait très envie… les recettes sont-elles accompagnées des photos des plats? C’est couillon, mais je me suis rendue compte que les livres sans photos je ne les ouvrais pas… :/ Merci infiniment pour tout ce que vous mettez à disposition. C’est fou!!!

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      Et non hélas, elles ne sont pas toutes illustrées, du coup vous risquez d’être déçue (je comprends tout à fait votre point de vue sur les livres de recettes sans photos, et je le partage complètement !)
      Bonne soirée Mybass, et merci pour ce gentil message 🙂
      Marie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *