{ Au secouuuurs, elle nous a pondu un pavé !!! Et en plus, on va même pas rigoler…}

image_pdfimage_print

{ Au secouuuurs, elle nous a pondu un pavé !!! Et en plus, on va même pas rigoler…}

La cure Cabot, en 10 questions/réponses

(Cure Cabot 1/3)

 

régénerez votre foieDepuis la publication il y a 2 ans de ce tout petit article, il ne se passe pas une semaine sans que je reçoive des questions concernant la cure Cabot. Vous êtes apparemment bien plus nombreux que ce que j’aurai imaginé à vous y intéresser, et bien que je sois un peu à l’ouest ces temps-ci, je vais essayer de rédiger 3 articles de fond sur le sujet pour ne pas vous laisser en plan (car en ce moment, vous êtes nombreux à suivre Miss Pat dans cette aventure, grâce à son groupe Facebook « régime Cabot ensemble »*). J’espère répondre ainsi à toutes vos questions, et surtout, vous aider pour que cette cure vous fasse autant de bien qu’à moi…

En revanche, ne soyez pas déçus par mon ton plus « sérieux » que d’habitude. Pour ce post, je prendrai un peu mon air très docte de schtroumpf à lunettes simili-instruit, mais c’est pour aller à l’essentiel, donc, pour la bonne cause 😉

* Cette chère Miss Pat, à qui je donnerai d’ailleurs la parole sur ce blog très bientôt à ce sujet…

1/ Qu’est-ce que la cure Cabot ?

Appelée aussi régime de drainage du foie (ou RDF), elle a été inventée par le docteur Sandra Cabot, pour qui j’éprouve un très grand respect (bien que je ne la connaisse qu’à travers ses écrits) : Doctoresse australienne spécialisée dans les maladies des femmes, l’obésité et les pathologies hépatiques, elle a soigné avec succès un nombre incalculable de cas graves (obésité morbide, diabète, sérieux problèmes de peau, troubles gynécologiques, syndrome métabolique, etc., etc.) grâce au RDF.

En effet, le foie est vraiment l’usine chimique de notre corps. C’est lui qui nous « dépollue » de toutes les substances toxiques qui nous agressent chaque jour, et qui régule en outre un bon brûlage des graisses. Un foie qui fatigue  pour diverses raisons (stress, alimentation trop riche, pollution, alcool, repas pris dans de mauvaises conditions, alimentation trop raffinée ou industrielle, etc.), qui se trouve « débordé » par son travail et qui fonctionne mal, cela enclenche très souvent une prise de poids, une grande fatigue, et l’apparition de tout un cortège de maladies plus ou moins graves.

 

2/ Quelles en sont les grandes lignes ?

Il y a bien des moyens de détoxifier notre corps, certains étant très efficace mais beaucoup trop drastiques à mon humble avis (cure de raisin, jeûne, monocures…) pour être conseillés à tout le monde. Avec la cure Cabot, vous ne risquez rien, car votre alimentation reste équilibrée tout au long de la cure.

La cure Cabot dure 8 semaines (ça passe assez vite vous verrez…) pendant lesquelles nous mettons notre foie au repos grâce à une alimentation hypotoxique, et à quelques suppléments de plantes hépato-protectrices (mais ça, c’est facultatif).

Tout content de ne plus trouver chaque jour toute une cargaison de « cochonneries » à gérer, notre foie (qui déteste se tourner les pouces) va en profiter pour se refaire une beauté, car c’est l’organe du corps qui présente le plus grand pouvoir d’auto-régénération. Il redeviendra ensuite ultra performant, et prêt à travailler d’arrache-pied pour vous…

Pendant le RDF, il y aura quelques ingrédients ou famille d’ingrédients à supprimer pendant quelques temps, mais sans que cela ne risque d’entraîner de carences, et tout en mangeant à sa faim.

Dans les grandes lignes, Sandra Cabot préconise de supprimer pendant toute la cure l’alcool, le chocolat, les laitages, la viande (sauf le poulet fermier pendant les deux premières et deux dernières semaines de la cure), les charcuteries, les aliments trop industriels et/ou trop raffinés. Il faut aussi beaucoup limiter le café.

Il vous restera la possibilité de vous régaler de tout un panel de légumes, crudités, céréales, légumineuses, protéines végétales, huiles végétales, poisson, fruits de mer, œufs et poulet (sauf pendant les 4 semaines centrales), fruits frais et secs, oléagineux, etc., et même quelques desserts maison !

De quoi se concocter de délicieux menus, mais j’y reviendrai la semaine prochaine dans le deuxième volet de ce triptyque…

 

3 / La lecture de ce billet vous dispense-t-elle de lire « Régénérez votre foie ! » du Dr Sandra Cabot ?

Au risque de vous décevoir, non… Car je ne peux résumer -moi qui ne suis rien d’autre qu’auteure culinaire- en 2 ou 3 articles toutes les informations ultra précises et précieuses distillées par un vrai médecin dans un ouvrage de 225 pages ! Je précise d’ailleurs, afin d’être complètement transparente, que je ne suis en rien « intéressée » par la vente de ce livre, croyez bien qu’il ne s’agit pour moi que d’essayer de rendre service en témoignant de cette cure sans laquelle ma vie serait totalement différente.

 

4/ Pourquoi j’aime cette cure/ Pourquoi je la conseillerais à mes amis ?

La première fois que je l’ai faite, j’ai dégommé 8kg, et c’était la première fois que je perdais du poids depuis des années passées à en prendre. Grâce à l’alimentation à IG bas qui a ensuite « pris le relais », j’ai continué à en perdre un peu, régulièrement, et je suis plutôt contente de ma silhouette actuelle qui, si elle n’est pas dans les stupides canons de la mode bling-bling-gnan-gnan-ma-chèèèèèèèère, me convient très bien sachant que je n’ai plus 20 ans, et que mon corps a porté 6 beaux bébés…

Depuis, j’ai une vie que certains qualifieraient « de fou » et que je trouve juste pour ma part un tantinet trop bien remplie (surtout au niveau professionnel). Je ressens le besoin de faire cette cure deux fois par an au printemps et à l’automne, mais vous n’aurez certainement pas besoin d’en faire tant ! Moi, c’est parce que je suis vraiment surmenée (soyons honnête…), et que je travaille tous les jours à concocter, photographier, goûter, etc. des petits plats bien gourmands pour mon métier. Je mange donc un peu moins « simple et frugal » que ce que j’aimerai, et forcément, il y a des répercussions sur la silhouette. J’ai aussi un passé de « ronde » et une hérédité de personnes bien en chair dans mes aïeux… La cure Cabot m’aide donc, avec mon alimentation à IG bas, à lutter ultra efficacement contre une réelle tendance au surpoids.

Mais ce n’est pas tout…

Quand je suis complètement nase (HS, crevée, KO, sur les rotules, enfin vous avez compris l’idée…) comme cela m’arrive parfois, au point d’avoir l’impression que je ne vais plus pouvoir remonter la pente (cela vous arrive-t-il aussi ?), la cure Cabot me « rebooste » à un point inimaginable, et je repars tel le petit lapin des piles Duracel pour de longs mois de joyeuse « hyperactivité » ;). Il me semble que cette cure a même un effet bénéfique pour le moral, ce qui semble logique car beaucoup de médecines anciennes et traditionnelles reconnaissaient qu’un foie en bon état procure de la joie de vivre et une certaine sensation de bien-être, d’euphorie. À l’inverse, un foie à bout de souffle peut induire une certaine tristesse, voire une sensation de déprime ou d’angoisse.

Enfin, sachez qu’une cure Cabot bien faite est une véritable « passerelle » vers un changement durable de ses habitudes alimentaires. Pendant 8 semaines, on apprend à écouter son corps, à manger calmement, à cuisiner sainement, à prendre de bons réflexes, à redécouvrir avec gourmandise des ingrédients sains que l’on « boudait » un peu auparavant.  On découvre l’importance de son foie, le bien que cela nous fait de le ménager. Cela change la vie, pour toujours.

 

5 / Est-ce que ça coûte cher une cure Cabot ?

Oui et non…

Déjà, vous n’aurez pas à investir dans un « programme », des produits, des médicaments, d’abominablissimes sachets protéinés, un suivi « coaching » etc. qui coûtent la peau des yeux. Si vous avez déjà l’habitude de manger bio, il est même possible que vous fassiez quelques économies car vous n’achèterez pas de viande, de fromages, etc. qui sont assez onéreux. En revanche, il vous faudra tout de même acheter des fruits et légumes frais, aussi bio que votre porte-monnaie vous le permettra, ainsi que des produits d’épicerie sains. En cure Cabot, mieux vaut manger simplement mais « bon », que compliqué et de médiocre qualité.

Côté matériel, il est fortement recommandé d’avoir une centrifugeuse… Si vous avez un tout petit budget, pourquoi ne pas l’acheter d’occasion puis la revendre en fin de cure ?

 

6/ Est-ce que c’est dur ?

Oui et non… mais plutôt non que oui !

Car si cela peut être un peu difficile les premiers jours de terminer son repas sans un petit morceau de fromage et/ou de chocolat, au fur et à mesure que l’on avance et que le foie se régénère on n’est plus du tout attiré par tout ce qui est lourd. On redécouvre par exemple la joie de savourer avec gourmandise certains fruits, ou certaines crudités, en leur trouvant un charme qu’on n’aurait jamais soupçonné auparavant !

Le moindre « écart » nous fait sentir si lourd, si ballonné, si flagada (preuve que cet écart aura « surpris » le foie tout occupé à sa propre régénération) qu’on n’a plus très envie de déroger aux règles de la cure ;). En revanche, j’ai remarqué que vers la fin des 8 semaines, si on a été motivé et bien fait les choses dans les règles de l’art, l’envie de fromage, de chocolat, de bon vin revient ;)… C’est à mon avis la preuve que le foie a fini son travail de régénération, et qu’une nouvelle « vie commune » peut commencer entre vous et lui, tout faite de nuances et de respect. Vous allez arrêter de le malmener, et lui vous rendra au centuple vos bons soins, « traitant » avec grande efficacité et bonne volonté les petites gourmandises que vous vous autoriserez.

Une autre chose qui peut être difficile dans la cure Cabot, c’est de manger à l’extérieur (j’y reviendrais plus tard, dans le 3ème article) ou de continuer à mener une vie sociale sans passer pour un ours des cavernes herbivore et poissonivore. Pour ce dernier cas, le truc imparable, c’est de recevoir ses amis plutôt que d’être reçus. Ainsi, tout le monde sera en mode « cure Cabot » le temps d’un repas et mangera comme vous (voir plus loin à quel point on peut cuisiner « Cabot » et super gourmand).

Enfin, vous vous sentirez vous-même tellement bien que la cure passera très vite… Je vis personnellement à chaque fois cette cure comme une délicieuse parenthèse de bien être et de cocooning (qui ne m’empêche nullement de continuer toutes mes activités), qui peut être comparée aux bienfaits d’une thalasso par exemple.

 

7/ Comment « bien » faire cette cure ?

Quitte à ne plus manger pendant 8 semaines de fromage, de chocolat, de viande rouge etc… autant jouer le jeu jusqu’au bout pour en tirer le maximum de bienfaits n’est-ce pas ?

Car il y a 2 façons de vivre cette cure :

 

– Première façon, la vivre en « négatif » : c’est une cure « sans ».

Sans lait, sans charcuterie, sans chocolat etc. Cela fait déjà du bien à votre foie et le met au repos, mais c’est la façon la plus frustrante qui soit de vivre cette cure, laquelle ne sera faite que de restrictions dans l’élaboration des repas. Pour l’avoir vécue une fois il y a deux ans, ce genre de cure apporte peu de bienfaits comparé à la deuxième façon…

 

– Deuxième façon, la vivre en « positif » : cela devient une cure « avec ».

Au lieu de penser à ce que vous n’avez pas le droit de manger, vous vous concentrez plutôt sur tout ce que vous allez pouvoir savourer et boire pour soigner votre foie au plus vite et accélerer sa guérison : jus fraîchement pressés, salades de pissenlit, « super-légumes » (carottes, fenouil, pissenlit, etc.), jus de citron, petites herbes, etc. etc.

Voici un exemple simple et pratique qui vous aidera à bien comprendre :

 

Menu d’une cure Cabot vécue « en négatif » :

Un filet de cabillaud, du riz et des épinards (tout ces ingrédients sont « autorisés » pendant la cure, mais c’est un peu déprimant comme menu non ? Si…).

 

Voici maintenant le même menu (enfin presque) mais dans une cure Cabot vécue en « positif », où l’on cherche à vraiment bien aider et drainer son foie en plus de le mettre au repos :

On commencera par un « apéritif » de jus de fenouil/citron/carotte fraîchement pressé. C’est vraiment délicieux !

Le filet de cabillaud sera doucement poêlé avec une bonne huile d’olive (sans la faire fumer) ou cuit dans court-bouillon parfumé, et arrosé hors du feu de jus de citron frais, et/ou d’une bonne sauce vinaigrette aux herbes fraîches (ciboulette, persil, ail des ours…) ou aux paillettes d’algues pour une délicate note iodée.

Le riz sera choisi complet et basmati (pour son IG bas), cuit al dente et arrosé d’un filet de bonne huile d’olive et/ou additionné de petites lamelles d’avocat mûr à point.

Les épinards seront absolument bio, et à peine « tombés » 2 ou 3 min à la poêle (pour garder toutes leurs propriétés nutritionnelles) avec de petits cubes d’échalote, puis liés avec une lichette de crème de soja et relevés d’une touche de fleur de sel/poivre 5 baies du moulin. Le tout sera éventuellement savouré avec un thé vert bien chaud et parfumé, ou de l’eau pétillante additionnée de jus de citron fraîchement pressé.

 

Tout cela est à la fois plus gourmand, et infiniment plus « détox » pour votre foie…

 

8/Faut-il prendre des compléments ?

C’est facultatif, mais cela peut aider.

On peut prendre par exemple des gélules ou des ampoules d’artichaut, de chardon-marie, de fumeterre, de desmodium, de crysantellum, de pissenlits, de radis noir… On peut aussi se contenter par exemple de jus de citron frais à foison, fenouil, carotte, artichauts, betterave (bio) et de pissenlits du jardin, qui sont de formidables toniques hépatiques !

On peut aussi prendre en plus un peu de fer naturel végétal, de calcium et de magnésium marin, surtout si l’on présente un terrain spasmophile, en cas de grossesse et/ou d’allaitement récent.

 

9/ Y-a-t-il des effets secondaires ?

Au bout de quelques jours, on peut avoir un peu mal à la tête. C’est génial !!! (Et non je n’ai pas disjoncté…). Cela prouve que la cure fonctionne et que l’organisme est en train d’éliminer tout un tas de toxines…

Les femmes enceintes doivent demander conseil (perso, je l’ai faite pour mes deux dernières grossesses sans aucun souci) mais les femmes qui allaitent doivent attendre la fin de l’allaitement, car il faut savoir que sinon, une partie des « cochonneries » éliminées par l’organisme iront directement dans le lait de votre petit…

Enfin, les personnes soufrant de maladies très graves doivent, comme toujours, prendre conseil auprès de leur médecin, mais au vu des témoignages présentés dans le livre, cette cure ne peut à priori leur faire que beaucoup de bien…

 

10/ Faut-il se restreindre sur les quantités / Faut-il absolument suivre les menus du Dr Cabot / Que manger ?

Comme Sandra Cabot le dit elle-même, les menus qu’elle donne ne sont là qu’à titre d’exemple, libre à nous de les suivre intégralement ou de broder avec gourmandise et inspiration autour de tous les ingrédients autorisés !

Personnellement, je n’apporte  jamais autant de soin à mes propres repas que lorsque je suis en cure Cabot ! 😉 Le fait de soigner ses petits plats, de confectionner de bonnes sauces bien saines, d’ajouter des petites herbes fraîches, de s’autoriser un bon poisson que l’on achèterait pas en temps normal, etc., bref, de se faire plaisir, satisfait tellement les papilles que l’on est pas (ou moins…) tenté ensuite par les ingrédients « interdits » pendant la cure.

Côté quantités, attention de ne pas mourir de faim ! Vous vous exposeriez ensuite à de graves « chutes » compulsives ! Mais on peut essayer, toujours pour que la cure soit plus efficace et bénéfique, de manger un peu moins que d’habitude, surtout le soir car c’est la nuit, une fois la digestion terminée, que le foie travaille à plein rendement pour se régénérer…

 

Voilà, sur ce je vous laisse et vous donne rendez-vous lundi prochain pour le deuxième volet cette fois-ci « pratique » de cette cure… Car sachez que suite à vos demandes, je me suis enfin décidée à photographier mes assiettes de cure Cabot 😉 Je vous livrerai tout cela, avec plein d’astuces pour que cette cure soit gourmande, efficace, agréable et variée, je dirai presque « séduisante » 😉

En attendant, j’ai farfouillé toute une matinée sur mon blog pour ressortir du placard pas mal de recettes Caboto-compatibles (elles n’y sont pas toutes, j’ai manqué de temps pour faire défiler TOUT le blog depuis 3 ans…). Désolée d’avance pour les anciennes photos parfois un peu obsolètes ou pas très réussies (Faut bien comencer un jour…;)). Il y a aussi, arg, allez comprendre pourquoi, des photos de taille moyenne qui sont devenues énooooooormes au cours du temps (genre tu cliques sur le billet et la photo t’exlose presque à la figure, où alors tu vois une bouchée de gâteau méga pixelisée qui prend toute la largeur de ton écran, bref, ça doit être un petit bug informatique comme je les aime. Pour éviter de me bouffer le foie, on va les laisser comme ça…) Les recettes, elles, sont en revanche toujours d’actualité !

(Cliquer sur la photo pour lire la recette)

_ 3_DSC5623-2-2

Waterzoï un peu revisité (idée de plat pour recevoir par exemple)

_1 _DSC1105-2-3-2

Salade de riz tiède aux poireaux primeurs et ail des ours (particulièrement de saison…)

_2_DSC2445-2-3-2

Tombée de chou chinois au poulet et basmati complet (délicieux, pour tous les jours…)

_4 photo 3-2-2

Petites crèmes dessert à l’orge mondée

_DSC0186-2 2-2

Crèpes Suzette au petit épeautre (voir aussi, dans le même post, les crêpes à l’orge mondée)

_DSC0186-2-2

Spéculoos au sucre de coco

_DSC0470.NEF-2

Pain d’épice au son d’avoine (sans le petit carreau de chocolat, bien sûr… ;))

_DSC0545-2-2

Une chouette brioche à IG bas

_DSC0567.NEF-2

Petits « fromages » au tofu lactofermenté (voir aussi, dans le même post, les recettes de la tartinade et de la « feta »)

68180094_p

Crème glacée « vegan » à la poire William

_DSC0644(1)-2

Le moelleux pomme-citron au son d’avoine

_DSC0683-2

Gâteau aux poires et aux noix

_DSC0811.NEF-2

Terrine de saumon « express »

_DSC1081-2

Galette des rois « revisitée » (cette recette peut servir à confectionner un gâteau tout simple, pour recevoir…)

_DSC1097-2

Poule au pot cuite à basse température

_DSC1100-2

Tarama végétalien

_DSC1318-2

Petits « burgers » de lentilles

_DSC1334-2

Petites tartes aux pommes poêlées et parfum de spéculoos

_DSC1589-2

Paëlla printanière (pour recevoir…)

_DSC1601-2

Le « truc » aux prunes (à revisiter avec des fruits plus de saison…)

_DSC1751-2

Brandade aux haricots blancs

_DSC1886-2

Soda cake au citron

_DSC1892 (2)

Smoothie à la violette (remplacer juste le yaourt de vache par du yaourt de soja)

_DSC2506-2

Boules de neige à la mandarine et à l’amande (des « bonbons » de cure Cabot ;))

_DSC4462-2-2

Chinois aux fruits séchés

1-2-2-2

Lait d’amande maison (pour le petit déjeuner par exemple)

crème de pruneaux-2

Une crème de pruneau vanillée qui « déchire » (à savourer en crème dessert, ou en pâte à tartiner) Voire aussi, sur le même post, les crêpes à la farine de pois chiches

Documents1-2-2

Veloutée de lentilles corail à la courge musquée (voir aussi, dans le même article, la recette du velouté de cèpes)

Montages-2

Moelleux aux figues (à décliner avec d’autres fruits de saison)

photo 4 plateau plan large-2-2

Pain de mie « de rêve » à IG bas

89954638_p

Bon cake aux fruits, sans sucre ajouté (voir aussi sur le même post la recette du crumble de pomme)

Il y en a sûrement d’autres, n’hésitez pas à me les signaler si vous tombez dessus 😉

Cliquer ici pour retrouver les 153 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 grains de sel sur “{ Au secouuuurs, elle nous a pondu un pavé !!! Et en plus, on va même pas rigoler…}

  1. bonjour chère Marie,
    comme tu nous as mis à l’aise, je te signale un petit bug, c’est que les liens dans les photos de la fin n’ont pas l’air d’être actifs. Ce n’est pas grave, je sais où chercher la recette, mais tu as écrit « cliquez sur la photo » je me permets de te le signaler. (sous mac, firefox et chrome, si c’est un détail utile pour ton webmestre).
    Par ailleurs, sur ipad, (moi je ne m’en sers pas pour visiter les villes ;-)) le module de recherche produit des résultats bizarres, mais c’est probablement normal si le site n’est pas optimisé pour les tablettes : la première page présentée correspond à la recherche, on lit seulement les premières lignes de l’article avec un lien « read more », et ensuite, il semble que ça soit l’ordre normal du blog et plus la recherche. Désolée de polluer tes commentaires avec tout ça ! peut-être que tu pourrais créer une adresse spécifique pour qu’on t’envoie les bugs qu’on trouve, ce qui serait en outre plus facile à traiter pour toi ? ça permettrait aussi de t’envoyer des captures d’écran, parce que les bugs ne sont pas tous reproductibles et parfois ça aide. Bon courage en tout cas !

    1. Marie Chioca

      Merci beaucoup pour ton aide Pandore !
      Je vais transférer ton message à l’informaticien qui s’occupe de tout ça, j’espère vraiment qu’il pourra faire quelque chose…
      Ne t’inquiète pas, tu ne « pollues » pas du tout les recettes avec tes messages, même si c’est pour me signaler un bug !
      Plein de bises, et bonne semaine à toi,
      Marie

  2. Bonjour Marie. Cela fait maintenant plusieurs mois que je tourne sur votre blog, fais et refais vos recettes toutes meilleures les unes que les autres et cela un moment que je voulais vous laisser un petit mot. Alors voilà je me lance, et j’ai choisi de le faire sur cet article car je suis épatée: j’adore votre style écriture, je suis archives fan de votre cuisine et mon mari (bien qu’il ne sait pas qu’il mange des repas  » IG bas ») aussi et là je tombe sur un article de partage d’expérience, complet à tout niveau (j’y ai trouvé toutes les réponses aux questions que je me posais lorsque j’ai commencé la lecture) et pertinent. Donc je vous dit un immense merci et continuez de nous faire rêver, retrouver le goût d’une bonne cuisine gourmande et saine, le plaisir de cuisiner. J’ai d’ailleurs dans l’idée de me faire offrir à Noël votre livre sur la cuisine avec les enfants, ma première fille de deux ans et demi aime beaucoup « tédé » dans la cuisine et je chéri particulièrement ce moments. Encore merci, à très vite

    1. Marie Chioca

      Je suis super touchée par votre message Evou, c’est moi qui vous remercie du fond du coeur !
      Je vous souhaite de très beaux moments de cuisine avec votre petite princesse… Je suis sûre qu’elle vous « tèdera » super bien 😉
      Très belle journée à vous,
      Marie

  3. Bonjour Marie,

    Rhaaaah ! C’est terrible de saliver devant ces magnifiques plats si délicatement photographiés, sans pouvoir tenter de suivre la recette pour les réaliser (en vrai, je vais aller sur votre Pinterest, mais ça va être encore plus difficile de trouver la recette tant toutes font envie et pendant que je salive devant vos photos, je ne fais pas à manger…). Mais que fait l’informaticien ?
    Je suis votre blog depuis très récemment et découvre un univers magnifique et bienveillant dont je n’arrive pas à me décrocher. Et qui donne envie d’être aussi doux et délicat avec nous-mêmes que vous semblez l’être.
    Merci !

    1. Marie Chioca

      Je suis vraiment très touchée, merci beaucoup Dorothée pour ce petit mot tellement sympathique 🙂
      Bonne semaine à vous !
      Marie

  4. Bonjour,

    je me permets de vous écrire car je viens de lire le livre « Régénérez votre foie » du Dr Cabot et j’ai une très grosse question en suspens. En effet, j’aurai aimé commencer cette cure en même temps que mon conjoint qui en a vraiment besoin (addiction au sucre, surpoids,…). De mon côté, j’ai déjà eu quelques soucis avec mon foie et ne voulant pas revivre ça, j’aurai aimé prévenir. De plus, je me sens un peu fatiguée ces temps-ci, donc je pensais que ça pourrait m’aider.

    Le seul « problème » est que j’allaite matin et soir mon fils de 18mois. J’ai lu sur votre blog qu’il était préférable de ne pas commencer cette cure pendant l’allaitement de peur que les toxines libérées passent dans le lait maternel. Sur un autre blog (Petite Fée Coquelicot), j’ai vu qu’une cure détox était compatible! Je mange déjà équilibré, très peu de produits industriels, désormais tous les fruits et légumes bio (mais ça n’a pas toujours été le cas) ,…mais encore des laitages et de la viande!

    J’aurais aimé avoir votre avis avant de faire une « bêtise » qui puisse être gênante pour mon fils.

    Merci d’avance pour votre réponse

    Angelot

    1. Marie Chioca

      Bonjour Nadège,
      Je ne suis pas médecin, mais mon médecin à moi m’avait conseillé de ne pas entreprendre de détox en allaitant, car une bonne partie des toxines relâchées par l’organisme passerait dans le lait… Voilà, je ne sais pas si c’est vrai, mais j’ai un doute…
      Bon courage !
      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *