{ C’est local et de saison ! Et puis c’est surtout trop bon… }

17 novembre 2015

{ C’est local et de saison ! Et puis c’est surtout trop bon… }

Tourte-crumble « des paresseux »

Aux pommes poêlées et noix de Grenoble

♥ Sans lait ♥ Sans oeufs ♥ Vegan ♥ IG bas ♥

Montages2-3

La tarte aux pommes est un de mes desserts préférés, mais pour tout vous dire j’en suis un peu « frustrée » car à la maison elle se fait rare… Il faut dire que si on y regarde un peu de près, ce n’est pas si simple à préparer une « bête » tarte aux pommes ! Il faut d’abord bien nettoyer son plan de travail à l’eau claire et l’essuyer soigneusement pour retirer toute trace de produit ménager (parce que la tarte aux pommes goût « pin des Landes », bof…) puis le fariner (ne cherchez pas à faire ça proprement : de toute façon, quoi qu’il arrive, une fois la tarte au four vous serez enfarinés des pantoufles à la racine des cheveux), faire la pâte (donc salir un saladier et s’en coller plein les paluches – qui n’a jamais essayé d’enlever sa bague de fiançailles avec les dents une fois les mains recouvertes de gloubi-glouba ?), étaler la pâte sur le plan de travail (c’est là qu’en général, ça se gâte avec la farine…), beurrer le moule de partout (parce que la pâte elle va se scotcher dans la moindre cannelure que vous aurez oublié de beurrer, et que du coup la tarte ne se démoulera plus. Du moins, plus entière…), se rincer les mains (mauvais réflex ! le beurre ça ne part pas à l’eau… mais moi aussi ça fait au moins 25 ans que je me fais avoir à tous les coups !) déplacer la pâte vers le moule (pour y arriver sans la casser, notez bien qu’il faut avoir fait au moins 3 ans d’école du cirque), recouper les bords avec maestria pour obtenir un joli « trottoir » (et non une bande de pâte coupée à l’arrache et lamentablement affalée sur la garniture), installer artistiquement chaque rondelle de pomme bien en rond (alors qu’en général, les pommes n’ont jamais le même diamètre ce qui ne facilite pas franchement la chose : l’inventeur de la clef de voute avait d’abord dû faire beaucoup de tartes aux pommes dans sa jeunesse…), bref, à la limite un gâteau ça va carrément plus vite, d’où cette mystérieuse recrudescence de gâteaux aux pommes dans les familles nombreuses, au détriment de la tarte (bientôt aussi menacée chez les Chioca que le thon rouge dans les mers japonaises ou le quotient intellectuel dans les émissions de télé-réalité). Surtout quand on voit à quelle vitesse ladite tarte aux pommes disparaît au fond des gosiers (que c’est grand un gosier d’adolescent, pire que celui d’un pellican ! Et moi j’ai 4 pelicans à la maison…), il y a de quoi être un peu démotivée avant même d’avoir commencé !

Du coup, je développe depuis quelques années des alternatives dites « de feignasse » à la traditionnelle tarte aux pommes, comme cette recette où la pâte se fait en 3 coups de mixeurs, s’étale très facilement directement sur un papier cuisson, se recoupe à la roulette, se garnit d’une poêlée de pommes étalée en vrac, et où le tout est recouvert d’un délicieux crumble réalisé là aussi en jetant dans le mixeur les chutes de pâtes. Au final, je ne salis ni mon plan de travail, ni mon moule à tarte (ni mes pantoufles) et il n’y a même pas de pertes de pâtes ! Le tout en 10 minutes chrono, promis, je suis même prête à vous faire la démonstration avec les deux bras liés dans le dos !

2D’un point de vue pratico-pratique…

– Notez que cette tarte est très peu sucrée, je préfère prévenir pour les personnes ayant un palais encore un peu trop habitué aux douceurs 😉 (En revanche, Ellenna, Camille-Hélène et Lou vous serez ravies 😉 des bises à toutes les trois ;))

– Les pommes Royal Gala sont naturellement bien sucrées, mais si vous utilisez une autre variété plus acidulée (reinettes…), mieux vaudra tout de même ajouter un peu de sucre de coco par exemple.

– Les noix doivent être achetées en coques, et décortiquées au dernier moment. Il a fallu que je vienne habiter dans le Dauphiné pour me rendre compte à quel point les cerneaux de noix du commerce étaient ignoblement rances à côté d’une noix de l’année fraîchement cassée…

– Rien n’est facultatif dans la pâte, tout a sa place aussi bien d’un point de vue texture que saveur… je dis surtout ça pour les coquins qui vont sûrement me demander s’ils doivent vraiment mettre du rhum et/ou de la vanille parce qu’ils n’en ont pas et que le magasin est fermé (avouez que vous aviez déjà le clavier en main pour me poser la question ;)) s’ils peuvent mettre de la farine de grand épeautre (de pois-chiches/de souchet/d’amarante/cochez la bonne case) à la place du petit épeautre, ou encore du lait de poule à la place du lait de soja. Bon, en revanche, si vous avez des intolérances à tel ou tel produit, ça va, je vous « autorise » toutes les expériences chimiques qui vous tentent du moment que vous vous régalez bien au final 🙂

– Enfin, puisque cela fait bien trop longtemps que je n’avais plus fait de petit clin d’œil au sympathique site « recettes.de » je profite de cette recette de tourte pour vous signaler qu’il y a actuellement un « défi-tourtes » à ne pas manquer (participations possibles jusqu’au 30 novembre).

Bonne « tourte-crumble des paresseux » !

 

Ingrédients pour une tarte de 6/8 parts
Préparation : 10 min
Cuisson : 30 min


 
Pour la garniture :
8 petites pommes Royal Gala
2 c. à soupe d’huile de pépin de raisin
 
Pour la pâte :
300g de farine T110 de petit épeautre
12 cl d’huile de pépin de raisin
5 cl de sirop d’agave
1 c. à soupe de rhum
3 c. à soupe de lait de soja à la vanille
1 c. à soupe d’extrait de vanille liquide
1/2 c. à moka de fleur de sel
 
Pour le crumble :
Les chutes de la pâte
+ 3 à 4 c. à soupe de farine
+ 35g de cerneaux de noix fraîchement décortiqués.

 

Éplucher les pommes, retirer les trognons, les couper en cubes. Faire dorer à la poêle dans deux cuillerées à soupe d’huile, en mélangeant de temps en temps jusqu’à obtention d’une appétissante coloration des sucs. Réserver.

Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante (sinon il faudra peut-être compter quelques minutes de cuisson en plus).

Mettre tous les ingrédients de la pâte dans le bol d’un robot et mixer par brèves impulsions jusqu’à obtention d’une texture très grossièrement sablonneuse.

La sortir du robot, bien l’amalgamer entre les mains de façon à former une boule de pâte bien souple, puis l’étaler directement sur une plaque chemisée de papier cuisson. Redécouper un cercle ou un carré bien régulier à la roulette.

6

 

Mixer les chutes de pâte avec les noix et 3 cuillerées à soupe de farine de façon à obtenir un sable fin. Si besoin, ajouter la 4ème cuillerée de farine (tout dépend de la quantité de « chutes » que vous aviez au départ, cela peut varier un peu mais la recette sera tout de même réussie.)

8

 

Étaler les pommes sur la pâte.

7

Verser le sable sur les pommes, égaliser et enfourner assez bas dans le four, afin que le dessous de la tourte soit bien cuit et le dessus pas trop « bronzé ».

9

Laisser cuire 30 minutes, mais si au bout de 15 minutes le dessus semble bronzer un poil trop vite, régler le four de façon à ce que la chaleur n’irradie plus que par le bas (la plupart des fours ont cette fonction, mais à défaut, contentez-vous de baisser un peu la température à 150°C).

Savourer tiède ou à température ambiante.4

3Je suis fière des premières noix de mon jardin (noyer planté il y a 6 ans, faut être patient)… 😉

Cliquer ici pour retrouver les 121 anciens commentaires postés sur Canalblog à la suite de cet article

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

image_pdfimage_print

Vous avez aimé ? Découvrez aussi…

2 grains de sel au sujet de « { C’est local et de saison ! Et puis c’est surtout trop bon… } »

  1. NathalieLF

    J’ai ma farine d’épautre (grand ou petit, je ne sais pas…il n’y a qu’une sorte ici « whole spelt », mon sirop d’agave et mon lait d’amande…y a plus qu’à ! Par contre, pas de noix entières, et encore moins fraîches. Nous sommes au royaume de la mal bouffe.

    Répondre
    1. Marie ChiocaMarie Chioca Auteur de l’article

      J’espère que tu as pu tester cette recette et l’apprécier Nathalie 🙂
      Tu pourrais aussi utiliser des noix de pécan, je crois qu’on en trouve par chez toi, et elles rancissent généralement moins, une fois décortiquées, que les noix de Grenoble.
      Bonne journée à toi 🙂
      Marie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *