{ Il pleut des trombes, mes photos font grise-mine… }

 { Il pleut des trombes, mes photos font grise-mine… }

 Je me console avec des spéculoos de compet’

♥ Vegan ♥ Sans Lait ♥ Sans oeufs ♥ IG bas ♥

 

Speculoos-vegan-IG-bas-1

Il pleut. Ah, vous avez remarqué aussi ?

Cela fait une semaine que je me ronge les poings à la maison car avec cette lumière, ou plus exactement cette absence quasi sidérale de lumière, il m’est bien difficile d’avancer les photos de mes prochains ouvrages. Pour ce qui est de cuisiner ou de goûter les plats, tout va bien. Mais au moment de photographier la recette, boooh, la déprime, je sais d’avance que malgré bien des efforts, le résultat ne va pas être très jojo… Il y a d’ailleurs toujours une petite voix qui me susurre à l’oreille de laisser tomber, que de toute façon ça sera raté, que je ferais bien mieux de m’asseoir devant l’assiette, là, tout de suite, avec une fourchette, et de renvoyer la photo aux calendes grecques. Mais bon côté timing ce n’est pas trop possible alors je fais ce que je peux. Et il n’y a pas de quoi s’extasier… Bref, tout ça pour dire que les clichés du post d’aujourd’hui font aussi grise-mine que tous ceux réalisés ces derniers jours mais bon, j’espère que vous ne vous laisserez pas trop décourager par leur look très « faire-part d’enterrement d’un spéculoos », parce que la recette est vraiment bonne, au point d’avoir remplacé haut la main ma version chouchou de ces dernières années. J’espère que ça vous remontera un tout petit peu le moral à vous aussi 🙂

Après, il faut tout de même voir le bon côté des choses : Ce ciel bas aux gros nuages gris de plomb, cette brume de Brocéliande et cette petite fraîcheur vivifiante, c’est bien pour faire des balades bucoliques en K-way dans la campagne. Ça permet aussi de ressortir les bottes en caoutchouc, qui, a défaut très seyantes, permettent au moins de marcher sur un éventuel serpent avec beaucoup plus de quiétude que si l’on portait des sandales (je vous parle en connaissance de cause, gloups, d’ailleurs pour ceux qui habitent l’Isère, Le Rhône, la Drôme, l’Ardèche, les Hautes-Alpes ou la Savoie, le cri de vendredi dernier vers 18H, c’était moi).

Oui, quand on y pense un peu, la pluie en juin, en fait c’est bien ! C’est bien pour… euh…

Euh…

Manger des spéculoos !!!

Voilà, ça c’est une bonne raison d’aimer la pluie, parce qu’en rentrant tout mouillé à la maison (et encore faut-il qu’on ne soit pas obligé d’y rentrer en gondole, je vous l’accorde) c’est quand même chouette de se faire chauffer un bon mug de thé, puis de s’asseoir contre la fenêtre pour savourer des spéculoos en regardant tomber la pluie. Et puis, ce ne sont pas n’importe quel spéculoos les gars ! La traditionnelle vergeoise a été remplacée ici par du sucre de coco (dont l’indice glycémique est beaucoup plus bas), et cette recette ne contient ni produits laitiers, ni œufs, ce qui permettra aux personnes allergiques ou à tendance vegan de se régaler aussi. La texture est croustillante, sablée à souhait… quant à la saveur, on est ici très proche de la recette traditionnelle, en un chouïa moins sucré afin de ne pas saturer les papilles. Les spéculoos du commerce n’ont qu’à bien se tenir !

Allez, ça ne sera que très symbolique, mais je dédie cette recette réconfortante à tous ces pauvres gens qui ont été inondés, et dont je n’ose même pas imaginer le désarroi. J’espère qu’ils rentreront tous très vite chez eux, et qu’en attendant, ils trouveront sur leur chemin beaucoup de chaleur humaine et de réconfort.

Et pour les autres, qui, comme moi, attendent le soleil en composant des vers ou en essayant « juste » stoïquement de voir le bon côté de la pluie (ça donne à boire aux arbres, les petits oiseaux sont tout contents de prendre leur douche, ça lave la bagnole qui n’a plus vu un éléphant bleu depuis 3 ans, ça laisse quelques jours de répit pour enfiler les tenues d’été qui nous boudinent encore un chouïa, c’est une bonne excuse pour annuler le jogging hebdomadaire* avec la voisine, etc.), il reste encore ce traitement très efficace : Posologie, 3 spéculoos à savourer tranquillement avec une bonne tasse de thé et un carreau de chocolat. Ça console du tonnerre !

* PS : Blague du jour à deux balles deux centimes de balles : Qu’est-ce qu’un chameau à une bosse qui ne passe qu’une fois par semaine ?

Réponse : un hebdromadraire. (Wouaaaarf wouarf wouarf. Mazette ce qu’elle est nulle. N’empêche, j’en ai ri au moins un quart d’heure… c’est pour dire à quel point il faut s’inquiéter.)

Speculoos-vegan-IG-bas-2

 

planches-arabesques copie-2

Ingrédients pour 16 spéculoos

Préparation : 15 min

Cuisson : 12 min

planches-arabesques copie-2

  • 125g de farine T110 de blé grand épeautre (ou de blé)
  • 50g de sucre de coco
  • 1c. à soupe rase de cannelle
  • 7cl (ou 60g) d’huile végétale neutre (colza ou tournesol désodorisé)
  • 1 c. à soupe (soit 10g) de lait végétal (d’avoine, par exemple)
  • ½ cuillerée à café rase d’épices pour spéculoos (ou à défaut, ½ c. à café rase de quatre-épices)
  • 1 bonne pincée de fleur de sel

planches-arabesques copie-2

 

Speculoos-vegan-IG-bas-3

Non mais vous avez vu cette texture… Cela faisait des années que je recherchais LA recette pour avoir des spéculoos super sablés, et je ne suis pas trop mécontente de mon coup là ;)

Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante (sinon, il faudra ajouter quelques minutes de cuisson pour que les spéculoos soient bien croustillants).

Mélanger dans un saladier la farine, le sucre et les épices. Fouetter ensemble l’huile, le sel et le lait, puis verser d’un coup dans le saladier et bien mélanger à la fourchette ou au fouet jusqu’à obtention d’une texture légèrement sablonneuse.

Amalgamer cette préparation avec les mains de façon à obtenir une boule de pâte un peu friable et sablée (c’est ce qui fait tout le charme de la texture des spéculoos…)

Étaler cette boule sur un papier cuisson, en s’aidant d’un rouleau à pâtisserie pour bien la « presser » et la lisser malgré son côté très sablé.

Découper des spéculoos avec un emporte-pièce rectangulaire à petits-beurres, en les déposant au fur et à mesure sur une plaque de four chemisée de papier cuisson.

Étaler les chutes pour y découper de nouveaux biscuits, jusqu’à épuisement de la pâte.

Enfourner pour 12 minutes (à surveiller toutefois, car le temps de cuisson peut varier légèrement en fonction des fours) puis déposer les spéculoos sur une grille aérée : en refroidissant, il deviendront très croustillants et sablés à souhait !

 

 

Pour être sûr de réussir…

Respectez bien les quantités d’huile et de lait, qui sont optimales pour obtenir une texture parfaite : si vraiment la pâte crue vous semblait beaucoup trop friable (cela dépend un peu de la qualité de la farine utilisée), vous pouvez ajouter une cuillerée à soupe de lait. Elle sera alors plus facile à étaler, mais attention toutefois : si l’on rajoute trop de lait, les spéculoos seront moins sablés !

speculoos-vegan-chocolat

Avec un petit carreau de chocolat, ça ne gâche rien….

 

speculoos-vegan-tasse

Avec un petit café non plus !

 

Textes et photos : Marie Chioca ©

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer