{ Smörgåstårta… }

image_pdfimage_print

{ Smörgåstårta… }

Sandwich-cake au chèvre frais, saumon et piment d’Espelette

♥ IG bas ♥

 

_DSC0807-2En prévision de vos buffets estivaux, je vous ai concocté ce matin un espèce de smörgåstårta. Ceci n’est pas une injure du Capitaine Haddock, mais juste une jolie recette scandinave constituée de pain polaire garni de saumon, crème, petites herbes, concombre, etc., le tout présenté comme un gros gâteau salé à servir en entrée. Bref, c’est très rafraîchissant, simple à faire (sans allumer le four, comme ça on crève pas de chaud…) et de présentation canon !

Notons, pour les fans de culture générale (ou pour ceux qui se font un devoir de  toujours gagner au Trivial Poursuit), que le smörgåstårta* peut aussi s’appeler « sandwich-cake » en français. Ah, mais flûte alors… « sandwich-cake », ce n’est pas plus français que « smörgåstårta ». Gâteau-sandwich ? Humf, mais il y a toujours « sandwich ». Gâteau-de-gros-pains-plats-garnis alors ? Bof.

Restons sagement sur sandwich-cake…

En tombant il y a quelques temps sur cette sublime recette, j’ai eu très envie de revisiter le sandwich-cake de façon très saine, légère et un peu plus épicée sur les bords (d’où le piment d’Espelette qui lui donne en outre une jolie couleur saumonée). Le résultat est vraiment très bon, bien que je vous livre ici la version « expérimentale » à laquelle j’aimerais la prochaine fois apporter encore quelques peaufinages : Par exemple, le saumon avait un petit-goût-de-trop-peu, n’hésitez donc pas à doubler les proportions. J’aurais pu ajouter des petites herbes finement ciselées dans la garniture du gâteau (j’aurais pu, oui, et même j’aurais dû mais j’ai retrouvé mon petit bol d’herbes ciselées avec amour sur le plan de travail une fois le gâteau terminé, grrrrr). Ma déco laisse aussi un peu à désirer, loin d’arriver à la cheville du sublime sandwich-cake de Sylvie dont je vous parlais juste au dessus (bon, en même temps je n’avais pas de radis, pas de tomates cerises jaunes et ma ciboulette du jardin était très anémiée, on va dire que c’est à cause de ça que j’ai dû opter pour une déco  minable plus artistiquement minimaliste). _DSC0899-2 À réaliser, ce n’est pas plus compliqué que de préparer un sandwich. Le seul moment un peu plus technique consiste à recouvrir le sandwich-cake de crème, mais si vous avez un pépé, un mari, un oncle, un cousin ou un frère maçon-plâtrier, tout devrait bien se passer. Et si vous n’avez pas cela sous la main (que vous êtes donc contrariants !), je suis sûre que vous ferez comme moi : après un petit moment de panique (purée, je n’ai pas fait assez de crème, rââââh…) suivi d’une tentation diabolique bien vite repoussée (je ne vais décorer que la moitié du gâteau, celle qu’on voit sur la photo gnark gnark gnark), vous allez recommencer petit à petit à respirer au fur et à mesure que vous constaterez que, ouf, il y a bien assez de crème pour en mettre partout.

J’ai réalisé cette recette en remplaçant les traditionnels pains polaires par ma recette de pancakes parue dans La cuisine de la minceur durable, mais sans le sucre car je craignais que sinon, ces gros blinis attachent un peu à la poêle (c’est toujours plus compliqué de faire cuire et de retourner un gros pancake que plusieurs petits). Concernant la crème, j’ai mélangé chèvre frais et « crème fraîche » végétale de tofu lactofermenté. C’est vraiment très bon, et plus léger ainsi. Que dire de plus : bien que très épais, les pains sont délicieusement moelleux et aérés, pas du tout « estouffe-gari » comme_DSC0686-2 on dit à Nice. Les concombres apportent de la fraîcheur et du croquant, le saumon et l’avocat du fondant, le piment une note légèrement épicée qui réchauffe le tout, bref, mazette que c’était bon !

Au moment du découpage, oubliez le petit couteau tout mignon comme celui qui fait le beau sur la photo, et munissez-vous d’une grande lame bien affûtée (genre, le couteau de « Psychose » à côté, c’est de gneugneute) et découpez avec un franc mouvement de scie, sans hésiter.  Car du concombre ou de vous, il faut savoir qui est le maître… Bref, ne vous laissez pas intimider par les petites tranches qui feront un tout petit peu de résistance, et allez-y gaiement. Quand elles auront trouvé leur maître, vos parts de gâteau seront nickels…

* Ne me demandez pas comment on fait ces caractères spéciaux sur le clavier, moi j’ai juste copié-collé le mot trouvé sur internet…

 

 


Ingrédients pour un gâteau de 8/10 parts
Préparation : 35 min
Repos au frais : une nuit
Cuisson, quelques minutes par poêlée

 

 
Pour les pains-blinis à sandwich
50cl d’eau tiède (+ un peu si besoin le lendemain)
6 oeufs
400g de farine T130 de grand épeautre (ou à défaut, T110 de blé)
200g de son d’avoine
1 sachet de levure de boulangerie déshydratée
2 pincées de sel
Pour la garniture :
1 petit concombre Noa
150g de saumon (mais je pense que ce serait meilleur avec 300g)
400g de fromage de chèvre frais, bien égoutté (texture de type « petit Billy »)
Un pot (235g) de « crème » fraîche de soja lactofermenté (clic ! pour voir à quoi ça ressemble)
1 avocat Haas mûr à point
Le jus d’un citron bio
1 c. à moka rase de piment d’Espelette
1 c. à café rase de paprika
Sel, poivre 5 baies
Pour décorer :
Quelques brins de ciboulette
Quelques feuilles de menthe
1 tranche de saumon fumé
2 ou 3 tomates cerise
Quelques tranches de concombre
Un peu de piment d’Espelette

 

Documents1-2La veille au soir, préparer la pâte à blinis : bien délayer dans un saladier la levure dans l’eau tiède avec un fouet, puis ajouter les œufs. Fouetter pour mélanger, puis ajouter la farine, le son d’avoine et le sel. Mélanger énergiquement au fouet pour ne pas faire de grumeaux, puis poser un couvercle ou une assiette sur le saladier et mettre au frais : la pâte va lever doucement malgré la fraîcheur du réfrigérateur, et beaucoup gagner en arôme.

Le lendemain, sortir la pâte du frigo et la mélanger très légèrement (elle doit avoir augmenté de volume et faire des bulles. ) Si elle semble trop épaisse (tout dépend des marques de son d’avoine), ajouter un peu d’eau tiède, juste histoire de permettre à la pâte de bien s’étaler dans la poêle.

Faire chauffer une  petite poêle en tôle de fer ou en céramique (16 à 17 cm) avec 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive (sans la faire fumer). Quand elle est bien chaude, y déposer environ une louche et demi de pâte et bien étaler.

Poser un couvercle sur la poêle et faire cuire à feu très doux 3 min chrono la première face. Retourner avec une spatule et faire cuire 1 min 30 la deuxième face.

Ajouter un peu d’huile d’olive dans la poêle entre chaque « tournée » (mais inutile d’en ajouter quand on retourne les pains). On obtient alors 6 gros blinis ronds, mais seuls 4 serviront à cette recette.

Documents-2Les laisser un peu refroidir, et pendant ce temps mélanger d’abord à la cuillère de bois, puis au fouet, le fromage de chèvre, la crème de soja lactofermenté, une cuillerée à moka rase de sel, le piment et le paprika. Ne surtout pas mixer, cela rendrait la crème trop liquide : il faut juste la battre au fouet afin de l’assouplir et mélanger les ingrédients.

Éplucher et trancher finement le concombre (garder quelques jolies tranches pour décorer). Éplucher aussi l’avocat et le couper en lamelles. Citronner généreusement les lamelles d’avocat.

Monter le gâteau : poser un pain rond sur le plat de service, le tartiner de crème au chèvre. Garnir de tranches de concombre, puis de saumon. Poivrer aux 5 baies.

Poser un deuxième pain, le tartiner de crème, puis garnir de tranches de concombres et lamelles d’avocats. Poivrer.

Poser le troisième pain, le tartiner de crème, garnir de tranches de concombre et de saumon. Poivrer.

Poser le dernier pain, tartiner de fromage, puis recouvrir tout le gâteau avec la crème restante : au départ, vous aurez peut-être comme moi un grand moment de solitude en croyant qu’il n’y aura pas assez de crème au chèvre… Mais en fait si on étale bien avec une cuillère à soupe d’abord, puis qu’on lisse avec une spatule plate, retirant l’excédent d’un côté pour « plâtrer les trous » là où ça manque, tout ira bien…

Décorer le gâteau comme on veut, et servir aussitôt, ou 2 heures après pour une découpe simplifiée (car les concombres seront plus tendres).

 

_DSC0832-2

Cliquer ici pour retrouver les 99 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 grains de sel sur “{ Smörgåstårta… }

  1. excellent!!! j’ai conquis mes beaux-parents avec! il m’en reste même encore une part pour demain parce que c’était quand même bien bourratif, mais tant mieux!
    je me suis amusée à mettre des rondelles de concombre qui me restaient tout autour, en + d’être bon c’était très joli!
    bon par contre une fois coupé il était un peu + tombant et coulant que le tien sur tes jolies photos, je pense que ma crème au fromage était un peu + liquide, faudrait que je fouette un peu moins la prochaine fois.
    Merci pour cette chouette recette!

    1. Marie Chioca

      Mais de rien Marie, c’ets moi qui te remercie pour ton retour !
      Ta crème un peu coulante, c’était peut-être aussi dû à ton fromage : certains sont moins égouttés que d’autres…
      Bonne semaine à toi,
      Marie

  2. Voilà qui est prévu sur notre table de fête des mères mais en attendant, je me régale devant l’écran de cette superbe et appétissante version, bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *