{ Pour régaler vos loulous en vacances (officieusement, vous aurez aussi le droit d’y goûter…) }

image_pdfimage_print

{ Pour régaler vos loulous en vacances (officieusement, vous aurez aussi le droit d’y goûter…) }

Yaourts « magiques » à la vanille et bon lait de ferme

(Sans yaourtière, sans thermomètre, sans allumer le four…)

+ Variante vegan au lait de soja !

 

Documents1-2Sur la blogo culinaire, il tourne plein de trucs « magiques » en ce moment : gâteau magique, pain magique, glace magique, bref, dès qu’une recette ou une technique se révèle simple, bonne, inratable et épatante, la voilà affublée de cet adjectif un tantinet exagéré. Je ne couperai pas à la règle, désolée pour le côté un peu « pompeux » de la chose : si ma recette de yaourt n’est pas « magique » -que Dieu m’en garde !- dans le sens littéral du terme (un simple collégien un peu porté sur les sciences pourrait vous expliquer comment les petits ferments font leur travail bien au chaud pour épaissir le lait*), disons que c’est au moins un tour de bon prestidigitateur ! J’aurais aussi pu les appeler « yaourts des feignasses » mais étant donné que je viens tout juste de vous faire le coup pour les clafoutis, ça craint un peu, vous allez finir par me prendre pour la plus grande flemmarde intergalactique de tous les temps (et je tiens à mon honneur ! ^^).

* Je vous dis ça parce qu’il m’a un tout petit peu assomé, mon collégien d’amour, avec ses histoires de « streptococcus thermophilus et lactobacillus bulgaricus » ;))

Pour mieux comprendre le côté « magique-feignasse » de ces yaourts, imaginez un peu : sans thermomètre, vous obtiendrez du premier coup la température idéale en ne faisant bouillir que la moitié du lait (95°C) puis en la mélangeant immédiatement au yaourt et reste de lait froid sortant du frigo (environ 5C°), ce qui nous donne à l’arrivée un mélange aux alentours de 50°C, température idéale d’ensemencement ! Donc, déjà on laisse le thermomètre dans le tiroir « fièvre, infections ORL » de l’armoire à pharmacie, et ça en vacances c’est cool…

Puis vous versez tout dans des petits pots qui peuvent être super jolis, de la forme et de la couleur que vous voulez (pas comme dans les yaourtières du commerce), vous les rangez dans une cocotte placée dans un simple sac isotherme de supermarché (budget : environ 1 euro, ça ira ? Les fabricants de yaourtière vont me détester…), vous fermez bien, vous couvrez d’une couverture et hop, vous allez vous coucher (la couverture ne vous manquera pas beaucoup en ce moment je pense, vous pouvez donc la prêter sans rancune à vos yaourts.)

_DSC3111-2Pendant la nuit, les yaourts vont fermenter avec une courbe de température très progressivement « tombante » (comme nous en période de canicule quand on se couche dans une chambre à plus de 30°C et qu’on se lève tout bouffi dans une chambre à 29 en se disant que # !!!@# ! la courbe de température n’a pas été si « tombante » que ça…) (condition idéale pour qu’ils soient parfaits), et le lendemain matin, ils seront prêts ! Enfin, modérez tout de même un tout petit peu votre émoi (on raaaange cette cuillère !), car ils devront tout de même faire un tout petit tour au frigo vu qu’un yaourt bien frais, c’est toujours meilleur qu’un yaourt tiédasse (si si, donc, rangez-moi vraiment cette cuillère planquée derrière votre dos !).

Le plus extraordinaire dans tout ça, c’est que vos yaourts maison seront d’une grande douceur (au bon goût de crème et de lait, sans aucune saveur aigrelette), onctueux et crémeux à souhait.

Après, vous obtiendrez peut-être un résultat un peu différent (plus ou moins « filant », parfois pas du tout, parfois un tout petit peu) en fonction de la température ambiante, du yaourt d’ensemencement (si vous prenez un yaourt du supermarché, même bio, le résultat sera plus filant qu’avec un yaourt bio de ferme ou artisanal) ou du lait utilisé : je prends pour ma part un excellent lait bio « du pays », entier, microfiltré ou cru selon les fois (avec du lait frais pasteurisé ça marche aussi) et un yaourt de marque Gaborit. Donc attention, pas de lait UHT {Uhhh… à jeter !}, ni écrémé, ni pas bio, parce que dans tous les cas vous serez super déçus ! De toute façon, en matière de yaourt comme en beaucoup d’autres choses, je suis plutôt partisane de savourer un super yaourt de gourmet de temps en temps plutôt que d’en consommer par routine, de moindre qualité. Et puis en cette belle saison où les vaches (du moins certaines vaches…) broutent dans les près, le lait est vraiment d’un crémeux, d’un parfum qui nous rend tout poétique… Vous aurez presque l’impression de retrouver dans vos yaourts la saveur de l’herbe fraîche, du foin chaud, des fleurs et des graminées…

Je vous laisse donc sur cette douce évocation en photos des champs « de chez moi » caressés par le petit vent du soir à l’heure de la traîte des vaches, quand le soleil adoucit ses rayons d’or et baigne la campagne d’une grande douceur. J’espère vous transmettre, via ces quelques images, un peu du parfum ennivrant de mon beau pays de moyenne montagne… Et bien que cela n’ait rien à voir avec ma recette (à part la couleur du pot de yaourt ;)) je ne résiste pas au bonheur de partager avec vous mon admiration quasi enfantine pour les fleurs bleues des champs… Pourquoi les bleues plus que les autres ? Je ne saurais vous le dire…

Je vous souhaite à tous de très belles vacances… et vous dis à dans 3 semaines (là ça y est, je ne couperai plus à ma réputation de flemmarde ;))

L’info de dernière minute :

Cette méthode marche aussi « du tonnerre » avec du lait de soja !!! Je viens d’en goûter un qui sort du frigo, ils sont même encore plus fermes que ceux au lait de vache…

 

_DSC3156-2

_DSC3139-2

_DSC3045-2

Ingrédients pour 6 à 8 yaourts (en fonction de la taille des pots)
Préparation : 5 min
Cuisson : 2H
Repos : Environ une nuit
Réfrigération : 2 à 3H


 
– 1 litre de lait bio frais et entier (soit cru, soit microfiltré, mais surtout pas stérilisé UHT), de vache, de chèvre ou de brebis, sortant juste du frigo OU 1 litre de lait de soja sortant du frigo
– 1 yaourt bio au lait entier (ou 2 sachets de ferment pour yaourts bio de la marque « Nat-ali », ou 1 yaourt de soja)
– 6 c. à soupe de sucre de canne complet, ou de sucre de coco
– 1 gousse de vanille bien charnue (merci Manuia !!!)

 

_DSC3359-2Faire tiédir une cocotte en fonte avec son couvercle (par exemple en la passant quelques instants sous l’eau très chaude du robinet, puis en l’essuyant) et la poser au fond d’un sac isotherme assez épais, très propre (ne servant qu’à cet usage).

Fendre en deux la gousse de vanille. Gratter les graines avec une cuillère, puis mettre le tout (graines + gousses fendues) dans une casserole avec 50cl de lait et le sucre.

Porter à ébullition en mélangeant bien.

Pendant ce temps, mélanger soigneusement au fouet dans un grand pichet le yaourt avec les 50cl de lait froid restant. Réserver.

Dès que le lait arrive à ébullition, couper le feu et verser le lait bouillant sur le lait froid, en mélangeant énergiquement au fouet.

Verser la préparation dans 6 à 8 pots (selon leur contenance), puis les déposer dans la cocotte. Verser dans le fond de la cocotte de l’eau très chaude du robinet (mais pas d’eau bouillante) de façon arriver environ au ¾ de la hauteur des pots, puis poser immédiatement le couvercle de la cocotte et fermer hermétiquement le sac. Couvrir le tout avec un plaid ou une petite couverture pliée en 4.

Laisser les yaourts ainsi toute la nuit, ou du moins 5/6H sans y toucher.

Le lendemain matin, mettre les yaourts au frais au moins 2 à 3H avant de les savourer. 

_DSC3132-2

Une poupougnette des champs et… euh, une sorte de chardon?

_DSC3135-2

Une sorte de luzerne sauvage? (au secours, y a-til un botaniste dans la salle?)

_DSC3268-2

Une scabieuse… là ça va je suis sûre de mon coup 😉

Documents-2

Nota : c’est mon cher et tendre qui a photographié de près cette  (splendide !) vache à ses risques et périls… Je le précise, sinon il va bouder 😉

_DSC3223 copie-2

Là, c’est la vue d’un champ juste à côté de chez moi (au fond, le massif du Vercors)… Je sais, je suis un peu privilégiée 🙂 Et si vous veniez en vacances dans le Dauphiné cet été?

 

PS : Comme je suis jusqu’à vendredi en mode « préparation-marathon de vacances d’une famille de 8 personnes », et qu’après j’ai promis de ne plus allumer mon ordi, je m’excuse par avance : je vous promets de lire absolument tous vos commentaires (avant mes vacances ou après), mais je manquerai hélas de temps pour y répondre cette fois-ci. Merci beaucoup de votre gentillesse, et n’hésitez pas à vous répondre entre vous dans les commentaires, pour partager vos expériences et vos astuces en matière de yaourts « méthode sac isotherme » ;). Je suis en particulier très curieuse de savoir si cela fonctionne aussi bien chez vous, car à la maison nous avons été bluffés du résultat à chaque fois ! Je cherche aussi des « trucs » pour éviter la texture parfois un tout petit peu filante obtenue avec le lait de vache (jamais avec du brebis), qui moi ne me dérange pas du tout mais qui hor-ri-fie littéralement Poupougnette 😉

 

Cliquer ici pour retrouver les 63 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 grains de sel sur “{ Pour régaler vos loulous en vacances (officieusement, vous aurez aussi le droit d’y goûter…) }

  1. Bonjour Marie !
    Je ne vois pas de recette de yaourt sur votre blog … enfin sauf celle là 😉

    Avez-vous une yaourtière ? Si oui ou non qu’en pensez-vous ?
    Pensez-vous qu’il soit possible de faire des yaouts variés à IG bas au quotidien ?

    Peut-être un futur livre en préparation ? Je vois déjà un grand succès !

    Au plaisir !
    Marjorie

    1. Marie Chioca

      BOnjour Marjorie,
      Et oui, c’est la seule recette de yaourt du blog, mais j’en ai mis d’autres dans mes livres… Je n’utilise que très rarement ma yaourtière, qui roupille dans un placard depuis 2 ans. Je lui préfère la méthode expliquée dans cet article, ou encore celle où l’on met les yaourt à étuver 2 heures au four à 50°C (tu connais?).
      Voilà, merci beaucoup en tout cas pour ton gentil petit mot, et à très bientôt Marjorie,

      Marie

  2. Bonjour,

    Faut-il absolument une cocotte « en fonte » pour réaliser cette recette. Je n’ai qu’une cocotte minute classique, cela pourrait-il faire l’affaire ?

    (Car ces petits yaourts sont bien tentants et j’en ferais bien à mon bébé de 9 mois….)

    1. Marie Chioca

      En théorie, tu peux utiliser la cocotte-minute, mais en pratique, auras-tu assez de place au fond pour y ranger tous les pots?

      1. Je pense que ça devrait fonctionner. J’essaierais ça cet été…

        Merci beaucoup pour la réponse, c’est vraiment agréable pour tes lecteurs de savoir que tu lis et que tu réponds ! (rapidement en plus).

  3. Je pense que ça devrait fonctionner. J’essaierais ça cet été…

    Merci beaucoup pour la réponse, c’est vraiment agréable pour tes lecteurs de savoir que tu lis et que tu réponds ! (rapidement en plus).

  4. Bonsoir Marie,
    J’ai essayé votre recette de yaourts au lait de soja à la vanille avec yaourtière de votre livre « recettes sans lait « .
    Le résultat est un peu « suret » et un peu filasse.
    Avez vous un conseil oú une astuce?
    Est ce que je devrait ajouter qqch? J’ai déjà essayé les ferment Natali mais pas convainquant

    Merci d’avance pour votre réponse …

    1. Marie Chioca

      Bonjour Nathacha,
      Je veux bien vous aider, mais pardonnez-moi, je ne comprends pas bien… « suret », « filasse », j’ai du mal à visualiser 😉
      Merci beaucoup de bien vouloir préciser un peu 😉
      A bientôt !
      Marie

  5. Bonsoir Marie,
    Désolée pour mon langage familier 😂
    Suret veut dire un petit goût sure, très léger et filasse ça veut dire que c’est un peu visqueux, Ni liquide ni ferme 😉
    J’espère que j’ai été plus explicite 😃 Merci Á vous

    1. Marie Chioca

      Alors « un petit goût sure » je ne vois toujours pas… Désolée pour mon ignardise, on ne doit parler le même patois 😉
      « Filasse », tu veux dire « filante »? C’ets bizarre parce que mes yaourts de soja sont toujours très fermes, contrairement à ceux au lait animal. Peut-être que ta yaourtière n’est pas bien adaptée? As-tu testé mon système que j’explique dans cette recette?
      Sinon, il faut voir si par hasard, tu ne mets pas dans tes yaourts un parfum qui empêche le bon développement des ferments (du miel par exemple), si ton ferment n’est pas trop fatigué, etc.
      Après, je ne vois pas, désolée…
      Bonne après-midi à toi Natacha !
      Marie

  6. Bonjour Marie, je ne mets pas de parfum dans le lait, j’utilise du lait de soja vanille. Mais je n’ai jamais réussi à avoir un résultat ferme.Je n’ai pas testé cette recette, j’utilisais tjrs la yahourtiere , plus simple. Mais je vais tester et je reviendrai vers toi pour te faire part du résultat 😉Merci Á toi pour tes réponses 😉

    1. Marie Chioca

      Avec cette recette (que j’ai refais hier avec des ferments Nat’Ali) j’obtiens vraiment un résultat super ferme. J’espère que ça marchera pour toi aussi…
      Bonne journée Natacha !
      Marie

  7. Bonjour,

    Je découvre votre blog et j’en suis plus que ravie.

    Vous êtes vraiment douée et j’espère pouvoir tester une de vos recettes prochainement.

    je commencerai peut être par cette recette, avec une alternative à la machine à yaourts que je n’ai pas !

    Est ce qu’il est possible de faire un billet sur les aliments de base à avoir dans les placards quabd on se lance dans la cuisine saine.

    Une autre question plus personnelle, je comprendrais que vous ne puissiez pas y répondre.

    Je suis maman de 5 enfants, la dernière à 9 mois. Depuis sa naissance je peine à m’organiser et le fait maison est devenu très rare. Mes 3 dernières se suivants par intervalle de 2 ans.

    Auriez vous des conseils à fournir pour une maman débordée comme moi (vu que vous en avez 6, vous devez savoir de quoi je parle), et fatiguée 😉

    Bonne continuation.

    1. Marie Chioca

      Bonjour Samia,
      Pour le billet sur les ingrédients « du placard », c’est une bonne idée, on me l’a déjà demandé il faut que j’y pense…
      Pour ce qui est de la grande famille, il y aurait de quoi écrire un bouquin entier là dessus 😉 mais voici au moins un truc qui m’a sauvé : faire un emploi du temps et s’y tenir… Comme ça, on ne déprime pas si telle ou telle chose ne sont pas faites : on sait que ça sera fait demain, ou après demain, ou la semaine prochaine, bref, quand c’est marqué que ça doit être fait. Autre point fort de l’emploi du temps : ça évite la « flemme », car on prend conscience que si on ne fait pas là, tout de suite, ce qui DOIT être fait même si on n’a pas très envie, on n’aura plus l’occasion de le faire avant quelques temps. Donc, il faut s’y mettre coûte que coûte 😉
      Enfin, un dernier tout petit « truc » : ne soit pas trop éxigente avec toi même en chargeant trop ton emploi du temps : mieux vaut ne pas être trop perfectionniste, et bien réflêchir à ce qui est VRAIMENT important pour ta famille. Tant pis pour le superflu… (et n’oublie pas d’inclure dans ton emploi du temps au moins une demie-journée pour les imprévus !)
      Bon courage 🙂
      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *