{ Dessert « der des der » pour retardataires ! (En bonus, une histoire de chien). (PS : mais promis, y’en a pas dans la recette !!!) }

image_pdfimage_print

{ Dessert « der des der » pour retardataires ! (En bonus, une histoire de chien). (PS : mais promis, y’en a pas dans la recette !!!) }

Entremet végétal marron, poire, touche de chocolat,

Sur un sablé à la fleur de sel

♥ Sans lait ♥ Sans oeufs ♥ vegan ♥ IG modéré ♥

 

_DSC9188-2Depuis un mois, je compte chaque soir avec mes 2 petites dernières combien il reste de « gros dodos » avant Noël. Et là ça y est, plus que 3 ! Et encore, plus que 2 si on compte que la nuit du 24 au 25, avec le réveillon et la Messe de Minuit, c’est déjà carrément la fête !

Du coup, je pense que vous avez déjà tous vos menus archi-prêts, rodés et calibrés… Mais pour le cas où il vous resterait un petit creux ^^, voici une idée de dessert testée ce matin pour notre réveillon du 24. Je l’ai trouvée si bonne que je me dépêche de la partager avec vous avant de vous souhaiter de bonnes vacances… et d’éteindre mon ordinateur pour 15 jours moi aussi 😉

Il me reste d’ailleurs encore quelques bricoles à terminer pour être fin prête, oh, trois fois rien. En courant ventre à terre de 6H30 du mat’ à 23H30 tous les soirs jusqu’à mercredi je devrais y arriver les doigts dans le nez. Mais le tout, c’est de réussir à les faire sans marcher sur le chien. Ah, oui, bien sûr, j’ai oublié de vous en parler, du chien… Nous avons eu un cadeau en avance cette année. Un !!!$##& ! de cadeau trop mignon. Je vais essayer de vous la faire courte :

Mercredi dernier, je reçois un coup de fil de mon Cher-et-tendre. Pas trop pressé, pour une fois, et ça en soit c’était déjà très louche car quand il travaille, il est toujours un peu en mode rallye. C’était, accrochez-vous bien, juste pour me raconter qu’en dépannant une ferme dans le Vercors, il avait vu 2 chiens de berger s’amuser à faire des boules de neige avec leurs pattes et leur museau pour s’amuser. À ce stade de l’histoire, j’étais déjà trèèèès soupçonneuse, car ce n’est pas vraiment le genre de mon gentil nounours, de me passer des coups de fil en pleine journée pour me raconter des fadaises. Après avoir utilisé tous les détours possibles pour me faire admettre que ces 2 chiens (un mâle, une femelle) étaient incroyablement beaux, robustes et intelligents, il laissa tomber, de la façon la plus détachée qui soit, « le plus drôle, c’est qu’ils viennent d’avoir une portée et le fermier me dit qu’il ne reste plus qu’une petite femelle de 2 mois qui n’a pas été adoptée. C’est rigolo hein ? »

_DSC9261-2Humphf. Toi, je te vois venir mon coco. On a déjà un chien. Il ne fait peut-être pas de boules de neige, mais il est presque sage, presque dressé, presque propre, presque pas trop vieux, et c’est du reste le plus gentil toutou qui soit. Un peu corniaud (il nous a déjà bouffé 4 piscines gonflables, au moins 34 paires de groles en 10 ans, un canard -vivant !-, déterré des arbres qu’on venait de planter, et j’en passe) mais gentil, un amour de vieux chien. 

Alors bon, bon, d’accord, le Cher-et-tendre n’a pas insisté, et s’est juste contenté d’acquiescer à mes arguments « raisonnables », après m’avoir tout de même décrit en long, large, travers et diagonale à quel point cette petite boule de poils (qu’on ne prendra donc pas… effectivement, c’est plus sage ainsi) était toute soyeuse, avec de si beaux yeux doux, d’une race si affectueuse avec les enfants, et patati et patata. On a raccroché, et moi je me suis surprise plusieurs fois dans la journée à penser à ce clébard que je ne connaissais pas. Combien il devait être mignon. Combien ça ferait plaisir aux enfants. Combien notre vieux chien est déjà vieux. Combien ça lui fera de la compagnie. Etc. La suite, vous l’avez devinée hein ? Dernier coup de fil, vers 17H. « Bon, chérie, je quitte le Vercors là, c’est sans regret hein, tu n’as pas changé d’avis à tout hasard ? Parce que c’est rigolo, je vais repasser devant la ferme de ce matin, tout à fait par hasard… »

_DSC9233… Il est rentré une heure après, avec un tout petit Border Collie terrorisé, qui avait vomi 4 fois dans la voiture. Je lui ai donné un bain, il n’a même pas bronché. Il a vu débouler une horde de huns en furie (la famille au grand complet), il n’a pas bronché. Ouf, je pensais que c’était plutôt bien parti, et qu’effectivement, on aurait peut-être bientôt un chien qui ferait des boules neige, tiendrait 5 min debout avec un ballon sur la truffe, ou du moins saurait s’asseoir quand on lui dirait « assis », se coucher quand on lui dirait « couché », et ne viendrait pas nous tatouer ses traces de pieds sur nos beaux habits pour manifester son bonheur en nous voyant revenir tout endimanché. Erreur. Car le lendemain, le petit-chien-tout-mimi a repris du poil de la bête (un peu comme nos enfants si saaaages la première semaine d’école, mais ça se gâte après).

En plus, quand j’ai suggéré que peut-être, un chien né dans une étable du Vercors où il fait -12°C le matin n’avait peut-être pas besoin de se vautrer devant la cuisinière toute la journée et qu’un peu d’air frais lui ferait du bien, je suis passée pour une croquemitaine. Le pôôôôôvre, ce n’est qu’un bébééééé !!! Il aura si froiiiiiid (bien sûr, je n’y avais pensé, chez nous, dans la vallée, il ne fait dehors que 15°C de plus que dans son étable natale de Villard de Lans).

Et là, depuis, je cuisine, fais des photos avec « Dauphine » la petite chienne Border Collie de 2 mois dans les pieds. Il ne faut pas lui marcher sur le bout des pattes ni sur la queue (mais pourquoi le ferai-je, franchement, ce n’est quand même pas bien compliqué de faire des entrechats façon « ballet Casse-Noisette » toute la journée pour éviter le chien quand on a un plat dans une main et l’appareil photo de l’autre). Il faut lui gratouiller la tête quand il a « l’air triste », ou plus exactement, quand Poupougnette trouve qu’il a l’air triste. Il ne faut pas non plus lui gratouiller trop longtemps, sinon il est si content qu’après il faut aller chercher la serpillère (ceux qui ont eu des chiots comprendront). Il ne faut pas marcher le matin, quand on est encore en quatrième phase de sommeil, dans la pâte à truffe devant le frigo. Tiens, d’ailleurs, pourquoi y’a de la pâte à truffe devant le frigo ? M***e !!! C’est pas de la pâte à truffe !!!

C’est tellement plus simple ainsi…

_DSC7517-2-2

La photo de la « vedette », débarquée dans ma vie comme un petit boulet d’amour qui fait wouaf… Elle s’appelle « Dauphine » (rien à voir avec Miss France c’est juste parce que c’est un chien du Dauphiné). « Dauphine Chiot-ca », plus exactement  😉

Bon, je me rends compte que vous devez vous demander quand j’allais enfin commencer à parler de ce qui vous intéresse, le fameux entremet…

Mais il ne me reste pas beaucoup de temps, car les quelques courageux qui n’ont pas quitté la page en maugréant « pfffff, elle nous gave vraiment avec ses histoires de clébard » vont bientôt craquer, c’est sûr…

Alors je fais court.

Dessert végétal stop. Vraiment super méga giga délicieux stop. Facile à faire pour un beau dessert de fête stop. Sans fouetter de Chantilly, ni battre d’œufs en neige stop. Juste quelques coups de mixeur stop. Un dernier conseil stop. Ne pas hésiter à mouler dans les cercles des sablés moins épais que sur la photo stop. Car texture très bonne, très « sablée », pas du tout dure en bouche stop. Mais très difficile à couper stop. Car huile de coco passée au frigo devient dure comme bougie stop. Si toi pas vouloir que ton entremet saute sur les genoux de ton voisin quand tu l’attaqueras à grands coups furieux de cuillère stop. Ou si toi pas vouloir mettre en acordéon la cuillère en argent de mémé stop. Mieux vaut sablé plus fin stop.

Joyeux Noël à tous ! stop

 

Entremet crouti-fondant marron, poire, touche de chocolat sur un sablé à la fleur de sel

 

Ingrédients pour 6 à 8 personnes (selon la taille des cercles)
Préparation : 25 min
Cuisson : 10 min (si on fait tout cuire en même temps, sinon environ 22 min)

 

Pour le sablé à la fleur de sel :
160g de farine de grand épeautre T130
80g d’huile de coco vierge à température ambiante, ou même légèrement fondue (on peut la poser sur un radiateur pour quelques instants)
70g de sucre de coco
Une bonne grosse pincée de fleur de sel
 
Pour le crémeux au marron :
350g de marrons au naturel (en bocal comme pour la crème de marron)
1 gousse de vanille
30 cl d’eau
10cl de sirop d’agave
100g d’huile de coco vierge
Une pincée de fleur de sel
 
Pour la gelée de poire:
500g de compote de poire en morceaux sans sucre ajouté (fait-maison, ou du commerce)
2g d’agar-agar
 
Et encore…
100g de chocolat noir
Un peu de cacao pour saupoudrer

 

_DSC9280-2Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger ensemble tous les ingrédients du sablé, soit du bout des doigts de façon à obtenir une consistance bien sablonneuse, soit carrément au robot mixeur en mode pulse.

Verser sur une plaque de cuisson chemisée de papier, égaliser sans tasser (ça doit garder une texture de crumble pour le moment) puis enfourner pour 10 min chrono, en baissant si besoin la température du four à 150°C si le sablé semble dorer trop vite sur les bords. À la sortir du four, tasser le mélange sablé dans 6 à 8 cercles individuels en inox, puis tasser très fort avec le poussoir. Mettre au congélateur pour que le tout refroidisse très vite.

Pendant ce temps, mélanger l’agar-agar à la compote de poire froide, bien fouetter puis porter à ébullition en mélangeant souvent. Compter 2 min d’ébullition, éteindre le feu et laisser légèrement tiédir.

Faire fondre le chocolat au bain-marie, puis en verser une bonne cuillerée à soupe au fond de chaque cercle, et bien en tapisser le sablé pour « l’isoler » de la compote de poire (et qu’il reste ainsi bien croquant). Remettre au congélateur pour que le chocolat durcisse très vite.

Pendant ce temps, mettre les marrons dans une casserole avec la gousse de vanille fendue et grattée, une pincée de fleur de sel et 30 cl d’eau. Compter 10 min de cuisson en mélangeant de temps en temps, jusqu’à ce que les châtaignes aient absorbé presque tout le liquide de cuisson. Transférer alors dans le bol d’un robot avec les 100g d’huile de coco, la fleur de sel et les 10 cl de sirop d’agave. Mixer longuement, jusqu’à obtention d’une texture super lisse et crémeuse…

Verser la compote de poire encore tiède (attention, vers 25°C l’agar-agar va faire sa prise, il ne faut donc pas trop la laisser refroidir avant de la mouler dans les cercles)  sur les sablés tapissés de chocolat. Égaliser puis répartir par dessus le crémeux au marron. Égaliser, puis mettre au frais pour au moins 2 ou 3H.

Démouler en s’aidant du poussoir, poudrer d’un voile de cacao et décorer éventuellement d’une châtaigne entière.

 

 

 

Je vous laisse avec ces quelques photos pleines de tendresse prises chez moi ces derniers jours… J’aurais voulu vous parler davantage des préparatifs que nous avons mené avec les enfants pour donner à la maison un petit air de fête, j’aime tellement cette belle période de l’Avent… mais je me rends compte que j’ai déjà été bien assez longue 😉

_DSC8421-2

Ces petits écureuils se cachent dans le sapin, en hommage à un dessin-animé merveilleux (clic!) qui a tendrement bercé mon enfance, et qui berce maintenant celle de mes enfants ;)) Prenez le temps de le regarder si vous voulez, moi il me fait toujours autant mourir de rire 30 ans après 😉

ambiance noel-2

En haut à gauche, des sablés « Renne de Noël », dont j’ai trouvé l’idée sur Pinterest. Je les ai confectionnés avec une pâte à biscuit à mi-chemin entre mes petits-beurres (Secrets de la pâtisserie bio) et mes vrais-faux Belvitas. En haut à droite, un « ahuri pendu à la clé de l’armoire du salon » (dixit le délicat mari, pas très touché par la poésie très féminine de ces petites décos de Noël). En bas à gauche, une petite chaise réalisée par beau-papa pour ses petits enfants 🙂 En bas à droite, des sucres d’orges à IG trèèèèèèès haut :(, mais tout mignons quand même…

ambiance noel2-2

Levée d’un kouglof au coin du feu, Tic et Tac les 2 écureuils farceurs (encore eux ;)), biscuits « Rennes de Noël (encore eux aussi ;)), et enfin, concernant la dernière photo, désolée, je ne peux pas vous donner la recette de ce kouglof cerises au kirch/pépites de chocolat noir. Du moins, pas tout de suite… mais il sera dans un de mes prochains livres, en 2015 😉

Montages-2

Toujours le kouglof (non non, ce n’est pas la peine d’insister, je ne vous donnerai pas tout de suite la recette, même si vous me chatouillez la pointe des pieds avec une plume). Juste à côté « Paul et Pauline », les 2 souris « IKEA » de ma Poupougnette (je suis sûre que vous avez les mêmes à la maison !), qu’il faut chercher 12 fois par jour (c’est des doudous, quoi). Là, elles ont été « relookées » : Pauline par mes soins (la petite robe liberty que je voudrais bien la même ;)), Paul par Mamie (ensemble de bagnard marin au tricot ^^) En dessous, un thé idyllique avec ma grande (avant que le toutou-tout-mimi en renverse la moitié à côté en secouant le tabouret comme un prunier) et MON enfin en bas à droite rocking chair. Quand il n’y a pas d’ours en peluche assis dedans, il y a moi.L’ours pas en peluche.

101075895

 (Je remplacerai la photo à Noël… Parce que là, bien sûr, il n’y a pas encore le Petit Jésus :))

Joyeux Noël à tous, du fond du coeur, et rendez-vous en 2015 🙂

(Promis, je lirai en douce TOUS vos messages, mais je ne pourrai pas y répondre cette fois-ci… sinon à la maison on va me taper sur les doigts : J’ai promis « solennellement » de ne plus travailler pendant les 15 prochains jours ;)))

 

Cliquer ici pour retrouver les 81 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 grains de sel sur “{ Dessert « der des der » pour retardataires ! (En bonus, une histoire de chien). (PS : mais promis, y’en a pas dans la recette !!!) }

  1. Pingback: En vrac… -
  2. Bonjour, j’adore l’histoire de cette petite chienne qui débute bien sa nouvelle vie. Un vrai conte de Noël ! Je compte faire l’entrepôt qui est ci dessus, à la place de l’huile de coco, je que puis-je mettre pour que ce dessert reste à raisonnable.

    1. Marie Chioca

      L’entrepôt? L’entremets plutôt hein Ghislaine?
      ^^
      (Au début je n’ai pas compris, puis j’ai bien rigolé…)
      Pour remplacer l’huile de coco, il n’y a hélas pas d’autre alternative que le beurre car il faut une matière grasse qui fige en refroidissant… Sinon, ça ne « tient » pas, désolée.
      Bonne journée Ghislaine 🙂
      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *