A toute vapeur…

image_pdfimage_print

{ A toute vapeur… }

Cake marbré aux légumes-racines

 

Cake marbré aux légumes racines 1Voici une recette tirée de mon dernier ouvrage sur la cuisine bio du quotidien, bien représentative de ce livre car elle cumule plusieurs atouts : facile à réaliser, sans ingrédients coûteux ou compliqués à trouver, constituant à elle seule un plat complet équilibré, parfaitement de saison, et faisant généralement l’unanimité (y compris auprès de ceux qui ne raffolent pas toujours des légumes si vous voyez ce que je veux dire… ). En bref c’est LE cake salé des pique-niques d’automne, celui que l’on trimballe par exemple en forêt toute la matinée dans un sac à dos sans qu’il ne se mette en miettes, puis que l’on dévore en mordant goulûment dans ses larges tranches moelleuses, assis sur une souche moussue, en admirant sa cueillette de champignons. Bref, un petit moment de bonheur simple et profond comme je les aime tant, à partager avec les enfants au plus près de la nature… Bon, à noter toutefois que rien ni personne ne vous obligera à crapahuter comme moi 3H en forêt pour avoir le droit de goûter à ce cake ! Vous pouvez aussi le servir bien tranquillement à table avec une salade, en garnir votre lunch-box ou le dévorer au petit dej, au goûter, le garnir de fines tranches de harengs avec une sauce menthe-chocolat pour épater vos copains anglais (maiiis, je rigooole !), je vous laisse faire, à défaut de balade en forêt, vous trouverez sûrement plein d’idées !

Côté réalisation, vous rencontrerez dans cet ouvrage une majorité de recettes encore bien plus « express » que ce cake, qui n’est pourtant déjà, en soit, pas bien compliqué : les légumes sont juste râpés avant d’être mélangés aux autres ingrédients, et il n’y a ni pré-cuisson de la garniture, ni œufs battus en neige, ni tour de main particulier, bref, rien de bien insurmontable en matière de cake salé, vous verrez.

Quant à la cuisson vapeur, c’est vraiment le « truc » qui permet d’obtenir cette texture moelleuse à souhait, et qui préserve en outre la jolie couleur orangée de ce cake. Ça c’est pour la version officielle (pas fausse), mais bon, voici maintenant la version officieuse : Pour tout vous avouer, mon four a été en semi-panne quelques jours l’an dernier (après une improbable « loi des séries », peut-être que certains s’en souviennent), juste quand je réalisais les recettes d’automne pour ce livre. Et comme il me fallait bien continuer quand même à travailler en attendant le dépanneur, j’ai mis le paquet sur les recettes à la poêle, à la casserole, à la cocotte… et à la vapeur. De désespoir, j’étais même à deux doigts de tenter aussi le four solaire, la « cru-isson » au sel et au citron, la basse température sur radiateur (très très basse, 3 jours de cuisson pour un oeuf au plat…), les papillotes de bananier sur un feu de noix de coco ou que sais-je encore quand enfin, ouf, mon four a été réparé. Vous l’avez échappé belle.

Cake marbré aux légumes racines 2Certes, maintenant j’en rigole, ça fait partie des « coulisses » de la réalisation, mais ça m’a quand même donné quelques sueurs froides : un auteur culinaire sans four, c’est comme un berger sans moutons, un client de Biocoop sans dreadlocks, une recette tendance sans graines de chia, Superman sans son slip rouge enfilé par dessus la combi, Bruce Willis avec des cheveux, bref, c’est pas naturel !

Mais bon, en s’accrochant bien, on y arrive…

Évidemment, vous allez vous moquer en découvrant, toujours dans le chapitre « Automne » de ce livre, un autre gâteau à la vapeur (sans blague !), cette fois-ci sucré : un moelleux à l’orange et au potimarron, qui a été une incroyable réussite malgré son côté totalement improbable ! On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a hein, le tout c’est de jamais baisser les bras… 😉

Ingrédients pour 6 personnes

Préparation : 15 min

Cuisson : 1H

(Nota : Les ingrédients sont multipliés par deux car il y a deux pâtes : une de couleur orange à la carotte, une autre de couleur blanche au céleri rave ) :

  • 2X 150g de légumes (carotte pour la pâte orange, céleri rave pour la pâte blanche)
  • 2X 2 oeufs
  • 2X 125g de farine T110 de blé ou de grand épeautre
  • 2X 70g de fromage râpé (comté, cantal, brebis… au choix)
  • 2X 65g d’huile d’olive ou de tournesol désodorisé
  • 2X 50g de talon de jambon cru coupé en « lardons »
  • 2X ½ sachet de poudre à lever
  • 2X 1 c. à café rase de sel.

Cake marbré aux légumes racines 3Mettre environ 2l d’eau à chauffer dans l’élément du bas d’un cuit-vapeur.

Mélanger 125g de farine avec un demi sachet de poudre à lever et une cuillère à café rase de sel. Faire un puits. Râper 150g de céleri rave, et l’ajouter dans le puits avec 2 œufs, 70g de fromage râpé, 65g d’huile et les « lardons » de jambon. Bien mélanger en malaxant la pâte avec les mains (ça marche mieux qu’en mélangeant à la cuillère en bois), puis verser dans un moule à cake pas trop grand, d’environ 20cm de long (car il doit avant tout rentrer dans votre cuiseur vapeur) et chemisé de papier cuisson.

Renouveler exactement la même opération avec 150g de carottes pour obtenir la pâte orange, puis la verser dans le moule sur la pâte blanche. Déposer le moule à cake dans le panier vapeur, poser un couvercle et compter une heure de cuisson à feu moyen (l’eau doit bouillir dans l’élément du bas avant de décompter le temps de cuisson).

Laisser un peu tiédir avant de démouler et de décoller le papier cuisson. Laisser ensuite le cake entièrement refroidir et se « ressuyer » sur une grille avant de le découper.

 

Cake marbré aux légumes racines 4
Je vais encore briser un mythe : Dans la vraie vie (donc, quand j’emmène mes pitchounettes en forêt, sans devoir photographier un cake ) je ne m’échine pas à assortir leur bonnets, bottes, etc. aux accessoires du pique-nique. Voilà, c’est dit, désolée de vous décevoir les gars… c’était juste pour les photos. Mais il y a parfois des « bugs »…

 

Cake marbré aux légumes racines 5
…Comme une sorte de grain de sable dans les rouages côté stylisme, vous allez voir :  Là, ça faisait plusieurs jours que je voulais vraiment faire une photo « artistique » avec un joli reflet dans une flaque de la forêt, sauf que « Pitchounette de 6 ans » -à qui j’avais dit d’enfiler un jean à la hâte avant de partir-, n’avait rien trouvé de mieux que d’en piquer un à sa soeur (taille 12ans), d’où le mode très … « cague-braille » (je n’oserais pas vous traduire ça, c’est du patois Niçois) qui fait franchement une association du tonnerre avec le pantalon rouge un tantinet pêche-aux-moules d’à côté. J’étais un peu désespérée de voir ça en sortant de voiture (plus le temps de retourner à la maison), mais pour finir je l’ai quand même faite ma photo, et tant mieux parce que maintenant je rigole à chaque fois que je tombe dessus (d’ailleurs, bouhou, que c’est injuste, persooooooone, en feuilletant les livres, ne pense avec émotion aux arrachages de cheveux des pauvres photographes !)

 

Cake marbré aux légumes racines 6
Après une longue après-midi de cueillette (plein de bolets, miam…), c’est enfin l’heure de casser la croûte (transporté dans un infâme sac à dos noir et jaune fluo, et installé dans le panier pour la photo, évidemment)… Je vous ai déjà présenté Dauphine et Brunhilde, voici en second plan sur cette photo Heïdi, notre mignonne petite épagneule de deux ans.

 

 

Cake marbré aux légumes racines 7
Juste la lumière du soir sur des fruits d’églantier mais c’est tellement joli…

 

Recette tirée de l’ouvrage « La cuisine bio du quotidien » (vient juste de paraître aux éditions Terre Vivante)

Découvrir ici l’article de présentation de ce livre

Découvrir le sommaire, la présentation, et la 4ème de couverture sur le site de l’éditeur

Acheter ce livre sur le site de ma librairie-partenaire Decitre

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Je crois que vous l’attendiez un peu…

image_pdfimage_print

{ Je crois que vous l’attendiez un peu… }

La cuisine bio du quotidien

100 recettes pour bien manger en famille sans se ruiner !

 

Couverture La cuisine bio du quotidienComment cuisiner pour sa famille des bons petits plats, sains, équilibrés, vite-faits, faciles et pas trop chers ? C’est la question que vous me posez souvent, et ça méritait bien un gros livre pour y répondre au mieux !

Manger sain, manger bio (ou du moins, le plus naturel possible), c’est un choix que nous sommes de plus en plus nombreux à adopter. Mais de la prise de conscience (Zut, je ne veux plus nourrir ma famille avec toutes ces cochonneries qui rendent malade ! ), à la pratique ( Euh, bon, voilà, ça c’est fait, mais qu’est-ce que je vais préparer à bouffer maintenant ? ), il y a parfois un décalage qui peut, hélas, ruiner les meilleurs résolutions !

Car manger plus sain… :

– Peut être difficile quand on a un budget limité ;

– Est parfois un peu délicat à faire accepter par les siens (Oh nooon, tu as remplacé ma purée M****eline par cette espèce de bouillie ! C’est quoi ça d’abord? Du millet? Est-ce que je ressemble à une perruche?)

– Est source, au début, de beaucoup de questions (comment élaborer des menus différents, avec moins de viande par exemple, mais qui « calent » bien et restent surtout très gourmands ?).

Évidemment, j’ai eu les mêmes soucis que beaucoup d’entre vous, je me suis posé les mêmes questions, j’ai aussi eu des grosses « ratées » : bouffée de chaleur phénoménale au moment où la caissière du magasin bio m’annonçait la note (grosse tentation d’abandonner le chariot là et de s’enfuir en courant…), grands enfants encore « trop morts de faim » après avoir léché leur assiette (et même celle du voisin), nouveaux aliments achetés en grande pompe mais que personne n’a jamais voulu manger (échange sac de fonio contre tout ce que vous voulez), etc. j’en passe et des meilleurs…

Courgettes farcies des fainéants
Préparation des « Courgettes farcies des fainéants » (p 85)

Mais au final, oui, en toute sincérité, ON PEUT manger sain, équilibré, en régalant tout le monde et sans exploser son porte-monnaie ! Et cet ouvrage, que je voulais écrire depuis très longtemps, est là pour vous y aider : j’y partage avec vous une centaine de bonnes recettes gourmandes et équilibrées qui régaleront votre petite famille, mais aussi pas mal d’astuces bien précieuses au quotidien pour remplir les assiettes avec bon sens et gourmandise. Ces petits secrets qui changent la vie, vous les découvrirez tout au long des recettes, mais je vous les présente tout particulièrement dans l’intro, où sont expliqués en détail mes « 12 secrets imparables » pour une cuisine familiale saine, gourmande… et abordable !

Toujours dans l’intro, je vous propose un « placard idéal » (vous êtes nombreux à me l’avoir demandé ;)) qui, soit dit en passant, ne se limite pas au placard mais s’étend aussi au frigo, au congélo, à la cave (on parle des courges, pas des bouteilles de pinard !) et au balcon, histoire d’être toujours pourvu en aliments sains, et de ne jamais succomber aux calories vides, même quand on est un peu en « mode panique » au moment d’improviser le repas.

Je vous propose aussi deux journées-types de menus, avec l’exemple d’une famille fictive de 4 enfants (chez moi c’est pire, j’en ai 6 ;)), en vous montrant comment, en toute simplicité, apporter au menu juste ce qu’il faut de flexibilité pour nourrir chacun selon ses besoins (ados, enfants, bébés, lunchbox pour le parent travaillant à l’extérieur, etc.) sans se prendre la tête ! C’est juste une question de bon réflex… et d’un minimum d’anticipation 😉

Du côté des recettes, j’ai voulu vous proposer des plats vraiment réjouissants et originaux (parce que la boîte de petits pois jetée dans le plat de nouilles, on sait déjà tous faire hein ?), parfaitement équilibrés, faciles à réaliser et doux pour le budget…

Dans chaque chapitre (un par saison), vous trouverez une ou plusieurs recettes :

– « SOS », c’est à dire très rapide à mettre en œuvre, mais saine et équilibrée (comme par exemple la soupe crétoise aux pois-chiches qui se réalise en 3 minutes chrono) pour les parents pressés, et les « soirs de crise » ;

– Pouvant la plupart du temps convenir aux tout-petits, car il est très pratique de pouvoir partager le bon repas familial avec un bébé ;

– D’entrées saines et intéressantes sur le plan nutritionnel (toutes sortes de délicieuses salades ou soupes par exemple), qui vous aideront à compléter parfois un plat principal un peu pauvre en légumes ;

Moelleux mystère à l'orange
Le moelleux « mystère » à l’orange… Un gâteau tout simple mis au point un jour où mon four était en panne, et qui est devenu une de nos recettes fétiches tant il est succulent (comme quoi, parfois même les bugs ont du bon !). Pourquoi c’est un moelleux « mystère »? Découvrez ça page 153 (gnark gnark gnark…)

– De tourtes, quiches ou tartes salées (juste parce que tout le monde aime ça ! );

– De plats de pâtes équilibrés et originaux (parce qu’en toute honnêteté, les pâtes reviennent souvent au menu des familles, mais on peut faire beaucoup mieux que des coquillettes beurre-fromage…) ;

– De « céréales qui changent » (orge, avoine, kasha, épeautre…) pour varier justement un peu du sempiternel trio pâtes-patates-purée ;

– De plats complets uniques, simples et gourmands ;

– De viande (ou de poisson) non exorbitant ;

– De légumineuses (ô combien économiques et délicieuses !) ;

– Pour accommoder les restes ;

– Pour ne pas gaspiller le pain ;

– De desserts très simples « maison », afin de remplacer ceux du commerce quand on veut s’accorder une petite douceur de temps à autre (crème dessert, mousse au chocolat, riz au lait, flan, yaourts….) ;

– Mais aussi quelques recettes de pique-niques, buffets (à la belle saison) ou pour faire la fête en famille (Pâques, Noël, anniversaires, « soirée croques-monsieur », etc…), tout en ménageant son petit budget ! Parce que la vie de famille, c’est aussi tout cela…

Que du bonheur, n’est ce pas ? 🙂

Soupe
La bonne petite soupe du soir, comme elle nous fait du bien… Ici un potage printanier d’orge et de petit pois réalisé avec le délicieux bouillon du rôti aux herbes de la page précédente : Dans beaucoup de recettes, je vous propose des astuces pour cuisiner les restes, afin de ne jamais laisser perdre une miette de bonne nourriture !

 

Quelques recettes du printemps…

Tartine-repas
Tartines-repas « sur le pouce » au chèvre frais… Parce que oui, de simples tartines bien équilibrées peuvent constituer un bon repas, et parfois, quand on manque de temps, franchement ça nous sauve la vie ! Ici, voici la tartine-repas fraîche, mais vous trouverez aussi dans le livre une version toute chaude, grillée au four…

 

Salade de pois chiches aux oeufs mollets et herbes sauvages… Un repas végétarien, très économique, super équilibré et délicieux, avec une variante « plan B » pour les pauvres citadins dont les possibilités de cueillettes se limitent aux jardinières de géraniums et haies de thuya (je plaisante les gars, n’essayez même pas !)

 

Escalopes végétales aux champignons… Ce genre de truc qui nous fait craquer dans les magasins bio, et qu’on peut très bien refaire à la maison en 10 min… et pour un franc six sous ! Avouez que ça serait balllot de s’en priver…

 

Dhal
Dhal crémeux aux carottes nouvelles et lentilles corail… Vraiment de très loin ma version de dhal préférée, pour un plat végétalien délicieux et qui « cale » même les ados (c’est pour dire…)

 

… De l’été…

Tarte aux tomates fraîches
La tarte aux tomates fraîches de Mémé… « De Mémé » parce que c’est vraiment une recette de famille, très rapide et vraiment bonne, à servir soit en entrée, soit en plat principal végétarien.

 

One Pot Pasta Capriciosa
One pot Pasta Capriciosa… Vous connaissez le concept du « One pot Pasta »? On jette tout dans la casserole (pâtes crues, légumes crus, assaisonnement, tout je vous dis !) et 10 min après, hop c’est cuit, les pâtes sortant même de la casserole déjà délicieusement nappées d’une bonne sauce crémeuse et parfumée. C’est trèèès pratique ce genre de truc au quotidien ! Dommage, ça ne marche QUE pour le One Pot Pasta (certains soirs, ça serait tellement plus simple de mettre dans une même pièce tous les enfants avec de quoi faire les devoirs, la toilette, se mettre en pyjama, etc. ainsi que le mari avec une boîte à outils et tous les trucs qu’il doit réparer, puis d’attendre 10 min que ça se fasse tout seul. Mais en vrai, le résultat ne serait pas franchement joli joli je pense…)

 

Gâteau au yaourt
Juste un gâteau au yaourt, la « classe » en plus ! Vous trouverez d’ailleurs dans chaque chapitre une idée de gâteau d’anniversaire de saison (tout simple), car dans toutes les familles, un an de plus ça se fête…

 

Gaufres pain perdu
Gaufres « pain perdu » aux mûres (à décliner avec d’autres fruits !), ou comment recycler en dessert (ou petit déjeuner) délicieux un peu de pain bio rassis qui s’ennuyait dans le tiroir… à noter que vous trouverez dans les différents chapitres beaucoup d’autres recettes pour ne pas gaspiller le bon pain ! (Et interdiction de laisser exprès chaque jour un peu de sa tartine pour avoir plus vite des gaufres !!!).

 

…De l’automne…

 

Terrine forestière
Terrine forestière aux champignons… Rien à voir avec les pâtés tout gras qu’on achète (ou que justement, on n’achète pas…) : Ici, ce sont les légumes qui apportent du moelleux ! Pour le reste, c’est une grande terrine qui se prépare assez vite (en 25min environ), et qui offre une quinzaine de grandes tranches généreuses. Que c’est chouette d’avoir ça dans son frigo…

 

Châtaignes
Châtaignes grillées… (Et c’est tout? Oui, mais vous aurez en prime toutes les astuces pour qu’elles soient cuites à point ET faciles à éplucher, quel que soit votre mode de cuisson : au feu de bois, sur le gaz, au four… ça vaut bien le détour ça quand même?)

 

Cock-a-leekie
Le Cock-a-leekie, une délicieuse soupe traditionnelle écossaise à l’orge et au poulet, ici un peu « à ma façon » afin que ce soit encore plus rapide à préparer, (super astuce « anti-gaspi » en prime  à découvrir dans la recette !)

 

Gros cookie
Gros cookie à partager… Parce que quand on doit nourrir une bande de morfalous au quotidien, c’est plus simple de faire un seul gros cookie que 15 individuels ! (Comme par hasard, plus celui qui casse un morceau est gourmand, et plus le morceau cassé est gros ! C’est très intuitif un cookie… ça doit avoir une sorte d’intelligence artificielle ;))

 

… Et de l’hiver !

Méli-mélo en rémoulade
Méli-mélo en rémoulade légère… Parce que certaines crudités (carotte, céleri rave, chou râpé…) sont vraiment très abordables pour les grandes familles, et de plus de véritables bombes en vitamines, mais qu’on ne sait pas toujours comment les accommoder pour varier un peu : ici, une sauce crémeuse au yaourt de brebis et moutarde à l’ancienne dont vous me direz des nouvelles !

 

Gâteau de mégumes
Gâteau de légumes… à réaliser en mode tornade, avec n’importe quel reste de légume, en mesurant le tout avec des verres à moutarde, et sur le concept d’un quatre-quart (un verre de lait, un verre de fromage, un verre de légumes, un verre de farine et hop, au four !). Si ça c’est pas de la cuisine facile, pfff, moi je rends mon tablier !

 

Colcannon irlandais
Colcannon Irlandais… Une recette traditionnelle réconfortante à souhait, et qui fait aimer le chou vert aux plus récalcitrants (promis !). Enfin, j’ai écris « traditionnelle », mais vous me connaissez, je n’ai pas pu m’empêcher d’y ajouter mon grain de sel, et du coup, on ne sait plus très bien au final si c’est un plat irlandais avec un « twist » auvergnat ou le contraire. Bon, vous me direz…

 

Pâte d'amande express
Pâte d’amande « express », tellement rapide à réaliser, tellement plus économique, tellement moins sucrée, tellement plus saine pour la santé, tellement bonne, tellement… Bref, on peut la servir au goûter, ou la façonner en petits sujets trop mignons pour les fêtes ! (Recette un peu différente de celle déjà parue sur mon blog, et encore plus facile à modeler !).

 

La cuisine bio du quotidien

100 recettes pour bien manger en famille sans se ruiner !

Paru chez mon éditeur Terre Vivante

(Pour découvrir le sommaire, c’est ici)

Acheter cet ouvrage sur le site de ma librairie partenaire Decitre

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Marathopita

image_pdfimage_print

{ Marathopita }

Pains plats (euh, blinis ? pancakes ? beignets ? ) Crétois au fenouil sauvage

♥ Vegan ♥ Sans Lait ♥ Sans Oeufs ♥ IG moyen ♥

 

Je suis sûre qu’en lisant le titre de cet article, vous avec cru un instant que mon chat s’était promené sur le clavier de l’ordinateur quand j’avais le dos tourné… Bon, déjà, je n’ai plus de chat depuis longtemps, et mes trois chiens n’ont (fort heureusement) pas tellement le droit de piétiner mon matériel informatique.

Le mot « marathopita » je l’ai donc écrit sciemment, en pleine possession de mes facultés mentales (enfin, du moins je fais ce que je peux). Mais peut-être qu’après tout, les marathopitas n’ont plus aucun secret pour vous, et que vous en cuisinez déjà tous les samedis soirs? Ah oui ? (Bande de petits affabulateurs !). Non ? Alors là pas de souci, parce que franchement, je suis là à frimer { vous connaissez le dicton ? « La culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale »} mais en réalité, c’est un terme très nouveau pour moi aussi ! J’avais bien croisé l’été dernier une sorte de tourte feuilletée dénommée « marathopita » dans un sympathique magazine de cuisine, le nom m’avait interpellé, la photo était drôlement alléchante, l’association de saveurs aussi, mais après quelques recherches enthousiastes, force fut de constater que la marathopita Crétoise traditionnelle, apparemment ce n’était pas ça du tout : Celles découvertes entre temps sur le web ou dans des livres de cuisine grecque représentaient plutôt une sorte de petit pain plat fourré aux herbes et cuit à la poêle dans l’huile d’olive. Miam, me dis-je, voilà un truc à goûter très vite… très trèèès vite même. Et oui. Mais les recettes étaient en grec. Et quand on ne sait même pas comment se prononce ne serait-ce que la première lettre du premier mot de la première ligne de la recette, pour la refaire à la maison, je vais vous avouer un truc : c’est chaud !

Et puis là, oh merveille, j’ai enfin trouvé une recette en anglais. Certes, je ne suis pas du genre super bilingue, mais penchés à cinq sur l’ordinateur – car j’ai reçu entre temps l’aide inespérée (et intéressée, car la photo leur avait donné drôlement faim !) de mes quatre plus grands morfals tout à coup très désireux de briller par leur « science » en matière d’anglais, on a quand même réussi à comprendre les grandes lignes. Du moins, on l’espère, et si jamais l’un d’entre vous, voyageur passionné ou habitant de cette merveilleuse île de Crète (veinard !) voulait apporter quelque modification ou suggestion pour compléter cette recette, n’hésitez surtout pas ! Je pense tout particulièrement à Arnaud, producteur d’une huile d’olive Crétoise assez inoubliable dont je vous ai déjà parlé (à qui j’adresse juste ce petit clin d’oeil amical car non, l’article d’aujourd’hui n’est pas sponsorisé ).

Voici donc une recette de marathopita réalisée à la farine d’épeautre complète, qui s’est révélée totalement à la hauteur de nos espérances ! C’est à la fois super moelleux et légèrement croustillant, délicieusement parfumé d’huile d’olive tout en restant beaucoup moins gras qu’un beignet, avec des petits morceaux de fenouil sauvage et d’oignons qui mettent les papilles en extase. Comment résister à l’envie de reprendre un de ces petits pains tout juste sortis de la poêle ? D’ailleurs je vais vous dire, c’est très simple : on ne cherche même pas à résister (ça serait tellement idiot !).

Du coup, ce plat a été le « chouchou » de l’été, celui que tous les enfants avaient envie de refaire sans même que je le leur demande (c’est pour dire ;)). Petite anecdote mignonne pour vous montrer comme c’est facile à réaliser, mes deux plus petites de 6 et 10 ans m’en ont même préparé une tournée toutes seules, comme des chefs. Je nettoie encore la farine dans la cuisine.

Certes, l’été s’en va tout doucement, mais du fenouil et des pousses d’épinards, on en trouvera tout l’automne, alors n’hésitons pas à ensoleiller un peu nos menus de septembre car en cuisant une tournée de marathopitas, on se sent comme transporté sous le beau soleil de Méditerranée pour un petit « rab » de vacances… Véritable concentré de saveur et de gourmandise, c’est un plat végétalien (mais on peut aussi ajouter dans la farce des petits morceaux de fromage de chèvre ou de brebis type feta, j’ai testé c’est une tuerie !) très « raisonnables », et ce serait par exemple une super idée pour casser la croûte sainement autour d’un petit verre de l’amitié ! C’est d’ailleurs très exactement le bel exemple que nous offre le peuple Crétois, car la convivialité, la joie et la chaleur humaine autour de la table, tout autant que les ingrédients sains, font des gens en bonne santé…

 

Ingrédients pour 8 personnes

Préparation : 25 min

Cuisson : quelques minutes par poêlée.

Pour la pâte :

  • 300g de farine T110 ou T150 de grand épeautre
  • 20cl d’eau tiède
  • 5cl d’huile d’olive + un peu pour la cuisson
  • ½ sachet de levure de boulangerie deshydratée
  • 1 c. à café un peu bombée de sel fin.

Pour la garniture :

  • 100g de jeunes pousses d’épinards frais
  • 50g de jeunes feuilles tendres et de jeunes fleurs de fenouil sauvage
  • Les feuilles d’environ 12 brins de persil plat
  • 1 petit oignon.

Commencer par préparer la pâte : Mélanger la farine et le sel, faire un puits. Délayer la levure dans l’eau tiède (pas plus de 45°C) puis la verser dans le puits avec l’huile d’olive. Pétrir quelques instants à la main ou au robot puis poser une assiette sur le saladier et laisser lever environ 1H dans un endroit tiède.

Pendant ce temps, détailler l’oignon en tout petits cubes dans un saladier. Ajouter les épinards, le fenouil et le persil, puis hacher le tout aux ciseaux.

Quand la pâte a levé, la diviser en 8 petits pâtons avec un couteau bien aiguisé sur un plan de travail légèrement fariné (je ne sais pas ce que ça donnerait avec une autre farine, mais avec ma farine habituelle d’épeautre non hybridée cette pâte ne colle pas et se travaille très agréablement !).

Étaler le premier pâton en un disque d’environ 10 à 12cm de diamètre. Déposer au centre une cuillerée à soupe bien bombée de garniture (photo 1).

Rabattre les bords du cercle sur la garniture pour bien l’emprisonner (photo 2), puis aplatir de nouveau avec les mains. Fignoler éventuellement le travail avec un rouleau à pâtisserie légèrement fariné, de façon à obtenir un disque de 10 à 12cm environ.

Faire chauffer une petite poêle avec un peu d’huile, puis y déposer la première marathopita. Baisser le feu, poser un couvercle et laisser cuire quelques minutes jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée dessous. Retourner alors la marathopita avec une spatule et faire cuire l’autre côté. Pendant la cuisson, façonner la deuxième marathopita et ainsi de suite, jusqu’à ce que toutes soient cuites.

Servir tout chaud, nature ou en guise de pain très gourmand pour déguster du fromage (chèvre, brebis…).

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Alla Norma, mais pas totalement dans les normes…

image_pdfimage_print

{ Alla Norma, mais pas totalement dans les normes…}

Spaghettis d’épeautre alla norma

♥ Végétarien ♥ IG bas ♥

Spaghetti d'épeautre alla norma 1Ah, la bonne cuisine méditerranéenne, à peine arrivée dans l’assiette, et hop, chez moi tout le monde a le sourire ! Sourire de gourmandise certes, mais aussi, souvent, sourire d’intense soulagement (On n’en pouvait pluuus d’attendre, ça fait une heure que toute la maison sent bon et nos estomacs hurlaient famine Maman !!!), ou encore, parfois, sourire un tantinet moqueur (Tu peux nous redire un peu le nom de ce plat italien ? Hé hé, tu nous a prononcé ça avec un accent auvergnat trop marrant, mais ça a l’air très bon quand même ;)). Lire la suite…

I’m eating in the rain…

image_pdfimage_print

{ I’m eating in the rain ♪… }

Osso buco d’été aux tomates fraîches

♥ Sans lait ♥ Sans gluten ♥ IG Bas ♥ 

Osso buco aux tomates fraîchesJe ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais ici, après des mois de sécheresse intense, il pleut enfin depuis plusieurs jours, mais pas juste une petite pluipluie pour rigoler, non des TROOOOMBES, des cataractes, avec un ciel qui touche les sapins, les gouttières qui débordent, la brume qui recouvre la campagne et tout et tout. D’un côté, c’est chouette pour le jardin qui avait soif. D’un autre, euh, il faut quand même digérer d’être passé en deux jours de 40 à 13°C… Lire la suite…