{ Cure Cabot 3/3 (suite et fin…) }

image_pdfimage_print

{ Cure Cabot 3/3 (suite et fin…) }

Gelée de fleurs de pissenlit au citron

(Et l’interview de Miss Pat’)

♥ Vegan ♥ IG bas ♥

 

1 gelée de pissenlitJ’arrive bientôt à la fin de ma cure Cabot qui s’arrêtera –comme par hasard- pile poil pour Pâques (humf, vous l’avez compris, ce n’est pas franchement un hasard, je vais « zapper » la dernière semaine pour cause de gourmandise chronique, aigüe et incurable… M’enfin, quoi, vous imaginez un peu Pâques sans un bon gigot, un gâteau au chocolat et un p’tit verre de rouge ?), et voici donc le dernier post « Régénération du foie » avant de passer à des choses beaucoup moins sérieuses 😉

Cette fois-ci, je serai brève, et laisserai à la fin de ce post la parole à Miss Pat’, qui a créé pour vous un groupe Facebook : « Cure Cabot ensemble ».  N’hésitez pas à laisser vous aussi votre témoignage sur cette cure, soit sur la page de Miss Pat, soit sur ce blog, afin d’échanger et de partager nos expériences sur ce sujet ! (Vous avez aussi, pour vous aider à trouver des idées recettes, les très sympathiques tableaux pinterest de Mathilde…)

J’espère, avec ces 3 articles – qui, soit dit en passant, ont dû bien saouler ceux qui n’ont pas du tout envie de régénérer leur foie (Hé hé, le chocolat, le pinard, le fromage, la cochonaille, pfff, même pas mal !!!)- vous avoir bien mis sur les rails. Mais avant de tourner cette page « Cabot », je voulais vous parler un peu du pissenlit, cette jolie fleur au nom si peu poétique* qui égaye au printemps la campagne d’innombrables petits soleils, et qui pourrait vous épauler très efficacement dans cette cure…

*(« Pissenlit » évoque de façon très imagée l’action… diurétique de cette plante, surtout la nuit. Je ne vous fais pas un dessin n’est-ce-pas, vous avez compris toute la subtilité, la poésie et la délicatesse du barbare qui a donné un nom aussi trivial a cette pauvre fleur.)

 

3 cuilletteLe pissenlit draine le foie, nettoie, désintoxique et purifie l’organisme de nombreuses toxines, améliore le bon fonctionnement digestif et hépatobiliaire, soulage les rhumatismes ainsi que certaines maladies de peau, gomme la cellulite, favorise une bonne circulation sanguine, et présente, comme nous venons de le voir, (gloups !) des propriétés diurétiques exceptionnelles.

Alors si vous cherchez un bon « médicament » pour votre foie, sachez que les jeunes feuilles d’un vert tendre ramassées au printemps sont en outre très goûteuses, peu coriaces, et permettent l’élaboration de délicieuses salades au charme très champêtre, qui enchanteront vos papilles en association avec des petits croûtons frottés à l’ail, des asperges cuites « al dente », des œufs mollets, des champignons émincés, de l’avocat mûr à point, des radis bien croquants, bref, toutes ces petites choses de saison à la fois si saines et si alléchantes.

Mais aujourd’hui, je vous propose plutôt une douceur qui ne demande qu’à ensoleiller vos petits déjeuners et desserts d’une touche gourmande et très « détox » : la gelée de fleurs de pissenlit.

Je connais ce concept depuis bien longtemps pour l’avoir trouvé dans un vieux livre de « Grand-mère »que j’aime potasser de temps en temps. Mais la recette de base contenait beaucoup de sucre… Il y a 10 ans, j’ai donc mis au point cette jolie gelée dorée au parfum délicat, dont toute la famille raffole (j’en ai fait un pot vendredi, j’ai juste pu en goûter 1 cuillerée à café, grrr…vengeance ! Parfois, j’en viens presque à regretter le fait de ne pas être la seule de la famille à aimer ça…)

Pour la réussir à la perfection, respectez bien les temps de cuisson, faites la cuire à feu doux, sans couvercle, et ne mettez ni les tiges de fleur, ni le « blanc » de l’écorce du citron : elle sera ainsi d’un parfum très délicat, et d’une texture de rêve : gélifiée juste ce qu’il faut pour ne pas couler des tartines, mais délicieusement translucide et fondante en bouche…

Vous trouverez une autre recette de gelée de pissenlit dans le merveilleux livre de ma chère Géraldine, « Fleurs en cuisine »… Mais j’y reviendrai bientôt, car ce livre est trop beau  😉

 

Gelée de fleurs de pissenlit au citron 

6 gelée de pissenlitEdit du 22/04/2014 : Suite aux déboires de quelques uns d’entre vous, j’ai ajouté en rouge des précisions supplémentaires à cette recette. Maintenant, elle devrait vraiment être inratable 😉

PS : Aidez-vous d’un biberon gradué, il n’y a pas de verre à mesure plus précis…

  • Ingrédients pour un pot de confiture moyen de 20 cl de contenance
  • Préparation : 10 min
  • Cuisson : 20 min

 

40g de fleurs de pissenlit (environ 2 grosses poignées)

50cl d’eau pure

1 citron bio (soit exactement 3 cl de jus fraîchement pressé, mesuré précisément si possible au biberon )

1 sachet de 2 gr d’agar-agar

1 gousse de vanille

15cl de sirop d’agave

 

Verser l’eau dans une casserole, et y ajouter les fleurs de pissenlit, la gousse de vanille fendue en deux, l’agar-agar et le jus de citron pressé. Râper finement le zeste au dessus de la casserole, sans mettre de peau blanche (qui donnerait un goût amer à la gelée).

Bien mélanger à froid, puis porter à ébullition sur feu assez doux (mais pas sur feu minimum, car il faut tout de même maintenir une bonne ébullition). Laisser bouillir 10 minutes, en mélangeant souvent.

Filtrer au travers d’un tamis fin (ou d’un filtre à café perpétuel), et mesurer le jus : il doit y avoir 20cl de liquide puis remettre le jus obtenu dans la casserole avec le sirop d’agave.

Porter de nouveau à ébullition, puis compter 10 minutes de cuisson, toujours à feu doux et en mélangeant souvent à la cuillère de bois. Mesurer le liquide, on doit obtenir de nouveau 20cl environ de préparation

Verser dans un pot de confiture, visser le couvercle et laisser refroidir à température ambiante, sans y toucher. Une fois le pot refroidi, le ranger au frais, où il se conservera entamé plus d’une semaine sans s’abîmer.

 

Nota : Les citadins sans jardin pourront eux aussi confectionner cette recette très simple et rapide après une petite ballade-cueillette à la campagne ! Prenez juste garde de ramasser les pissenlits dans un endroit sauvage (pas traité aux pesticides ni désherbant), et à l’écart des routes, car les pauvres pissenlits des bas-côtés et fossés sont très pollués aux gaz d’échappement…

 

5 banc-2

2 panier-2

4 petite main-2

Et maintenant, l’interview !

Miss Pat, tu as eu l’idée bien sympathique de créer un groupe « régime Cabot ensemble » sur Facebook…  Comment l’idée t’est-elle venue?

J’ai parlé un peu de mon parcours chaotique au niveau alimentaire ces dernières années et des raisons qui m’ont poussée à faire le régime dans un article récent de mon blog. J’ai souffert pendant très longtemps de troubles du comportement alimentaire (boulimie anorexique). Je rencontre depuis quelques temps, en conséquence, des soucis de santé qui me font comprendre que mon foie ne fonctionne pas aussi bien qu’avant. La fatigue du matin, des insomnies à certaines heures de la nuit, un côlon irritable, une allergie cutanée survenue soudainement il y a deux ans, la peau « grise » et sans éclat… Enfin, rien de bien glamour, désolée !!! Et je ne vous parlerais pas de mon haleine… J’ai pitié pour mon homme quelquefois. Ces signes d’alerte m’indiquent que je dois changer d’alimentation de manière radicale pendant au moins quelques semaines : une alimentation hypotoxique qui tend à reposer mes organes et même, à les régénérer. J’ai eu donc l’idée de sortir de ma bibliothèque un ouvrage qui prenait la poussière depuis quelques années… Celui de Sandra Cabot. Et pour me sentir moins seule dans cette démarche, pour être certaine de tenir mes bonnes résolutions et surtout, pour soutenir d’autres personnes dans le même projet que moi, j’ai eu l’idée (moderne) de créer un groupe sur Facebook 😉

Je dois préciser que je n’ai aucun problème de poids. Les écarts ne m’ont jamais fait vraiment grossir. Ce régime est destiné à ceux et celles qui veulent avant tout soigner leur foie ; il n’est pas restrictif : avis aux gourmands comme moi ! Le régime régule le métabolisme, et à la clé, si le corps en a besoin, fait perdre du poids.

Où en es-tu de ta cure? Peux-tu déjà en faire un bilan? As-tu constaté certains bienfaits sur ta santé?

Je suis à la dernière phase de la cure et j’en fais déjà un bilan très positif. J’ai plus d’énergie qu’avant, mon allergie cutanée tant à s’atténuer vraiment. Côté haleine, je demanderai à mon homme ce soir… Je reste encore très sensible au niveau intestinal, mais je sais qu’il faut beaucoup de temps pour restaurer un intestin agressé, et notamment restaurer sa flore (ça se compte en nombre d’années). Je me suis déshabituée à consommer certains aliments comme le chocolat, mon péché mignon 😉 Mais je ne peux rien vous promettre pour la suite… Pâques approche à grand pas !

Qu’est-ce qui t’a semblé le plus difficile pendant ces quelques semaines ?

Ma plus grande difficulté dans la vie est la gestion du stress. Ainsi, sous pression, je trouve plus difficile d’écouter mon corps, les messages se brouillent… et il m’est arrivé honnêtement de faire quelques écarts. C’est pourquoi je tiens à poursuivre encore ce régime jusqu’à Pâques.

Et le plus agréable?

Les nouvelles habitudes saines me font du bien : me régaler chaque jour avec de bonnes crudités aux couleurs joyeuses, du bon pain complet tartiné de crème d’amandes ou de crème de sésame… mais aussi le plaisir d’échanger avec les autres sur les nouveaux gestes adoptés pour notre santé.

Quelle était ta recette Cabot « chouchou »?

 J’ai trouvé un riz complet thaï vendu en vrac dont je raffole. Je le mange « à toutes les sauces » avec les épices de mon choix, en ajoutant du lait de coco parfois, des noix de cajou, des amandes effilées, du gomasio (sésame grillé, salé, et broyé), du tofu ou du tempeh… Le riz complet a un grand pouvoir détoxifiant. Il ne contient pas de déchets (purines). Il nettoie le corps en profondeur et contribue à désacidifier l’organisme. Un aliment formidable quoi !

Que conseillerais-tu aux personnes qui doivent prendre leur repas de midi à l’extérieur?

 L’idéal est de pouvoir emmener sa gamelle au bureau et de se concocter régulièrement une salade composée facile à transporter. Pendant la cure, certains types d’aliments sont interdits. Dans l’ouvrage, vous trouverez une liste des aliments bons pour le foie (vous la trouverez également en pièce jointe au sein du groupe Facebook). Pour faciliter la cure, je l’ai mise sur mon frigo et je la consulte très fréquemment, notamment pour composer mes menus. Je pense qu’il est bon de jouer avec celle-ci pour manger à l’extérieur afin de favoriser au maximum les aliments bénéfiques et exclure au maximum les autres. Au restaurant, exit le steak-frites. Je pense qu’il faut dans ce cas miser sur les salades composées, les légumes et le poisson en mettant notamment de côté, quand c’est possible, les aliments interdits : fromages, produits fumés et à base de farine blanche, viandes rouges, etc. Oh, il restera encore quelques petites choses à grignoter dans l’assiette… non ?

Dans l’ensemble, comment la cure se passe-t-elle pour les autres personnes de ton groupe?

 Au sein du groupe, c’est justement une question que je pose régulièrement. Et, je constate avec joie que les personnes qui commencent à la pratiquer se sentent très vite plus en forme 😉 La perte de poids est évidente aussi. Il y a également le témoignage de celles qui connaissent déjà la cure et qui la refont car elles ont été satisfaites du résultat.

 

Aurais-tu par hasard une petite anecdote amusante à propos de cette cure? (Je ne sais pas, recette ratée, ou autre… Moi par exemple j’ai fais ma première cure avec une centrifugeuse orange trouvée dans le garage du pépé, et qui datait de la fin des années 70 – limite elle était en 110 volts tu vois un peu le truc ?-, et à chaque fois que je l’utilisais, je me demandais un peu si ma dernière heure allait sonner ^^ Elle a fini un jour par s’envoler du plan de travail, ouf, et j’ai pu la changer sans regret… Le reste de ma cure s’est bien mieux passé ensuite, car je crois que mon foie n’appréciait pas trop au départ le monumental « coup de stress » imposée à l’heure du p’tit dej par la centrifugeuse un peu trop vintage ;))

 J’ai commencé mon régime avec une collègue de bureau car elle souhaite perdre du poids et retrouver de bonnes habitudes alimentaires. Aussi, il se passe des choses peu ordinaires depuis quelques semaines au bureau… notamment dessous. Des échanges en cachette de poudres en tout genre. Quelles sont nos drogues ? Poudre de graines de lin et autres graines, gomasio et purées d’oléagineux…

 

 

3 bis cuillette

Poupougnette, 3 ans, fan de gelée de pissenlit et « cueilleuse » motivée…

Cliquer ici pour retrouver les 131 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 grains de sel sur “{ Cure Cabot 3/3 (suite et fin…) }

  1. Bonjour Marie,
    Merci de tous ces bons conseils.
    Pendant la Cure Cabot est ce que selon vous je peux manger de la compote pomme poire maison au petit déjeuner et au goûter? Je ne suis pas sûre que les fruits cuits soient conseillés?
    En vous remerciant par avance
    Florence (30 ans, architecte, Saint-Etienne (42)) 🙂

    1. Marie Chioca

      Mais bien sûre Florence, vous pouvez vous régaler de compote maison, surtout si elle est peu sucrée, ou pas du tout sucrée…
      Au goûter, c’est quand même mieux qu’au petit déjeuner car au petit déjeuner, il faut quelque chose qui « tienne mieux au corps » pour éviter les fringales plus tard dans la journée.
      Bonne continuation !
      Marie

  2. bonjour Marie
    Merci pour cette belle recette. Je l’ai faite cet après-midi, et je ne vois pas comment tu peux arriver à 20cl de liquide en partant de 50cl … ou alors il faudrait faire bouillir bien plus longtemps … moi je suis encore à 45cl après les 10 minutes à ébullition …
    Du coup, ma gelée ce soir, même refroidie est encore liquide …
    Tu me conseilles quoi ? Je la refais cuire avec de l’agar agar ? J’en mets combien du coup ? Vu que j’avais déjà mis la quantité recommandée.
    Merci à toi de nous régaler
    Natalia

    1. Marie Chioca

      Bonjour Natalia,
      Le souci de cette recette, c’est que je me suis aperçue qu’elle pose problème : chez moi je la réussi très bien, d’autres personnes la réussissent, d’autres la ratent (je te rassure tu n’es pas la seule !).
      Cela vient de la cuisson : plus ta préparation cuit dans une grande casserole (chez moi, un faitout assez large) et mieux ça s’évapore. C’est comme pour les confitures que nos grands-mères cuisaient dans des bassines de cuivre…
      Vraiment désolée de te répondre si tard ma pauvre Natalia, j’espère qu’entretemps tu as pu faire recuire ta gelée et que tout n’a pas été perdu…
      Beau week-end de Pâques à toi !
      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *