{ Bonne fête de l’épiphanie ! (avec juste 10 jours de retard…) }

image_pdfimage_print

{ Bonne fête de l’épiphanie ! (avec juste 10 jours de retard…) }

« Chinois » des rois tout bio et à IG bas

♥ Sans lait (version à la margarine) ♥ Végétarien ♥ IG bas ♥

 

_DSC4451-2-2Bon, ça y est vous les avez vu mes petites crèmes dessert ? Parce que ça fait 15 jours que vous les avez sous le nez, je sais …

Surtout que là, il serait plus que temps de s’occuper du gâteau des rois ! L’année dernière, je vous avais fait une drôle de galette moelleuse, et cette année et bien ce sera un chinois. Pas pour faire original, ni pour faire exotique. Non, juste pour faire pratique.

Explication :

J’aime beaucoup les brioches des rois. Les bonnes brioches des rois. Pas les trucs à la farine et sucre raffinés surmontés, cerise sur le gâteau (si je puis dire),  de quelques fruits (???) confits gluants vert grenouille ou rose fluo collés à la gelée pâtissière et « agrémentés » de gros grains de sucre comme si c’était pas assez sucré comme ça.

Alors chaque année je m’y colle (les mains), et je prépare une bonne grosse brioche des rois, qui fleure bon la vraie fleur d’oranger… Le seul souci, c’est la dégaine de la dite couronne.

Explications :

La pâte à brioche, quand je la pétrit, tout va bien. Quand je la façonne en forme de couronne, tout va à peu près bien aussi. Mais quand elle lève, là ça commence à partir vraiment en live.  Va expliquer à ta brioche qu’elle doit LEVER et non pas S’ETALER comme une grosse idiote. Et je ne vous parle pas de la cuisson, qui parachève de façon déprimante et irrémédiable le processus d’aplatissement lamentable de la couronne. Du coup, j’ai réalisé beaucoup plus de sombreros des rois, de soucoupes volantes des rois et de frisbies des rois que de couronnes des rois proprement dites… D’où cette idée d’opter pour un chinois des rois (merci Cléa) et là, merveille, ça marche !!!

_DSC4465-2-2Certes, il faut s’échiner à rouler en escargot plusieurs petits bouts de pâte à brioche mais c’est rigolo. Et puis quand ça lève un chinois, et bien ça garde une forme de chinois. Alors, avouant humblement mon incapacité totale à refaire une couronne digne de ce nom en leur honneur, je présente à ces chers Rois Mages un simple turban. Simple, mais constellé de pierreries précieuses, ces pépites de la nature que sont les cranberries, les abricots, les ananas, les mangues, les raisins et autres fruits séchés si riches en goût…

Côté recette, je me suis un peu inspirée de la brioche pour Christine : Son d’avoine, farine complète, sirop d’agave pour un IG raisonnable, mais cette fois-ci avec un tout petit peu de « vrai » beurre à la place de l’huile d’olive.

J’en profite pour vous présenter aussi quelques photos de la jolie crèche provençale que nous a fait mon petit mari, « créchologue » passionné. Avec des Rois Mages qui ont survécu déjà 15 ans dans une famille où, les uns après les autres, se sont succédés des iroquois en couche culotte qui poussaient des chaises contre le buffet pour mieux massacrer attraper les jolis santons de Provence. Cela a déjà coûté la vie à deux moutons, le bras à un pêcheur, le scalp à un meunier, une pâte à un chameau et une oreille à un âne gris de Provence. La dernière alerte en date, j’ai retrouvé, après avoir fait descendre manu militari de la chaise ma tornade de 2 ans(celle qui croque dans les cuisses de dinde juste avant la photo), un bœuf, une porteuse d’eau, Mr le maire, le ravi et le tambourinaire en train de se baigner dans la rivière au milieu des canards (oui, parce que c’est même une crèche de luxe avec une vraie rivière qui coule, mais du coup c’est encore plus tentant pour les petites mains…). Les Rois Mages, eux, ont intégralement tenu le coup, et rien que pour cela je leur tire mon chapeau. Enfin, mon turban.

 —

 

_DSC4408-2-2

Ingrédients pour un chinois de 8 parts environ

Préparation : 20 à 25 minutes

Levée : 1h30

Cuisson : 30 minutes

 —

Pour le chinois :

550g de farine complète T110 (pas intégrale, parce que là ce serait tout de même un peu rude…)
100g de son d’avoine
15cl de lait de soja vanille
5cl d’eau de fleur d’oranger
5cl de sirop d’agave
2 cuil à soupe de rhum
90g de beurre ou de margarine bio non hydrogénée
2 œufs
1 cube de levure fraîche  
10 gouttes d’huile essentielle de citron
Une pincée de sel
250g de fruits séchés en mélange au choix (pour moi gingembre, cranberries, ananas, raisins blonds, etc…)

 

_DSC4462-2-2Mélanger la farine, le son d’avoine et le sel. Réserver.

Faire tiédir le lait et l’eau de fleur d’oranger sans faire non plus trop chauffer, car cela « tuerait » la levure.

Ajouter hors du feu le sirop d’agave, puis émietter la levure. Bien fouetter jusqu’à obtention d’un aspect un peu mousseux. Ajouter les œufs, le beurre fondu, les gouttes d’huile essentielle, le rhum puis bien fouetter à nouveau.

Mélanger avec la farine, pétrir plusieurs minutes puis couvrir et laisser lever 1h30 dans un endroit tiède (sur un radiateur ou au « bain-marie » dans un saladier d’eau chaude du robinet).

Reprendre la pâte, ajouter les fruits, bien mélanger, puis la diviser en 7 pâtons. Chemiser un moule à manquer de papier cuisson. Aplatir chaque pâton en long entre les mains puis le rouler en forme d’escargot. Disposer les escargots en frome de marguerite (que c’est poétique tout ça…) dans le moule à manqué.

Laisser lever à nouveau 45 minutes.

Pendant ce temps, préchauffer le four à 180°C.

Enfourner le chinois pour 15 minutes à 180°C puis 15 autres minutes en baissant la température du four à 150°C pour que le chinois ne soit pas trop doré.

A la sortie du four, vous pouvez le badigeonner d’une mélange sirop d’agave (2/3) rhum (1/3) pour le faire briller.

 

Avec cette recette, je participe au concours « Les rois de l’imagination » organisé par le site « recettes.de », histoire de faire plaisir à ma petite Sandrine de Cuisine et Cigares 😉

 

Le «  plus » nutritionnel :

OK, ce chinois des rois est un peu plus « rustique » qu’une brioche à la farine blanche. Mais il est tout de même bien moelleux tout en restant très sain pour la santé et à indice glycémique raisonnable: Farine non raffinée, son d’avoine, sirop d’agave… Et un tout petit peu de beurre parce qu’on ne fête pas l’Epiphanie tous les jours !

Documents13-2

Cliquer ici pour retrouver les 40 anciens commentaires postés sur Canalblog suite à cet article 

   

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 grains de sel sur “{ Bonne fête de l’épiphanie ! (avec juste 10 jours de retard…) }

  1. Bonjour Marie
    me revoilà après avoir testé la recette de chinois de votre livre (secrets de la pâtisserie bio) pour le petit déjeuner dominical. Bon, cela n’a pascété une réussite… (Je ne suis décidément pas douée !). À travailler cette pâte est vraiment plaisante mais j’ai des petites questions (je ne l’avoué pas vaincue). Je précise que j’ai scrupuleusement suivi la recette (sauf que n’ayant plus tout à fait assez de farine complète, j’ai complété avec de le t80). Mes questions :
    – Comment savoir si la brioche est bien cuite. Je pense que la mienne ne l’était pas totalement et du coup le centre était acide (immangeable !). J’ai suivi vos préconisations, mais mon four est caractériel (Papa Noël, je te réveille mais cette année apporte-moi un four digne de ce nom !!!).
    – Bien qu’entamée, je vais tenter de la remettre à cuire (je verrai bien) car le bord extérieur est vraiment bon (enfin à mon goût, parce que M. m ‘a demandé si j’avais en plus oublié le sucre !?!?). Il a aussi surpris mes lascars car peu sucré, mais ils ont approuvé (ouf).
    – Je l’avais tartiné de purée de noisette mais qui n’a pas de sucre ajouté, je retenterai en saupoudrant légèrement la purée de sucre complet ou de pralin (en ayant la main légère).
    Un conseil ? Je réessayerai, et vous dirai…

    1. Marie Chioca

      Bonjour Elsa,
      Je ne vois vraiment pas pourquoi le centre pouvait à ce point être acide, pour moi c’est un mystère hélas… Est-ce que la consistance était un peu pâteuse et collante? Si c’est le cas, alors oui, le chinois manquait de cuisson…
      Bon courage Elsa, et merci beaucoup de ce petit mot si gentil (certaines personnes déçues d’avoir raté des recettes ne savent pas garder un ton aussi amicale que vous hélas…)
      Très belle après-midi !
      Marie

      1. Bonjour Marie,
        d’abord, il y a pire que de rater une recette et puis c’est tellement facile de rater pour tellement de raisons. J’avoue devoir m’y reprendre à plusieurs fois quand je manie de « nouveaux » ingrédients (pour moi). J’ai finalement remis la brioche au four et elle est devenue mangeable (tartiner de confiture, elle a convenue à mon cadet) par contre avec un fort goût de levure. Est-ce dû à la levure elle-même ? Dans mon coin je n’ai pas le choix. Mon magasin bio n’en vend pas et le supermarché n’a qu’une seule marque. Est-il possible d’utiliser de la levure sèche ? Si oui de la même manière ? Ce week-end, je pense refaire une tentative et je vous dirai… Merci en tous cas de m’aider à trouver les raisons du ratage. Belle journée !

        1. Marie Chioca

          Oui, certaines levures sont inmangeables et donnent un goût affreux aux brioches !
          Pour ma part je ne me prend pas la tête : levure deshydratée en sachant marque « tablier blanc » (Leclerc) car les bio ont un goût trop fort…
          Bonne smeaine Elsa 🙂
          Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *