{ Un petit coucou en passant… }

 { Un petit coucou en passant… }

 

Deux « super gâteaux » tout simples et de saison !

♥ Sans Lait ♥ IG Bas ♥

 

 

carres-crousti-moelleux-aux-myrtilles-et-noix-de-cajou-1-2

Marie Chioca ©

Déjà une semaine que je suis en « pause » côté travail, mais entre nous c’est une drôle de pause… moi qui rêvait un peu d’une sorte de mini-hibernation printanière histoire de me remettre de ces derniers mois exténuants, c’est raté…

Bon, vous me direz que de toute façon, ce n’est pas la saison de l’hibernation, donc je vais arrêter de rouspéter, remonter un bon coup mes manches, et déjà au moins continuer à trier mon Himalaya de papiers en retard, assurer le soutien moral et logistique pour les examens du Bac de ma grande, classer les derniers six mois de recettes du blog sur Pinterest, préparer trois fois par jour la pâtée des canards, terminer mes corrections du prochain ouvrage, etc., tout en essayant de ne pas faire Rââââh devant la énième personne (ami, mari, enfant, voisine…), qui me dira aujourd’hui  » Ah ben tiens, Marie, puisque t’es en vacances (sic), tu pourrais par hasard me garder mes loulous/accompagner untel à l’école / emmener la voiture au contrôle technique / trier les photos / jouer avec moi aux playmobils / appeler telle copine qui ne va pas très fort / aller faire une petite visite à notre vieille voisine / prendre rendez-vous avec le véto pour le toutou / m’accompagner pour mes mes entretiens de recherches de stages de la rentrée / m’aider à me faire un CV pour trouver un petit boulot cet été / faire des affichettes pour trouver un covoiturage pour le lycée l’an prochain / faire du tandem avec moi / inviter les Schtrukmuches à manger parce qu’ils sont quand même bien sympas / etc »., bref, que des choses que je rêverais de faire, très volontiers, mais pas tout en même temps les gars parce que le fait que je sois en vacances ne fait pas de moi un espèce de truc mutant capable de voler avec un réacteur aux fesses, grimper tout droit sur les murs, dormir 1H par nuit et utiliser 15 bras en même temps !

Bouhouhou… d’ailleurs, la prochaine fois que je prendrai un tout petit congé « hors vacances scolaires », je ne le dirai à personne, même pas à mes enfants (mère indigne ! ;)) et j’installerai un mannequin devant mon ordi toute la journée histoire de donner le change, puis j’irai courir dans les bois dès l’aurore, et puis je rentrerai m’effondrer dans mon lit avec un super bouquin, et puis je ferai une sieste, héhé, comme je rêve là de le faire en toute liberté…

J’ai quand même, avouons-le, réussi la semaine dernière malgré la pluie quelques balades délicieusement poétiques tôt le matin, avec une jolie brume mystérieuse, des myriades de petits oiseaux des bois, des troncs d’arbres moussus qui s’évaporent sous les premiers rayons de soleil, bref, c’était un pur ravissement et je regrette juste un peu d’avoir dû, à peine rentrée et encore enivrée de tout cet oxygène, devoir repartir ventre à terre pour tenter de terminer tout ce qui avait été prévu pour la &###!%#! de « journée de vacances ».

Bon, tout cela ne m’a heureusement pas empêchée de venir vous poster deux recettes estivales qui devraient vous faire plaisir. Elles sont tirées de mon dernier ouvrage sur les desserts à IG bas, et ont même fait sa « couv » ;). Très rapides à réaliser, elles sont toutes les deux délicieuses et ont beaucoup plu à ma petite famille l’an dernier. Les cerises sont tout à fait de saison (sauf chez nous où une pluie diluvienne a fait tomber toutes les fleurs début mai) et quant aux myrtilles, j’en ai trouvé cette semaine des fraîches chez Biocoop… elles venaient tout de même d’Espagne, ce qui n’est pas non plus le bout du monde, mais vous pouvez attendre le mois d’août et aller les chercher vous-même avec un sac à dos en montagne, c’est comme vous voulez. Vous aurez déjà au moins la recette sous le coude, pour le cas où en août je vous abandonnerait lâchement 😉

Tiens, tant que je pense aux myrtilles, faites attention à une chose : celles achetées chez Bioccop cette semaine étaient très bonnes, mais j’aurais dû attendre d’être à la maison pour les donner à Poupougnette qui en rêvait. Car bizarrement, en passant ensuite un petit moment au square, les autres enfants étaient un peu inquiets de jouer avec cette petite fille aux longues couettes blondes… et au sourire tout bleu !

Sur ce, je vous dis à très bientôt, et je repars bien vite faire tout ce que je dois terminer sans faute avant ce soir. Juste le temps de préchauffer mes super-réacteurs qui commencent à fatiguer…

carres-crousti-moelleux-aux-myrtilles-et-noix-de-cajou-2-2

Marie Chioca ©

 

 

 planches-arabesques copie-2

gateau-a-la-cerise-noire1-2

Marie Chioca ©

Gâteau à la cerise noire, amande et pépites de chocolat

Simplissime à réaliser et d’un incomparable moelleux, ce beau gâteau sera au « top » si vous utilisez des cerises ultra mûres, dont la saveur se marie beaucoup mieux avec le chocolat que si elles étaient un peu acidulées. La petite note d’amande amère est quant à elle totalement incontournable, réalisant « un trio de choc » totalement irrésistible avec la cerise et le chocolat !

 

Ingrédients pour un gâteau de 8 à 10 parts

Préparation : 15 min

Cuisson : 30 à 35 min

 

  • 450g de cerises (soit environ 375g de cerises une fois dénoyautées et équeutées)
  • 100g de farine T110 de petit épeautre
  • 60g de son d’avoine
  • 1 yaourt de soja
  • 90g de purée d’amande blanche bien souple
  • 5 cl de bon lait d’amande
  • 10cl de sirop d’agave
  • 3 oeufs moyens
  • 75g de pépites de chocolat
  • 1 sachet de poudre à lever
  • 1 c. à soupe de rhum
  • 1 c. à soupe d’extrait de vanille liquide
  • 1 c. à moka d’arôme naturel d’amande amère pour pâtisserie

 

Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante (sinon il faudra ajouter 5 à 10 min de cuisson).

Dénoyauter les cerises. Mélanger la farine, le son d’avoine et la levure. Faire un puits, y verser le yaourt, les œufs, le sirop d’agave, la purée d’amande, le rhum, l’arôme amande amère et l’extrait de vanille.

Incorporer les cerises et les pépites de chocolat à la pâte, mélanger.

Huiler ou beurrer un moule en couronne de 23cm de diamètre. Y verser la préparation, lisser, enfourner pour 30 à 35 min, en surveillant que les bords du gâteau ne bronzent pas trop (si besoin baisser au bout de 20 min la température du four à 150°C). Piquer le gâteau pour vérifier sa cuisson à cœur avant de le sortir.

Servir idéalement encore tiède, ou à température ambiante.

gateau-a-la-cerise-noire3-2

Marie Chioca ©

 

gateau-a-la-cerise-noire2-2

Marie Chioca ©

⇒ Si vous n’avez pas de moule en forme de couronne (à savarin, à bundt cake, à kouglof…), vous pouvez utiliser un simple moule à manqué, mais la cuisson sera plus compliquée, car pour que le centre du gâteau soit bien cuit, il faudra compter 45 à 50 min de cuisson, et le tour risque d’être un peu « bronzé »…

 

planches-arabesques copie-2 

carres-crousti-moelleux-aux-myrtilles-et-noix-de-cajou-3-2

Marie Chioca ©

Carrés aux myrtilles et noix de cajou

Inspirée de certaines recettes « made in USA », cette pâtisserie associe un gâteau ultra moelleux à un « topping *» croustillant. Avec des myrtilles, le résultat est sublime, mais vous pouvez aussi réaliser ces carrés avec des petites fraises très parfumées ou des mûres sauvages de saison.

*Difficile à traduire en français… il s’agit du « truc » qui croustille rajouté sur les tartes ou les gâteaux par les anglo-saxons)

 

Ingrédients pour 8 à 9 parts

Préparation : 15 min

Cuisson : 30 min

 

Pour la pâte à gâteau :

  • 90g de purée de cajou
  • 3 oeufs fermiers
  • 120g de farine T110 de petit épeautre
  • 50g de son d’avoine
  • 100g de miel d’acacia
  • 1/2 sachet de poudre à lever
  • 10cl de lait d’amande
  • Une pincée de sel
  • 1 c. à soupe d’extrait de vanille
  • 125g de myrtilles fraîches

Pour le « topping » croustillant :

  • 85g de noix de cajou
  • 35g de sucre de coco
  • 35g de farine de farine de petit épeautre T110
  • 1 c. à soupe d’huile neutre (pépin de raisin, huile de tournesol désodorisé)
  • 1 c. à soupe de lait d’amande
  • 1 pincée de fleur de sel

 

Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante (sinon, il faudra peut-être rajouter 5 à 10 min de cuisson).

Mélanger 120g de farine, le son d’avoine, la poudre à lever et la pincée de sel. Faire un puits, ajouter la purée de cajou, les œufs, le miel, le lait d’amande et l’extrait de vanille. Bien mélanger au fouet de façon à obtenir une pâte homogène, puis ajouter les myrtilles et mélanger de nouveau à la cuillère. Verser dans un rectangle à pâtisserie d’environ 20cm de large par 25cm de long, posé sur une plaque de cuisson chemisée de papier.

Mixer par brèves impulsions tous les ingrédients du « toping », de façon à obtenir une consistance de gros sable. Répartir sur le gâteau et enfourner aussitôt.

Au bout de 20 minutes, baisser la température du four à 150°C, afin que le cœur du gâteau soit bien cuit sans que le « topping » soit brûlé.

Laisser entièrement refroidir avant de découper en carrés ou en rectangles.

carres-crousti-moelleux-aux-myrtilles-et-noix-de-cajou-1b-2

Marie Chioca ©

 planches-arabesques copie-2

Je profite de ce post sur les desserts à IG bas pour vous dire un petit mot du livre de Cath « Osez les Gourmandises ». Cath anime le très sympathique blog « Fromage ou dessert? DESSERT!!! » (à noter aussi que je dois absolument remettre mes « blogs chouchous » sur ce nouveau blog ), et vous trouverez dans cet ouvrage, dans lequel elle a mis tout son coeur en réalisant tout de A à Z (y compris les photos !), beaucoup de recettes à IG bas très très appétissantes. Voilà déjà un an que je voulais vous en parler, et puis le temps est passé très vite. Pour ma part, je n’utilise pas de fructose, mais les quelques recettes de Cath dans lesquelles je l’ai remplacé par du sucre de bouleau ont été très réussies. Cath utilise aussi du sucre de coco, du sirop d’agave, du miel, de la farine d’orge mondé, du son d’avoine, bref, pour les personnes qui doivent surveiller l’IG de leur alimentation, c’est une mine de bonne idées !

Merci Cath 😉

Acheter cet ouvrage sur le site de ma librairie partenaire Decitre

 

Découvrir l’article de Cath à ce sujet

400_F_6263345_vRDBuJwxbOARAZKDYeZXKynHE9pcEoIz

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer