{ Nocciola, attention danger… }

image_pdfimage_print

{ Nocciola, attention danger… }

« Babka des rois » à la Nocciola et au chocolat

♥ Sans oeufs ♥ Végétarien ♥ IG modéré ♥ Sans lait(si version à la margarine bio)

 

 

_DSC9985-2En ce qui concerne l’Épiphanie, j’arrive un peu après la bataille mais bon, vous me pardonnerez sûrement ces quelques jours de congés passés en famille où il a fallu parer à toutes sortes « d’urgences » : Procéder à un grand ménage à fond des chambres par exemple (trier les habits pour que les girafons qui me servent de fils n’aient plus l’air de partir chaque matin pour la pêche aux moules ou que ma petite puce de 7 ans n’ait pas le gros orteil qui sorte de toutes ses paires de collants – enfin quoi c’est des collants, pas des mitaines pour les pieds –, pousser les armoires pour y retrouver des vieux doudous dont on « pleurait » la disparition depuis 3 mois, ranger dans le bon tiroir le slip qui était dans la boîte de crayon de couleur après avoir enlevé dudit tiroir de slips les épluchures de crayons, bref, j’en passe et des meilleurs concernant le « grand » ménage des chambres…), tenter de dresser un tout petit peu le diable de Tasmanie noir et blanc dont je vous parlais avant Noël et qui n’a pour l’instant que 2 ambitions dans la vie (tailler en pièce toutes mes chaussures et bouffer copeau par copeau le banc en bois de la cuisine), installer une petite maison pour 3 familles d’écureuils, de souris blanches et de lapinous arrivés sous le sapin (ça s’était super rigolo) mais aussi se reprendre la tête sur du latin ou de la littérature (le prochain qui me reparle d’Andromaque…) pour assurer un peu de soutien scolaire – et moral ;))- auprès des plus grands. A tout prendre, je préférais de loin jouer avec les écureuils, souris et lapins mais il faut de tout pour faire un monde… et une maman ;))

J’espère que vous avez aussi passé de votre côté de bonnes vacances de Noël, et je vous remercie du fond du cœur pour vos bons vœux. Je vous avoue ne pas avoir encore fini de « dépouiller » tout le courrier numérique reçu pendant mon absence (ça risque de prendre quelques jours ;)) mais je vous remercie déjà ici pour ces petits mots si chaleureux et amicaux, et si je ne peux hélas pas répondre à chacun d’entre vous pour cause de surbookage de rentrée, en revanche je vous PROMETS de tout lire avec beaucoup de bonheur. A mon tour de vous souhaiter tous mes vœux de santé, de paix, de tendresse et de vrai bonheur pour cette nouvelle année…

Côté cuisine, elle a commencé chez nous avec la réalisation d’une babka (brioche roulée des pays slaves) pour l’anniversaire de mon grand de 14 ans. Babka qui était tout simplement… immangeable !  Une texture à mi-chemin entre la mousse à matelas, l’éponge de mer et le mastic expansé (d’ailleurs, pas si expansé que ça…). Il a fallu l’imbiber d’un sirop au rhum et recouvrir littéralement chaque part de crème fouettée pour réussir à l’avaler. Arf, on était loin du super gâteau d’anniversaire de l’an dernier ! Contrariée, vexée, humiliée 😉 de cet échec infffââââmant, j’ai remis le couvert hier pour une seconde expérience au résultat beaucoup plus gourmand ! Tout était absolument parfait, sauf que comme à mon habitude, j’avais oublié la fève… qu’il a fallu enfoncer ni vu ni connu dans la couronne tel un petit suppositoire, pffft, juste avant de servir. Je commence à avoir l’habitude vu que j’oublie TOUJOURS la fève dans les gâteaux des rois.

_DSC0023-2

Bon, je vous ai expliqué rapidement ce qu’était une babka, mais pas ce qu’était la Nocciola.

C’est une drogue.

Je crois que c’est encore en vente libre pour le moment, mais attention de ne pas trop en parler autour de vous car si ça se savait… Quand on touche une fois à la Nocciola, on plonge tout de suite.

Sa cuillère dans le pot.

Et on récidive.

Car la Nocciola, c’est de la bonne. De la bonne purée de noisette toastée, irrésistiblement lisse, veloutée, pralinée, bref, du nutella sans le sucre et le chocolat mais qui ressemble malgré tout carrément trop à du nutella. Et le pire, c’est que comme ça ressemble à du nutella sans le côté écoeurant, il n’y a aucun moyen de s’arrêter, et c’est la porte ouverte à toutes les dérives ! Moi par exemple, je n’ai pas vu d’éléphant rose, mais j’ai vu dans mon salon un écureuil avec une petite robe jaune qui faisait cuire des cookies, un souriceau en salopette bleue dans une voiture rouge et une maman lapin en jupette rouge à fleur qui poussait des jumeaux. Si si, promis ! (bon, en fait il s’avère que c’était normal, c’était juste les Sylvanians Families de mes filles dont je vous parlais plus haut mais enfin quand même !)

À la petite cuillère ou dans un yaourt, c’est déjà une folie, alors en garniture dans une brioche, je vous raconte pas ! {Juste un petit conseil « pratique » : Attention aux grandes différences de prix selon les magasins bio, car j’ai constaté d’une enseigne à l’autre, pour un pot de Nocciola* de 300g, des étiquettes allant carrément du simple au double !}

* Nota : ceci n’est pas un post « sponsorisé »… Juste un coup de coeur entièrement libre gratuit, comme je les aime 😉

Concernant la recette proprement dite, elle est un peu longue (comme toutes les brioches) mais vraiment simple à réaliser. Mon expérience « sur le terrain » ayant été enrichie par les nombreuses questions que vous me posez sur le blog, j’essaye maintenant d’anticiper tous les petits soucis ou ratages possibles en détaillant énormément mes recettes (en marron dans le texte, les « rajouts » pour vous aider). Ça rallonge le texte de la recette (ne prenez donc pas peur) mais j’espère que cela vous aidera (même si vous vous croyez « nul en boulange » comme me le disent parfois certains). En fait, personne n’est nul en boulange, le tout c’est de connaître tous les écueils possibles comme ne pas trop chauffer les liquides ou ne pas mélanger sel et levure, par exemple. Après, évidemment que si vous avez un robot pétrisseur (ou même simplement une machine à pain !) ça vous aidera beaucoup à ne pas vous en mettre plein les paluches… Ah oui, j’oubliais : les brioches du commerce ou des pâtissiers sont réalisées avec de la farine T45 dite « de force » donc ultra, méga, giga raffinée, et souvent enrichie en gluten. À la maison, on dispose au mieux de T55 ou de T65… et moi, qui cherche à ménager la chèvre et le chou (à savoir une bonne brioche mais avec un IG raisonnable) je pousse le masochisme jusqu’à flirter avec des blutages T110 (pour le blé) ou T130 (pour le grand épeautre). Alors les gars, ne m’en veuillez pas si ma brioche à la farine complète n’est pas aussi « mousseline » que celle du grand monsieur Michalak…  Si vous la trouvez trop rustique, ça sera sans rancune. Moi, de toute façon j’aime beaucoup les pâtisseries rustiques qui ont du caractère, enfin du moment que ce ne sont pas non plus des pains de guerre 😉

Et comme hier je n’avais pas encore repris le travail en « mode panique » (et que mon salon baignait dans une bien jolie lumière dorée d’après-midi, assez propice aux photos), je vous ai même fait un pas à pas pour le même prix 😉 Alors interdit de rater ma babka !

_DSC9883-2

Ingrédients pour une couronne des rois de 8 à 10 parts environ
Préparation : 20 min
Levée : au moins 2H
Cuisson : 25 min

Pour la pâte à brioche :
– 500g de farine T110 de blé, ou T130 de grand épeautre
– 20cl de lait soja-vanille
– 7cl de sirop d’agave
– 7cl de véritable eau de fleur d’oranger
– 5g de sel fin
– 1 sachet de levure de boulangerie déshydratée, ou un cube de levure fraîche
– 150g de beurre bio, ou de margarine bio non hydrogénée de très bonne qualité type St Hubert bio
 
Pour la garniture :
– 5 c. à soupe de Nocciola (marque Damiano, en magasins bio)
– 200g de chocolat noir pâtissier
– 4 c. à soupe de sirop d’agave

 

10 ou 15 min avant : si vous utilisez du « vrai » beurre, le couper en petits morceaux puis le laisser ramollir à température ambiante (inutile si vous utilisez de la margarine, de texture plus souple).

Faire tiédir légèrement le lait de soja à la vanille avec l’eau de fleur d’oranger et le sirop d’agave (moins de 45°C, sinon la chaleur « tue » la levure), puis y délayer le sachet ou le cube de levure de boulangerie. Bien fouetter puis laisser reposer jusqu’à ce que ça mousse, preuve que la levure est bien active.

Pendant ce temps, mettre la farine et le sel dans un saladier, ou dans le bol d’un robot pétrisseur. Faire un puits, y verser les liquides et le beurre mou mais non fondu car sinon il rendrait la pâte graisseuse. Pétrir au moins 10 min assez énergiquement pour étirer le gluten et rendre la pâte plus filante et aérée, puis laisser lever environ 1H15 dans un endroit tiède et humide jusqu’à ce que la pâte double au moins de volume (photo ci-dessous). Pour ma part, je place le saladier de pâte dans un autre saladier plus grand contenant de l’eau bien chaude, et je couvre le tout d’un torchon humide ou d’une grande assiette. Mais on peut aussi utiliser la chaleur d’un radiateur par exemple, en couvrant bien la pâte pour qu’elle ne sèche pas (ce qui l’empêcherait de lever). Éviter dans tous les cas que le torchon ne se colle à la pâte.

_DSC9528-2

Râper le chocolat bien finement. Si le pot de Nocciola se présente avec une nappe d’huile sur le dessus et un fond de mastic en bas du pot, tout sortir dans un petit saladier, fouetter pour émulsionner jusqu’à obtention d’une texture bien lisse puis tout remettre dans le pot (idem pour toutes les autres purées d’oléagineux). Mélanger 4 c. à soupe de Nocciola avec 3 c. à soupe de sirop d’agave.

Une fois la pâte levée, l’abaisser avec les mains sur un papier cuisson légèrement fariné en un grand rectangle d’environ 25X40cm.

_DSC9557-3

Étaler la Nocciola au sirop d’agave sur le rectangle de pâte…

_DSC9572-2

… puis répartir uniformément environ 130 de chocolat râpé. Et ne pas oublier la fève 😉

_DSC9611-2

Rouler la pâte dans le sens de la longueur en un boudin bien serré. Si la pâte était trop souple, donc difficile à rouler, un super « truc » consiste à la mettre environ 20 min au frigo (mais on a rarement autant de place dispo) ou dehors, à l’ombre (où il fait au moins aussi froid que dans votre frigo en ce moment ;)). Cela fait durcir le beurre ou la margarine, et facilite beaucoup l’opération.

_DSC9617-2

Recouper le boudin de pâte en 7 morceaux…

_DSC9630-2

…puis les disposer dans un moule à savarin de 24 cm de diamètre (bien beurré) en appliquant le côté spiralé contre le bord du moule pour que ça soit joli au démoulage.

_DSC9636-2

Couvrir le moule, le placer dans un endroit chaud et humide (comme pour la première levée) puis laisser de nouveau lever 45 min à 1H, le temps que la pâte gonfle et « déborde » du moule. Ne pas non plus laisser trop lever sinon la brioche « surgonflée » risque de retomber dès que vous la toucherez.

_DSC9788-2

Pendant ce temps, préchauffer le four à 220°C.

Enfourner pour 5 min à four bien chaud  pour saisir la brioche et la faire gonfler d’un coup, puis baisser la température du four à 150°C sans ouvrir la porte du four pour les 20 min de cuisson restantes.

Laisser refroidir dans le moule, puis démouler sur le plat de service.

Faire fondre au bain-marie la dernière c. à s. de Nocciola, la dernière c. à s. de sirop d’agave et le chocolat râpé restant (environ 70g) puis laisser légèrement tiédir pour que le nappage ne soit pas trop coulant.

En napper le haut de la babka, puis servir encore tiède ou à température ambiante (savourer le jour même, c’est meilleur).

_DSC9982-2

⇒ Quelques conseils en plus pour réussir :

Mesurez vos liquides à l’aide d’un gros biberon de bébé (environ 2 ou 3 euros en supermarché) : il n’y a pas de verre à mesure plus précis…

Ne changez rien à la recette, car si vous remplacez par exemple le lait de soja-vanille (naturellement épaissi avec du guar ou des carraghénanes quelle que soit la marque) par du lait de soja nature, de l’eau ou un autre lait végétal, la pâte sera plus liquide…

 

_DSC0010-2

 

Cliquer ici pour retrouver les 123 anciens commentaires publiés sur Canalblog suite à cet article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 grains de sel sur “{ Nocciola, attention danger… }

  1. Bonjour Marie!
    J’aimerais réaliser cette recette et j’ai un paquet de grand épeautre complet avec levain, mais si les instructions, il y a écrit d’utiliser de l’eau avec la farine et je vois qu’ici vous utilisez du lait… Est ce quand même possible que je remplace par du lait?
    Merci ! Bonne soirée

    1. Marie Chioca

      Bonjour Coco,
      Oui, je pense que tu peux essayer, je ne vois pas pourquoi cela ne fonctionnerait pas. Tu me diras?
      Bonne semaine à toi ,
      Marie

  2. Bonjour,
    Je ne sais pas trop où poster ce commentaire car j’ai mélangé 2 de vos recettes pour obtenir la très bonne brioche que nous avons pu goûter ce matin ;p . J’ai pris la recette de la pâte de cette brioche (avec du lait de vache et sans eau de fleur d’oranger) et je l’ai tartiné avec la recette de la pâte du Babka Coco-Chocolat (dur dur d’ailleurs de ne pas manger cette dernière à la petite cuillère ^^).
    En tout cas, merci pour ces bonnes recettes 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *