{ Kalinka-kalinka-kalin-tralala… }

image_pdfimage_print

{ Kalinka-kalinka-kalin-tralala… }

Blinis maison à l’épeautre et au son d’avoine

♥ Sans lait ♥ IG bas ♥

 

 

_DSC7898-3-2Ouf, une bonne chose de faite ! Cela faisait au moins 3 Noëls que je voulais partager cette recette avec vous (sans jamais en trouver le temps, hélas) : Elle est à la fois si simple, si saine et si délicieuse que grâce à elle je n’ai plus acheté de blinis depuis belle lurette (et pourtant, si vous saviez à quel point j’en raffole !).

Cette recette, elle est presque « magique » : du son d’avoine, de la farine d’épeautre complète, des œufs, de l’eau, et basta (ou presque). Pas de crème fraîche, pas de matière grasse ajoutée hormis l’huile d’olive de la poêle. Cerise sur le gâteau ? Il est presque impossible de faire plus simple : la veille au soir vous mélangez vite-fait tous les ingrédients dans un petit saladier, vous « oubliez » au frigo jusqu’au lendemain le temps que la pâte lève, et vous n’aurez plus ensuite qu’à faire cuire des petites cuillerées de pâte dans une poêle toute simple, sans vous enquiquiner à chercher, trouver, acheter, payer une « poêle à blinis » {objet 100% superflu qui encombrera vos placards 11,5 mois sur 12, coincé entre la stupidissime fontaine à chocolat achetée sur un coup de tête la veille d’un mardi Gras, le « redoutable » gaufrier paresseux – 7 min par gaufre ! – offert par La Redoute, et les derniers survivants du top 10 des cadeaux de mariage les plus imbéciles qui squattent plein de toiles d’araignée depuis 10 ans, et qui y resteront encore longtemps : on ne risque de les casser, vu qu’on ne les sort JA-MAIS }  

_DSC7752-2Pas de « poêle à blinis » donc pour réussir cette recette, mais juste une bonne poêle toute simple, en tôle de fer, en fonte, en céramique, en émail, comme vous voulez, mais si possible pas en inox car ça attache un peu plus (et encore moins en téflon…).

Ces blinis « light », si raisonnables qu’on pourrait s’en faire une ventrée en pleine cure Cabot ;), sentent juste terriblement bon dans toute la maison en cuisant… et je ne vous parle même pas de la tuerie au moment de les savourer : c’est tout moelleux, aéré, avec un exquis petit goût de levain et d’avoine chaude…

Vous avouerai-je que je m’en fais aussi parfois au petit déj, en mode « pancake » ? La seule différence, c’est que j’utilise une cuillère à soupe au lieu d’une cuillère à café pour doser la pâte que je verse dans la poêle. Mais j’ai intérêt à me lever tôt et à fermer toutes les portes si je ne veux pas être obligée d’en céder au moins la moitié, car sachez-le : ces blinis-pancakes au son d’avoine, mes 4 grands savent les trouver « au sonar », rien qu’en suivant les effluves, même quand ils ont encore les yeux fermés et la marque de l’oreiller tatouée sur la joue ^^

Documents4-2Pour les photos, j’ai garni mes blinis façon « assiette nordique ». Comment ça c’est pas très  original ? Mais si c’est original, avec de si jolies couleurs ! Le « truc vert », c’est un avocat Haas mûr à point mixé avec un peu de jus de citron et de fleur de sel, puis déposé à la poche à douille sur les blinis. C’est merveilleusement bon avec la crevette. Le truc rose, c’est du fromage de chèvre frais mixé avec un petit bout de betterave cuite qui restait du repas de la veille (ne me demandez pas « un bout comment ? » j’ai complètement oublié de le peser…) : c’est super joli, et ça va très bien avec le haddock cette fois-ci. Dommage toutefois que la betterave, ça ait un tel goût de betterave, car la couleur suffisait amplement à mon bonheur (je n’aime pas trop ça, la betterave, heureusement que le fromage de chèvre était là…). Le truc jaune pâle, ben, c’est du beurre, tout simplement, parce qu’avec la truite fumée on a pas encore trouvé mieux il me semble… 😉 J’ai ensuite saupoudré tout ça de graines de pavot, de sésame, de piment d’Espelette, de baies roses (pas tout « en vrac », un parfum par type de blinis seulement !) et même ajouté des petites barbes de fenouil sur les blinis à la truite fumée. D’ailleurs, ça, c’est un bon plan, ne vous ruinez plus à acheter de l’aneth qui n’a pas de goût et qui pousse en serres… choisissez plutôt quelques bulbes de fenouil qui serviront à vos salades, poêlées, jus détox, etc. et prélevez les petites barbes qui poussent au centre pour aromatiser vos saumons, truites et autres poissons : c’est beaucoup plus goûteux !

Et puis, petite anecdote qui a fait fondre mon cœur de maman 😉 : ce matin, j’étais en train d’installer tous les éléments pour photographier mes blinis, à côté de ma petite puce, toute en admiration devant la couleur rose de ma crème chèvre-betterave. Le temps que j’aille chercher ma bougie rose pour peaufiner la déco de ma scène, et là, surprise, elle avait posé ses poupées russes à côté des blinis ! « C’est jouyi hein maman ? ». J’étais tellement touchée… et aussi émerveillée par son bon goût : car c’est vrai que ses matriochkas étaient exactement du même ton que la crème de betterave !

J’ai commencé à lui expliquer gentiment que oui, effectivement, c’était très joli, mais que je ne pouvais pas les laisser là sur ma photo, et puis je me suis interrompue, frappée par cet incroyable clin d’œil de la Providence. Après tout, le blinis, c’est russe…

_DSC7969-2

Crème de chèvre à la betterave, haddock, graines de pavot… Je raffole du haddock, je trouve cela au moins aussi bon que le saumon ou la truite !

_DSC8030-2

Version végétarienne, avec un petit oeuf de caille, « mayonnaise » d’avocat et graines germées en mélange « alfa-radis-fenouil » (ce mélange que vous trouverez en magasin bio s’accorde particulièrement bien avec les poissons fumés…), le tout relevé d’un peu de baies roses.

_DSC7938-2

Crevette sauvage, « mayonnaise » d’avocat, une touche de piment d’Espelette…

 

_DSC7980-2

Truite fumée bio, beurre frais, sésame blond, barbes de fenouils (j’aurais pu aussi ajouter des baies roses et/ou des graines germées alfa-radis-fenouil, mais on ne peut pas penser à tout sur le coup ;))

 

Ingrédients pour environ 30 petits blinis
Préparation : 5 min
Cuisson : quelques minutes par poêlée
(Préparer la pâte 12H avant pour lui laisser le temps de lever)

 

150g de farine de grand épeautre T130
150g de son d’avoine
30 cl d’eau tiède
4 oeufs
1 sachet de levure de boulangerie déshydratée
2 c. à soupe rase de sucre de coco ou de sucre de canne (sur les blinis des photos, j’avais oublié le sucre, voilà pourquoi ils sont tout blancs. Mais vous, ne l’oubliez pas, ça ajoute vraiment un petit « plus » côté saveur)
Une bonne pincée de sel fin
Huile d’olive pour la cuisson
 

_DSC8158-2La veille, ou du moins 8 à 12H avant, délayer la levure dans l’eau tiède (pas plus de 45°C, pour ne pas « tuer » les levures). Mélanger dans un petit saladier le son d’avoine, la farine, le sel et le sucre. Faire un puits, ajouter les œufs et l’eau, bien mélanger avec un fouet. Couvrir d’une assiette et « oublier » au frais toute la nuit. La pâte va lever au frais, beaucoup plus doucement qu’une pâte à pain ou à brioche, et gagnera en arôme.

Le lendemain, mélanger délicatement la pâte avec 3 ou 4 coups de cuillère, sans trop insister, juste pour s’assurer que le fond ne soit pas plus liquide que le dessus (ça arrive parfois, en fonction des qualités de son d’avoine : si vous voyez dès le début que la pâte a une texture homogène, inutile de mélanger plus). Faire chauffer une poêle, si possible en tôle de fer noire, en émail ou en céramique (plutôt qu’en inox) avec un peu d’huile d’olive (sans la faire fumer). Verser des grosses cuillerées à café de pâte en laissant un petit espace entre chaque pour que les blinis ne se collent pas entre eux en s’étalant, puis poser un couvercle et baisser le feu. Pour être absolument parfaits, les blinis doivent être saisis dans une poêle très chaude, puis continuer leur cuisson quelques instants couverts à feu très doux pour avoir le temps de bien lever. Dès que le dessus est « précuit » (c’est à dire que la pâte n’est plus crue, brillante et coulante sur les blinis, mais au contraire bien mate, « figée », et que les petites bulles sont devenus des petits trous) les retourner avec une spatule et ne laisser cuire que 30 secondes de l’autre côté. Remettre toujours un peu d’huile dans la poêle entre chaque tournée, car la pâte ne contient aucune matière grasse et sans cela iles blinis manqueraient de moelleux. En revanche, inutile d’ajouter de l’huile en retournant les blinis pour les faire cuire de l’autre côté.

 

Je vous laisse avec la photo d’un petit « travail d’équipe en famille » dont je suis si fière 😉 : Notre crèche lumineuse, que j’ai dessiné à la craie sur une immense plaque de contreplaqué (1,50m x3m), que mon Jéjé a ensuite patiemment découpé à la scie sauteuse (c’était si délicat, il a vraiment eu le plus difficile à faire !), et que nos 2 grands fistons ont aidé à fixer au mur pendant que les filles… donnaient leur avis 😉

 Si vous passez devant une maison dont la façade est ainsi illuminée… Ben, c’est chez nous ;)))

DSC_0340-2

Cliquer ici pour retrouver les 104 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *